Archives du mot-clé Lucienne Peiry

L’art brut japonais (2)

La mise en lumière internationale de l’art brut japonais remonte à l’exposition « Art Incognito » présentée en 1997 à la Collection de l’Art Brut à Lausanne. Le même espace a présenté en 2008 une exposition intitulée « Japon », qui se consacrait entièrement à la création japonaise. En 2010, la Halle Saint-Pierre a présenté la première exposition française sur l’art brut japonais — environ 1.000 œuvres créées par 63 auteurs. 2018 sonne le retour de l’art brut japonais à la Halle Saint Pierre avec « Art Brut Japonais II ». 

Cette nouvelle exposition  qui rassemble une cinquantaine d’auteurs : elle va permettre d’identifier certains créateurs. Au Japon, l’art brut a connu un vaste essor dans la province de Shiga à la fin du XXe siècle. Cette province, située au centre de l’île de Honshü, la plus importante de l’archipel, est pionnière dans la prise en compte et l’accompagnement des artistes handicapés. Les institutions spécialisées souhaitent y laisser libre cours à l’imagination et à la créativité de leurs patients.

Ces artistes sont soit issus d’ateliers pratiquant l’art-thérapie, soit ils sont autonomes. Ils utilisent des techniques et des matériaux divers comme la céramique, l’origami, le dessin, le textile, la sculpture ou bien l’assemblage d’objets comme Reiichi Hayashida :

Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.
Reiichi HAYASHIDA,Publicité pour un dîner chinois, 2016, Technique mixte, 45 x 60 x 9,5 cm Collection de l’artiste.
Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.

Parmi la cinquantaine de créateurs présentés, voici quelques artistes remarquables dont certains ont été  déjà exposés  à  Nantes en décembre 2017. Chacun de ces artistes est un monde à part dépourvu de toute influence artistique extérieure. Pour autant, ils ne sont pas hors du temps et de la société, dans lesquels ils vivent.

Takeru AOKI, Aki Yashiro, 1997-2004. ©Satoshi Takaishi.
Vues de l’exposition.
Ichiro YOSHIDA
Né en 1960. Vit dans la préfecture de Tokushima. Grand personnage Pocket-Pocket. 2010. Technique mixte.
Takayuki AYAMA. Tortue bleue dans la mer. 2017.
Takayuki AYAMA. Léopard, guépard et bébé léopard – Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 2016 © Takayuki Ayama.

Sinichi Sawada est déjà reconnu et a intégré les collections lausannoise ; il est devenu une figure emblématique de l’art brut japonais grâce à ses céramiques, présentées lors de la Biennale de Venise 2013 :

Vue de l’exposition à la Halle Saint Pierre
(visite de Lucienne Peiry).
Création de Sinichi Sawada 
Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014,
Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN

Les autres œuvres présentées dans l’exposition sont souvent le fruit de nouvelles créations. Marie Suzuki (née en 1979) peint de vastes paravents :

Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste.

 Les origamis en feuille d’arbre de Yoshihiro Watanabe, qui sont d’une grande délicatesse, représentent des animaux :

Kasu Suzuki tisse et réalise un tissage inversé pour des formes volumineuses qu’ il suspend sous forme des cordes polychromes de 4,40 m :

Textiles et abstraction avec Misuzu Seko (née en 1981) qui emploie des fils de coton et de laine colorés qu’elle brode. Elle est présente dans la collection de Bruno Decharme :

Satoshi Morita (né en 1978) conserve des restes de fils dans des boîtes en carton : il les brode sur un tissu irrégulier. Il figure également dans la collection Decharme :

De nombreux dessins sont présents  dans l’exposition, comme la série des véhicules de Takumi MATSUHASHI :

Takumi Matsuhashi, Camion de papier, 2014.

ou bien les panoramas réalisés au stylo par Norimitsu Kokubo, artiste qui réside dans la Préfecture de Shiga;

ou les dessins et écrits de l’artiste Hiroyuki Komatsu résidant dans la même région :

Makoto Toya (né en 1944) a peint 61 rouleaux gigantesques de papier japon à l’acrylique :

Les motos jouets d’Akira YAMANE :

Akira YAMANE Metal Ranger V, 20152018, Technique mixte, 10 x 27 x 16 cm, Collection de l’artiste.

Une salle à part présente les travaux de deux survivants de la bombe atomique d’Hiroshima, deux artistes hibakusha, Masaki HIRONAKA et Yukio KARAKI,  qui, comme beaucoup d’hibakusha, témoins de la bombe d’Hiroshima, n’ont pu témoigner de ces visions qu’à un âge avancé.

Yokio Karaki avait quinze ans ; il vivait à seulement trois kilomètres du bombardement atomique : à partir de 1984 et pendant huit ans, il a réalisé onze peintures à l’huile et a fait don de ses œuvres au musée de Kyoto. 

Masaki HIRONAKA avait alors cinq ans et dix mois.

Alors qu’il cesse, bien des années plus tard de travailler, en 2000, il décide de rassembler ses souvenirs sous forme de carnets dessinés :

 

Masaki HIRONAKA, La bombe atomique d’Hiroshima, 2002, Stylos sur papier (copie d’originaux), 21 x 29,7 cm Collection de l’artiste.

A voir jusqu’en mars 2019.

Quelques ouvrages et biographies en français :

Quelques liens :

Diamants bruts du Japon.

Diamants bruts du Japon
durée 145’, japonais et sous-titres français, Collection de l’Art Brut/Lokomotiv films, Lausanne/Le Tourne, 2007.

artbrut.ch
hallesaintpierre.org
abcd-artbrut.net
musee-lam.fr
outsiderartassociation.eu
rawvision.com
josefhofer.at
prinzhorn.ukl-hd.de
gugging.at
folkartmuseum.org
outsider-environments.blogspot.org

https://abcd-artbrut.net/collection/

Le précieux art textile de Marie-Rose Lortet

Tricologie monacale© DR Photo Clovis Prevost. 

Au 52 rue Jacob, face à l’emplacement historique de la galerie fondée par Alain Bourbonnais à Paris, la petite galerie d’art et librairie, représentante de la Fabuloserie, expose du 28 octobre 2017 au 30 décembre 2017, les créations de Marie-Rose Lortet.

Cette plasticienne strasbourgoise vit et « tresse » depuis plus de 40 ans à Vernon. En 1967, ses « ouvrages » sont remarqués par Jean Dubuffet qui lui achète quelques pièces.  Elle expose Galerie Delpire en 1969 puis à l’ atelier Jacob. Gilbert Lascault, Colin Rhodes, Linda Goddard, Lucienne Peiry, Laurent Danchin et bien d’autres conservateurs et critiques d’art, ont depuis rendu célèbres ses travaux délicats et poétiques, qui ont rejoint notamment  les collections permanentes nationales, mais aussi celles de la collection de la Neuve Invention à LausanneElle figure depuis longtemp au sein des collections de la Fabuloserie. Alain Bourbonnais l’a fera participer à l’exposition des Singuliers de l’art en 1978, alors que Suzanne Pagé est directrice de l’ARC2, section d’art contemporain du musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Architectures de fil, territoires de laine, Masques de laine, théâtre de têtes, ses créations très diverses ont été exposées en 2016 au château de Laval.

Sources :

Collection en ligne du FNAC :

Marie-Rose LORTET Strasbourg (Bas-Rhin, France), 1945.

Vêtement de pluie n°44. Autre titre : Objet qui lutte contre son environnement1987. Objet-sculpture Coton, lin, sucre, résine 100 x 85 x 35 cm S. à la base : Rose Lortet Achat à l’artiste en 1989 Inv. : FNAC 89314 Centre national des arts plastiques. En dépôt depuis le 23/05/1995 : Musée d’art et d’industrie (Roubaix).

Suivre le fil à la maison rouge

Pour apprécier l’exposition Inextricabilia, enchevêtrements magiques , à la maison rouge, il peut être utile de lire la brochure fournie avec le billet d’entrée, et de débuter la visite, non pas à la suite de l’exposition parallèle, mais en suivant le chemin qui se dessine à main gauche. Deux têtes – rapiécées et recousues- ouvrent le parcours : l’une est de Louise Bourgeois, l’autre de Michel Nedjar. On entre dans le sujet grâce aux étonnants documentaires- vidéos  de l’anthropologue Manoël Pénicaud. Pour demander l’accomplissement  d’un vœu, pour qu’une prière soit exaucée, chaque année, le jour de la Saint Georges,  des femmes  des deux confessions, catholique et musulmane, déroulent des bobines de fil sur le chemin d’un monastère sur  l’île de Büyükada, au large d’Istanbul : chaque fil matérialise ce voeu, cette prière.

Dans le même esprit, toujours en Turquie, dans la région d’Éphèse, considérée comme le lieu de mort de la Vierge, un foisonnement de noeuds couvre un mur de la ville près d’un sanctuaire :  des milliers de pèlerins de toutes les confessions, nouent un ruban de tissu de papier ou de plastique, laissant ainsi des traces de leurs voeux et de leurs prières.

Le parcours de visite s’éclaire ensuite et il est  impossible de perdre le fil d’une illustration agencée dans des espaces adaptés et différenciés pour les oeuvres d’art brut, d’art religieux, d’art contemporain notamment grâce à des pièces exceptionnelles de Louise Bourgeois, Annette Messager, Chen Zhen, Max Ernst..

Amulettes et objets magiques du Musée de l’Homme collectés au Sénégal dans les décharges de Dakar,  par Alain Epelboin (médecin et anthropologue au CNRS ) côtoient un sac magique prêté par le musée du quai Branly et des reliques de saints conservées par des pèlerins du XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

La commissaire de l’exposition, Lucienne Peiry, est fascinée par l’oeuvre de Judith Scott.

Elle tente des interprétations de son œuvre et propose,  plus classiquement cette fois, des rapprochements formels, décelant des  affinités insolites, s’inspirant en cela de ce que réalise souvent Jean-Hubert Martin dans ses expositions, depuis Artempo,  en 2007.

Anonyme, Tomeligi, amulette (Togo, Lomé), bois, cauris, coton sans date. Musée du Quai Branly.

Elle suscite le débat, la comparaison ne valant pas raison, elle met aussi en avant des constantes : Protéger et occulter, conserver précieusement la chose en la dissimulant, la cacher en la montrant, c’est le principe qui unit toutes les œuvres de l’exposition.[…] C’est la technique (maîtrisée) orientée vers une fin (constante) qui fait de l’art humain une famille humaine.

 C’est peut être en sous-sol que les créations brutes de Marc Moret peuvent susciter, chez certains, surprise ou effroi. Mais, comme à son habitude, Lucienne Peiry, ancienne directrice à Lausanne de la Collection de l’Art Brut pendant dix ans (de 2001 à 2011),  a pris soin de faire figurer  dans le parcours un documentaire où ce créateur raconte  son cheminement.

Marc Moret, 1999-2000 – Photo : Mario Del Curto – Coll. particulière

Comme de coutume à la maison rouge, une  autre exposition se déroule en parallèle : il s’agit d’art purement contemporain, une carte blanche à Hélène Delprat :  I did it my way. Un art cultivé, coté, un art de citation, qui ne manque pas de force et d’humour,  dans un décor de « conte de fée », soutenu par une bande-son délicieuse et éclectique.

A voir jusqu’au 17 septembre.

Conférences d’art brut en mai

image-name

Sur le site de Lucienne Peiry ; http://www.notesartbrut.ch/

Le séminaire GREC : De la trinité en déroute au sinthome ». Le 21 mai 2016 à l’ITP, 83 bd Arago 75014 Paris  de 14h à16   h 30,  Lucienne Peiry présente :  Le jardin encyclopédique d’Armand Schulthess.

L’exposition  » Armand Schuthess » est présentée actuellement en Suisse, à Lugano, au MASI (Musée d’Art de la Suisse italienne), jusqu’au 19 mai 2016.

A Bègles, Gérard Sendrey et les pionnières de la Création franche :

Gérard Sendrey nous parle de celles qu’il nomme « les pionnières » de la Création Franche. Il a choisi de présenter celles qui, aux balbutiements de l’aventure, décidèrent de donner des œuvres pour amorcer la collection comme Sandrine Alemany, Carole Bailly, Christiane Chardon, Claudine Goux,  Martha Grünenwaldt, Rosemarie Koczÿ  ou Louise Lavallée-Tournay.

Actualités

A decouvrir le Lab :

« Tenter de percevoir les sensibilités nouvelles du public, ses attentes, se renouveler : le LAB est une nouvelle offre du musée de la Création Franche, dès février 2016.

Il faut battre en brèche cette idée reçue de la nécessité d’un savoir préalable, portée par l’institution, relayée par ses zélateurs, qui reprennent en chœur cette injonction, comme un mantra, stoppant net celles et ceux prêts à faire le pas. Venir au musée ne saurait être seulement un pensum, mobilisant un quelconque prérequis nécessaire et indispensable pour s’autoriser à en pousser la porte. Mais y venir sans bagage n’est pas non plus une injonction.. »