Archives par étiquette : Louvre

Jean Habert : “Italie. Histoire d’une collection”

Un entretien avec Jean HABERT, le 28 décembre 2023.

A quelle date êtes-vous entré dans la carrière (de conservateur, d’universitaire, de commissaire) ?

Je suis né en 1944. J’ai fait mes études à Sciences-Po Paris (diplôme 1965) et à l’Inalco (Langues 0, diplômes Russe et Roumain 1968), car je voulais intégrer les Affaires étrangères. J’ai finalement opté pour le concours de conservateur, après avoir effectué mes études à l’Ecole du Louvre (1974-1980). J’ai soutenu un master (mémoire de l’Ecole du Louvre) en 1978 sous la conduite d’Arnauld Brejon, qui était alors conservateur au département des Peintures du Louvre et donnait un cours à l’Ecole sur la peinture italienne du XVIIe siècle. Il m’avait proposé de rédiger comme mémoire un catalogue raisonné, celui de la peinture italienne du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, ce que j’ai accepté. Et j’ai réussi le concours de conservateur en 1980.  

J’ai été nommé d’abord à l’Inspection des musées de province (IGMCC), comme on l’appelait alors, où j’ai travaillé jusqu’en 1988, puis au département des Peintures du Louvre, où je suis resté jusqu’à ma retraite en 2011. Parallèlement, à la demande de Dominique Ponnau, puis de son successeur Philippe Durey, j’ai donné de très nombreux cours à l’Ecole du Louvre pendant presque toute ma carrière : histoire générale de l’art et cours organique, cours du soir (Rachel Boyer) et d’été, cours en région. J’ai ensuite dirigé pendant des années un séminaire de méthodologie de la recherche.  

Mon catalogue raisonné (mémoire de l’Ecole du Louvre) a été publié en 1987 par la Réunion des musées nationaux (R.M.N.) dans la collection Inventaire des collections publiques françaises, dont il constitue le volume n° 31. Ce catalogue raisonné de la peinture italienne du musée de Bordeaux est organisé par ordre alphabétique des noms des peintres ou des peintres copiés. Il y a 172 tableaux étudiés, plus la liste des tableaux rendus à d’autres écoles. Les notices sont numérotées et un index renvoyant à ces numéros permet de retrouver ou de croiser les renseignements souhaités. Un classement par ordre chronologique aurait créé des confusions, notamment  en cas de réattribution des œuvres à des  copistes postérieurs.

Arnauld Brejon a bien voulu rédiger l’introduction, où il expliquait l’état d’indigence, à cette date, de l’étude des collections des musées de « province » (musées classés et contrôlés), pourtant  riches en oeuvres importantes, méconnues et souvent en mauvais état  :  envoyées par l’Etat, saisies à la Révolution, données par les particuliers, acquises pendant deux siècles.

La liste des 30 catalogues raisonnés publiés par la R.M.N. jusqu’en 1987 tenait en une seule page et ne concernait souvent qu’une petite partie de chaque collection, comme, au musée de Besançon, la collection Pierre-Adrien Paris, ou, au musée Paul Dupuy de Toulouse, les dessins antérieurs à 1830, etc. Dans le domaine de la peinture, quelques catalogues plus exhaustifs donnaient cependant l’exemple : ceux de Daniel Ternois à Montauban, de Pierre Rosenberg à Rouen, de Michel Laclotte au Petit Palais d’Avignon, d’Arnauld Brejon au musée Magnin de Dijon, etc. Mais l’étude scientifique des collections publiques françaises n’en était qu’à ses débuts.

Voici par exemple, dans la même collection, l’ouvrage de Michel Laclotte, paru en 1976, sur la peinture italienne au musée du Petit Palais, Avignon.  

Cela explique en quelque sorte son « plan de travail » ?

Brejon savait quels musées classés ou contrôlés conservaient une collection de peintures italiennes méritant d’être étudiées et publiées. Et leurs conservateurs étaient, bien sûr, favorables à toute étude approfondie de leurs collections, comme Gilberte Martin-Méry, conservatrice en chef du musée des Beaux-arts de Bordeaux (MusBA), partie à la retraite en 1985, qui m’a accueilli avec extrême bienveillance et m’a beaucoup aidé en m’ouvrant ses réserves et en me fournissant généreusement sans frais les photographies de tous les tableaux italiens.  

Pourtant cela a donné lieu à des réattributions ?

Oui, mais cela ne la choquait pas, telle œuvre très repeinte pouvait être ou ne pas être d’un artiste fameux supposé en être l’auteur ;  tout conservateur connaît les aléas des attributions au cours du temps, selon les progrès de la recherche. J’ai ensuite travaillé en pleine confiance avec son successeur, Philippe Le Leyzour (1), qui décida d’organiser en 1987 une exposition des peintures italiennes du musée de Bordeaux. Le catalogue de cette exposition est un ouvrage distinct, avec des contributions d’historiens de l’art divers, dont j’étais. Philippe Le Leyzour a réussi l’exploit de faire paraître les deux ouvrages la même année.  

Pietro di Cristoforo Vannucci, dit Le Pérugin, Vierge à l’Enfant sur le trône entre saint Jérôme, saint Augustin, quatre anges et deux chérubins, détail (3). Musba (DR).

Mais dans un livre destiné au grand public, on n’entre pas dans ces détails et l’on présente l’œuvre sous le nom le plus connu.  Le « Tarquin et Lucrèce » (ou Le viol de Lucrèce) ( 4 ) de Titien, qui figure sur la couverture de mon catalogue raisonné, a une origine prestigieuse : il vient de la collection britannique d’Arundel, et il est passé par les collections de Charles Ier d’Angleterre, de Mazarin et de Louis XIV. Titien a traité plusieurs fois le sujet de la violence faite aux femmes pour la dénoncer. Sa première et plus belle interprétation du thème se trouve à Cambridge. Très repeinte, celle de Bordeaux a beaucoup souffert, beaucoup voyagé, mais c’est bien Titien qui l’a ébauchée avant que le temps et d’autres intervenants ne la défigurent. J’ai donc gardé l’attribution historique.

Un autre tableau attribué à Titien a fait partie de la collection de François Ier , mais c’est une copie un peu lourde d’après la très célèbre  « Madeleine pénitente (5) » du palais Pitti à Florence, dont il existe une vingtaine de copies.  J’ai donc nuancé l’intitulé par le qualificatif « atelier », car elle date de l’époque du maître, qui a dû la voir et même, étant donné sa qualité, approuver le travail d’un assistant.  

Un tableau inspiré de Caravage figure aussi dans la collection : c’est une « Madeleine en extase (6 ) », copie d’après un original perdu qui a eu une immense renommée et qui a été très souvent copiée depuis le XVIIème siècle : aucune de ces versions n’a pourtant la force de Caravage. A l’exposition Caravage du musée Jacquemart-André à Paris en 2018 (7) sont apparues encore deux belles copies, mais elles n’étaient pas plus convaincantes.

Dans la charmante « Sainte Famille »8 attribuée à Véronèse de la collection de Louis XIV  (signalée au cabinet des Médailles à Versailles en 1695), les drapés un peu plats ne sont pas à la hauteur du maître et le qualificatif « attribué » donné par Terisio Pignatti, grand spécialiste de Véronèse, a été conservé.  

En revanche, certaines attributions traditionnelles à des peintres plus rares peuvent s’avérer justes et ont été maintenues, tel le superbe tableau de Lavinia Fontana, « Portrait d’homme assis feuilletant un livre, dit Portrait du sénateur Orsini » : l’incertitude porte ici, non sur l’auteur, mais sur le modèle (Orsini ou Aldrovandi ?).

A Bordeaux, beaucoup d’originaux de peintres italiens moins connus proviennent, comme celui-ci, de la collection du marquis de Lacaze, comme, par exemple, plusieurs tableaux de Pietro della Vecchia, un remarquable imitateur des œuvres vénitiennes du XVIe siècle, qui, quoique inspirés à s’y tromper de l’époque précédente, sont bien des originaux de ce peintre vénitien du XVIIème siècle.

La collection du marquis de Lacaze a été acquise par le musée en 1829. Ce collectionneur était conseillé par le mari d’Elisabeth Vigée-Lebrun, le peintre marchand Jean-Baptiste Pierre Lebrun, ami de David. Pendant la Révolution, il fut, malgré l’exil de sa femme inscrite sur la liste des émigrés, commissaire-expert au Muséum (Louvre) et membre de la commission des arts. Il poursuivit ses activités de marchand et de conseiller sous l’Empire et la Restauration. La collection Lacaze comporte cependant un faux « restauré » par Lebrun : c’est, en fait, une chromo habilement surpeinte, d’après un  « Christ en croix » bien connu de Venusti ! Mais Lacaze possédait aussi de bons originaux de peintres célèbres, comme les deux grandes toiles de la jeunesse de Luca Giordano à Naples ou son délicieux petit panneau, plus tardif, montrant une « Galatée ». En dehors de la collection Lacaze, on trouve à Bordeaux plusieurs Magnasco, dont deux grandes toiles fascinantes, belle trouvaille de Sylvie Béguin signalée à Giberte Martin-Méry, qui a su saisir l’opportunité de les acquérir. Dans sa jeunesse, Magnasco travaillait à Florence avec Peruzzini, pour qui il peignait des figures (11) dans un style puissant, plus appliqué que dans ses créations tardives : c’est ce que l’on constate dans les « Chartreux en prière », œuvre de collaboration.

La collection bordelaise présente par ailleurs deux œuvres attribuées à Bassano  (Bassan), dont une provient de la collection royale : j’ai fait venir cette œuvre au Louvre lors de l’exposition que j’ai organisée sur les Bassan en 1998 (12).

Le tableau  faisait partie d’une suite de quatre panneaux traitant « l’histoire de Noé ». Ce sont des copies exécutées dans l’atelier du maître, composé de ses trois fils, très bons peintres disposant eux-mêmes de nombreux assistants. Submergé de commandes, Bassano leur faisait réaliser des copies réduites d’après ses créations : son cycle original de l’histoire de Noé, constitué de quatre grandes toiles superbes, est conservé en République tchèque.

Pouvez-vous me parler de l’exposition de 1987 organisée à Bordeaux ?

Quand Philippe Le Leyzour succéda à Gilberte Martin-Méry en 1985, il voulut organiser une exposition des tableaux italiens et publier à cette occasion mon catalogue raisonné : il obtint que l’ouvrage soit financé à moitié par le musée et la ville, à moitié par la RMN. Glberte Martin-Méry, consultée, appuya le projet.

Le musée disposait déjà de son propre atelier de restauration, qui  faisait régulièrement des bichonnages et des travaux  limités, situation  rare dans les musées classés à cette époque. Pour les travaux plus lourds, qui prirent de l’ampleur pour préparer l’exposition, le service de restauration des musées classés et contrôlés (installé à Versailles) prit le relais. Cela dura assez longtemps, car les autres écoles de peinture présentes au musée de Bordeaux nécessitaient aussi des interventions. Pour les tableaux italiens, je précise, dans les notices du catalogue, l’état de chacun d’entre eux et l’historique de leurs restaurations passées.

L’exposition eut finalement lieu en 1987 sous le titre « Italie. Histoire d’une collection ». Philippe Le Leysour en était le commissaire.  

Quid du catalogue, quelles exigences ?

L’exposition avait son propre catalogue destiné au grand public, avec des notices plus courtes, moins scientifiques que celles du catalogue raisonné. J’ai rédigé la plupart de ces notices plus courtes à la demande de Philippe Le Leyzour.  

Quid du détail du tableau qui figure sur la couverture du catalogue ?

Il s’agit d’un chef-d’œuvre de Pittoni, « Eliézer et Rebecca (13 ) », faisant partie de la collection Lacaze. Son ancienne attribution à Tiepolo a été contestée dès 1954.  

© Documentation musée des Beaux-Arts – Mairie de Bordeaux.

Qui a financé l’exposition ? Qui l’a décidée ? Quand ?

La mairie de Bordeaux, en l’occurrence son maire Jacques Chaban-Delmas. Cela a correspondu à l’organisation du 38e Mai musical de Bordeaux. Les « Mai » étaient particulièrement appréciés et fréquentés. Ils s’accompagnaient d’une grande exposition temporaire que le musée était chargé d’organiser et Philippe Le Leyzour a obtenu, grâce à l’argent dévolu au  « Mai », un financement plus élevé que d’habitude pour restaurer et exposer les tableaux italiens de Bordeaux, et, encore plus fort, pour publier la même année deux catalogues pour une même exposition, l’un scientifique, l’autre grand public.  


Vues de l’exposition Italie. Histoire d’une collection, 1987 © Documentation musée des Beaux-Arts – Mairie de Bordeaux.

Quid de la scénographie de l’exposition ?

Le musée ne disposait pas d’espaces suffisants pour les expositions temporaires : elles se déroulaient dans un autre espace, appelé « Galerie des beaux-arts ». Le musée est, en effet, confiné dans les deux anciennes orangeries de l’hôtel de ville. Philippe Le Leyzour avait conçu un projet de nouveau musée de l’autre côté de la Gironde, près du nouveau quartier conçu par Ricardo Bofill, mais ce projet n’a pas abouti. Vous en trouverez sans doute des traces dans les archives du MusBA. A l’époque, la scénographie des expositions était donc très simple, car les espaces proposés ne permettaient pas de présentations spectaculaires.  

Quelle audience, quelle perception de cette exposition, par le public, les critiques ?

J’étais au vernissage, qui a été un vrai succès. Le Mai de Bordeaux était bien organisé, très fréquenté. La ville de Bordeaux venait en outre d’ouvrir le CAPC, et le maire a été, me semble-t-il, très satisfait de cette fréquentation élevée. La presse était au rendez-vous, mais j’en garde peu de souvenirs. C’était, je crois, plutôt la presse locale. L’exposition dura trois mois.

 À l’issue de cette exposition, en 1988, j’ai été nommé au département des peintures du Louvre. Comme il y a une majorité d’œuvres vénitiennes dans la collection de Bordeaux, je commençais à avoir une réputation de spécialiste de l’art vénitien du XVIe siècle. Merci Titien !

Dominique Ponnau m’a demandé alors  de faire à l’Ecole du Louvre le cours, dit « organique », de peinture étrangère et j’ai donc choisi de consacrer mon cours, pendant quatre ans, à ce que je connaissais maintenant  le mieux : la peinture vénitienne du XVIème siècle. L’exposition de 1987 a donc joué un certain rôle dans ma carrière et m’a ouvert en quelque sorte les portes du Louvre, où la peinture vénitienne était jusque-là un peu délaissée : Michel Laclotte, président-directeur, et Pierre Rosenberg, conservateur en chef du département des Peintures, se sont mis d’accord pour me nommer conservateur responsable des peintures vénitiennes du Louvre. Pierre Rosenberg me chargea aussitôt d’organiser, avec le Service de restauration des musées nationaux dirigé par Nathalie Volle, la longue et difficile restauration des « Noces de Cana » de Véronèse, qui a eu lieu en public dans la salle des Etats pendant trois ans. J’ai participé aussi, comme commissaire associé, à la fabuleuse exposition de Michel Laclotte au Grand Palais, « Le Siècle de Titien ». J’ai conçu par ailleurs au Louvre plusieurs expositions vénitiennes, la plus importante étant « Titien, Tintoret, Véronèse…Rivalités à Venise », (15) organisée en 2009-2010 en collaboration avec Vincent Delieuvin, mon successeur au département des Peintures.

L’esprit de l’ exposition bordelaise de 1987 ne correspond-t-il pas aux origines du RETIF : vous participez à ses travaux ?

Je participe encore, en effet, aux réunions du RETIF. C’est Michel Laclotte qui a créé à l’INHA ce répertoire général des peintures italiennes conservées dans les collections publiques et dans les églises françaises, consultable en ligne. Michel Laclotte m’a demandé d’en faire partie dès le début. Nathalie Volle lui a succédé. Tous les musées en région contribuent à l’élaboration de ce répertoire. Le catalogue raisonné, l’exposition bordelaise de 1987 et mon passage à l’IGMCC jusqu’en 1988 ont constitué effectivement pour moi des vecteurs de sensibilisation au patrimoine de nos régions.  En 2005, une grande exposition patrimoniale itinérante, avec colloque, à laquelle j’ai participé, unissait les musées de Bordeaux et de Caen : elle s’intitulait « Splendeur de Venise (16 ) ». Elle s’est déroulée entièrement en région.

© Documentation musée des Beaux-Arts – Mairie de Bordeaux.

Je vous remercie.

___________________

1. Directeur du musée de 1985 à 1990, il est devenu ensuite Conservateur en chef du musée de Tours, nommé conservateur général en 2010, en poste jusqu’en 2011. Voir les directeurs successifs du MusBA : https://www.musba-bordeaux.fr/fr/article/conservateurs-1811-aujourd’hui

2. ou Pintoricchio, né Bernardino di Betto.

3. En ligne sur le site du MusBA (DR) : https://www.musba-bordeaux.fr/fr/article/le-perugin Voir la notice : Vierge à l’Enfant sur le trône entre saint Jérôme, saint Augustin, quatre anges et deux chérubins – La Vierge entre saint Jérôme et saint Augustin : https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/notice/bx-e-22-vierge-a-l-enfant-sur-le-trone-entre-saint-jerome-saint-augustin-quatre-anges-et-deux-cherubins-8fda4b60-6862-4fe3-917a-6613c3c687e2

4. Tarquin et Lucrèce – Le Viol de Lucrèce : https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/notice/bx-e-42-tarquin-et-lucrece-258992be-3b2d-4462-a7e9-20573aec9079

5. En ligne : https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/notice/bx-e-27-madeleine-penitente-39ca3709-11a3-4430-9562-e7017e9fcf30

6. En ligne : https://www.musba-bordeaux.fr/fr/article/LFontana

7. En ligne :  https://www.musee-jacquemart-andre.com/fr/caravage-rome

8. En ligne : https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/notice/bx-e-36-sainte-famille-avec-sainte-dorothee-410afc06-2f84-4ea0-97e1-f86e8d14d8f9

9. En ligne : https://www.musba-bordeaux.fr/fr/article/LFontana

10. En ligne : https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/search?p=1&query=magnasco et :  https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/notice/bx-1961-11-2-arrivee-et-interrogatoire-des-galeriens-dans-la-prison-de-genes-7c0d573e-8fd8-43e9-aebe-ea4d88882f73

11. En ligne : https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/notice/bx-e-500-chartreux-en-priere-e37e1d39-12ac-4ba7-8113-c8e742312e0a

12. Bassano et ses fils, exposition, Paris, Musée du Louvre, salle de la Chapelle, aile Sully, 18 juin-21 septembre 1998.

13. En ligne : Eliézer et Rebecca, https://musba-bordeaux.opacweb.fr/fr/notice/bx-e-290-eliezer-et-rebecca-16ce9752-0b8e-4be6-b956-e2216f1a19ef

14. Exposition du Musée des Beaux-Arts présentée à la Galerie des Beaux-Arts du 9 mai au 1er septembre 1987 (38e Mai musical de Bordeaux). Avant-propos du catalogue par Jacques Chaban-Delmas : « A l’occasion du 38e Mai musical de Bordeaux, le Musée des Beaux-Arts présente une exposition intitulée “Italie – Histoire d’une collection”, proposant une sélection de nos plus beaux tableaux italiens du XVIe au XVIIIe siècles,

15. En ligne : https://mini-site.louvre.fr/venise/index_fr.html et : https://mini-site.louvre.fr/venise/fr/exposition/la_femme_desiree.html

16. En ligne :  https://www.musba-bordeaux.fr/fr/article/splendeur-de-venise


Les noces de Cana au Louvre.