Archives par mot-clé : l’Objet »

Claude Parent, un architecte utopique parmi les artistes

L’architecte Claude Parent, qui vient de décéder,  est “connu pour son architecture originale au service de l’imaginaire et de l’utopie, Claude Parent est le créateur de l’architecture oblique. Élu membre de l’Académie des beaux-arts en 2005, au fauteuil de l’architecte Jean Balladur, il raconte d’un humour distancié, son parcours, son engagement passionnel au service de l’architecture et ses rencontres avec les artistes du monde de la peinture et du théâtre. Fernand Léger, Yves Klein, Michel Carrade, Sylvain Dhomme, Polieri, les architectes Nicolas Shöffer, Lionel Mirabaud, le théoricien Paul Virilio et beaucoup d’autres ont nourri ses expériences de créateur.”

Dans une émission proposée par  Marianne Durand-Lacaze, l’Académie a salué en 2008 l’un des siens : Claude Parent, l’architecte de l’oblique , entretien avec l’académicien des beaux-arts  :

Avant l’académisme,  dans les années 1950 et 1960, Claude Parent a en effet été l’acteur d’une époque qui associait dans un même mouvement utopique, sans distinction, artistes peintres, sculpteurs et architectes  : Claude Parent a revendiqué pour sa création l’importance primordiale des rencontres et compagnonnages successifs. Les duos formés avec Ionel Schein, André Bloc, et Paul Virilio en témoignent, marquant l’actualité architecturale et intellectuelle des années 1950 et 1960.

Dès le début des années 1950, il multiplie les collaborations artistiques (Nicolas Schöffer, Yves Klein, Jean Tinguely, André Bloc) et adhère au Groupe Espace créé par André Bloc en 1951 (avec Jean Dewasne, Étienne Béothy, Jean Gorin, Félix Del Marle, Edgard Pillet, Victor Vasarely et Nicolas Schöffer), qui défend une nouvelle synthèse des arts.

De sa rencontre en 1963 avec Paul Virilio naîtra le groupe Architecture Principe (1963 – 68) – dont l’Église Sainte-Bernadette du Banlay (1963 – 66) à Nevers deviendra le projet-manifeste. Paul Virilio et Claude Parent imaginent le concept de « fonction oblique » cherchant ainsi à redéfinir nos espaces de vie en édifiant des bâtiments perturbateurs, aux sols et aux murs inclinés. L’expérimentation est son champ d’investigation permanent. Des bâtiments faits de rampes, de pentes, d’angles, privés d’ameublement – l’espace lui-même est censé déterminer la surface. Des concepts tels que « mur », « sol », « au dessus », « en dessous » sont écartés de leur signification première. Les relations sociales sont dynamisées par l’oblique et par une compréhension de l’espace pleine de spiritualité.

A la fin des années 1950, il mène une collaboration pionnière et intense avec l’artiste Yves Klein :

Au printemps 1959, Yves Klein travaille avec l’architecte Claude Parent sur son projet de Fontaines d’eau et de feu ; il dessine un projet de sculpture aéromagnétique. L’architecte Claude Parent évoque le projet des fontaines de feu dont Klein souhaitait doter les jardins du palais de Chaillot : « Ce qui intéressait Klein au maximum c’était la rencontre de l’eau et du feu avec le dégagement des fumées produites qui flattait certainement le goût wagnérien du théâtre qu’il avait. Il m’avait demandé de travailler aux fontaines de Varsovie devant le palais de Chaillot. Avec ce principe de l’eau et du feu de la rencontre d’un peu d’eau frappée diagonalement à son sommet par un jet de flamme qui dégage à ce moment-là une vapeur d’eau, une fumée dans l’atmosphère ». À travers son délire créatif, Klein avait su conférer un mythe à son personnage, celui du vide. En échange d’une « zone de sensibilité picturale et immatérielle », il exigeait suivant les dimensions de son œuvre entre un kilogramme et quelques grammes d’or fin, et dans son journal du vide, il écrivait, « Le territoire doit ressembler aux yeux de l’espace ». Actualités cinématographiques de Gaumont-Pathé « Yves Klein, quatrième dan », 3 mns 38 s, 1969.

Ainsi, Claude Parent a participé à l’exposition pionnière organisée par François Mathey, au musée des Arts décoratifs à Paris : l’exposition Antagonismes II, l’Objet, au printemps 1962 : elle associait aussi bien des peintres et sculpteurs, que des architectes : Michel Ragon, critique d’art, a salué la maquette d’un théâtre à scènes multiples d’AGAM réalisée avec l’aide de Claude Parent, mais aussi, la création d’Yves Klein présentée au sein de l’exposition : un panneau documentaire, présentant  ” l’architecture de l’air » et « la climatisation de l’atmosphère à la surface de notre globe ». Le panneau était composé d’esquisses d’architecture immatérielle, faites par l’architecte.

archi13

Michel Ragon a écrit sur Parent une monographie critique d’un architecte.

claude-parent-480x582

A la demande de Michel Ragon, en 1963, Claude Parent expose à la galerie Anderson-Mayer, aux côtés de Gilioli, Chavignier, Kowalski, Niemeyer, Gaudi, André Bloc, Claude Parent, Jacques Polieri, Alain Bourbonnais, Labourdette, Stahly, di Tinea, Schöffer, Szekely, Ionel Schein.

L’Espace de l’Art Concret à Mouans-Sartoux a consacré une exposition sur la collaboration entre l’architecte Claude Parent et l’artiste Yves Klein, du 31 mars au 25 août 2013 : YVES KLEIN / CLAUDE PARENT À MOUANS—SARTOUX.

Claude Parent a prolongé cette collaboration unique avec Yves Klein avec un projet de monument qui vise, selon ses termes, « à une interprétation architecturale de la pensée d’Yves Klein dans ce qu’elle propose de plus fondamental ».

g_ArtConcret13crKleinMemorial05a

Claude Parent/Mémorial Yves Klein, 1964 -1965/Maquette Bois 40 x 49.5 x 49.5 cm, inv. 008 59 01, Collection FRAC Centre.

 

Disparition de Bernard Baschet

Mort de Bernard Baschet, l’homme qui « gonflait » les guitares, Le Monde.fr | 23.07.2015 : Mort de Bernard, un an après son frère François, Bernard Baschet est mort le 17 juillet 2015 à l’âge de 97 ans, laissant dans son atelier leur travail éternellement en chantier. « Notre boulot, c’était de fabriquer des timbres musicaux », expliquait-il au visiteur en donnant à entendre les sons issus de leurs derniers instruments, nénuphars métalliques majestueux, entonnoirs dégingandés, tôles joliment froissées, qui peuplaient la petite maison de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne), où il habitait”. En 1952, François Baschet invente avec son frère Bernard, des sculptures sonores. Ce sont des instruments de musique entièrement acoustiques sculptés dans des matériaux originaux (métal, cristal, verre, carton rigide). La galeriste Iris Clert dans ses mémoires, rappelle qu’ils ont connu un certain succès dans les années soixante:

"J’avais récemment connu les frères Baschet, inventeurs d’appareils musicaux extraordinaires composés de tubes de plexiglas : Les orgues de Cristal. En passant leurs doigts mouillés sur les tubes, un couple de musiciens, Jacques et Yvonne Lasry, interprétaient du Bach et des airs de leur composition avec une virtuosité exceptionnelle. C’était littéralement inouï. […] Les Baschet suscitaient un intérêt accru avec leurs orgues de cristal, mais sans aucun profit. Un jour François me demande : Toi qui a des idées, trouve-nous une solution. Comment vendre nos oeuvres ? - C’est impossible de les vendre puisque seuls les Lasry savent s’en servir. Vous devriez faire des objets musicaux individuels, comme des sculptures. Vous avez assez de génie pour inventer cela aussi. C’est ce qu’ils firent par la suite, avec succès. Aux USA, ils furent même invités, avec les Lasry, pour donner des concerts à la Maison Blanche. "  Iris Clert, Iris Time (L’artventure), Paris,Éditions Denoël,1978. 

En 1961, la radio télévision française leur consacre un reportage dont  l’INA garde trace. François BASCHET, interviewé par Jacques MOUSSEAU, présente les instruments qu’il a conçus et explicite sa démarche. En 1962, les deux frères participent à l’exposition collective « Antagonismes II, l’Objet », organisée au musée des Arts décoratifs, à Paris. Les frères Baschet ont ensuite bénéficié d’une exposition personnelle dans le même musée des Arts décoratifs, à Paris, du 8 avril 1964 au 4 mai 1964. En 27 jours, elle accueille 2 086 visiteurs.  L’expérience dont ils gardaient un excellent souvenir, est signalée dans l’ouvrage de François Baschet paru en 2007 : il décrit dans quelles conditions il a pu exposer son travail au musée grâce à François Mathey :

« En avril 1964, le musée des Arts décoratifs nous invite à présenter nos sculptures structures dans six salles, pendant trois semaines et demi. D’habitude, le public voit dans les musées, la consigne « ne pas toucher », nous avons mis la consigne : « prière de toucher et de jouer ». Le succès est considérable. Deux vestales assistent le directeur François Mathey, Yvonne Brunhammer et Monique Ricour. » François Baschet,Mémoires sonores, Paris : L’Harmattan, 2007. 

Les orgues de cristal exposées au musée des Arts décoratifs en 1964, ont été fabriquées chez Lalique. Leur carrière prend son envol à partir de 1965 : les expositions se multiplient : à Bruxelles, au Palais des Beaux-Arts, au Moderna Museet, à Stockholm, puis à New York, au MoMA. En 1968, ils présentent au Musée d’art moderne de la Ville de Paris leurs structures gonflables.  En 1970, ils exposent à la Art Gallerie de l’Université de Californie, à Santa Barbara. Ils sont également connus pour avoir conçu des robes en aluminium plié à la main qui habillent les actrices du film sorti en 1966,  de William Klein, Who are you Polly Magoo ? polly Le MoMA expose toujours leurs oeuvres insolites, notamment le « cristal Baschet », un lointain cousin de l’harmonica de verre. Le travail des frères Baschet constitue une base de la pédagogie de l’éveil musical. Voir également l’entretien filmé de Bernard Baschet pour Télérama , ou le documentaire de 2011, Coppice & the Baschet Aluminum Piano au Museum of Contemporary Art in Chicago.