Archives du mot-clé Lens

Vidéos d’art : les désastres de la guerre à Lens

Les Désastres de la guerre, 1800-2014 au Louvre Lens, la grande exposition de l’été, à voir jusqu’au 6 octobre  : https://www.youtube.com/watch?v=sXWsz-LzIlI&feature=youtube_gdata_player

Le document nourrit l’œuvre d’art qui se nourrit elle même d’œuvres précédentes comme ce tableau d’Alphonse de Neuville de 1873 sur la guerre de 1870, intitulé  » Les dernières cartouches » prêté par le musée d’Orsay, thème qui sera ensuite repris par Méliès en 1897 dans un court-métrage muet en noir et blanc qui figure au sein de l’exposition, intitulé Bombardement d’une maison.

800PX-~1

Capture2

La vidéo évoque également le film dit de « Stevens » identifiant la Shoah lors des procès de Nuremberg, montré pour la première fois dans une exposition. (Voir à ce propos l’article de C. Delage,  « L’Image comme preuve : l’expérience du procès de Nuremberg », Vingtième siècle.Revue d’histoire, n° 72, octobre-décembre 2001, p. 63-78 :

 » Le premier film projeté en audience le 29 novembre 1945, sous le titre Les Camps de concentration nazis[…] fut réalisé sous la direction du lieutenant de marine Ray Kellogg, adjoint de John Ford à la direction de l’unité photographique et cinématographique de l’OSS.  Dans une lettre adressée à John Ford le 20 novembre…. Le colonel George Stevens, alors en service au corps des Transmissions des Forces expéditionnaires alliées, attaché au Grand Quartier général, souvent cité comme étant le réalisateur du film, n’y a apposé son affidavit qu’en sa qualité de responsable, entre le 1er mars et le 8 mai 1945, des images tournées dans les camps de concentration nazis et les camps de prisonniers libérés par les Alliés. Cette mission lui avait incombé en raison de ses fonctions officielles au sein du Signal Corps – le service photographique et cinématographique de l’armée américaine. Malgré son titre, le film ne retraçait pas l’histoire des camps nazis, comprise comme celle de la « solution finale », mais témoignait de ceux qui, « parmi les plus représentatifs de ces camps, reflètent les conditions de vie qui y régnaient », en réalité ceux libérés ou découverts par les Américains et les Britanniques »..

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2001-4-page-63.htm

Sur le catalogue de l’exposition, voir à l’occasion de la quinzième édition du festival littéraire franco-irlandais à Dublin, la rencontre avec Laurence Bertrand Dorléac autour du catalogue « Les désastres de la guerre 1800-2014 » aux éditions Somogy et « Contre-déclin, Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire » aux éditions Gallimard :  http://www.mollat.com/livres/bertrand-dorleac-laurence-les-desastres-guerre-1800-2014-9782757208151.html

Otto Dix pendant la guerre à Lens

Capture2Dans ce court reportage, présentant l’exposition sur les  » Les Désastres de la guerre. 1800-2014 « , actuellement au Louvre- Lens, Laurence Bertrand Dorléac explique comment Otto Dix a créé plus de six cents dessins après sa participation à la guerre de 14-18 à Lens. Il reprendra ce thème de la guerre, vécue et traumatisante, en 1924.

https://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e709e80f325e11e5f000025/5388ab7094a6f6711d643ec5/b7602057cad44cfbaeaecee33ebc16a7?wmode=opaque

On peut également voir dans ce reportage d’autres tableaux et créations exposées comme cette tête de cheval de CapturePicasso pour Guernica.

Sur l’exposition, voir l’article de Philippe Dagen dans le journal Le Monde : http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/06/02/quand-les-artistes-regardent-la-guerre-en-face_4430062_3246.html

Deux tableaux du musée Rolin d’Autun envoyés à l’exposition de Lens

Vu dans la presse,

Extraits : « Ce sont deux des plus belles richesses du Musée Rolin d’Autun : http://www.autun.com/Les-lieux-de-loisirs/expos-temporaires-musee-rolin.html . Deux huiles sur toile d’Horace Vernet, le peintre des batailles de l’Empire napoléonien. Ces deux tableaux, Le Combat de la Somah et La Prise de la tour de Malakoff ont été sollicités par le Musée du Louvre-Lens pour son exposition principale 2014, « Les désastres de la Guerre : 1800-2014 […] Le Combat de la Somah , un tableau représentant la conquête de l’Algérie (1834-1847), commandité par Louis-Philippe en 1836. […] Un tableau exceptionnel « car cette bataille a été très rarement représentée mais surtout parce qu’Horace Vernet dérape, souligne Laurence Bertrand-Dorléac, commissaire générale de l’exposition à Lens. Vernet était parti en Algérie pour représenter plusieurs tableaux pour le musée de toutes les gloires de la France. Or sur ce tableau, il est sur un non-dit, il retrace la vérité, les soldats français sont hébétés au combat, sous l’emprise de l’alcool alors que les Arabes sont plus nobles […] La ville d’Autun s’est portée acquéreuse de ce tableau en 1839, par le biais d’une souscription municipale. L’intérêt local est que le combat de la Somah est un fait d’arme de l’Autunois Changarnier, promu Lieutenant-Colonel dans l’armée à la suite de cette bataille où il menait 250 militaires français à protéger la retraite de l’armée face à 6 000 goumiers de Constantine.[…]
En 1858, la ville d’Autun se porte également acquéreuse, toujours par une souscription auprès des Autunois, de La Prise de la tour Malakoff. Cette fois-ci, c’est le Général Patrice de Mac Mahon, né au château de Sully, qui est au centre de l’attention locale. En pleine guerre de Crimée, le général, futur président de la République de 1873 à 1879, parvient à conclure le siège de Sébastopol (Odessa aujourd’hui) et à renverser les Russes. C’est alors qu’il plantait le drapeau français sur la redoute de Malakoff qu’il aurait prononcé sa phrase célèbre : « Je suis ici, j’y reste ! »
[…] Pour la commissaire de l’exposition du Louvre-Lens :  » ce tableau est intéressant « par sa représentation des morts et des blessés », très sensible et somme toute dérangeante par son amoncellement au pied du Général Mac Mahon. Ce tableau répond aussi à l’actualité puisque la Crimée est au cœur du conflit naissant entre l’Ukraine et la Russie depuis quelques mois ». http://www.lejsl.com/edition-autun/2014/05/13/j-y-suis-j-y-reste

la-prise-de-la-tour-malakoff-ou-le-malheur-de-la-guerre-photo-ville-d-autun-musee-rolin-cliche-s-prostLa Prise de la tour Malakoff ou le malheur de la guerre. Photo © Ville d’Autun, Musée Rolin/cliché S. Prost.

Les désastres de la guerre. 1800-2014 : bientôt l’exposition au musée du Louvre-Lens

après interventionTrès prochainement s’ouvrira l’exposition sur les désastres de la guerre au musée du Louvre-Lens :

Dans ce reportage de FR3, on découvre que le plasticien Jean-Jacques Lebel, est aussi collectionneur.

La commissaire de l’exposition, Laurence Bertrand Dorléac, commente quelques œuvres majeures et leur signification : devtCapturevietnam

 

 

 

https://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/536b89d594a6f65c4628c22b/9656ba74a56d44389bd53dfdbdb8fe38?wmode=transparent&autoplay=1

L’exposition ouvre ses portes le 28 mai prochain : http://www.louvrelens.fr/expositions

Conférence  lundi 2 juin à 18h, animée par Laurence Bertrand-Dorléac à la Scène du Louvre-Lens.

Guerres, désastres et ravages : les prochaines expositions

Plusieurs expositions sont consacrées au thème de la guerre en Europe et évoquent ses ravages,  ses désastres :

Au Louvre-Lens : Les désastres de la guerre 1800-2014
http://www.louvrelens.fr/desastres/-/asset_publisher/VsusbMfi3xaU/content/les-desastres-de-la-guerre?p_r_p_564233524_assetsIds=72214

A la une : « L’Oublié », huile sur toile, 1872, d’ Émile Betsellère. « Jeune soldat mortellement blessé, étendu à plat ventre sur le sol couvert de neige après la bataille (1870). Il se soulève sur ses bras ; beau profil. Intéressante impression de vent glacé soufflant sur la scène. (Salon de 1872) ». Le tableau est au musée de Bayonne : http://notesdemusees.blogspot.fr/2008/06/bayonne.html

du 28 mai au 6 octobre 2014 : L’exposition bénéficie du label national « Centenaire » et s’inscrit dans l’opération « Guerres et Paix » des musées du Nord – Pas de Calais.
C’est la plus complète :

« L’exposition s’intéresse à une vingtaine de conflits comme à autant de tournants, qui génèrent des problèmes nouveaux en matière de technique et de politique de représentation. Près de 170 artistes sont représentés, à travers tous les supports (peinture, sculpture, arts graphiques, photographie, cinéma, vidéo, installations, bande dessinée, image d’Epinal, dessin de presse, etc.) : Beckmann, Betsellère, Capa, Daumier, David, Delacroix, Delaroche, Detaille, Dix, Doré, Erro, Fautrier, Fenton, Gance, Géricault, Goya, Grosz, Hartung, Heartfield, Kudo, Lebel, Léger, Lejeune, Lupertz, Masereel, Masson, Meissonier, Méliès, Miller, Ming, Moore, Music, Nash, Neuville, Picasso, Ristelhueber, Schlichter, Steib, Steinlen, Van Dongen, Villeglé,..»

A voir également :
Art et culture en période de conflit : Le M Museum de Louvain ( Belgique) fait le décompte des malheurs subis par l’art en temps de conflit, du 20 mars au 1er septembre 2014 : http://www.mleuven.be/fr/art-contemporain/a-venir/ravage/

Vienne-Berlin : dans les premières décennies du XXe siècle, couvrant la guerre et les Années folles : du 14 février au 15 juin 2014, à Vienne au Belvédère puis à Berlin : http://www.belvedere.at/en/ausstellungen/ausstellungsvorschau/vienna—berlin-e124952

La seconde guerre mondiale en 100 objets,  du 5 février au 5 mai 2014 au  Kunsthal de Rotterdam : 25 musées des Pays-Bas participent à l’exposition : http://www.kunsthal.nl/en-22-734-The-Second-World-War-in-100-objects.html