Archives par mot-clé : Lens

Vidéos d’art : les désastres de la guerre à Lens

Les Désastres de la guerre, 1800-2014 au Louvre Lens, la grande exposition de l’été, à voir jusqu’au 6 octobre  : https://www.youtube.com/watch?v=sXWsz-LzIlI&feature=youtube_gdata_player

Le document nourrit l’œuvre d’art qui se nourrit elle même d’œuvres précédentes comme ce tableau d’Alphonse de Neuville de 1873 sur la guerre de 1870, intitulé ” Les dernières cartouches” prêté par le musée d’Orsay, thème qui sera ensuite repris par Méliès en 1897 dans un court-métrage muet en noir et blanc qui figure au sein de l’exposition, intitulé Bombardement d’une maison.

800PX-~1

Capture2

La vidéo évoque également le film dit de “Stevens” identifiant la Shoah lors des procès de Nuremberg, montré pour la première fois dans une exposition. (Voir à ce propos l’article de C. Delage,  « L’Image comme preuve : l’expérience du procès de Nuremberg », Vingtième siècle.Revue d’histoire, n° 72, octobre-décembre 2001, p. 63-78 :

” Le premier film projeté en audience le 29 novembre 1945, sous le titre Les Camps de concentration nazis[…] fut réalisé sous la direction du lieutenant de marine Ray Kellogg, adjoint de John Ford à la direction de l’unité photographique et cinématographique de l’OSS.  Dans une lettre adressée à John Ford le 20 novembre…. Le colonel George Stevens, alors en service au corps des Transmissions des Forces expéditionnaires alliées, attaché au Grand Quartier général, souvent cité comme étant le réalisateur du film, n’y a apposé son affidavit qu’en sa qualité de responsable, entre le 1er mars et le 8 mai 1945, des images tournées dans les camps de concentration nazis et les camps de prisonniers libérés par les Alliés. Cette mission lui avait incombé en raison de ses fonctions officielles au sein du Signal Corps – le service photographique et cinématographique de l’armée américaine. Malgré son titre, le film ne retraçait pas l’histoire des camps nazis, comprise comme celle de la « solution finale », mais témoignait de ceux qui, « parmi les plus représentatifs de ces camps, reflètent les conditions de vie qui y régnaient », en réalité ceux libérés ou découverts par les Américains et les Britanniques”..

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2001-4-page-63.htm

Sur le catalogue de l’exposition, voir à l’occasion de la quinzième édition du festival littéraire franco-irlandais à Dublin, la rencontre avec Laurence Bertrand Dorléac autour du catalogue “Les désastres de la guerre 1800-2014” aux éditions Somogy et “Contre-déclin, Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire” aux éditions Gallimard :  http://www.mollat.com/livres/bertrand-dorleac-laurence-les-desastres-guerre-1800-2014-9782757208151.html