Archives par mot-clé : Lausanne

L’art brut japonais (2)

La mise en lumière internationale de l’art brut japonais remonte à l’exposition « Art Incognito » présentée en 1997 à la Collection de l’Art Brut à Lausanne. Le même espace a présenté en 2008 une exposition intitulée « Japon », qui se consacrait entièrement à la création japonaise. En 2010, la Halle Saint-Pierre a présenté la première exposition française sur l’art brut japonais — environ 1.000 œuvres créées par 63 auteurs. 2018 sonne le retour de l’art brut japonais à la Halle Saint Pierre avec « Art Brut Japonais II ». 

Cette nouvelle exposition  qui rassemble une cinquantaine d’auteurs : elle va permettre d’identifier certains créateurs. Au Japon, l’art brut a connu un vaste essor dans la province de Shiga à la fin du XXe siècle. Cette province, située au centre de l’île de Honshü, la plus importante de l’archipel, est pionnière dans la prise en compte et l’accompagnement des artistes handicapés. Les institutions spécialisées souhaitent y laisser libre cours à l’imagination et à la créativité de leurs patients.

Ces artistes sont soit issus d’ateliers pratiquant l’art-thérapie, soit ils sont autonomes. Ils utilisent des techniques et des matériaux divers comme la céramique, l’origami, le dessin, le textile, la sculpture ou bien l’assemblage d’objets comme Reiichi Hayashida :

Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.
Reiichi HAYASHIDA,Publicité pour un dîner chinois, 2016, Technique mixte, 45 x 60 x 9,5 cm Collection de l’artiste.
Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.

Parmi la cinquantaine de créateurs présentés, voici quelques artistes remarquables dont certains ont été  déjà exposés  à  Nantes en décembre 2017. Chacun de ces artistes est un monde à part dépourvu de toute influence artistique extérieure. Pour autant, ils ne sont pas hors du temps et de la société, dans lesquels ils vivent.

Takeru AOKI, Aki Yashiro, 1997-2004. ©Satoshi Takaishi.
Vues de l’exposition.
Ichiro YOSHIDA
Né en 1960. Vit dans la préfecture de Tokushima. Grand personnage Pocket-Pocket. 2010. Technique mixte.
Takayuki AYAMA. Tortue bleue dans la mer. 2017.
Takayuki AYAMA. Léopard, guépard et bébé léopard – Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 2016 © Takayuki Ayama.

Sinichi Sawada est déjà reconnu et a intégré les collections lausannoise ; il est devenu une figure emblématique de l’art brut japonais grâce à ses céramiques, présentées lors de la Biennale de Venise 2013 :

Vue de l’exposition à la Halle Saint Pierre
(visite de Lucienne Peiry).
Création de Sinichi Sawada 
Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014,
Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN

Les autres œuvres présentées dans l’exposition sont souvent le fruit de nouvelles créations. Marie Suzuki (née en 1979) peint de vastes paravents :

Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste.

 Les origamis en feuille d’arbre de Yoshihiro Watanabe, qui sont d’une grande délicatesse, représentent des animaux :

Kasu Suzuki tisse et réalise un tissage inversé pour des formes volumineuses qu’ il suspend sous forme des cordes polychromes de 4,40 m :

Textiles et abstraction avec Misuzu Seko (née en 1981) qui emploie des fils de coton et de laine colorés qu’elle brode. Elle est présente dans la collection de Bruno Decharme :

Satoshi Morita (né en 1978) conserve des restes de fils dans des boîtes en carton : il les brode sur un tissu irrégulier. Il figure également dans la collection Decharme :

De nombreux dessins sont présents  dans l’exposition, comme la série des véhicules de Takumi MATSUHASHI :

Takumi Matsuhashi, Camion de papier, 2014.

ou bien les panoramas réalisés au stylo par Norimitsu Kokubo, artiste qui réside dans la Préfecture de Shiga;

ou les dessins et écrits de l’artiste Hiroyuki Komatsu résidant dans la même région :

Makoto Toya (né en 1944) a peint 61 rouleaux gigantesques de papier japon à l’acrylique :

Les motos jouets d’Akira YAMANE :

Akira YAMANE Metal Ranger V, 20152018, Technique mixte, 10 x 27 x 16 cm, Collection de l’artiste.

Une salle à part présente les travaux de deux survivants de la bombe atomique d’Hiroshima, deux artistes hibakusha, Masaki HIRONAKA et Yukio KARAKI,  qui, comme beaucoup d’hibakusha, témoins de la bombe d’Hiroshima, n’ont pu témoigner de ces visions qu’à un âge avancé.

Yokio Karaki avait quinze ans ; il vivait à seulement trois kilomètres du bombardement atomique : à partir de 1984 et pendant huit ans, il a réalisé onze peintures à l’huile et a fait don de ses œuvres au musée de Kyoto. 

Masaki HIRONAKA avait alors cinq ans et dix mois.

Alors qu’il cesse, bien des années plus tard de travailler, en 2000, il décide de rassembler ses souvenirs sous forme de carnets dessinés :

 

Masaki HIRONAKA, La bombe atomique d’Hiroshima, 2002, Stylos sur papier (copie d’originaux), 21 x 29,7 cm Collection de l’artiste.

A voir jusqu’en mars 2019.

Quelques ouvrages et biographies en français :

Quelques liens :

Diamants bruts du Japon.

Diamants bruts du Japon
durée 145’, japonais et sous-titres français, Collection de l’Art Brut/Lokomotiv films, Lausanne/Le Tourne, 2007.

artbrut.ch
hallesaintpierre.org
abcd-artbrut.net
musee-lam.fr
outsiderartassociation.eu
rawvision.com
josefhofer.at
prinzhorn.ukl-hd.de
gugging.at
folkartmuseum.org
outsider-environments.blogspot.org

https://abcd-artbrut.net/collection/

L’art vidéo en ligne : les précurseurs suisses

L’art vidéo a très tôt été salué en Suisse  grâce notamment au directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, René Berger, qui inaugure la collection de vidéos du musée par l’acquisition d’une œuvre de Jean Otth, Limite E (1973). Le musée lausannois fait ainsi œuvre de précurseur (il faudra attendre la fin des années 1970 pour que les musées de Bâle, Zurich et Berne commencent à introduire la vidéo dans leurs collections), en réponse aux œuvres des pionniers  romands de l’art vidéo. Ceux que René Berger, alors directeur du Musée, nommera les « mousquetaires de l’invisible » (René Bauermeister, Gérald Minkoff, Muriel Olesen, Jean Otth, Janos Urban) participent non seulement à créer, mais également à faire connaître l’art vidéo grâce aux évènements qu’ils organisent dès 1972, notamment dans le cadre du groupe Impact. Depuis, de l’expérimentation avec le médium à son utilisation pour capter des actions, du poste de télévision à la projection, du rapport frontal avec les spectateurs à leur implication dans l’espace de l’installation, la vidéo s’est déclinée sur des modes radicalement divers« .

Autre grand nom de la vidéo montré dès ses débuts à Lausanne et que le Musée a invité pour une exposition monographique en 1991 : Bruce Nauman. Bill Viola croisait les «mousquetaires» dès 1974 à Lausanne C’est ce qu’avait rappelé l’exposition temporaire de Lausanne, en  2016, intitulée « Interactions fictives, Making space 40 d’art vidéo ».  

Les textes de René Bergé sur l’art vidéo ont été rassemblés dans un ouvrage paru en 2014.

L’intérêt pour ce mode d’expression ne faiblit pas en Suisse. La Fondation SIKART vient de mettre en ligne  de nouvelles vidéos :

Gherkins Natural History de Christian Gonzenbach

 Les vidéos, si elles ne constituent pas la part la plus immédiatement visible de SIKART Dictionnaire sur l’art en Suisse, n’en sont pas moins un appoint essentiel. D’entente avec les artistes, de nombreuses pièces ont pu être mises en ligne sur SIKART. Des formes d’art basées sur la temporalité, telles que le film, la vidéo ou la performance, trouvent ainsi une résonance médiatique dans le dictionnaire.

Les séquences filmées invitent à l’immersion: faites l’expérience de l’histoire naturelle avec Gherkins Natural History<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-i/> de Christian Gonzenbach ou mettez-vous dans la peau d’une femme d’Amazonie équatorienne avec Forest Law<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-d/> d’Ursula Biemann, où il est question du droit de la nature face à l’exploitation des ressources premières. Osez une excursion dans l’étrange Scanner<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-h/> de Max Philipp Schmid ou voyez combien le quotidien est transfiguré dans Mare Mitochondrium<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-k/> de Saskia Edens. Roman Signer vous emmènera dans une course en Kajak<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-u/> cahoteuse, Sonja Feldmeier quant à elle dans une ascension tranquille mais très imagée dans Neverending<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-o/>. Si vous souhaitez en revanche demeurer dans le fleuve du temps, optez pour Denkmal<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-b/> d’Herbert Distel. Des vidéos de Judith Albert<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-n/>, Thomas Kneubühler<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-p/> et Rémy Markowitsch<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-x/> sont dorénavant aussi en ligne.

Forest Law d’Ursula Biemann

sikart.ch

Actualité et enjeux critiques de l’Art Brut

Pour les 40 ans de la Cie de l’Art Brut installée à Lausanne, l’université  (Unil) organise un colloque début novembre, dont les actes seront publiés ultérieurement. Voir le programme détaillé, ici.

Colloque : Actualité et enjeux critiques de l’Art Brut

UNIL, IDHEAP, Lausanne, 03-04/11/2016.

Tumulte Gaulois, réalités et représentations à Clermont-Ferrand

Une exposition consacrée aux Gaulois, tels qu’ils furent et tels qu’on les représente, Tumulte Gaulois, réalités & représentations, est programmée  du 20 juin au 23 novembre 2014 et présentée simultanément au musée Bargoin ( archéologie, tapis et arts textiles: http://www.clermont-ferrand.fr/-Musee-Bargoin-.html ) et au musée d’art Roger Quilliot de Clermont-Ferrand ( http://www.clermont-ferrand.fr/-Musee-d-art-Roger-Quilliot-MARQ-40-) : http://www.latribunedelart.com/exposition-tumulte-gaulois-a-clermont-ferrand  et http://www.calameo.com/read/000000209eafa4627e2d9

A la une : Affiche publicitaire Pneumatiques Le Gaulois
 Ets Bergougnan , vers 1880
 Lithographie sur papier
 Clermont-Ferrand, musée d’art Roger Quilliot
Photo : collection MARQpneumatiques_le_gaulois-5ae3a

Plusieurs prêts d’objets sont prévus : 

1) de la part du  British Museum, Londres : le Battersea Shield (bouclier de Battersea), entre 350 et 50 av. J.-C., bronze, verre. Trouvé à Londres dans la Tamise, probablement près du pont de Battersea,

http://www.britishmuseum.org/explore/online_tours/britain/war__art_in_iron_age_britain/battersea_shield.aspx

ps260149_l
le Waterloo Helmet (casque de Waterloo), entre 150 et 50 av. J.-C., bronze, alliage cuivreux, verre. Trouvé à Londres dans la Tamise, probablement près du pont de Waterloo ;Britishmuseumwaterloohelmet

2) de la part du  Museum Archäologischer Park, Wiesbaden (Allemagne) : une réplique de la statue coiffée du prince celtique du Glauberg ou The Keltenfürst, Ve siècle av. J.-C., réplique en résine ; des Coiffes du Glauberg, répliques  ;europe-glaubergprince

 

 

 

 

 

3) appartenant au musée des beaux-arts, Lausanne (Suisse) :  Vercingétorix rendant ses armes à César, 1858-1859, dessin au fusain sur papier ocre, de Charles Gleyre ( peintre français, d’origine suisse, né à Chevilly, dans le canton de Vaud : Voir le dossier pédagogique consacré à ce peintre d’histoire : http://www.bcu-lausanne.ch/wp-content/uploads/2013/05/dp-09.pdf) ;thumbnail

 

 

 

 

 

 

 

4) appartenant au Musée national suisse, Zürich (Suisse) : un Casque provenant de la tombe 119, âge du fer, bronze, nécropole de Giubiasco ; un Casque provenant de la tombe 32, âge du fer, La Tène D, fer, nécropole de Giubiasco ; une Fibule type Ornavasso (fibule arbalète), provenant de la tombe 80, âge du fer argent, nécropole de Giubiasco.
La nécropole de Giubiasco compte parmi les ensembles archéologiques les plus riches du sud des  Alpes. Elle a été fouillée – en partie sans contrôle scientifique – au début du XXe siècle ; le  Musée national suisse conserve les découvertes et la documentation faites à cette occasion. Cette  nouvelle publication de la nécropole propose, pour la première fois, une analyse complète et  synthétique de la documentation, des structures et du mobilier du cimetière :

978-3-0340-0758-0

http://www.nationalmuseum.ch/ci/sammlung/publikationen/archaeologie/giubiasco_2.pdf

http://www.chronos-verlag.ch/php/book_latest-new.php?book=978-3-0340-0758-0&type=Kurztext

Un hommage clair-obscur pour le critique Diderot

A l’occasion du tricentenaire de la naissance de Denis Diderot (5 octobre 1713 à Langres), le musée Fabre est le seul à lui rendre hommage : il a réuni 80 tableaux commentés en leur temps par le critique Diderot pour la revue de son ami Grimm.

Voir la critique de l’exposition dans le journal Libération :
http://www.liberation.fr/culture/2014/01/01/denis-diderot-epris-de-critique_970047

Le parcours thématique de l’exposition est en ligne : http://museefabre.montpellier-agglo.com/Visiter/Les_expositions/Le_gout_de_Diderot/sections_diderot
Espérons que le colloque international « Diderot et le temps », des 14-15 novembre derniers donnera lieu à publication.
L’exposition sera reprise pour quatre mois début février à la Fondation de l’Hermitage à Lausanne : http://www.fondation-hermitage.ch/
Un ouvrage de référence sur les salons, dit les mémoires de Bachaumont :salons

Les Salons des « Mémoires secrets » 1767-1787, édition ENSBA, dans la collection Beaux-Arts histoire, établie et préfacée par Bernadette Fort.

les salons vus par Diderot :essaisurlapeinture

Denis Diderot, Essais sur la peinture , Salon de 1759, 1761, 1763,  présenté par Jacques Chouillet et Gita May aux éditions Hermann, 2007.

 

A la une : timbre Diderot, une émission de la France le 9 juin 1958. Charles Mazelin / Postes.