Archives du mot-clé Laurent Grasso

Jardin infini à Metz

Un titre +  un événement + un lieu +des artistes modernes et contemporains  confirmés : soit une nouvelle  évocation des jardins cette fois à Metz.

Depuis mars au Centre Pompidou Metz, et jusquˋen août 2017, Emma Lavigne  (et Hélène Meisel ) présentent  une exposition intitulée « Jardin infini, de Giverny à l’Amazonie ».

Il s’agit d’abord de célébrer l’anniversaire des 150 ans du jardin botanique de la ville de Metz.

 L’exposition ensuite « loin d’être un espace clos et limité, explore le jardin comme un territoire infini. Il représente un lieu d’hybridation, d’expérimentation et d’étrangeté aux yeux de nombreux artistes. Perpétuelle source d’inspiration, ce Jardin infini rassemble environ 300 œuvres de la fin du 19ème à nos jours.

A vocation pluridisciplinaire et sensorielle, l’exposition présente un grand nombre d’installations contemporaines, dont le monumental Léviathan-main-toth d’Ernesto Neto (2005).  La sculpture élargit le sujet jusqu’à évoquer l’Amazonie : dix ans après avoir été déployée au Panthéon, à Paris, cette œuvre donne d’ailleurs à Jardin infini l’illustration de son affiche, et une partie de son sous-titre. 

Centre Pompidou Metz

Panthéon

La scénographie est réalisée par l’artiste catalan Daniel Steegmann Mangrané, qui investit les deux galeries du Centre Pompidou-Metz.

Les artistes Bonnard ou Max Ernst sont  présents à travers des oeuvres peut-être moins connues :

Pierre Bonnard : « L’Atelier au mimosa », hiver 1939, octobre 1946 – huile sur toile. CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI, DIST. RMN-GRAND PALAIS/PHILIPPE MIGEAT

Max Ernst – « Pétales et jardin de la nymphe Ancolie » – 1934 © Adagp, Paris 2016

Des artistes vivants, de renom, Dominique Gonzalez-Foerster, Laurent Grasso, Rebecca Horn, Yayoi Kusama participent à l’exposition.

Le parcours libre est ouvert sur la ville de Metz, avec l’aménagement de trois jardins d’artistes hors les murs : au quai des Régates, le land artist Peter Hutchinson installe son œuvre Thrown Ropes : un tracé de plates-bandes sinueuses et aléatoires, planté de fleurs et de pierres. 

Trois expositions à l’italienne, à Paris. La Fondation Etrillard entre en scène

Afficher l'image d'origine La Fondation Etrillard  mécène des expositions Carambolages au Grand Palais et Paul Klee, l’ironie à l’œuvre organisée au Centre Pompidou, se lance dans l’organisation d’expositions temporaires et présente jusqu’au 18 décembre 2016 à l’Hôtel de La Salle, au 21 rue de l’Université, 75007, Paris l’exposition « Renaissances, Un hommage contemporain à Florence« , une exposition d’art contemporain sous la direction d’Anna Morettini. Cette fondation va décerner pour la première fois, le prix MorettiniLe jury, associant des figures importantes du monde de l’art florentin, est composé de Caterina Biagiotti, la directrice de la Fondazione Biagiotti, Arturo Galansino, directeur du Palazzo Strozzi, Giandomenico Semerano, directeur adjoint de l’académie des Beaux-Arts de Florence, Stefania Gori, historienne de l’art, l’artiste Laurent Grasso, et d’Anna Morettini. En décembre 2015, Gilles Étrillard, homme d’affaire ayant fait fortune dans le rachat de PME, a lancé sa fondation éponyme qu’il a confiée à Anna Morettini. Depuis sa base genevoise, la fondation propose de soutenir les jeunes artistes tout en réconciliant « la tradition et l’histoire européennes et le monde contemporain ».

Dans cette exposition, « La commissaire encourage un dialogue idéalisé d’œuvres d’artistes contemporains qui se réapproprient le territoire et l’héritage de Florence.  Les quatorze artistes présents sont européens en majorité, ou américains, ils ont déjà exposé dans de nombreux musées. Leur travail renvoie à l’Art florentin de la Renaissance, à ses matériaux, ses techniques, sa manière et son message universel » : Sandow BIRK, Guillaume BRESSON, Glenn BROWN, James Lee BYARS, Jan FABRE, Ryan GANDER, Laurent GRASSO, Candida HÖFER, Patrick NEU, Adrian PACI, Gerhard RICHTER, Thomas STRUTH, Pieter VERMEERSCH et Massimo VITALI.

etrillard-3

Candida Höfer, Palazzo Vecchio Firenze I, 2008, Courtesy Ben Brown Fine Arts, London © ADAGP, Paris 2016.

A la Monnaie de Paris, c’est Chiara Parisi qui présente l’exposition  « Maurizio Cattelan,  Not Afraid of Love » : « une exposition qui sera profondément « habitée » par Cattelan. Un choix d’œuvres, dont l’image reste pour toujours accrochée à la rétine, seront exposées dans les salons XVIIIème siècle de la Monnaie de Paris« .Maurizio Cattelan Untitled

Enfin, à l’ambassade d’Italie en France l’exposition « Léonard en France. Le maître et ses élèves 500 ans après la traversée des Alpes. 1516 – 2016 ».

Afficher l'image d'origine

Ouverte gratuitement au public du 20 septembre au 20 novembre 2016, cette exposition est une initiative lancée en collaboration avec le Musée du Louvre et plusieurs Musées italiens, se situe dans le cadre des actions de la diplomatie culturelle italienne pour la promotion du patrimoine artistique et affirme la volonté de valoriser la culture commune italienne et française dans la dimension européenne. L’exposition célèbre l’anniversaire de l’arrivée du grand Maître en France – à l’automne 1516 – en proposant au public français et international des peintures emblématiques du Maître et de ses élèves. On y verra la présentation comparée d’œuvres de Léonard de Vinci et de ses plus proches élèves (Francesco Melzi, qui le suivit en France, et Gian Giacomo Caprotti dit Salaì, qui se rendra à Amboise pendant le séjour français de Léonard) en mettant en valeur le chef-d’œuvre de Léonard «Visage de Femme» dite «La Scapigliata», provenant de la Galerie de Parme (Complesso della Pilotta), au terme d’un parcours avec des références liées au trois tableaux apportés en France par Léonard (La Gioconda, Saint Jean- Baptiste, Sainte Anne).Entre autre, l’exposition présente – sur la base d’études inédits du Louvre et de documents originaux – la reconstruction de l’itinéraire de Rome à Amboise, en traversant les Alpes au Mont-Cenis.

 

Fondation ELF : Climats artificiels

La Fondation EDF propose depuis le 4 octobre 2015, une exposition temporaire gratuite Climats artificiels, qui rassemble des artistes d’hier et des artistes vivants soutenus par plusieurs fondations privées. La commissaire  de l’exposition est Camille Morineau.

L’exposition  » met en perspective le changement climatique à travers la vision d’artistes contemporains de renom », parmi lesquels Marina Abramović, Hicham Berrada, Spencer Finch, Laurent Grasso, Hans Haacke, Ange Leccia, Yoko Ono.

Oublié dans cette liste, Tetsumi KUDO   (1935-1990) :20160105_143505

Parmi les 30 installations, photographies et vidéos, à signaler plusieurs artistes vivants qui sont (ou ont été) soutenus par de nombreuses fondations privées :

– Pavel Peppertsein : prix de dessin 2015 de la fondation d’art contemporain Daniel & Florence Guerlain, il a reçu le Prix Kandinsky et a été le représentant russe à la biennale de Venise en 2009. Le musée d’Art moderne de Saint-Étienne lui a consacré à l’été 2015 une exposition personnelle  :Pavel Pepperstein – The Cold Center of the Sun. « Son univers est qualifié de  » fantaisiste », qui mêle « des  références historiques et des visions futuriste ».

Après une exposition à la Pace Gallery à Londres en 2014 (Debris of the Future) Pepperstein-Cold-Center-Sun_image-gauche

il aura une exposition personnelle à la galerie Kewenig, à Berlin de janvier à avril 2016.

Pepperstein-Lissitzky-Highway_image-gauche

Pavel Pepperstein – El Lissitzky Highway in the Alps in the year 2219, 2015. 

Laurent Grasso présente son film Soleil double, La trajectoire en boucle de deux soleils à Rome, au cœur de l’EUR (pour Esposizione Universale Roma, un quartier de Rome représentatif de l’architecture fasciste).

20160105_14463520160105_14451220160105_14430120160105_144435

gazelles