Archives par mot-clé : L’art en guerre

Qu’est-ce qu’exposer ?

Qu’est-ce qu’exposer ?

montage de l'exposition, photo DR - Click to enlarge, open in a new window1a618e41d71c59932c264de7e816f37e
f16ac489b0c60fe1b431dc57537984d9bb38898ad48dbd52305af142c5f1a82bMontage de l’exposition, Les désastres de la guerre photos DR

Vendredi 13 juin 2014

Débat avec Laurence Bertrand Dorléac (Sciences-Po Paris), Pierre Georgel (Musée de l’Orangerie http://www.musee-orangerie.fr/ ) et Philippe Descola (Collège de France: http://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/#|m=#course|), modéré par Monica Preti-Hamard (Musée du Louvre) et organisé par Perspective, la revue de l’Institut National d’Histoire de l’Art (http://www.openedition.org/7473) et le département de la Recherche et de l’Enseignement du musée du quai Branly :http://www.quaibranly.fr/en/programmation/scientific-events/conferences-and-symposiums.html

“Il semble que le domaine de l’exposition soit désormais infini et que l’étendue des sujets comme des objets exposables signe définitivement la rupture avec le seul critère esthétique, critère qui avait prévalu dans la fabrique de ces grands événements métropolitains jusque dans les années quatre-vingt. Ce constat dit le succès de l’exposition et surtout la réussite de ceux qui en sont les auteurs traditionnellement : les conservateurs et les commissaires, qui ont évidemment rendu enviable, à de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales, à des écrivains, à des philosophes… ce mode de narration et d’interrogation du monde. Aussi, le succès évident de la mise en exposition autorise et peut-être même impose en retour d’en éprouver les limites, de se demander si absolument tout peut être exposé.

Car, si la nécessité de faire constamment événement, de cadencer l’agenda des élites désireuses de repères culturels collectifs, a certainement exagéré la fabrication hâtive d’expositions, il n’en demeure pas moins que des expériences originales et audacieuses voient le jour dans des formats divers et suivant des ambitions contrastées : “Orangerie, 1934 : Les « peintres de la réalité » (http://www.musee-orangerie.fr/documents/catalogue_PRF.pdf ); “La fabrique des images” (http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/expositions-passees/la-fabrique-des-images.html) et “L’art en guerre” (http://www.mam.paris.fr/sites/default/files/editeur/dpaeg_csoubise.pdf) en sont des exemples incontournables, sur lesquels nous aimerions revenir pour mieux connaître leur gestation et mesurer leur impact respectif, tant dans les recherches des auteurs que, plus généralement, dans le champ de l’histoire de l’art”.

exposition-l-art-en-guerre-france-1938-1947-XLf84c0135f2sans-titreInformations pratiques

Un catalogue d’exposition : pour quoi faire ?

Sous le titre provocateur suivant :
“Le Musée d’Orsay va-t-il tuer les catalogues d’exposition ?” La Tribune de l’art soulève une vraie question :
http://www.latribunedelart.com/le-musee-d-orsay-va-t-il-tuer-les-catalogues-d-exposition

 “Les grands musées parisiens, aux premiers rangs desquels le Louvre et Orsay, ont une responsabilité particulière envers les musées de région. Comment ceux-ci peuvent-ils demander à leurs autorités de tutelle les moyens nécessaires pour effectuer un travail scientifique, comment peuvent-ils justifier la publication de catalogues sérieux et témoignant d’un travail de fond si ceux qui devraient donner l’exemple faillissent à leur mission ? De ce point de vue, le Louvre est à peu près irréprochable. (…)Tout indique que cela se poursuivra avec Jean-Luc Martinez. Nous l’avons souvent écrit, et nous le redirons ici : un catalogue d’exposition n’est pas un livre comme un autre. Il a un rôle précis, celui de traduire par le verbe, pas uniquement par l’image, ce qu’était l’exposition, en apportant un maximum d’informations fiables sur les œuvres exposées et la raison de leur rassemblement, tout en faisant part des découvertes effectuées à l’occasion de la préparation de l’exposition. Il est tout ce qui reste après la fin de celle-ci.”

Je suis tout a fait d’accord avec ce point de vue. Les bons catalogues d’aujourd’hui contribuent aux recherches approfondies de demain. Dans les années 1970, à l’occasion de deux expositions du musée des Arts décoratifs, intitulées « pionniers du XXe siècle » qui portaient sur Gaudi, Guimard, Horta et Van de Velde, le critique Michel Ragon écrivait ceci : « voici le type même de l’exposition utile, appuyée par des catalogues qui demeurent des instruments de travail ».

La diversification des supports aujourd’hui ( dvd, audioguides, videos, internet,  journal virtuel ou papier d’exposition, etc..) permet d’ailleurs de satisfaire tous les publics : ceux qui veulent conserver une trace de l’exposition vue (ou pas vue hélas), ceux qui veulent un beau livre (pourquoi pas ?), ceux qui ne jurent que par les nouvelles technologies (il y en a qui contestent la pérennité du support papier) et ceux qui estiment à bon droit que les conservateurs et commissaires des musées et expositions temporaires (ou pas) concourent à un travail scientifique de mise en valeur du patrimoine. Enfin, cela va sans dire qu’il existe un public intermédiaire, entre le touriste, “obligé” par son tour opérateur d’enchaîner trois musées dans la journée et trois capitales européennes en une semaine, et les spécialistes en histoire de l’art : un travail sérieux devrait aussi lui être proposé.

Tout le monde a bien compris dans quelle concurrence acharnée les musées parisiens se sont lancés cet automne, décidés plus que jamais à attirer et à satisfaire le client. Les musées du XIXe siècle ont aussi par ailleurs souvent joué ce rôle d’initiateur .. au XIXe siècle !

http://www.musee-jacquemart-andre.com/sites/default/files/dp1_desirs_et_volupte_au_musee_jacquemart-andre_0.pdf

Certaines expositions importantes ont eu lieu ces temps-ci à Paris, en voici deux accompagnées de leur catalogue  :

L’Art en guerre, “L’exposition du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris montre comment les artistes ont modifié en profondeur les contenus et les formes de l’art en France de 1938 à 1947, dans un contexte menaçant d’oppression et de pénurie.  Près de 400 œuvres de plus de 100 artistes sont présentées en une dizaine de séquences fortes, complétées par de nombreux points documentaires et filmiques inédits”:

Félix Vallotton, le feu sous la glace
“Vallotton (1865-1925) est un artiste unique qui, bien que proche des nabis,
garde sa vie durant un style à la fois très personnel et résolument moderne.
Reconnaissables entre toutes, ses toiles se distinguent par des couleurs raffinées
et un dessin précis découpant la forme qu’il met également au service de la gravure”.

Félix Vallotton, La Loge de théâtre, le Monsieur et la Dame, 1909 Collection particulière © DR –

http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/felix-vallotton-le-feu-sous-la-glace#sthash.BQ6Bmxft.dpuf