Archives du mot-clé Laduz

Laduz, Papiers choisis II, suites.

laduzŒuvres de Bernadette Chéné.20160702_183009

20160702_18280120160702_182745Oeuvres d’Odon, détails

Un espace restreint et dense pour cette exposition temporaire sur les papiers choisis II (œuvres d’ Odon, Bernadette Chéné et Marie-Thérèse Herbin), au musée  des arts populaires de Laduz, jusqu’au 28 août 2016, une occasion de revisiter la collection permanente qui comprend notamment des jouets anciens, une multitude de vieux outils témoignages des métiers ruraux aujourd’hui disparus.

Une version japonaise du site est disponibledrapeau-du-japon ici.02-a2ef406-cf9a3c5-822x1030

Une version chinoise du site ici.Flag_of_the_People's_Republic_of_China_svgpaysage-joigny-m-laduz_1-48eecbdmedium_laduzbanniere_2-5d0ae88

1986-2016 : le musée de Laduz fête ses 30 ans

Le musée  de Laduz  créé par la famille Humbert, fête ses trente ans.

Souvent évoqué ici et soutenu par François Mathey et par bien d’autres amateurs d’art  populaire, ce musée va être animé par une nouvelle génération issue de la famille Humbert. Elle axe ses premières expositions temporaires sur le thème des livres  d’artistes et sur celui des créations  réalisées  à  partir des papiers « choisis » :

PAPIERS CHOISIS II du 2 Juillet au 28 Août 2016, Vernissage le samedi 2 Juillet -17h30.

Œuvres de Odon, Bernadette Chéné, et Marie-Thérèse Herbin.

Ces artistes sont issus d’une grande famille liée par le même besoin de créer avec des matériaux simples de la vie quotidienne: papier journal, papier kraft…pour qu’ils soient découpés, pliés, tissés, froissés, tressés, sculptés…se transformant ainsi en véritable œuvre d’art contemporain.  En référence à notre exposition de 2004, “De fibre et de fil”, nous reprenons nos recherches et découvertes d’artistes talentueux et reconnus par leurs œuvres innovantes et étonnantes dans leur conception.

Les fixés sous verre à Laduz : Jacqueline Humbert, un portrait

Jacqueline Humbert, le 1er août 2008, au musée des Arts populaires, à Laduz dans l’Yonne m’a fait part des circonstances qui ont précédé la naissance de son musée :

« Nous étions Parisiens, au départ, nous n’avons habité dans l’Yonne qu’à partir de 1968. Nous aimions la beauté des objets, leur fonction bien sûr, mais aussi leur forme, leur matière. Au départ, mon mari Raymond Humbert, peintre, avait un regard d’artiste sur ces objets, il les utilisait dans ses compositions. Ensuite nous avons créé ce musée, donc nous avons répertorié les métiers, les outils, et nous nous sommes intéressés aux artisans, plus professionnellement, pour apprendre tous ces métiers […] Nous étions émus en fait par le travail de toute une vie, par les objets que les artisans créaient. Les paysans faisaient de belles choses, comme les moules à beurre gravés, des choses, simples, mais belles. Notre exposition de 1971 était faite d’objets collectés en France, dans la région de l’Yonne, mais aussi en Italie, à Rome lors de notre séjour à la villa Médicis, de 1958 à 1961 […] Lorsque nous sommes arrivés à Rome, le directeur était M. Jacques Ibert, un musicien, compositeur. Balthus est arrivé l’année suivante. Il aimait bien dîner avec les pensionnaires de la Villa. Le changement de direction n’a pas changé la vie quotidienne des pensionnaires (ceci dit, cette période romaine, pour Raymond, s’agissant de la peinture, n’a pas été très positive). Raymond Humbert a été exposé de retour à Paris, à la galerie Visconti, rue de Seine, mais cela ne lui a pas convenu. Il peignait des paysages à ce moment-là, Mathey appréciait son travail. Mais, petit à petit, nous avons changé de vie et collecté des objets, ici dans l’Yonne, puis nous les avons rassemblés dans l’urgence, car les objets disparaissaient très vite, ils partaient à la décharge, et nous avons créé ce musée d’art populaire à Laduz. Nous faisions les puces, les brocantes. L’été, nous allions aussi en Bretagne, nous collections alors d’autres types d’objets, liés à l’activité des marins, comme des maquettes de bateau par exemple. »

Les époux Humbert ont participé à l’exposition « Artiste, Artisan ? », en 1977, « Nous avons prêté des objets. Raymond Humbert était aussi à l’aise avec les artistes qu’avec les artisans qui sont d’ailleurs venus nombreux au musée et nous ont beaucoup appris. Il avait le goût des objets, des formes, des matières, aucune hiérarchie ne primait, seule comptait la beauté de l’objet, quel que soit son auteur : c’était une époque où tout un peuple créait ; aujourd’hui à la campagne les gens ne créent plus, ou moins ».

Depuis longtemps Jacqueline Humbert se passionne pour les fixés sous verre : en 1980, elle a montré ses créations au cours de l’exposition  les « Métiers de l’Art » en 1980.

Sur son site internet , elle écrit :

« J’ai découvert les fixés sous verre du Musée des Arts et Traditions Populaires de Rome pendant notre séjour à la Villa Médicis entre 1958 et 1961. J’ai regardé avec attention ces peintures naïves à l’éclat particulier. La curiosité d’en comprendre la technique fut le départ de mes propres fixés dont les sujets sont souvent proches de mon environnement. Les couleurs utilisées sont des pigments liés à la colle ».

« I discovered the glass paintings from the Museum of Popular Arts and Traditions of Rome during our stay at the Villa Medici between 1958 and 1961. I looked carefully at these naive paintings special glow. The curiosity to understand the technique was the start of my own set whose subjects are often close to my environment. The colors used are pigments bound with glue. »

« Ho scoperto i dipinti su vetro del Museo delle Arti e Tradizioni Popolari di Roma durante il nostro soggiorno a Villa Medici, tra il 1958 e il 1961. Ho guardato con attenzione a questi dipinti naif luce speciale. La curiosità di capire la tecnica è stato l’inizio della mia serie i cui soggetti sono spesso vicino al mio ambiente. I colori utilizzati sono pigmenti legati con colla ».

http://laduz.com/collections/les-fixes-sous-verre-de-jacqueline-humbert/

Musée des arts et traditions populaires de Rome :

http://www.idea.mat.beniculturali.it/

Nouvelles du triangle d’or en septembre 2013

Au musée d’art populaire de Laduz, la technique des fixés sous verre pratiquée par Jacqueline Humbert a été présentée en 2013.

Kandinsky et Paul  Klee  ont pratiqué cette technique artisanale.

A visiter également l’exposition de Marie Morel à Fontenoy : elle a notamment figuré parmi les exposants de la Halle St Pierre à Paris (de septembre 2009-mars 2010) ; elle est l’éditrice depuis 1981, de la revue Regard : petite revue d’art et de poésie.

Des musées singuliers dans l’Yonne et alentours

Une universitaire de Montréal au Québec (V. Rousseau)
a étudié la concentration de musées d’art brut, d’art naïf d’art populaire dans le département de l’ Yonne et alentours :
La fabuloserie de Dicy créée par Alain Bourbonnais,
Le musée d’art populaire créé à Laduz par Raymond et Jacqueline Humbert
Le musée d’art populaire et d’art naïf créé par Jacqueline Selz à Noyers-sur-Serein.
D’autres lieux d’animation et de création existent dans la région depuis plus longtemps encore : le château de Ratilly animé par la famille des potiers Pierlot, http://www.chateauderatilly.fr/ ou Métairie Bruyère centre d’arts graphiques à Parly : http://www.la-metairie.fr/
D ‘autres sont plus récents : le centre régional d’art contemporain de Fontenoy et le centre d’art de Tanlay.
La Puisaye est un lieu de création de céramiques et de poteries traditionnel,  tourné aussi vers l’art contemporain comme le manoir de Lain avec Dauphine Scalbert :
http://www.euroceramique.com/expolain/expolainenligne/expolainenligne/expolain-en-ligne-2013.html.

Signalons également la  galerie de l’ancienne poste à Toucy est un lieu d’exposition bien connu : http://galerie-ancienne-poste.com

La rubrique « des nouvelles du triangle d’or  » se propose de relayer l’actualité de ces centres de création et de retracer leur histoire.

Singular museums in the Yonne and surroundings
Valérie Rousseau (university of Montreal, Quebec) has studied the presence of outsider art, art naive and folk art in the department of Yonne and surroundings :
The « fabuloserie » at Dicy created by Alain Bourbonnais ; the folk art museum in Laduz created by Raymond Humbert and his wife Jacqueline ; the museum of folk and naive  art created by Jacqueline Selz in the Noyers-sur-Serein.  Other places of creativity have existed for a longer time in the area : Castle Ratilly hosting the family of potters Pierlot : http://www.chateauderatilly.fr  or the « Metairie Bruyere », center of graphic arts in Parly : http://www.la-metairie.fr/
Other ones are more recent, such as the regional centre of contemporary art of Fontenoy. Note also the existence of the art center from Tanlay. The Puisaye is a creative ceramics and traditional pottery and and some places are contemporary art oriented, as the Manor of Lain directed by Dauphine Scalbert : http://www.euroceramique.com/expolain/expolainenligne/expolainenligne/expolain-en-ligne-2013.html.

We don’t forget a very well known  place for ceramic exhibitions : la  « galerie de l’ancienne poste » in Toucy : http://galerie-ancienne-poste.com

The column « News from the Golden Triangle » is intended to give news, notify the existence of these creative centres and tell their story.

Musei particolari nella Yonne e dintorni.

Un’universitaria di Montreal, Quebec (V. Rousseau) ha studiato la diffusione dei musei di arte grezza, arte naif o popolare esistenti in Francia nel dipartimento dell’Yonne e dintorni : a Dicy la  » Fabuloserie » creata da Alain Bourbonnais, a Laduz il museo folk creato da Raymond e Jacqueline Humbert , il museo di di pittura naif e d’arte popolare creato da Jacqueline Selz a Noyers sur Serein. Altri luoghi di creatività esistono nella zona da molto più tempo : il castello di Ratilly, abitato dalla famiglia di ceramisti Pierlot  http://www.chateauderatilly.fr ,oppure la « métairie Bruyère »: http://www.la-metairie.fr/  centro di arti grafiche a Parly .

Altri sono piu recenti come il centro regionale di arte contemporanea di Fontenoy. Ricordiamo anche il centro d’arte di Tanlay. La zona della Puisaye è un centro di produzione di ceramiche tradizionali che si rivolgono all’arte contemporanea come il « manoir di Lain « con Dauphine Scalbert http://www.euroceramique.com/expolain/expolainenligne/expolainenligne/expolain-en-ligne-2013.html.

La « galleria del vecchio ufficio postal » di Toucy e anche molto conosciuta  : http://galerie-ancienne-poste.com

« Le notizie de Triangolo d’oro » è una rubrica che si propone di rendere nota l’esistenza di questi centri creativi e di tracciare la loro storia.

Article de Valérie Rousseau : Valérie Rousseau , « De la collection de l’Art Brut aux musées du « triangle d’or » », Socio-anthropologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 31 octobre 2007, Consulté le 08 août 2013. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/623

Le musée d’art et d’histoire de Puisayse, Villiers Saint Benoît :

http://www.yonne-89.net/museVilliers.htm