Archives par mot-clé : John Cage

Une conférence de Fred Turner : guerre froide et contre-culture

TurnerTDSCover300dpiThe Democratic Surround. Les environnements multimédias et la politique de l’attention dans les États-Unis de la guerre froide

http://fredturner.stanford.edu/books/the-democratic-surround/

Par Fred Turner (Université de Stanford) dans le cadre du programme « Art contemporain et cinéma ».

Au début des années soixante, les spectacles psychédéliques combinant projections lumineuses et son amplifié se sont répandus aux États-Unis de San Francisco à New York. Ces rites tribaux ont généralement été perçus comme constituant une rupture avec le conservatisme de la période de la guerre froide. S’appuyant sur des sources méconnues, cette conférence situe à l’inverse la genèse des environnements multimédias des années soixante dans le contexte américain de la Seconde guerre mondiale et des années qui ont immédiatement suivi. Il s’agira en premier lieu de revenir sur la défiance qu’ont suscitée les technologies de communication de masse aux États-Unis face à la menace grandissante de la propagande totalitaire. En second lieu, Fred Turner montrera comment, au cours de la guerre, des chercheurs américains dans le domaine des sciences sociales se sont associés à des artistes du Bauhaus réfugiés aux États-Unis pour produire des environnements multimédias en vue de renforcer la conscience démocratique des citoyens américains et les mobiliser contre le fascisme. Ces travaux sont à la source tant de la propagande américaine de la période de la guerre froide que des environnements multimédias des années soixante. En retraçant cette histoire, il s’agit d’exhumer les liens oubliés entre l’Amérique de la guerre froide et la contre-culture ainsi que les racines occultées de notre monde médiatique contemporain.

http://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2014/decembre-2014/the-democratic-surround.html

From the Museum of Modern Art in New York to the New Bauhaus in Chicago and Black Mountain College in North Carolina, Turner shows how some of the most well-known artists and intellectuals of the forties developed new models of media, new theories of interpersonal and international collaboration, and new visions of an open, tolerant, and democratic self in direct contrast to the repression and conformity associated with the fascist and communist movements. He then shows how their work shaped some of the most significant media events of the Cold War, including Edward Steichen’s Family of Man exhibition, the multimedia performances of John Cage, and, ultimately, the psychedelic Be-Ins of the sixties. Turner demonstrates that by the end of the 1950s this vision of the democratic self and the media built to promote it would actually become part of the mainstream, even shaping American propaganda efforts in Europe.

La communication se déroulera en anglais. Conférence organisée avec le soutien de la Terra Foundation for American Art. Accéder au site de la Terra Foundation for American Art

Fred Turner est professeur dans les départements de la communication et de l’histoire de l’art à l’université de Stanford. Il est l’auteur de Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture.

Stewart Brand, un homme d’influence (C&Féditions, 2012) et de The Democratic Surround: Multimedia and American Liberalism from World War II to the Psychedelic Sixties (University of Chicago Press, 2013). Il a publié des études sur des sujets allant de l’émergence de la téléréalité au festival de Burning Man en passant par Google.

The Democratic Surround: Multimedia and the Politics of Attention in Cold War America
In the early 1960s, young bohemians swayed together under the swirling lights of psychedelic slide shows, surrounded by walls of amplified sound, in dance halls and art galleries from Greenwich Village to San Francisco. For a generation of historians, their tribal rites have long represented a sharp break with a vastly more conservative early cold war media culture. This talk makes a very different case. It first returns to World War II, to explore the widespread fear that mass media technologies might turn Americans into authoritarians. It then recounts how, as the fighting began, American social scientists and Bauhaus refugees collaborated to produce new multimedia environments with which to turn the senses of their fellow citizens in explicitly democratic directions and so bolster their will to fight fascism. This turn became the basis of both two decades of cold war American propaganda and the multimedia utopianism of the 1960s. As it traces this history, the presentation reconnects the immersive, multi-mediated environments of the 1960s to those of the decades that preceded them. Finally, it reveals the long-forgotten links between the counterculture and mainstream, cold war America – as well as the long-hidden roots of our contemporary, multiply mediated social world.

Biographie :
 Fred Turner is Associate Professor of Communication and by courtesy, of Art and Art History, at Stanford University. His books include the widely acclaimed From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and The Rise of Digital Utopianism; and most recently, The Democratic Surround: Multimedia and American Liberalism from World War II to the Psychedelic Sixties. His essays have tackled topics from the rise of reality TV to the role of the Burning Man festival at Google. They can be found online at http://fredturner.stanford.edu

16 décembre 2014 – 18h30
Galerie Colbert
Salle Giorgio Vasari
6 rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne
75002 Paris

Jeunes créateurs au château de Ratilly, du 5 avril au 10 juin 2014

Ce centre d’art installé dans un château médiéval ( http://chateauderatilly.fr/chateau_anc.html) est né grâce à Jeanne et Norbert Pierlot, en 1951. Elle, potière ayant fait son apprentissage à St Amand-en-Puisaye chez Eugène Lion, et lui comédien, décident de s’installer à Ratilly et d’y créer un atelier de poterie, un lieu de stages et un centre d’animation culturelle qui deviendra, à partir des années 60 et 70, l’un des tout premier Centre d’Art Contemporain Privé. Chaque année, depuis plus de cinquante ans, des concerts, des spectacles originaux et des expositions d’arts plastiques majeures servent les artistes contemporains dans le cadre unique du château. La démarche originale de Jeanne et Norbert Pierlot, aujourd’hui disparus, est désormais perpétuée par leurs cinq enfants, soutenus par les Amis de Ratilly.

Toujours aussi actif,  le château de Ratilly  accueille du 5 avril au 10 juin 2014,  l‘ EXPOSITION DE PRINTEMPS  : http://chateauderatilly.fr/saison_expo.html

Margaux Shore, photographe. Sensible au noir et blanc, à la pellicule et au tirage argentique traditionnel, Margaux Shore rend compte de ses nombreux voyages aux États-Unis et en Amérique latine par une saisie de l’espace naturel, de la lumière ou de l’architecture comme autant de compositions et de géométries abstraites abandonnées au hasard et à la solitude.

Margaux_SHORE_Cassis_2011_pCassis, France, tirage sur papier baryté, 60 x 40 cm, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérémy Gobé Plasticien
Jeremy_Gobe_L_adresse_1_2013_pL’adresse 1, chutes de feutre découpées et enroulées, 438 x 300 cm, 2013

Jérémy Gobé prolonge souvent des éléments naturels — oursins, papillons, coraux — par des biais manuels — tricot, dessin, sculpture, vidéos — afin de créer des objets hybrides surprenants. Ses œuvres prennent forme à partir de ce qu’il trouve sur son chemin, tissus, laines ou feutrines, objets abandonnés, auxquels il donne un sens nouveau, toujours original en fonction du lieu où il expose. Il est lauréat du Prix Bullukian 2011 pour la création contemporaine, Lyon 2012, et résident comme artiste invité en 2013-2014 au 104, rue Curial à Paris.

 

Le Château de Ratillly accueillera également du 21 juin au 15 septembre 2014  Claude VIALLAT pour une exposition intitulée  peintures et objets récents.

Dans les riches archives du château, quelques témoignages des expositions et manifestations passées :

1967, Peintures de Vieira da Silva, sculptures d’Étienne-Martin, au catalogue « Neuf merci pour Viera da Silva » de René Char et un texte de Pierre Joly pour Étienne-Martin.

I LE PALAIS ET LES MAISONS
   Paris est aujourd’hui achevé. J’y vivrai. Mon bras
 ne lance plus mon âme au loin. J’appartiens.
   
 II  DANS L’ESPACE
   Le soleil volait bas, aussi bas que l’oiseau. La nuit
 les éteignit tous les deux. Je les aimais.
 
   III  C’EST BIEN ELLE
   Terre de basse nuit et des harcèlements.
   *
   Nuit, mon feuillage et ma glèbe.
   
 IV LA GRILLE
   Je ne suis pas seul parce que je suis abandonné.
 Je suis seul parce que je suis seul, amande entre les
 parois de sa closerie.
    
 V LES DIEUX SONT DE RETOUR
   Les dieux sont de retour, compagnons. Ils viennent
 à l’instant de pénétrer dans cette vie ; mais la parole
 qui révoque, sous la parole qui déploie, est apparue,
 elle aussi, pour ensemble nous faire souffrir.
 
   VI ARTINE DANS L’ECHO
   Notre emmêlement somptueux dans le corps de
 la voie lactée, chambre au sommet pour notre couple
 qui dans la nuit ailleurs se glacerait.
    
 VII  BERCEUSE POUR CHAQUE JOUR  JUSQU’AU DERNIER
   Nombreuses fois, nombre de fois,
 L’homme s’endort, son corps l’éveille ;
 Puis une fois, rien qu’une fois,
 L’homme s’endort et perd son corps.
 
 VIII  AUX MIENS
   Je touche à l’étendue et je peux l’enflammer. Je
 retiens ma largeur, je sais la déployer. Mais que vaut
 le désir dans votre essaim jaloux ? Terne est le bouton
 d’or sans le ton des prairies.
 Lorsque vous surgirez, ma main vous requerra,
 ma main, le petit monstre resté vif. Mais, à la réserve
 de vous, quelle beauté ? … quelle beauté ?
 
 IX  LA FAUVETTE DES ROSEAUX
   L’arbre le plus exposé à l’œil du fusil n’est pas
 une arbre pour son aile. La remuante est prévenue : elle
 se fera muette en le traversant. La perche de saule
 happée est à l’instant cédée par l’ongle de la fugitive.
 Mais dans la touffe de roseaux où elle amerrit, quelles
 cavatines ! C’est ici qu’elle chante. le monde entier le sait.
 
 Eté, rivière, espaces, amants dissimulés, toute une
 lune d’eau, la fauvette répète : “Libre, libre, libre,
 libre …”                                                                          


Capturecun

19 Juin 1970 :  Fêtes du Solstice » en collaboration avec l’ORTF : Merce Cunningham  et Dance Company, John Cage et David Tudor au pupitre.

Merce Cunningham à Paris en juin 1970 : http://fresques.ina.fr/en-scenes/liste/recherche/John%20Cage/s#sort/-pertinence-/direction/DESC/page/1/size/10

 

 

 

L”histoire du centre d’art de Ratilly : http://chateauderatilly.fr/centre_art_expo.html

Ce centre de création de poteries en grès a été honoré à deux reprises par le musée des Arts décoratifs. L’exposition de 1962, Grès d’aujourd’hui, d’ici et ailleurs, rassemble des pièces de Cumella, Del Pierre, Derval, Hamada, Jouve, Leach, Lerat, Mohy, de Montmollin, Pierlot, Tuumi, de Vinck. Elle est accueillie en octobre 1962 au Musée des Arts Décoratifs de Paris sous le titre : « Maîtres potiers contemporains ». « Cette sélection réalisée d’abord à Ratilly par Norbert Pierlot avait le mérite de révéler pour la première fois au grand public la diversité des recherches actuelles d’un art qui recherchait son autonomie », comme le rappelle  en 1976 François Mathey qui consacre une nouvelle exposition à  ” Ratilly”: 

En 1975, Norbert Pierlot s’isole dans une ferme voisine où il poursuit une recherche personnelle de grandes pièces fortement chamottées. C’est le début d’une évolution personnelle du pot vers la sculpture.

pieceunique1« Dans ces pièces, dont certaines mesurent plus d’un mètre, le stade de la poterie est dépassé. Plusieurs reprennent la forme du pot mais décentrées, déformées, s’inscrivant sans ambiguïté dans une problématique de l’espace et de la lumière. D’autres s’affranchissent du prétexte premier pour s’affirmer comme de véritables sculptures. Les surfaces, alternativement traitées par lissage et arrachement des grains de chamotte, donnent un frémissement épidermique à ces volumes sévères, secrets comme des roches. Pas d’émail, pas d’habillage. Norbert Pierlot semble avoir fait sienne la parole de Beethoven : Dans le monde de l’art comme dans la création toute entière, la liberté et le fait d’aller plus loin sont le but. Si l’on songe à ses pièces antérieures il est en effet allé bien plus loin car il a renoncé aux séductions premières. » in Marcel Poulet, “L’Aventure de Ratilly”, Revue de la Céramique et du Verre, juillet-août 1988.
Ce travail sera présenté au Musée des Arts Décoratifs à Paris en 1976 dans l’importante exposition consacrée à Ratilly. Ce seront les dernières pièces de Norbert Pierlot avant son décès à Ratilly en janvier 1979.

François Mathey, catalogue de l’exposition : « Ratilly » au Musée des Arts Décoratifs de Paris en 1976.31b3tJFITbL

 

 

 

 

 

 

 

Les Grès de Ratilly, plus de 200 modèles de poterie utilitaire dessinés par Jeanne Pierlot, dont l’emblème est une chouette, y sont toujours réalisés.
La vente aux particuliers a lieu principalement sur place, dans le vaste grenier devenu salle d’exposition._ILL4193

chouette_defGrâce à Nathalie Pierlot, potière, le centre poursuit sa production de grès : http://chateauderatilly.fr/Gres_de_Ratilly_Catalogue.pdf

couverture_g

Olivier Mosset et le musée des Beaux-arts de la Chaux-de-Fonds

La Chaux-de-Fonds n’est pas que le lieu de naissance de Le Corbusier. Elle abrite également un musée des Beaux-Arts qui a de très riches collections permanentes :

“En 2007, le musée a reçu une donation importante du peintre suisse Olivier Mosset. La collection privée d’Olivier Mosset est un ensemble exceptionnel qui contient un nombre important de peintures, dessins, sculptures, objets, installations, photographies, vidéos, estampes et de posters d’artistes majeurs de la seconde moitié du XXe siècle, tant américains qu’européens, dont Yves Klein, Joseph Beuys, Carl André, Sol Lewitt, Peter Halley, John Armleder.  Cette collection est très importante aussi dans l’étude de l’œuvre d’Olivier Mosset, elle permet de mieux comprendre le travail et les goûts artistiques de ce grand artiste suisse” : http://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-collections/art-contemporain

Le musée organise également des expositions temporaires, au programme éclectique  : en mars, Deux siècles d’art belge , les collections du musée d’Ixelleshttp://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-expositions/avenir/deux-siecles-d-art-belge

et en novembre : Blaise Cendrars au coeur des arts : http://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-expositions/avenir/blaise-cendrars-au-coeur-des-arts

OLIVIER MOSSET est le M du groupe BMPT, dont on ne retient en général que le B de Daniel BurenUn portrait d’ Olivier Mosset par Maurice Besset : htp://www.mamco.ch/artistes_fichiers/M/mosset.html

 Cet artiste suisse qui vit en partie aux USA, a une activité multiforme, notamment en France, où il est intervenu récemment à plusieurs reprises :

Son exposition à Sérignan au Mrac en 2013 :
http://mrac.languedocroussillon.fr/3118-archives-expositions-art-contemporain-montpellier-serignan.htm

O. Mosset a aussi réalisé la scénographie d’un ballet à l’Opéra de Paris en 2012 :  ‘un jour ou deux’ de Merce Cunningham repris du 31 octobre au 10 novembre 2012 :

http://gillot-cunningham.operadeparis.fr/unjouroudeux/

L’entretien de Mosset : il reprend le rôle de scénographe tenu en 1973 par Jasper Johns et se souvient de cette période :
http://gillot-cunningham.operadeparis.fr/en-video-entretien-avec-olivier-mosset-scenographie/

Le ballet a en effet été créé en 1973 à l’Opéra de Paris et fait alors scandale :

“Nous sommes en 1973. Cinq ans après Mai 68 pour toute la France, mais toujours en plein XIXe siècle au sein du Ballet de l’Opéra de Paris. Michel Guy, fondateur du Festival d’Automne, destiné à dévoiler aux Français l’avant-garde américaine, sera bientôt nommé secrétaire d’Etat à la Culture. Il persuade Rolf Liebermann, directeur de l’Opéra, de confier une création au chorégraphe new yorkais Merce Cunningham. Celui-ci est ainsi convié à créer un spectacle occupant toute une soirée, accompagné de John Cage pour l’univers sonore et de Jasper Johns pour la scénographie”:

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20121030.OBS7444/1973-scandale-revolution-a-l-opera-de-paris.html

 

 

Reprise de “Relâche” de Satie et Picabia à Nancy

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

A voir la reprise de Relâche, mythique ballet de Satie et Picabia, par le Ballet national de Lorraine (Nancy) : http://www.ballet-de-lorraine.eu/saison-2013-14/rel%C3%A2che.html

relache

Ce ballet a été créé en 1924 pour les ballets suédois par Picabia : il abandonne pour lui la relecture du manuscrit de Caravansérail ( http://musearti.hypotheses.org/?p=1853 ) que l’éditeur Gallimard refusera poliment de publier. Picabia est alors en pleine rupture avec les Surréalistes et surtout avec André Breton, son cadet.

Le ballet débute par Entracte, un film de René Clair:

Satie___Picabia__Clair___Biorlin__prologue_de_Relache_entracte (1) http://m.youtube.com/watch?v=mpr8mXcX80Q

Le rideau se lève: les spectateurs sont aveuglés par 370 phares dirigés vers la salle:

tumblr_md10vyV0871qmktfqPicabia__maquet_de_Relache__Les_Hommes_se_devetissent_

Lire le scénario de “Relâche”,  sur le blog de Carole Boulbès, spécialiste de Picabia : http://caroleboulbes.blogspot.fr/2014/01/scenario-de-relache-francis-picabia-1924.html?m=0

À la fin de ce ballet, Erik Satie et Francis Picabia entrent sur scène pour saluer le public au volant d’une voiture de Rolf de Maré. Tout est provocation dans ce ballet, il s’agit de faire crier, de se faire huer le public, car dit le Dadaïste Picabia : « J’aime mieux les entendre crier qu’applaudir ». “Relâche vous conseille d’être des viveurs, car la vie sera toujours plus longue à l’école du plaisir qu’à l’école de la morale, à l’école de l’art, à l’école religieuse, à l’école des conventions mondaines.”

John Cage et Merce Cunningham revendiquent leur filiation (et celle de Fluxus) avec Dada et avec Picabia : voir à ce propos l’intéressant article de Carole Boulbès dans le n°409 de mars 2014 d’artpress :”Relâche, le remake, à Nancy” : http://www.artpress.com/article/21/02/2014/sommaire-du-ndeg409—mars-2014/29346

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

Pour un hommage à Satie: satie_picabia http://lesmaitresfous.blogspot.fr/2011_08_01_archive.html?m=1

Picabia encore en conclusion : “Changer d’idées comme de chemises pour les garder propres”.