Archives par mot-clé : John Armleder

LA PARTIE DE CAMPAGNE AU MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER

c39d6ec4bf45248aacf3b0683040802778ba7f1bPour fêter les 50 ans de la Fondation Maeght,http://www.fondation-maeght.com/  le musée Léger de Biot accueille un tableau de l’artiste appartenant à la fondation :http://www.musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/fleger/
LA PARTIE DE CAMPAGNE , ” chef-d’œuvre de Fernand Léger qu’il a réalisé en 1954. Pour cette présentation hors-les-murs, le tableau dialoguera avec les œuvres de la collection du musée, donnant à comprendre les étapes de travail de Léger qui “monte” sa composition afin de traduire son rêve d’un art pour tous au service d’une humanité fraternelle”.

Rappelons que c’est le musée des Arts décoratifs et François Mathey qui organisent la première rétrospective parisienne de l’œuvre de Léger, du 30 juin au 16 octobre 1956, après le décès de l’artiste, survenu le 17 août 1955, à Gif-sur-Yvette.

Le communiqué de presse du musée annonce la présentation de 100 œuvres couvrant la période de 1905 à 1955, figurent notamment Contrastes de formes  de 1913 ;  Adieu à New York, de 1946,  Hommage à David de 1948. Cette manifestation est organisée avec le concours des musées de Philadelphie, Bâle, le musée privé Kröller Muller, http://kmm.nl en Hollande, le Musée national d’art moderne de Paris, de grandes galeries privées et des collectionneurs, français et étrangers. L’exposition de 1956 va prendre en compte toutes les phases qui composent l’œuvre de cet artiste : outre la période cubiste, les années de guerre (1914-1918), la période mécanique et le retour à la figure (1918-1923), la préoccupation monumentale, la période puriste (1924-1927), les objets dans l’espace et leurs prolongements, à partir de 1928, puis la période américaine (1940-1945), ainsi que la dernière période française (1945-1955).

Cette exposition va voyager en Europe pendant plus d’un an, à Bruxelles, au Palais des Beaux-arts, dans un format plus réduit, d’octobre à novembre 1956 , puis à Amsterdam, au  Stedelijk Museum, du 11 décembre 1956 au 28 janvier 1957, puis à Munich, au Haus der Kunst de mars à mai 1957, au  Kunsthalle de Bâle, de mai à juin 1957, au Kunsthaus de Zurich, de juillet à août 1957, à Dortmund du 29 septembre au 27 octobre 1957, au Museum am Ostwall http://www.dortmund.de/en/index.html. François Mathey va consacrer beaucoup d’énergie à cette exposition itinérante : il l’organise à Munich puis l’accompagne à Bâle en mai 1957.

 

Autre invité cet été à Biot, John Armleder :

Actif depuis la fin des années 60, notamment au sein du groupe genevois Écart, l’artiste suisse John Armleder voit la reconnaissance de son œuvre à partir des années 80. Les « ameublements » ou « Furniture Sculpture », ainsi que l’artiste nomme ses agencements d’objets mobiliers « retouchés », le révèlent sur la scène internationale. Marquée par les propositions multimédias du mouvement Fluxus, l’œuvre d’Armleder questionne les notions d’authenticité et d’originalité et plus globalement l’art dans son rapport au réel. Les objets combinés à ses peintures, les formes élémentaires (rayures, pois) ou libres (coulures) comme l’ensemble des procédés mettant en scène son travail (échafaudages, plantes vertes, téléviseurs) interrogent la réception de ses œuvres, entre art et décoratif, objet et sujet et plus globalement entre art et vie. L’exposition que John Armleder a imaginée pour le musée national Fernand Léger poursuit cette interrogation qui, depuis l’émergence des avant-gardes artistiques au XXe siècle, constitue la réalité même de l’art.

 

Olivier Mosset et le musée des Beaux-arts de la Chaux-de-Fonds

La Chaux-de-Fonds n’est pas que le lieu de naissance de Le Corbusier. Elle abrite également un musée des Beaux-Arts qui a de très riches collections permanentes :

“En 2007, le musée a reçu une donation importante du peintre suisse Olivier Mosset. La collection privée d’Olivier Mosset est un ensemble exceptionnel qui contient un nombre important de peintures, dessins, sculptures, objets, installations, photographies, vidéos, estampes et de posters d’artistes majeurs de la seconde moitié du XXe siècle, tant américains qu’européens, dont Yves Klein, Joseph Beuys, Carl André, Sol Lewitt, Peter Halley, John Armleder.  Cette collection est très importante aussi dans l’étude de l’œuvre d’Olivier Mosset, elle permet de mieux comprendre le travail et les goûts artistiques de ce grand artiste suisse” : http://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-collections/art-contemporain

Le musée organise également des expositions temporaires, au programme éclectique  : en mars, Deux siècles d’art belge , les collections du musée d’Ixelleshttp://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-expositions/avenir/deux-siecles-d-art-belge

et en novembre : Blaise Cendrars au coeur des arts : http://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba/mba-expositions/avenir/blaise-cendrars-au-coeur-des-arts

OLIVIER MOSSET est le M du groupe BMPT, dont on ne retient en général que le B de Daniel BurenUn portrait d’ Olivier Mosset par Maurice Besset : htp://www.mamco.ch/artistes_fichiers/M/mosset.html

 Cet artiste suisse qui vit en partie aux USA, a une activité multiforme, notamment en France, où il est intervenu récemment à plusieurs reprises :

Son exposition à Sérignan au Mrac en 2013 :
http://mrac.languedocroussillon.fr/3118-archives-expositions-art-contemporain-montpellier-serignan.htm

O. Mosset a aussi réalisé la scénographie d’un ballet à l’Opéra de Paris en 2012 :  ‘un jour ou deux’ de Merce Cunningham repris du 31 octobre au 10 novembre 2012 :

http://gillot-cunningham.operadeparis.fr/unjouroudeux/

L’entretien de Mosset : il reprend le rôle de scénographe tenu en 1973 par Jasper Johns et se souvient de cette période :
http://gillot-cunningham.operadeparis.fr/en-video-entretien-avec-olivier-mosset-scenographie/

Le ballet a en effet été créé en 1973 à l’Opéra de Paris et fait alors scandale :

“Nous sommes en 1973. Cinq ans après Mai 68 pour toute la France, mais toujours en plein XIXe siècle au sein du Ballet de l’Opéra de Paris. Michel Guy, fondateur du Festival d’Automne, destiné à dévoiler aux Français l’avant-garde américaine, sera bientôt nommé secrétaire d’Etat à la Culture. Il persuade Rolf Liebermann, directeur de l’Opéra, de confier une création au chorégraphe new yorkais Merce Cunningham. Celui-ci est ainsi convié à créer un spectacle occupant toute une soirée, accompagné de John Cage pour l’univers sonore et de Jasper Johns pour la scénographie”:

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20121030.OBS7444/1973-scandale-revolution-a-l-opera-de-paris.html