Archives par mot-clé : Jean Widmer

Gigantisme, une première triennale sur “Art et Industrie” à Dunkerque

Gigantisme est une nouvelle triennale en Europe. Dès le 4 mai 2019, et jusqu’au 5 janvier 2020, une exposition de sculptures, de mobilier design, de films, de maquettes, de peintures et autres formes d’utopies manifesteront la créativité remarquable qui résulte de collaborations entre artistes, ingénieurs et architectes, depuis la seconde moitié du XXe siècle. Le Cnap est partenaire de cette manifestation. (site du CNAP).
À Dunkerque, des œuvres issues de collections publiques et privées, mais aussi de commandes spécifiques, évoquent la rencontre entre l’art et l’industrieGigantisme se déploie sur plus de 4000 m2, dans trois lieux d’exposition différents à Dunkerque : la friche industrielle de la halle AP2, le Fonds régional d’art contemporain Grand Large – Hauts-de-France (FRAC) et le Lieu d’Art et Action Contemporaine – Musée de France (LAAC).

Les artistes, designers et architectes, exposés, sont particulièrement nombreux Figurent ci-après en gras le nom de ceux dont les œuvres montrées appartiennent au Cnap et dont voici quelques illustrations tirées de la collection en ligne du CNAP :

L’Atelier A, Carla ACCARDI, A.J.S. AÉROLANDE, Céline AHOND, Jean ARP, Eero AARNIO :

Eero AARNIO, Bubble, 1968 – 1997.
Editeur : Adelta International, Dinslaken (Allemagne), 1997. CNAP.

Steve ABRAHAM & Nicolas MESSAGER,  ADO

Ado, The key (La clé), 1968. CNAP.

Roy ADZAK, ARMAN :

ARMAN, Sculpture pour la gare Saint-Lazare à Paris, ensemble. CNAP.

Dorothée BECKER, Jean-Daniel BERCLAZ, France BERTIN, Pancino BIAGIO, Max BILL , André BLOC, Pierrette BLOCH, Marcel BROODTHAERS, Heidi et Carl BUCHER, Michel, BUFFET, Carlos BUNGA, Daniel BUREN, Victor BURGIN :

Victor BURGIN, The End, 1994. CNAP.

Hera BÜYÜKTASÇIYAN, Jean-Marc BUSTAMANTE, Robert BREER, Nathalie Brevet, Hughes ROCHETTE, Louis CANE, Marcelle CAHN, René-Jean CAILLETTE, Alexander CALDER, Antonio CALDERARA, Livio CASTIGLIONI, Philippe CAZAL, CHRISTO :

CHRISTO (Christo JAVACHEFF, dit),
Vue des Champs-Elysées,
1969. CNAP.

 André CAZENAVE, CÉSAR, Kwok-Hoi CHAN, Andreas CHRISTEN :

Andreas CHRISTEN, Komplementar-Struktur n°45, 1977.
Relief monochrome. Polyester.
Donation Albers-Honegger en 2001.

 Joe COLOMBO :

Objet/Design © Ignazia Favata, Studio Joe Colombo, photo :Visuel fourni par l’éditeur Joe COLOMBO. Bloc cuisine Minikitchen. CNAP.

Gilles CONAN, Agnès et Claude COURTECUISSE D’URBRINO / DECURSU / DE PAS, DECTOR & DUPUY, Pauline DELWAULLE, Gérard DESCHAMPS, Jean DEWASNE, Noël DOLLA :

Noël DOLLA. Sad Haleine, 2005.
Acrylique sur toile, 340 x 210 cm
Achat 2006. CNAP.

Michel DUCAROY, Gérard DUCHÊNE, Lili DUJOURIE, Jean DUPUY, Jean-Claude FARHI, Hans-Peter FELDMANN, Yolande FIÈVRE, FOIN©, Ruth FRANCKEN, Lars FREDIKSON, Yona FRIEDMAN, Wolfgang GÄFGEN, Horacio GARCIA ROSSI, Christian GERMANAZ, Mark GEFFRIAUD, Piero GILARDI, Dominique GILLIOT, LIam GILLICK, Patrick GINGEMBREGRUPPO STRUM, Brion GYSINRaymond HAINS, Simon HANTAÏ, Hans HARTUNG, Maya HAYUK, Bernard HEIDSIECK, Raymond HAINS, Auguste HERBIN, Isidore ISOU, Christian JACCARD, Alain JACQUET, Shirley JAFFE, Michel JOURNIAC, Donald JUDD, Jean-Paul JUNGMANN, Kosta KARAHALIOS, Dani KARAVAN, Ellsworth KELL, William KLEIN, Yves KLEIN, Piotr KOWALSKITetsumi KUDO, Roger LANDAULT, Walter LEBLANC, Bertrand LAVIER, Donovan LE COADOU, Sol LEWITT, Ludovic LINARD, Ana LUPAS, Robert MALAVAL, Enzo MARI, MATTA, Gordon MATTA-CLARK, Mathieu MATÉGOT, Pierre MERCIER, Ohad MEROMI, Joan MIRÓ, Anita MOLINERO, Vera MOLNAR, Jacques MONORY,François MORELLET, Flora MOSCOVICI, Joseph MOTTE, Tania MOURAUD, Serge MOUILLE,  Hans-Walter MÜLLER, Matt MULLICAN, Aurélie NEMOURS, Dennis OPPENHEIM, Bernard PAGÈS, Marta PAN, Verner PANTON, Claudio PARMIGGIANI, Pierre PAULIN, Alexandre PÉRIGOT, Gaetano PESCE :

Gaetano PESCE. Dessin. Etude pour la ville de Strasbourg – Il ponte dell’Unione (…) “Olanda”. CNAP.

Giancarlo PIRETTI, Anne & Patrick POIRIER, Gabriel POMERAND, Daniel POMMEREULLE, Charlotte POSENENSKE, Julien PRÉVIEUX, Danielle QUARANTE, MAN RAY, Jean Pierre RAYNAUD, Martial RAYSSE, Delphine REIST RENÉ-JACQUES, Guy ROTTIER, Mika ROTTENBERG, Guy de ROUGEMONT, Roland SABATIER, Niki de SAINT PHALLE, Jean-Michel SANEJOUAND, Patrick SAYTOUR, Nicolas SCHÖFFER, Allan SEKULA, Ettore SOTTSASS, Daniel SPOERRI, Peter STÄMPFLI, Antoine STINCO, STUDIO 65, SUPERSTUDIO, TAKIS

TAKIS (Panayotis VASSILAKIS, dit),
Signal I, 1968. CNAP.

UNGLEE, Roger TALLON :

Roger TALLON, Module 400, 1965. CNAP.

Hervé TÉLÉMAQUE :

Hervé TÉLÉMAQUE, Le beau Danube, 1987. CNAP.

Jean TINGUELY, Niele TORONI, Tatiana TROUVÉ, Morgane TSCHIEMBER, Richard TUTTLE, Victor VASARELY, Bernar VENET, Claude VIALLAT, Maurice-Claude VIDILI, Jacques VILLEGLÉ, Jean WIDMER, Nancy WILSON-PAJIC, Gil Joseph WOLMAN,
John. M ARMLEDER, Bernard AUBERTIN, Marion BARUCH, Thomas BAYRLE :

Thomas BAYRLE,
Knopfmann (Herr W./braune Version)
Autre titre : N°Archive TB/E 132.
1973. Impression sérigraphique sur carte. CNAP.

Direction artistique :
Keren Detton — Directrice du Frac Grand Large —Hauts-de-France
Géraldine Gourbe — Philosophe et spécialiste de la scène artistique de Los Angeles. Depuis 2015 elle œuvre à une réécriture d’une histoire culturelle de la France des années 1947 à 1981.
Grégory Lang — Commissaire indépendant et producteur, fondateur de Solang Production.
Sophie Warlop — Directrice du LAAC et du musée des Beaux-Arts de Dunkerque.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Frac Grand Large — Hauts-de-France
503 avenue des Bancs de Flandres
59140 Dunkerque
www.fracgrandlarge-hdf.fr

LAAC
Lieu d’Art et Action Contemporaine
302 av. des Bordées
59140 DUNKERQUE
www.musees-dunkerque.eu

Roman Cieslewicz : les coupes sombres d’un chirurgien de l’image

“Un simple assortiment de rêve sans les associations d’idées du rêveur,  sans connaître les circonstances dans lesquelles ils survinrent, ne m’intéressent guère, et j’imagine difficilement  qu’ils puissent intéresser qui que ce soit” écrivit un jour Freud à André Breton. Pour John Barnicoat citant Freud : “Le rêve ainsi détaché de son contexte est peut-être en effet dénué de sens pour un diagnostic,  mais utilisé  en tant que méthode et principe d’art visuel,  il a apporté à toute l’histoire de l’art et à celle de l’affiche en particulier, quelques idées d’une grande richesse.” (John Barnicoat, Histoire concise de l’affiche, Hachette, 1972, p. 181).

Roman Cieslewicz a été l’un de ces brillants illustrateurs, un artiste/artisan, un affichiste qui a oscillé entre expressionnisme et surréalisme. Sa grande efficacité visuelle, ses découpages et collages ont fait son succès. Mais si son inspiration vient des grands mouvements artistiques d’avant-garde, elle est aussi liée directement aux manifestations de l’histoire politique de son temps.

 Cette exposition rétrospective, si réussie (et dont la commissaire est Amélie Gastaut), s’achève le 23 septembre prochain.  C’est grâce à la donation effectuée en 2013 par la veuve de Cieslewicz au musée des Arts Décoratifs (MAD) et aux nombreux prêts effectués par l’IMEC, et par le musée de Grenoble, que l’exposition est en mesure de retracer le parcours de ce graphiste de talent. Les créations de  Roman Cieslewicz  sont ici en pays connu. Il a  en effet (avec Jean Widmer)  réalisé les plus belles affiches des expositions et les couvertures de catalogues du  musée des Arts décoratifs, du CCI, puis du Centre Pompidou, mais aussi les couvertures de la revue Opus international dès 1967 ou bien l’affiche de la première exposition d’art contemporain, organisée par la RMN,  au Grand Palais en 1972.

Il est fêté en 1972  (18 février /17 avril 1972) par le Centre de Création Industrielle (CCI) au Musée des Arts décoratifs, l’exposition est alors vue par 3000 personnes.

Roman Cieslewicz a fait l’objet d’un livre et d’une exposition (1993), réalisés par Margo Rouard au Centre Pompidou :  il a d’ailleurs activement apporté son concours à cette première rétrospective.

 La presse évoque aujourd’huiLa grande rétrospective autour de celui qui se définissait comme « chirurgien de l’image » ou « aiguilleur de rétine », Roman Cieslewicz, […] exposition où se télescope l’incroyable travail de l’artiste avec l’histoire du XXe siècle, l’histoire de l’art, graphique et visuelle, l’histoire de la presse, du cinéma ou encore de l’édition…”. Et  surtout l’histoire politique de l’Europe, celle de la guerre, de l’après-guerre et sa  guerre froide, des tentatives de libération des pays d’Europe centrale, des années 68 et 70. Les cartels rappellent la biographie d’un créateur  au cœur de toutes les propagandes, où l’art  est éminemment politique.

Roman Cieslewicz est d’origine polonaise, né en 1930 à Lvov, Lemberg, là où ont eu lieu des pogroms, puis des exterminations de masse exécutées par les Einsatzgruppen. Ce lieu de naissance n’est pas anecdotique pour cet enfant de la guerre qui évoquera beaucoup ensuite la période nazie dans son travail.

Il entame à l’âge de douze ans dans cette ville, de 1943 à 1946, sa formation à l’École de l’Industrie Artistique de Lwów (1943-1946). La ville polonaise devient ukrainienne à la suite des accords de Yalta et intègre l’URSS. La famille de Roman Cieslewicz se déplace alors à Opole. En 1947, il va étudier à Cracovie. Diplômé en 1955 de l’école des beaux-arts, il part s’installer ensuite à Varsovie où il est engagé comme graphiste dans l’agence d’Etat WAG, qui éditait des affiches de propagande à thématique sociale, culturelle, politique.

La Pologne connaît alors une période d’ouverture qui ne dure que huit ans, et le retour au réalisme socialiste l’incitera au départ.

En 1961, il reçoit un prix du ministère de la Culture et de l’Art de son pays, pour l’ensemble de son travail. Avant de quitter la Pologne pour la France en 1963, Roman Cieslewicz a en effet réalisé une cinquantaine d’affiches, essentiellement pour des spectacles de théâtre qui sont dûment  représentées dans l’ exposition.

Son processus de création part d’images hachées menues, les critiques soulignent cette caractéristique :

Plus qu’il ne les crée, Roman Cieslewicz fabrique de toutes pièces les images. Grâce à une paire de ciseaux, de la colle, une photocopieuse, et surtout un œil acéré, il devient une figure majeure de l’art visuel en France, où il s’installe dès 1963.
Le graphiste (décédé en 1996) aura une brillante carrière de directeur artistique pour le magazine Elle, grâce à Peter Knapp, puis pour l’agence de pub Mafia dans les années 1970. Il crée l’identité visuelle des éditions 10/18 et des Guides bleus. Il s’engage au sein du groupe Panique aux côtés de Topor et d’Arrabal et de Jodorowsky et crée en 1976, la revue Kamikaze (revue d’information du groupe Panique).

La boîte rouge.

“Inlassablement, il découpe, classe, archive méthodiquement dans des boîtes thématisées : les yeux, la bouche, les mains, le cercle, la guerre, Auschwitz, États-Unis, etc., qui pourront lui servir de matériaux de création”.

L’exposition comprend 700 documents, son processus créatif et ses références sont souvent puisées dans l’iconographie de l’histoire. 

“Là, le corps féminin est disséqué et passé à sa propre moulinette, dans un esprit parfois surréaliste. On s’aperçoit que les couleurs rouge, blanche et noir, l’offset ou la trame du papier le fascinent. Il décortique absolument tout.”

Affiche polonaise de Roman Cieslewicz pour le film d’Hitchcock “Sueurs froides” (1958).