Archives du mot-clé Jean-Dominique Fleury

Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

L’exposition programmée par les Archives nationales à Pierrefitte, du 31 mars au 13 juillet 2017, s’intitule « Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) ».

small11rayarn

« L’exposition, réalisée en partenariat avec le centre national des arts plastiques CNAP, s’attache à retracer les liens étroits qui unirent, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux prémices de la décentralisation, artistes et pouvoirs publics ».

Les archives audiovisuelles de l’INA, pour la période des années 1980- 2000, illustrent fort bien ce thème, à travers l’exemple de Pierre Soulages et de la commande publique des vitraux de Sainte-Foy de Conques.

26 mars 1991 : le Ministère de la Culture, mené par Jack Lang, décide de confier à Pierre Soulages une commande exceptionnelle : composer un nouvel ensemble de vitraux pour l’abbatiale romane Sainte-Foy de Conques. L’annonce de ce projet est fraîchement reçue par la critique qui craint de voir le « peintre du noir » assombrir l’édifice et qui remet en cause la dépose des précédents vitraux, témoins des arts décoratifs limousins d’après-guerre.

15 juin 1994 :  un nouveau reportage porte sur la conception et la réalisation des vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques par Pierre Soulages et le maître verrier Jean-Dominique Fleury.

Il débute par quelques vues de la mise en presse de l’ouvrage consacré à ce sujet, coécrit par Christian Heck, Jean-Dominique Fleury, Pierre Soulages et préfacé par Georges Duby.

22593_couverture_hres_0

En novembre 2016  c’était l’anniversaire des vingt ans :

< C’est dans la sobriété et dans la lumière diffuse que l’abbatiale de Conques s’apprête à célébrer un anniversaire un peu particulier. Les 106 vitraux blancs de Pierre Soulages qui ornent l’ abbatiale  fêtent leurs vingt ans d’existence. En 1994, l’installation de vitraux abstraits au sein d’une église romane suscitait une certaine réticence, aujourd’hui, la fierté a gagné le cœur des aveyronnais>.

Abbaye de Conques : FLEURY / SOULAGES

  • D’un côté la disparition de l’Atelier d’artiste comme lieu d’expérimentation sur la matière et de l’autre, un foisonnement accru des possibilités techniques de l’industrie n’ont cessé de rendre plus nécessaire la présence d’un intermédiaire éclairé entre l’idée parfois un peu évanescente de l’artiste et les multiples ressources du matériau. L’implication de l’Atelier Fleury relève bien plus que d’un simple exécutant.  Son rôle est aussi d’amener l’artiste à considérer les richesses souvent méconnues du verre. Lui proposer tel grain, tel reflet, tel effet d’ombre ou de lumière fait de cette expertise une véritable prolongation de son projet. Comme en réponse à l’invitation d’une forme, la pensée de l’artiste se trouve augmentée de cette formidable nouveauté qu’est l’idée même de la matière : http://www.atelier-fleury.com/site/index.php?category/vitraux-artistes

A l’heure où les métiers d’art sont à l’honneur et où de multiples musées et salons les célèbrent ou vont les célébrer, voici quelques créations, quelques vitraux d’artistes créés par l’atelier Fleury qui méritent d’être à nouveau découverts :

Miquel Barcelo Cathédrale de Palma de Majorque

Pascal Convert Sérigraphies sur verre : autoportraits au miroir – enfants de fusillés

Jean-Dominique Fleury creations récentes, dont Saint Etienne de Beaugency :

saint-etienne_de_beaugency-2

Jean Michel Othoniel Chapelle St Martin du Méjan, Arles

Philippe Parreno Galerie Pilar Corrias, Londres

Martial RaysseNotre-Dame de l’Arche d’Alliance, Paris

Voir : Atelier Jean-Dominique FLEURYCréation de vitraux d’artistes contemporains

Jean-Dominique Fleury et d’autres verriers, comme Gilles Rousvoal http://www.centre-vitrail.org/fr/gilles-rousvoal,228.html ,Claude Baillon http://www.infovitrail.com/pdf/grange-verrieres-2014-dossier-de-presse.pdf ou Jean Mauret,http://www.jean-mauret.com/Utilitaires/presentation.html  et Gérard Hermet ont autrefois fait partie du groupe HYALOS, fondé en 1977, qui a exposé ses créations, en 1980 à Chartres. Pour Gérard Hermet : « Le groupe Hyalos a rassemblé deux générations de créateurs allant vers le même but qui était de défendre l’aspect créateur du peintre verrier » : http://www.centre-vitrail.org/fr/hermet-gerard,article-53.html)

verriers françaisFrançois Mathey évoquera leurs créations, dans la préface du catalogue de l’exposition de 1982, au musée des Arts décoratifs, à Paris :Verriers français contemporains : art et industrie.  (Préfaces et notes de F. Mathey, p. 8-11).