Archives par mot-clé : Jana Sterbak

Kiki Smith par Claudia Müller et autres papesses

La projection de “Kiki Smith, Work !” de Claudia Műller le 29 janvier prochain à  l’occasion de sa rétrospective à la Monnaie de Paris, est l’occasion de rappeler la fin programmée des activités d’expositions d’art contemporain organisées par Catherine Morineau à la Monnaie de Paris, mais aussi la création d’une artiste femme qui a axé l’essentiel de ses premiers travaux sur le thème du corps.

Américaine née en 1954 d’un père sculpteur qui a participé au courant minimaliste, et d’une mère chanteuse d’opéra, elle utilise une grande variété de matériaux pour s’exprimer. Elle est à la fois graveuse, sculptrice et dessinatrice, se sert de la cire pour sculpter des corps en mouvement, des corps souffrants et vulnérables créés essentiellement entre les années 1970 et 1990. Kiki Smith est notamment inspirée par l’artiste féministe Nancy Spero.

Kiki Smith présente son exposition à la Monnaie de Paris, à visiter jusqu’au 4 février 2020 :

Sur les expositions temporaires regroupant des sculptrices,  et notamment celle de 2013  regroupant Camille Claudel, Louise Bourgeois, Kiki Smith, Jana Sterbak et  Berlinde De Bruyckere, Jacques Leenhardt écrivait  un article intitulé :

Papesses à l’œuvre : la sculpture au féminin ?

Jacques Leenhardt évoque à cette occasion un échange épistolaire entre une autre artiste, suisse, née à Berlin en 1913, Meret Oppenheim, et le critique d’art Alain Jouffroy :

Meret Oppenheim menait le combat contre les stéréotypes de la masculinité comme de la féminité, à ses yeux mutilants pour chacun des genres. Elle s’en explique dans un échange avec Alain Jouffroy “.

A la question sur ses créations : « crois-tu qu’elles seraient les mêmes si tu étais un homme ? ” Elle répond :

« Ma première impulsion était de répondre oui… Mais il y en a parmi elles qu’un homme n’aurait pas faites, je crois. Ou pas faites à notre époque. Si je dis « époque », je pense aux quelques milliers d’années que dure le patriarcat. » Tout est dit, avec humour, dans cette réponse. Oui, il y a une espèce humaine et une seule. La culture a permis que se développent des représentations mutilantes, de domination et de soumission : le patriarcat empêche que chaque personne puisse être pleinement soi”.

Meret Oppenheim, « Bon appétit, Marcel! » ou « la reine blanche ». Hommage à Marcel Duchamp : pain, colonne vertébrale de perdrix, échiquier, services et assiette. 1966/78.

Oppenheim, Meret. Worte nicht in giftige Buchstaben einwickeln. édité par Lisa Wenger et Martina Corgnati, Zürich : Scheidegger&Spiess, 2013. :

“L’ouvrage reproduit la correspondance (en français et en allemand) que Meret Oppenheim avait conservée et demandé qu’on ne la publie que vingt ans après sa disparition. C’est une mine de renseignements notable sur la vie du monde de l’art des années 1930 à 1980, de laquelle on retiendra en particulier l’échange avec André Pieyre de Mandiargues. Le volume contient en outre la reproduction en fac-similé du « Journal » que Meret Oppenheim a tenu, de son enfance à 1943, lequel contient dessins, collages, photos et documents”.