Archives par mot-clé : Italie

Photographier paysages et ruines

Photographe français né en 1976, Thomas Jorion vit à Paris et parcourt le monde entier pour réaliser ses paysages singuliers et intemporels. Photographe autodidacte, il réalise ses images en lumière naturelle à l’aide d’un appareil photographique analogique grand format. Il capture des lieux en ruines ou délaissés.

Thomas Jorion figeait les ruines de l’empire colonial français dans le cadre de la série intitulée Vestiges d’Empire, des édifices abandonnés datant de la période coloniale française. Cette série a été présentée à la galerie DX à Bordeaux en 2017 :

Renaissance, Villa Kep, Cambodge.
© Thomas Jorion
Tribunal de Première Instance, Chandernagor, Inde, 2016.
© Thomas Jorion

L’exposition en cours s’intitule Veduta : le photographe propose cette fois une plongée dans l’Italie d’autrefois. Jusqu’au 13 avril 2019 :

A la Galerie Esther Woerdehoff, ouverte du Mercredi au Samedi, de 12h à 19h. 36 rue Falguière, 75015 Paris.

Ses photographies figurent dans les collections des musées :

Au Musée Nicéphore Niepce, à Chalon-sur-Saône :


© Thomas Jorion

A la National Gallery of Victoria, Melbourne, Australie : deux photographies issues de la série réalisée sur l’étrangeté intemporelle des lieux abandonnés :

Blednik, Pologne. © Thomas Jorion

Voir également la conférence ‘Autour de Thomas Jorion’, Cité de l’architecture, Paris, février 2018 avec Monique Sicard (CNRS) : co- auteure de :

La fabrique photographique des paysages avec Aurèle Crasson, Gabrielle Andries.

et Marianne Jakobi, Historienne de l’art comtemporain, co-auteure de l’ouvrage :

Élaborer, transmettre, créer. Essais pour une histoire de l’art diachronique et pluridisciplinaire. Fabienne Colas Rannou, Marianne Jakobi.

Thomas Jorion – Vestiges d’empire, un entretien de 2016 :

Sur la poésie des ruines, voir l’ouvrage de l’archéologue Alain Schnapp, paru en 2015 Ruines : Essai de perspective comparée.

Voir la Grande Guerre ailleurs qu’en France

L’année de commémoration de la Grande Guerre donne lieu à plusieurs mises en ligne en France mais aussi en Europe.

A cet égard signalons deux sites, un italien et un autrichien, qui mettent en ligne des photographies, des affiches ou des dessins de cette époque :

Vedere la Grande Guerra, Immagini della prima guerra mondiale :http://movio.beniculturali.it/mcrr/immaginidellagrandeguerra/index.php?pageId=1

La bibliothèque de la ville de Vienne : First World War in Vienna : https://erster-weltkrieg.wien.gv.at/site/

Sur les cent ans de la première guerre mondiale à Vienne, voir les nombreuses expositions à Vienne sur les années 1914 à 1918 : http://www.wien.info/fr/sightseeing/museums-exhibitions/world-war-one

L’Italie dans les photos du Grand Tour

Le mercredi 22 janvier à 19h à  l’Institut culturel italien à Paris
L’Italie dans les photos du Grand Tour  :
 “Parcours initiatique, occasion de dépaysement, découverte du passé, le Grand Tour dans les villes et les sites légués par l’Antiquité fut pendant deux siècles l’étape incontournable de toute éducation choisie. À l’occasion de la sortie, chez Nicolas Chaudun, d’un magnifique volume, regroupant les prises de vues réalisées par des photographes réputés, tels que Leopoldo Alinari, Alphonse Bernoud, Robert Macpherson, Robert Rive, Giorgio Sommer, et les citations célèbres tirées des récits de voyages de grands écrivains, tels que Dumas, Théophile Gautier, Maupassant ou Zola, Giovanni Fanelli et Barbara Mazza, deux architectes passionnés d’histoire et d’art graphique, nous guident grâce à leur collection de photos dans un itinéraire inattendu et plein de surprises”.

Réservez vos places en cliquant ici.

 

-

Le musée et l’artiste du mois : Jorinde Voigt au MACRO

Le Museo d’arte contemporanea Roma, le MACRO, est situé dans un quartier de Rome un peu excentré, dans la partie nord-est, près de porta Pia. Le projet émerge à la fin des années 1990, dans une capitale déjà saturée d’art. Profitant d’une reconversion industrielle, le musée public peut s’installer sur le site d’une ancienne usine. Six salles ouvrent en septembre 1999, le musée principal est inauguré le 11 octobre 2002 : http://www.museomacro.org

http://fr.museiincomuneroma.it/ne_fanno_parte/macro

Le musée bénéficie ensuite de deux extensions  : le “MACRo Future”, composée de deux pavillons situés dans la zone de Testaccio, puis en 2010, un nouvel espace est créé via Nizza et via Cagliani près de la porta Pia.
La collection permanente du MACRO comprend une sélection de quelques-unes des expressions les plus importantes de la scène artistique italienne depuis les années 1960 :  le groupe Forma 1 : Carla Accardi, Antonio Sanfilippo, Achille Perilli, Piero Dorazio, Leoncillo et Ettore Colla ; l’Arte Povera : Mario et Pino Pascali Ceroli ; la Scuola di Piazza del Popolo : Tano Festa, Mario Schifano, Titina Maselli et Mimmo Rotella.

Parmi les expositions temporaires du MACRO, à noter : Jorinde Voigt. “Superpassion”, commissariat : Maria Alicata
du 29 novembre 2013 au 9 mars 2014 : http://museomacro.org/it/prossimamente-jorinde-voigt-superpassion

Cette artiste, de nationalité allemande, née le 1er janvier 1977 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne),  vit et travaille à Berlin. Pour sa première exposition personnelle dans une institution publique italienne, l’artiste présente une installation composée d’une nouvelle série d’œuvres sur papier de dimensions diverses. Chaque dessin, comme le suggère le titre de l’exposition, fait référence à un chapitre ou à un extrait du livre de Niklas Luhmann, L’amour comme Passion paru en1985  aux éditions Laterza (titre de l’édition originale : Liebe als Passion Codierung von  Zur Intimität  paru en1982, Suhrkamp Verlag).

Voir le compte rendu de Philippe Dancause paru dans Aspects sociologiques, (novembre 1993, pp. 31-32.) : http://www.fss.ulaval.ca/cms_recherche/upload/aspectssociologiques/fichiers/dancause1993.pdf

Fidèle à la théorie des systèmes, Jorinde Voigt donne un aperçu de l’évolution de la sémantique de l’amour qui est avant tout un code, un moyen de  communication qui appartient à la sphère la plus intime de l’être.

Le site de l’artiste : www.jorindevoigt.com

Une de ses œuvres est présentée dans la salle 22 du 4ème étage du Centre Pompidou et sur le site du Centre Pompidou virtuel : http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-0eaa594bbb64d2b2eb280a04c85251a&param.idSource=FR_P-0eaa594bbb64d2b2eb280a04c85251a

Quelques reproductions des œuvres de Jorinde Voigt figurent sur le site de la revue britannique File magasine : http://file-magazine.com/whats-on/jorinde-voigt-konnex

Un autre lieu d’exposition de l’art contemporain à Rome : le MAXXI est un autre lieu d’exposition créé en 2010 :  ce Musée national des arts du XXIe siècle, est une fondation italienne, consacrée à toutes les formes de création de l’art contemporain. La collection permanente est constituée de 300 œuvres qui témoignent de la production artistique internationale, un accent particulier est mis sur les artistes italiens ou étrangers, dont les recherches sont liées au contexte italien : http://www.fondazionemaxxi.it