Archives du mot-clé Ina

Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965)

L’exposition programmée par les Archives nationales à Pierrefitte, du 31 mars au 13 juillet 2017, s’intitule « Un art d’État ? Commandes publiques aux artistes plasticiens (1945-1965) ».

small11rayarn

« L’exposition, réalisée en partenariat avec le centre national des arts plastiques CNAP, s’attache à retracer les liens étroits qui unirent, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’aux prémices de la décentralisation, artistes et pouvoirs publics ».

Les archives audiovisuelles de l’INA, pour la période des années 1980- 2000, illustrent fort bien ce thème, à travers l’exemple de Pierre Soulages et de la commande publique des vitraux de Sainte-Foy de Conques.

26 mars 1991 : le Ministère de la Culture, mené par Jack Lang, décide de confier à Pierre Soulages une commande exceptionnelle : composer un nouvel ensemble de vitraux pour l’abbatiale romane Sainte-Foy de Conques. L’annonce de ce projet est fraîchement reçue par la critique qui craint de voir le « peintre du noir » assombrir l’édifice et qui remet en cause la dépose des précédents vitraux, témoins des arts décoratifs limousins d’après-guerre.

15 juin 1994 :  un nouveau reportage porte sur la conception et la réalisation des vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques par Pierre Soulages et le maître verrier Jean-Dominique Fleury.

Il débute par quelques vues de la mise en presse de l’ouvrage consacré à ce sujet, coécrit par Christian Heck, Jean-Dominique Fleury, Pierre Soulages et préfacé par Georges Duby.

22593_couverture_hres_0

En novembre 2016  c’était l’anniversaire des vingt ans :

< C’est dans la sobriété et dans la lumière diffuse que l’abbatiale de Conques s’apprête à célébrer un anniversaire un peu particulier. Les 106 vitraux blancs de Pierre Soulages qui ornent l’ abbatiale  fêtent leurs vingt ans d’existence. En 1994, l’installation de vitraux abstraits au sein d’une église romane suscitait une certaine réticence, aujourd’hui, la fierté a gagné le cœur des aveyronnais>.

Disparition de Bernard Baschet

Mort de Bernard Baschet, l’homme qui « gonflait » les guitares, Le Monde.fr | 23.07.2015 : « Mort de Bernard, un an après son frère François, Bernard Baschet est mort le 17 juillet 2015 à l’âge de 97 ans, laissant dans son atelier leur travail éternellement en chantier. « Notre boulot, c’était de fabriquer des timbres musicaux », expliquait-il au visiteur en donnant à entendre les sons issus de leurs derniers instruments, nénuphars métalliques majestueux, entonnoirs dégingandés, tôles joliment froissées, qui peuplaient la petite maison de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne), où il habitait ». En 1952, François Baschet invente avec son frère Bernard, des sculptures sonores. Ce sont des instruments de musique entièrement acoustiques sculptés dans des matériaux originaux (métal, cristal, verre, carton rigide). La galeriste Iris Clert dans ses mémoires, rappelle qu’ils ont connu un certain succès dans les années soixante:

"J’avais récemment connu les frères Baschet, inventeurs d’appareils musicaux extraordinaires composés de tubes de plexiglas : Les orgues de Cristal. En passant leurs doigts mouillés sur les tubes, un couple de musiciens, Jacques et Yvonne Lasry, interprétaient du Bach et des airs de leur composition avec une virtuosité exceptionnelle. C’était littéralement inouï. […] Les Baschet suscitaient un intérêt accru avec leurs orgues de cristal, mais sans aucun profit. Un jour François me demande : Toi qui a des idées, trouve-nous une solution. Comment vendre nos oeuvres ? - C’est impossible de les vendre puisque seuls les Lasry savent s’en servir. Vous devriez faire des objets musicaux individuels, comme des sculptures. Vous avez assez de génie pour inventer cela aussi. C’est ce qu’ils firent par la suite, avec succès. Aux USA, ils furent même invités, avec les Lasry, pour donner des concerts à la Maison Blanche. "  Iris Clert, Iris Time (L’artventure), Paris,Éditions Denoël,1978. 

En 1961, la radio télévision française leur consacre un reportage dont  l’INA garde trace. François BASCHET, interviewé par Jacques MOUSSEAU, présente les instruments qu’il a conçus et explicite sa démarche. En 1962, les deux frères participent à l’exposition collective « Antagonismes II, l’Objet », organisée au musée des Arts décoratifs, à Paris. Les frères Baschet ont ensuite bénéficié d’une exposition personnelle dans le même musée des Arts décoratifs, à Paris, du 8 avril 1964 au 4 mai 1964. En 27 jours, elle accueille 2 086 visiteurs.  L’expérience dont ils gardaient un excellent souvenir, est signalée dans l’ouvrage de François Baschet paru en 2007 : il décrit dans quelles conditions il a pu exposer son travail au musée grâce à François Mathey :

« En avril 1964, le musée des Arts décoratifs nous invite à présenter nos sculptures structures dans six salles, pendant trois semaines et demi. D’habitude, le public voit dans les musées, la consigne « ne pas toucher », nous avons mis la consigne : « prière de toucher et de jouer ». Le succès est considérable. Deux vestales assistent le directeur François Mathey, Yvonne Brunhammer et Monique Ricour. » François Baschet,Mémoires sonores, Paris : L’Harmattan, 2007. 

Les orgues de cristal exposées au musée des Arts décoratifs en 1964, ont été fabriquées chez Lalique. Leur carrière prend son envol à partir de 1965 : les expositions se multiplient : à Bruxelles, au Palais des Beaux-Arts, au Moderna Museet, à Stockholm, puis à New York, au MoMA. En 1968, ils présentent au Musée d’art moderne de la Ville de Paris leurs structures gonflables.  En 1970, ils exposent à la Art Gallerie de l’Université de Californie, à Santa Barbara. Ils sont également connus pour avoir conçu des robes en aluminium plié à la main qui habillent les actrices du film sorti en 1966,  de William Klein, Who are you Polly Magoo ? polly Le MoMA expose toujours leurs oeuvres insolites, notamment le « cristal Baschet », un lointain cousin de l’harmonica de verre. Le travail des frères Baschet constitue une base de la pédagogie de l’éveil musical. Voir également l’entretien filmé de Bernard Baschet pour Télérama , ou le documentaire de 2011, Coppice & the Baschet Aluminum Piano au Museum of Contemporary Art in Chicago.

Deux expositions en cours : Sheila Hicks, 16 décorateurs aux Arts décos

A signaler la parution d’un article saluant l’exposition de Sheila Hicks à Paris en ce moment et résumant les étapes de sa vie et de ses activités :

673774-news_art_sheilahicks«After the Rain», 2013. (Sheila Hicks)

Lointaine héritière du Bauhaus, l’Américaine Sheila Hicks est une figure de l’art textile. Après le Palais de Tokyo cette année, elle présente à la rentrée une installation à la galerie Frank Elbaz.

 http://next.liberation.fr/arts/2014/09/09/rendez-vous-avec-madame-hicks_1091307

Site de la galerie Elbaz : http://www.galeriefrankelbaz.com/wp/exhibitions/


0a8ce794c525cd4c56d105c51f79f5cbParis a accueilli récemment  Maison & Objet http://www.maison-objet.com/paris, la Design Week depuis le 6, http://www.parisdesignweek.fr/fr/news/

S’ouvrira bientôt la Biennale des Antiquaires le 11 : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/biennale-des-antiquaires-2014

Les Arts décoratifs présentent la 5 e édition d’« AD Intérieurs » du 6 septembre au 23 novembre 2014 :  elle mettra en scène des trésors méconnus du musée des Arts décos. Olivier Gabet a choisi de valoriser davantage les collections permanentes du musée en demandant à 16 décorateurs de concevoir « une pièce a vivre autour d’une œuvre de son choix sélectionnée dans les réserves du musée des Arts décoratifs.  C’est l’occasion pour le public de découvrir des objets d’art rarement présentés, mais aussi de déambuler dans des décors qu’ils ne peuvent le plus souvent découvrir que dans les pages du magazine. Il n’est en effet pas demandé à ces décorateurs, aux sensibilités et aux styles variés, de se conformer aux exigences scénographiques habituelles du musée, mais au contraire de concevoir de véritables pièces à vivre – dressing, bureau, boudoir, etc – dans les galeries latérales de la nef. Ce dispositif inédit a pour ambition de capter l’esprit du moment et de proposer des visions prospectives de la maison. Les projets visent à ériger l’art de vivre à son niveau le plus élevé, en faisant appel au savoir-faire des meilleurs artisans, rejoignant ainsi le principe fondamental des Arts Décoratifs, la réalisation du beau dans l’utile. C’est une nouvelle occasion pour le musée de perpétuer l’étroite collaboration qu’il entretient avec les décorateurs, architectes d’intérieur et designers. Une tradition inscrite dans l’histoire de l’institution depuis sa fondation » : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-486/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/

Pour un historique des années fondatrices des collections les plus anciennes du musée :http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/le-musee-des-arts-decoratifs-et

La très riche période des années 1950 aux années 1970 est représentée par plusieurs  créations issues des collections permanentes :

suspension-Sottsass-4935e-79842-234d1Ettore Sottsass, Suspension, 1957 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

 

Le décorateur Charles Zana  met en scène une suspension sculpturale d’Ettore Sottsass (1917-2007) en métal et Plexiglas, fabriquée en 1957 par Arredoluce. Cette pièce rare, l’une des premières créations du maître du design transalpin, a été acquise en 2013 grâce au mécénat du Cercle Design des Arts Décoratifs.

Pour mémoire, le Centre de Création Industrielle (CCI) a exposé Ettore Sottsass Jr. : de l’objet fini à la fin de l’objet, au Musée des Arts Décoratifs à Paris, du 21 octobre 1976 au 3 janvier 1977.

Les livres d’Ettore Sottsass ont fait l’objet d’une exposition à la bibliothèque en 2012 : Les livres d’Ettore Sottsass : bibliothèque des Arts décoratifs, Paris, 7 mai – 27 juillet 2012 (Commissaires Giorgio Maffei et Bruno Tonini).

Vincent Darré a recours à la « sculpture-assemblage Accumulation Renault n° 180, combinaison de collecteurs d’échappement, de l’artiste franco-américain Arman (1928-2005), pionnier dans le détournement d’objets manufacturés ».

A-2010-1249-JT-d95b0-f2e73-7537dArman, Sculpture Accumulation renault n° 180, 1972 © Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

L’œuvre fut donnée par Arman aux Arts Décoratifs l’année même de sa création en 1972« . Les Accumulations Renault ont fait l’objet d’une exposition de mars à juin 1969 au musée des Arts décoratifs : voir à ce propos le document de l’INA  (qui confond Mathey le commissaire de l’exposition avec un autre personnage) : http://www.ina.fr/video/CAF97001122/exposition-arman-video.html

voir également l’article de Michel Ragon, « Arman : à propos de l’exposition du musée des Arts décoratifs », Cimaise, no 93-94, septembre-décembre 1969, p. 39-51.

Pour cette aspect de la création d’Arman, voir  les archives de Claude-Louis Renard : « Art chez Renault, Claude-Louis Renard, la régie Renault et l’art, 1966-1985 » : http://www.art-renault-renard.com/index.php
– le témoignage d’Alain Bizos, photographe, dans un entretien filmé du 10 janvier 2007 (durée : 12 min 48 s). Assistant d’Arman de 1967 à 1979, il participe à la création des pièces qui seront exposées au musée des Arts décoratifs en 1969.
– le témoignage de Catherine Millet, critique d’art, dans un entretien filmé du 6 décembre 2006 (durée : 24 min 55 s).

Enfin, une création de César, a inspiré Chahan Minassian : il s’agit d’un » travail sur les pales de réacteur d’avion en acier inoxydable, soudées les unes aux autres, d’un bureau recouvert de verre fumé, réalisé en 1966 par le sculpteur César (1921-1998) . L’œuvre fut donnée aux Arts Décoratifs par Marcel Lefranc en 1992″.

Chahan-Minassian
 César, Bureau, 1966 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

César a participé à plusieurs expositions dans ce musée :

 Antagonismes l’objet, 1962, Trois sculpteurs : César, Roël d’Haese, Tinguely : Juin-septembre 1965. Cette exposition a donné lieu à une interview de Tinguely, alors peu connu du public : à voir sur l’INA :« Le magasine des arts de l’actualité télévisée », Adam Saulnier, TF1, 05/09/1965 – 11 min 29 s

César a aussi créé pour la cristallerie Daum et exposé en 1969 : César/Cristal/Daum 1969, source INA : César au musée des Arts décoratifs, – L’amour de l’art – ORTF – 24/10/1969 – 5 min 25 s : http://www.ina.fr/video/CAF97001629/cesar-au-musee-des-arts-decoratifs-video.html

Hors ce musée, François Mathey  a préfacé plusieurs catalogues d’exposition pour cet artiste, de 1966 à 1984 :

Amsterdam, César, Stedelijk Museum, 1966 : http://www.stedelijk.nl/en

Marseille, César, Musée Cantini, 1966 : http://www.marseille.fr/siteculture/les-lieux-culturels/musees/le-musee-cantini

César : plastiques, Paris, CNAC, 1970.

César : œuvres 1960-1970, Montreuil, Galerie municipale Marie-Thérèse Douet, 1971.

César, Marseille, Musée Cantini, 1972.

Les Fers de César, Jouy-en-Josas, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 1984 : http://fondation.cartier.com/fr/

Sigma à Bordeaux : souvenirs, souvenirs

Le quotidien Libération signale l’exposition que consacre le CAPC de Bordeaux au festival Sigma créé dans les années 1960, à l’initiative de Roger Lafosse et à l’origine entièrement financé par le maire de Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas : http://next.liberation.fr/arts/2013/11/15/generation-sigma_944683

De cette génération Sigma, est issu notamment François Barré, qui rejoint ensuite le musée des Arts décoratifs à Paris, fort de cette expérience : François Mathey le recrute pour contribuer à la naissance et à l’animation du Centre de Création industrielle (CCI) en 1969.

L’exposition (du 14.11.2013 au 02.03.2014) rappelle le caractère innovant de ce festival et met en valeur les archives de son fondateur qui ont été déposées aux archives municipales  : http://www.capc-bordeaux.fr/programme/sigma

« Creuset de la création avant-gardiste, le festival Sigma (1965 –1996), éclaté dans toute la ville, électrisa Bordeaux pendant près de trois décennies. Sous l’impulsion de son créateur Roger Lafosse, la manifestation provoqua une véritable onde de choc dans la ville et au delà. Sigma fut un moment exemplaire d’expérimentations fondatrices, qu’il s’agisse du théâtre, de la danse, de la musique ou des arts visuels, en interaction avec des formes alors méconnues comme le happening ou la performance parmi tant d’autres. »

Le festival Sigma et le CAPC vont se succéder dans le même lieu : le CAPC s’installe en effet dès 1974 dans l’Entrepôt Lainé, un ancien entrepôt de denrées coloniales, occupé auparavant par le festival.

Un carnet de recherche retrace l’exploration du fonds d’archives déposé aux Archives Municipales de Bordeaux, « SIGMA L’ARCHIVE VIVANTE » : http://sigma.hypotheses.org/

De 1965 aux années quatre-vingt-dix, le festival SIGMA fait de Bordeaux l’un des rendez-vous européens des avant-gardes. Il fait reconnaître en France quelques unes des figures les plus marquantes de la contre-culture américaine (le Living Theatre, le Bread & Puppet, le Barbwire Theatre) ou européenne (Arrabal, le Grand Magic Circus), popularise les œuvres de Silvano Bussoti, Webern, Varese, Xenakis, Sun Ra ou Pierre Henry, coexister happenings (Jean-Jacques Lebel) et art cinétique (Nicolas Schöffer), Mondrian et les Pink Floyd. Télévision, design, écologie ou cybernétique nourrissent expositions et conférences. Pendant une semaine chaque année, Bordeaux placée au centre de l’attention des médias, devient une capitale internationale de « la recherche dans tous les arts ».

L’exposition consiste en une sélection de cet ensemble considérable d’archives réalisée par le CAPC, les Archives municipales de Bordeaux et l’INA, mise en espace dans la nef du musée sous la forme de reproductions et de montages audiovisuels. Cette sélection incarne le point de vue spécifique, le « regard » que portent sur Sigma, les institutions qui ont élaboré ce projet.

 L’INA garde trace du 25e anniversaire du festival le 18 novembre 1989,  ce « mélange efficace de poésie, de violence d’humour, et de provocation » : http://www.ina.fr/video/CAB89048903/sygma-a-bordeaux-video.html

Un portrait enfin, par le journal Sud-Ouest, du fondateur du festival, l’homme d’affaires Roger Lafosse, décédé en juin 2011 :

http://www.sudouest.fr/2011/06/30/le-denicheur-de-sigma-439853-729.php