Archives du mot-clé illustrateur

Retour au sentiment et à l’art social avec le brésilien Portinari

Autre exposition au Grand Palais, celle du retour au sentiment et à l’art social avec le brésilien Portinari et sa fresque Guerre et paix, installée dans le Hall d’entrée de l’Assemblée Générale du siège de l’ONU en 1957, offerte par le gouvernement brésilien : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/guerre-et-paix-de-portinari#sthash.hf3V5uu2.dpuf

aff-portinari-rmn2014_0_0be490bdd1a362863ca72cb23d3559af5Portinari n’a pas eu le visa souhaité pour assister à son installation à New York.

La scénographie de l’exposition est variée, étonnante et ces espaces du Grand Palais rarement visibles pour le grand public. Profitant dès 2007 des travaux de rénovation à l’ONU et de la restauration de la fresque qui s’est déroulée au Brésil, le fils de l’artiste a lancé une  imposante exposition itinérante dont la dernière étape est Paris. Ensuite ces fresques (constituées de 14 parties différentes) retourneront à leur place au siège de l’ONU.

Candido Torquato Portinari est né à Brodowski le 29 décembre 1903. Il décède à Rio de Janeiro le 6 février 1962 : sa maladie est liée aux produits toxiques contenues dans les encres qu’il utilisait. Il était à la fois, illustrateur d’ouvrages comme Graham Greene chez Gallimard : GREENE~2

GREENE~1

 

 

 

 

 

 

 

ou Dom Quixote de Cervantes , avec Carlos Drummond de Andradequixote-039789722028608

 

soit plus de 250 illustrations. Il est aussi muraliste, portraitiste, peintre d’art sacré. Il peint  son village et ses habitants, témoignage d’humanité  : fils d’immigrés italiens (du Nord de la Vénétie), il passe son enfance dans ce milieu rural, puis se forme aux beaux-arts à Rio puis à Paris dans les années vingt. Il étudie le dessin figuratif avec Lucílio de Albuquerque (1877-1939) et la peinture avec Rodolfo Amoedo (1857-1941), Baptista da Costa (1865-1926) et Rodolfo Chambelland (1879-1967). Ayant obtenu le prix du voyage d´études à l´étranger, il part en Europe, en 1929, et parcourt plusieurs pays pendant deux ans. En 1935, il reçoit le prix du Canegie Institute, de Pittsburgh, pour la toile Café [Café] : coffeeet devient ainsi le premier moderniste brésilien à obtenir un prix à l´étranger […] En 1941, il peint les panneaux muraux de la Bibliothèque du Congrès, à Washington D.C.,Réalisés en tempera, d´une grande luminosité, les panneaux présentent à nouveau les ouvriers :  http://www.itaucultural.org.br/aplicExternas/enciclopedia_ic/index.cfm?fuseaction=artistas_biografia_fra&cd_verbete=3745&cd_item=1&cd_idioma=28556

discovery

Proches des artistes et architectes  modernistes ( voir Portinari e Niemeyer no lvoradailLe partenariat entre Oscar Niemeyer et Candido Portinari a commencé avec la construction du siège du ministère de l’éducation et de la santé publique en 1936. Dans les années 40, Portinari collaboré à d’autres projets conçus par Niemeyer, parmi eux, l’Église Pampulha 6408002_b2be4934_640et

le Collège Cataguases, dans la région du Minas Gerais. En 1956, Niemeyer se consacre aux premiers projets de la nouvelle capitale, Brasilia: http://www.docomomo.org.br/seminario%208%20pdfs/164.pdf

Portinari s’engage politiquement, s’inspire de Picasso et de Guernica.

8677189433_98e44d1fed_z

Il expose en 1939, au pavillon brésilien, à la foire mondiale de New York ( au pavilhão brasileiro da Feira Mundial de Nova York ) : http://blogs.estadao.com.br/arquivo/2012/02/06/antes-da-onu-portinari-ja-havia-conquistado-eua/cenas_emNY_1940_ed

 

 

 

 

 

 

 Le projet Portinari par  Vincent Noce : Figure contradictoire, artiste polymorphe, Cândido Portinari n’est pas aisément définissable. A l’instar de Guerre et Paix, mis à l’honneur au Grand Palais, il est l’auteur de grandes compositions aux angles cassés et aux découpes chromatiques : http://next.liberation.fr/arts/2014/05/05/portinari-du-village-au-monde_1011095