Archives par mot-clé : IHTP-CNRS

La lettre de l’IHTP est parue

IHTP
IHTP 

La Lettre de l’IHTP n°25, juin-septembre 2014 est disponible à cette adresse :
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle1486&lang=fr.html

http://www.ihtp.cnrs.fr/sites/ihtp/IMG/pdf/Lettre_25_3_juin_2014.pdf
Ou par la page d’accueil du site :
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Fpage=sommaire&lang=fr.html

On y découvre pages 4 et suivantes dans la rubrique “Bibliothèque & archives”, une revue appartenant aux fonds de la bibliothèque, intitulée  L’Ancre de Chine publiée dans les années trente.

ancre de chineAnne Kerlan ( http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle734.html) en résume le contenu : “publication d’une vingtaine de pages  qui  s’adresse à la communauté française de Tianjin (et sans doute, au-delà, du  nord de la Chine), et tout particulièrement aux militaires qui y sont en poste. On y trouve
donc des articles relatifs à la vie des forces françaises en Chine (départs, arrivées, promotions, commémorations), mais aussi à la vie sociale de la
communauté française de Tianjin. Les événements sportifs et festifs sont
particulièrement bien couverts, y compris avec des photographies. Mais ce bimensuel
livre aussi des articles de teneur historique sur d’anciens événements militaires, en
Chine ou dans d’autres colonies françaises, des récits de voyages dans des contrées
asiatiques encore peu parcourues.
L’Ancre de Chine permettait sans doute aussi aux Français en poste en Chine de se
familiariser avec ce pays et sa culture : si certains articles présentent les
destinations « touristiques » possibles, décrivent les rues de Shanghai ou de
Pékin, on note aussi la publication régulière de textes issus de la littérature
chinoise classique traduits par le respecté missionnaire et sinologue, le R.P. Wieger
(1856-1933), ou d’articles sur les coutumes chinoises issus des travaux d’un autre
missionnaire et sinologue important, le R.P. Henri Doré (1859-1931). La littérature
française est aussi au rendez-vous, avec des textes d’auteurs comme Georges
Simenon ou Blaise Cendrars ..” Anne Kerlan

 

Paru ! “Des musées dans la Guerre froide : de Besançon à Paris, 1956-1957”

Dans le cadre de la recherche menée par le Réseau des Correspondants départementaux de l’IHTP- CNRS sur  « La Guerre Froide vue d’en bas : 1947-1967 », placée sous la direction de :
– Olivier Büttner IR IHTP-CNRS ;
– Philippe Buton, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims,
– Michel Hastings, Professeur de Science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille ; vient d’être publié sous Hal SHS, dans le cadre du thème IV, “Actions collectives et ordre public”, l’article suivant : ” Des musées dans la Guerre froide :
de Besançon à Paris 1956-1957″,  par Olivier Büttner, animateur du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP et Brigitte Gilardet, docteure en Histoire de l’art contemporain, post doctorante à l’IHTP.
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00952601

“En  1957 a lieu à Paris au musée des Arts décoratifs,  une exposition non programmée sur le plus ancien musée de province, Besançon. Cette exposition est le fruit des circonstances politiques internationales liées à la Guerre froide et qui ont marqué l’année 1956 (l’intervention des chars soviétiques à Budapest). Elle prend la place d’une exposition d’art tchèque reportée vue les circonstances. L’article a pour objet de déterminer dans quelle mesure la mise en caisses préalable des collections de Besançon  a correspondu à un exercice d’évacuation tel que les règlements émanant du Service de Protection des Œuvres d’Art (SPOA) dirigé par Rose Valland le recommandait, ou bien si le climat de crainte d’une troisième guerre mondiale a vraiment incité la conservatrice du Musée de Besançon à préparer dans le moindre détail l’évacuation des plus belles pièces du Musée  de Besançon. L’article se fonde sur les archives des Musées de Provinces conservées dans les locaux du Louvre, les Archives municipales de la ville de Besançon confrontés aux archives du SPOA établies par Rose Valland et accessibles à La Courneuve, au Centre des archives du Ministère des Affaires étrangères”.

Histoire et géographie aux frontières de l’histoire de l’art et des musées

L’histoire de l’art, des musées, leurs rapports avec la société de leur temps, est forcément interdisciplinaire, aux frontières avec l’histoire et son grand H bien sûr, et la géographie. A signaler à cet égard deux sources d’histoire et de géographie, particulièrement intéressantes :

Les fonds de la bibliothèque de l’IHTP-CNRS à découvrir sur le carnet d’hypothèses intitulé ” Collections du temps présent” , sont  incontournables pour l’historien de l’art contemporain. La bibliothèque et les archives qui constituent le pôle documentaire de l’Institut d’histoire du temps présent, offrent des collections spécialisées sur la seconde guerre mondiale et sur la période de 1945 à nos jours : http://ihtpbibarch.hypotheses.org/212

A noter également  la mise en ligne du dernier numéro de Territoire en mouvement, qui est, depuis 2006, une revue de géographie et d’ aménagement éditée par l’université Lille I.  La ligne éditoriale concerne tous les sujets de la géographie et de l’aménagement, avec un intérêt privilégié pour la dimension spatiale et/ou territoriale des objets d’étude et une ouverture vers les approches interdisciplinaires, les sciences sociales et les sciences de l’environnement. Le dernier numéro (19-20, Volume 2) de 2013 est consacré aux Artistes et territoires créatifs en Europe. Dynamique communautaire ou dynamique économique ? Artists and Creative Cities in Europe.

Voir notamment l’article de Christina Ntaflou sur La création des musées d’art contemporain de province en Grèce dans les années 1960 : enjeux artistiques, économiques et identitaires : Creation of Greek Art Museums in the Province during the 1960s : artistic, economic and identity issues: http://tem.revues.org/2110

 

Les Rendez-vous de l’histoire à Blois : à signaler

Le samedi 12 octobre 2013 : Les malheurs de la guerre, 1800-2014.

De 17h à 18h :  salle des conférences, Château royal de Blois

CONFÉRENCE de Laurence BERTRAND DORLEAC, Historienne de l’art, professeure à Sciences Po.

À partir des années 1800 et des batailles napoléoniennes, alors que l’art avait toujours été dominé par la bataille héroïque, la guerre placée au centre des valeurs de la société fut de plus en plus considérée par les artistes sous toutes ses faces et jusqu’aux plus atroces dans ses conséquences sur les humains, les animaux, les choses.

Plusieurs interventions de l’IHTP et de chercheurs associés à signaler  le vendredi 11 octobre :

* Les imaginaires de guerre en période de Guerre Froide : France année 1950

De 14h à 15h30

– Amphi vert, Campus de la CCI: Carte blanche à l’Institut d’histoire du temps présent, (IHTP-CNRS) TABLE RONDE avec Olivier Buttner, animateur du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP-CNRS,  Pascal Girard, professeur agrégé, correspondant départemental de l’IHTP, Christian Ingrao directeur de l’IHTP-CNRS et Isabelle Miclot , professeure, correspondante départementale de l’IHTP.

Comment la France des années 50 s’est-elle représentée la « guerre qui venait » ? Imaginaire nucléaire, 5e colonne, exodes constituent des représentations incontournables de la mentalité de ceux, civils ou militaires chargé de préparer le pire.

* Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

De 14h à 15h Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial, 3e étage, proposée par la Bibliothèque nationale de France (BnF) .

Catherine Milkovitch,  maître de conférences à l’université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, chercheure associée à l’IHTP CNRS.

Présentation d’un projet de recherche : LA SOCIOLOGIE DES ÉLITES CULTURELLES LOCALES 1947-1989

Samedi 12 octobre de 16h à 17h15, salle 025 – ESPÉ : Présentation à Blois du programme de recherche que l’Institut d’Histoire du Temps Présent et l’École des Chartes va mener sur  les trois ans à venir sur le thème d’histoire culturelle « la sociologie des élites culturelles locales de 1947 à 1989 », avec le concours du réseau des correspondants départementaux. Sous la direction d’Agnès Callu, chercheuse de l’École des Chartes associée à l’IHTP/ CNRS.

 L’intégralité du programme :

http://www.rdv-histoire.com/IMG/pdf/RVH2013.pdf