Archives par mot-clé : Histoire

Qu’est-ce que l’Atelier numérique de l’histoire ?

L’ Atelier numérique de l’histoire est un ensemble d’outils collaboratifs pour la recherche et l’enseignement de l’histoire, créé à Lyon. Il est directement inspiré par le site History Engine de l’Université de Richmond en Virginie. L’objectif de cette entreprise est de donner aux étudiants l’opportunité d’apprendre l’histoire en pratiquant le métier d’historienne et d’historien (recherche, écriture et publication).

Le résultat est une collection de productions, accessibles en ligne. Le projet de l’Atelier numérique de l’histoire est d’utiliser les outils numériques pour l’enseignement et la recherche de l’histoire, tant pour les étudiants que pour les enseignants-chercheurs et de montrer aux lecteurs non universitaires comment le numérique transforme les manières de faire de l’histoire. Cet outil permet d’aborder l’histoire de manière plus créative et plus collaborative tout en conservant toutes les exigences auxquelles l’historienne ou l’historien doit répondre :

http://atelier-histoire.ens-lyon.fr/AtelierHistoire/pages/home

Établissements utilisant l’Atelier numérique de l’histoire

Une exposition historique sur “Les Paris de l’industrie (1750-1920)” (5 décembre – 7 janvier 2014)

Pourquoi Paris est devenu une ville industrielle au XIXe siècle ?

Une exposition scientifique très documentée est actuellement consacrée au passé industriel de la capitale parisienne.
“À la fin du XVIIIe siècle, l’entrée de la France dans l’ère industrielle est un bouleversement de très grande ampleur, bien souvent réduit au déclin de l’artisanat manuel. En réalité, cette révolution est non seulement technique mais aussi politique et culturelle. Concrètement, l’industrie s’ancre dans l’espace des villes de manière plus visible, mais aussi parfois conflictuelle avec les autres formes d’activités urbaines. Comprendre les enjeux et les formes de cette insertion parfois conflictuelle dans l’espace parisien, des paris de l’industrie, est l’objectif de cette exposition. Le parti pris est celui d’un parcours chrono-thématique en cinq parties qui en reprenant les principales étapes de l’industrialisation dans l’espace parisien montre les modalités de cette greffe industrielle dans la ville jusqu’à l’entre-deux-guerres.
L’exposition s’appuie sur quelque 400 documents dont une centaine d’originaux. La collaboration du commissaire et des scénographes permet de proposer une exposition vivante et graphique, mêlant dessins, gravures, peintures, photographies, maquettes, films, pour certains inédits, soulignant la multiplicité des sources existant sur cette période” : https://quefaire.paris.fr/fiche/75153_les_paris_de_l_industrie_1750_1950

Au réfectoire des Cordeliers, 15, rue de l’Ecole de Médecine, Paris, 7506. L ‘exposition s’accompagne d’un programme de conférences, vous pourrez les écouter à partir de ce lien :

http://www.paris.fr/politiques/histoire-et-patrimoine/comite-d-histoire-de-la-ville-de-paris/cycle-de-conferences-paris-de-l-industrie-comite-d-histoire/rub_9317_stand_135960_port_22755

 Dépliant du cycle de conférences à consulter au format pdf

4 octobre – Paris au risque de l’industrie
Thomas Le Roux (CNRS, Maison Française d’Oxford) le commissaire de cette exposition :  Consultez le diaporama diffusé lors de la conférence

11 octobre – Les grandes usines à Paris : les exemples de la manufacture des tabacs et de l’usine Citroën
Paul Smith (Ministère de la Culture) ECOUTEZ LA CONFERENCE   Consultez le diaporama

 

 

Explorations du paroxysme : traces, objets, regards, 19ème 21ème siècles : un séminaire IHTP/ Paris 13/IHA qui débute aujourd’hui le 24 octobre

“Le paroxysme… Sans s’attarder sur la définition d’un terme que l’on peut
circonscrire en rappelant qu’en cardiologiecirconscrire en rappelant qu’en cardiologie il désigne la séquence la plus aigüe d’une affection, rappelons tout d’abord que son usage n’est pas inédit en histoire, qu’Alain Corbin en a longtemps désiré l’étude ; qu’il est déjà employé par certains chercheurs.
Le présent séminaire se voudrait lieu de rassemblement et de discussion de la
notion, exploration collective de ses traces, délimitation des objets qu’elle embrasse, inventaire des outils propres à équiper le regard de ceux qui veulent l’affronter.
Le paroxysme est tout à la fois un ensemble d’objets et un multiplicateur sensoriel,
au sens où Pierre Chaunu employait ce terme, désignant ainsi les artefacts(télescope et microscope, essentiellement) qui, en prolongeant les sens des
Européens des années 1620, leur avaient permis de révéler de nouveaux champs de recherche. Le terme permet en effet d’une part, de faire émerger des objets qui
échappaient jusqu’alors à notre attention, et constitue d’autre part en lui même un
champ qu’il faut maîtriser à l’aide de concepts.
À ceux qui voudraient sortir du flou de cette brève présentation, on peut préciser
qu’on y traitera de guerre, de révolution, de violence, de religieux, de temporalité,
de ferveur, de sexe, d’émotions, d’érotisme et d’accouchement, de fête et d’agonies, de musique et d’arts, d’angoisse et de rituels ; qu’on y mobilisera l’histoire dans toutes ses acceptions utiles et les sciences sociales de l’expérience ; que se tiendront trois types de séances de travail : les unes consistant à traiter collectivement une « source » (archive, entretien, oeuvre d’art, image, musique, parfois le tout ensemble) ou un ensemble documentaire travaillé à l’avance ; les secondes, à débattre avec un intervenant ayant l’expérience de ce type de démarches ; les troisièmes explorant l’un ou l’autre de ces paroxysmes”.

Séminaire en 8 séances. La quatrième semaine du mois, le jeudi, de 17 heures à 19 heures d’octobre 2013 à mai 2014.

Les séances se ventilent entre l’IHA et l’IHTP. La première année du séminaire, qui est prévu sur trois ou quatre, sera uniquement composé de séances à invités,
exception faite de la séance d’ouverture et de celle de clôture.

Programme 2013-2014 :
Jeudi 24 octobre 2013 : Séance introductive (Q. Deluermoz, H. Mazurel, C. Ingrao)
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Jeudi 28 novembre 2013 : Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS), « Le saisissement guerrier. Temps, espaces, gestuelles. »
Lieu : Institut Historique Allemand
Jeudi 19 décembre 2013 : Christian Ingrao (IHTP/CNRS) « Pister les paroxysmes. Les Juifs soviétiques et leurs tueurs. »
Lieu : Institut Historique Allemand
Jeudi 30 janvier 2014 : Denis Crouzet (Paris IV), « Paroxysme d’angoisse, paroxysme de violence: la genèse d’une conscience de l'”inhumanité” au XVIe siècle. »
Lieu : Institut Historique Allemand
Jeudi 27 février 2014 : Véronique Nahoum-Grappe (EHESS), « Rire, Ivresse, alcool, addictions. »
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Jeudi 27 mars 2014 : Elisabeth Claverie (EHESS), « “Juger les faits paroxystiques : ethnographie d’une chambre de jugement pour crime contre l’humanité“ // “Voir une foule voir les voyants voir, ethnographie d’un site d’apparition de la Vierge“. Réflexions sur deux expériences de détournement de la vue. »
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Jeudi 24 avril 2014 : Alain Corbin (Paris 1) Titre non communiqué.
Lieu : Institut historique Allemand
Jeudi 29 mai 2014 : Conclusion (Q. Deluermoz, H. Mazurel, C. Ingrao)
Lieu : Institut d’Histoire du Temps Présent
Note : séance à confirmer.
Séminaire de recherche Institut d’Histoire du Temps Présent, Centre Georges Chevrier (Université de Dijon), Université Paris 13-Villetaneuse.

Contacts :
Quentin Deluermoz (Paris 13) : quentin.deluermoz@gmail.com
Christian Ingrao (CNRS/IHTP) : ingrao@ihtp.cnrs.fr
Hervé Mazurel (Université de Dijon) : hmazurel@hotmail.fr

Séminaire « L’écriture de soi des historiens »

Sur le carnet du réseau historiographie et épistémologie de l’histoire http://crheh.hypotheses.org/263, vous trouverez les conférences du séminaire de Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia organisé dans le cadre du programme « La fabrique telle qu’elle se raconte » de l’ANR “Histinéraires” :
Quels ont été les parcours intellectuels et professionnels des historiens français depuis les années 1980 ? Comment les évolutions historiographiques régulièrement diagnostiquées depuis trente ans se sont-elles inscrites dans leurs travaux ? Comment la profession  est-elle structurée en termes de positionnements institutionnels, de réseaux, de sociabilité intellectuelle ? Quelles en sont les ressources théoriques légitimes ? Quelle est la mémoire disciplinaire mobilisée ? Comment l’historien investit-il sa subjectivité dans son objet de recherche ? Aborde-t-il la question de son rôle social ?
Autant de questions – et la liste n’est pas limitative – qui sont au cœur du programme ANR Histinéraires. Celui-ci va d’abord porter sur l’étude des Mémoires de synthèse des activités scientifiques rédigés dans le cadre de l’Habilitation à diriger des recherches depuis la création en 1984. Le séminaire, de son côté, se propose d’explorer le même chantier de façon un peu différente. Il va donner la parole aux acteurs – tuteurs de HDR, membres du CNU ou encore habilités s’étant livrés à l’exercice – pour connaître la façon dont ces Mémoires ont été ou non normés, l’évolution des attentes conçues par les jurys à leur égard, le bilan personnel qui peut être tiré de cette expérience par ceux qui ont été en position d’en lire un grand nombre comme pour inviter les auteurs eux-mêmes à faire un pas de côté et à livrer la façon dont ils ont répondu à cette demande de l’institution et dans quel esprit ils l’ont fait.
En outre, à intervalles réguliers, le séminaire invitera des chercheurs d’autres champs disciplinaires ou d’autres pays à tenter une approche comparative des modalités disciplinaires ou nationales de l’écriture de soi des chercheurs en sciences sociales.