Archives par mot-clé : Henry Darger

Chicago, foyer d’art brut des années 70-Hey ! 4

La Halle St Pierre présente une nouvelle exposition d’art brut cette fois consacrée aux créateurs ayant vécu à Chicago, découverts pour la plupart dans les années 1970 par de jeunes artistes. Parmi les dix créateurs présentés, le plus célèbre est HENRY DARGER (1892-1973) : son lieu de création, son appartement, son univers, est suggéré à travers deux photographies agrandies en noir et blanc :

L’américain d’origine italienne ALDOBRANDO PIACENZA (1888-1976), reconstituant son village natal :

Vue de l’exposition.
Vue de l’exposition.

L’afro-américain Dr. Charles Smith (né en 1940), vétéran de la guerre du Vietnam :

Le trône de MR. IMAGINATION (1948-2012) :

Les personnages peints par LEE GODIE (1908-1994) :

Les oeuvres de l’américain d’origine grecque DROSSOS SKYLLAS (1912-1973) :

Drossos Skyllas. Détail.

Les gratte-ciel dessinés par le musicien Wesley Willis (1963-2003) :

Wesley Willis. Détail.

le dossier de presse :

Au premier étage HEY! modern art & pop culture #4, poursuit son exposition de la scène artistique alternative. Son édition 2019 réunit 36 artistes issus de 17 pays, pour une mise en valeur d’œuvres Outsider Pop, essentiellement figuratives. Certaines sculptures rappellent des temps anciens : les bustes en résine, inspirés par des portraits florentins du 15ème siècle (Gerard Mas), une sculpture – rappelant les squelettes reliquaires – de la tatoueuse Nathalie Verdon, les panneaux d’un autre artiste tatoueur, spécialisé dans l’art du vitrail médiéval (Mikaël De Poissy), de spectaculaires guerriers en armure, réalisés à base de grillage à poules (Brigitte Lajoinie) ou des sculptures proliférantes, évoquant l’univers des sagas (Kris Kuksi).

Nathalie Verdon (Suisse). Détail
Brigitte Lajoinie (France). Vue de l’exposition.
Brigitte Lajoinie (France). Vue de l’exposition.
Mikaël De Poissy. Détail.
Gerard Mas, Call center lady, 2016. Détail.
Gerard Mas. Détail.
Gerard Mas. Vue de l’exposition.
Kris Kuksi (États-Unis). Imperial Fowl. 2013. Assemblage technique mixte. 78.7 x 83.8 x 22.9 cm. Détail.

Les 36 artistes présentés :

Vasilis Avramidis (Grèce)
Gil Batle (États-Unis)
Jürg Benninger (Suisse)
Nils Bertho (France)
Troy Brooks (Canada)
Chen M (Belgique)
Maryrose Crook (Nouvelle-Zélande)
Mikaël De Poissy (France)
Fulvio Di Piazza (Italie)
Claire Fanjul (France)
Alessandro Gallo (Italie)
Séverine Gambier (France)
Davor Gromilovic (Serbie)
Masayoshi Hanawa (Japon)
Filip Hodas (République tchèque)
Nancy Josephson (États-Unis)
Kris Kuksi (États-Unis)
Brigitte Lajoinie (France)
Mathieu Lewin (France)
Lizz Lopez (États-Unis)
mad meg (France)
Gerard Mas (Espagne)
Mothmeister (Belgique)
Heather O’Shaughnessy (États-Unis)
Agathe Pitié (France)
Osvaldo Ramirez-Castillo (Canada)
David Rochline (France)
Shelter Shirrstone (Russie)
Heidi Taillefer (Canada)
The Kid (Pays-Bas, Brésil)
Paul Toupet (France)
Yannick Unfricht (France)
Henriette Valium (Canada)
Nathalie Verdon (Suisse)
Quan Wansanit Deslouis (Thaïlande)
Betsy Youngquist & R. Scott Long (États-Unis).

Henry Darger, l’art brut et la guerre au Musée d’art moderne de la Ville de Paris

bat_darger_invit_print3

Voici une introduction possible à l’exposition actuellement visible au musée d’art moderne de la Ville de Paris : la visite guidée proposée par le compositeur Philippe Cohen-Solal (Gotan Project) qui vient de terminer un projet musical en hommage à ce créateur de l’art brut, une victime psychologique de l’enfermement dans sa prime jeunesse, dont il a pu s’échapper.

darger lausanneL’œuvre gigantesque de Darger retrace une guerre colorée et parfois sanguinolente, entre enfants et adultes, particulièrement saisissante. Obsédé par les concepts de vulnérabilité, de protection, de contrôle, de pouvoir et de liberté, mais aussi d’esclavage, l’œuvre d’Henry Darger peut être tout à la fois sucrée et d’une violence extrême : elle a traduit magistralement sa vision (unique en son genre) d’une guerre épique.

Cette exposition propose, au delà des 45 dessins donnés au musée, par Kiyoko Lernerla veuve de son ancien logeur Nathan Lerner ,  une vison assez complète de l’ œuvre de Darger grâce notamment à des prêts émanant du MoMA de New-York, et de la Collection d’Art Brut de Lausanne.

Voir l’ouvrage (en anglais) de Klaus Biesenbach paru en 2014 :

 ouvrage darger