Archives par mot-clé : Harald Szeemann

La saison France-Roumanie 2019 avec André Cadere

La saison France-Roumanie 2019  au Centre Pompidou, est  l’occasion de revenir sur un moment essentiel dans l’histoire des dynamiques culturelles internationales du 20e siècle, pour lesquelles les acteurs des scènes artistiques de l’Europe Centrale et de l’Est jouèrent un rôle de premier plan. Cette saison comporte plusieurs expositions temporaires permettant de les découvrir (commissariat /coordination Frédéric Paul).

© Manuel Braun.
Vue de l’atelier Brancusi .
Brancusi 1922 : « En art il n’y a pas d’étranger ».

Ghérasim Luca Héros-limite, qui a pris fin le 7 janvier 2019 :

Le Centre Pompidou propose une installation du créateur, performeur Mihai Olos (1940-2015), présentée dans l’atelier Brancusi jusqu’au 25 février 2019.

Une exposition est consacrée au lettriste Isidore Isou, du 6 mars 2019 au 20 mai 2019 :

Le Centre Pompidou consacre une “exposition” à André Cadere (1934-1978) : une cinquantaine d’œuvres de l’artiste sont disséminées dans les collections permanentes, jusqu’en 2020. Le même dispositif avait été adopté en 2008 au musée d’art moderne de la Ville de Paris : Peinture sans fin (commissariat François Michaud) du 14 février au 11 mai 2008) .

Peinture sans fin
André CADERE
Production date : 1972
© Courtesy Succession André Cadere.

Le flâneur au bâton André Cadere, qui mourut à 44 ans en 1978, était un artiste à la fois discret et intrusif. Ses bâtons colorés obéissent à la fois à une logique mathématique implacable de combinaison et de permutation et au léger dérangement d’une erreur systématique et aléatoire dans leur formule d’assemblage.

Photographie de Bernard JOUBERT
Production date : 1978
© Bernard Joubert.

Cadere abandonnait ses bâtons ici et là, marquant son territoire, laissant des traces. Mais il laissait aussi volontiers des traces dans les musées ou les galeries, au moment des vernissages d’expositions d’autres artistes, tel un coucou pondant ses oeufs, tout en l’annonçant par cartons à l’avance. Remettant en question l’institution et le schéma de l’exposition, il affirmait son indépendance et sa différence.

Au point de parfois ‘tricher’ avec le système et d’en déjouer les rituels et les codes : ainsi, invité par Harald Szeemann à Kassel, Cadere y alla en train après avoir fait croire qu’il irait à pied depuis Paris en semant ses bâtons le long du chemin.( Blog Lunettes Rouges, mars 2008).

Comment ne pas voir dans les déplacements de “l’artiste au bâton multicolore” une parenté avec le fameux roman éponyme de James Joyce (1922) dans lequel les voyages d’Ulysse sont figurés et parodiés par les déplacements dans la ville de Léopold Bloom, l’antihéros créé par Joyce. (Habiter poétiquement le monde, François Michaud, Villeneuve d’Asq : LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, 2010).

Relier la figure d’Ulysse, à celle d’André Cadere se justifie lors de l’exposition conçue pour Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture : les mêmes thèmes traversent la vie de l’artiste, l’histoire, la guerre et l’exil.

Dès son arrivée en France au printemps 1967 après qu’il eut réussi à quitter définitivement la Roumanie — André Cadere (Varsovie 1934 – Paris 1978) n’eut de cesse de développer son travail ou plutôt ses activités, à un rythme effréné. L’artiste s’invitait là où il lui semblait bon d’apparaître afin de pervertir les usages du petit monde de l’art.

CADERE / LA BARRE DE BOIS ROND ET SES AVATARS. Exposition. 15 février • 27 avril 2013.
Portrait d’André Cadere au Museum van Hedendaagse Kunst, Gand, 1977 courtesy Succession Cadere et Galerie Hervé Bize, Nancy. DR.

Tous les autres événements de la saison France- Roumanie.


Jean-Christophe Ammann

Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP,
Mappa, 1971-1972, 201, 9 x 374, 7 cm, Glenstone, © Alighiero Boetti by SIAE/VEGAP.

Traduit de l’allemand par Gérard Briche et paru en mai 2010 : « Fut une époque où les artistes indiquaient la direction à prendre. Aujourd’hui, au siècle de la mondialisation, ce sont les commissaires de la mondialisation qui ouvrent les perspectives. Ces perspectives sont-elles valables pour indiquer les directions à prendre ? Je laisse ouverte cette question. Mais la tendance à donner une compatibilité mondiale à l’art grève lourdement la tradition de l’Occident. Ce que j’entends par “compatibilité”, c’est la garantie d’une political correctness qui évite que l’art choque, et ce où que ce soit.

Il n’est plus possible de ne pas prêter d’attention à l’art. Non parce que le nombre des artistes s’est multiplié, mais parce que toutes les tentatives pour donner à l’art une unité ont échoué. Cela me plaît, parce que je m’occupe des artistes, d’où qu’ils viennent. Je ne me préoccupe pas de théorie, même s’il est nécessaire, parfois, de prendre en compte des éléments préalables qui permettent de penser l’activité des artistes avec une approche différente. »

Ces réflexions  sont celles de JC Ammann. Le journal “Le Temps” et E. Lebovici sur son blog, rendent hommage à Jean-Christophe Ammann (1939-2015):  l’Art commence là où s’arrête le goût.

Cet ancien responsable du kunstmuseum de Lucerne et commissaire de très nombreuses expositions,  vient de disparaître. Il a été l’assistant d’Harald Szeemann en 1967 à Berne et à la Documenta de Kassel en 1972, mais aussi le commissaire de plusieurs Biennales de Paris au cours des années 1970.

Historien de l art, son ouvrage principal a été traduit et publié aux Presses du réel en 2010  : ” En y regardant mieux”.

 

 

Future communication le vendredi 30 mai à Fontainebleau, FHA 2014. Cette année : Les collectionneurs, la Suisse

Bientôt la vie de château ! Voici le titre de ma communication du vendredi 30 mai prochain au Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau :  Une exposition emblématique : « Ils collectionnent », 1974 au musée des Arts décoratifs, Paris. Le vendredi 30/05/2014 – 15h30 à 16h30 au Château de Fontainebleau – Salon des fleurs.

” La communication se propose de mettre en perspective une exposition temporaire organisée en 1974 par François Mathey conservateur du musée des Arts décoratifs, intitulée « Ils collectionnent ». Considérée à l’époque comme une exposition  sociologique inédite, elle suscite l’intérêt et pose une partie des questions qui intéressent aujourd’hui le festival de l’histoire de l’art : Quelles sont les fonctions sociales de la collection ? Pourquoi crée-t-on une collection ? Que révèle la collection de l’identité de son auteur ? Quels objets collectionnent-on et pourquoi ? Quelles en sont les implications esthétiques ? Son approche renouvelle non seulement les thèmes d’expositions temporaires mais questionne également, et de façon radicale, le rôle de la collection privée vis-à-vis du musée, lieu par excellence de la légitimation du bon goût” :

http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/une-exposition-emblematique-ils-collectionnent-1974-au-musee-des-arts-decoratifs-paris-2

Le site du festival : http://festivaldelhistoiredelart.com/festival/edition-2014-collectionner-et-la-suisse/

A signaler parmi les 128 événements,  la communication d’Alain Schnapp, “  Les collections dans le monde antique, l’exemple de la « chronique de Lindos”, le  31/05/2014 – 12h00 à 13h00 au Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/linventaire-de-lindos/

L’intervention de  l’artiste collectionneur suisse Olivier Mosset  ( voir http://musearti.hypotheses.org/?p=2424 ) : “Olivier Mosset, un artiste collectionneur” le 01/06/2014 – 15h30 à 16h30 au Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité : http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/olivier-mosset-un-artiste-collectionneur-itre-provisoire/

Une intervention sur “Harald Szeemann et Jean-Christophe Ammann “, le 31/05/2014 – 10h00 à 11h00 au Château de Fontainebleau – Chapelle de la Trinité, Intervenants : Tobia Bezzola, Bice Curiger.

http://festivaldelhistoiredelart.com/programmes/harald-szeemann-et-jean-christophe-ammann/

Une table ronde  sur le thème  de la Présence des restitutions : quelle place dans les collections ? (titre provisoire) Géopolitique des collections”  avec notamment Neville Rowley, collaborateur scientifique, Bode-Museum (Berlin) et chargé de mission, École du Louvre : le  30/05/2014 – 13h30 à 15h00 au théâtre municipal – Foyer.

Et bien sûr la Conférence inaugurale de Krzysztof Pomian, le 30/05/2014 – 10h00 à 11h00, Château de Fontainebleau – Salle des Colonnes

L’art “dégénéré” bientôt en ligne

La lettre d’information du célèbre magasine d’art brut Raw Vision, relaie l’information selon laquelle le Victoria et Albert Museum de Londres va mettre en ligne, vers la fin de ce mois,  le seul inventaire subsistant des œuvres qui ont été listées et qualifiées par le régime nazi de “dégénérées” et dont certaines ont été exposées lors de la fameuse exposition itinérante (1937/1938) sur l’art dégénéré, “Entartete Kunst”. Le régime nazi a ainsi répertorié 16 558 œuvres d’art qui furent ensuite vendues, prêtées ou détruites.

Pour en savoir plus sur cette future publication en ligne voir :

V &A to publish German 1941-1942 list of ‘Degenerate Art’ :  “Scholars internationally have used the document since its arrival at the Museum, and copies have been shared with institutions around the world. However, images of the original pages have not been available online so far. Martin Roth, V&A Director, said: “This list is so significant for all those who work in the field of provenance research. The recent Gurlitt case highlights how important it is for this original document to be made available in its entirety to as wide an audience as possible by publishing it online.” The document will be accessible on the V&A website from late January 2014. online”http://www.vam.ac.uk/b/blog/network/history-page-va-publish-german-1941-1942-list-degenerate-art-online

La liste en question inclut tout aussi bien Picasso que Van Gogh, et d’autres artistes de la collection d’art brut d’Hans Prinzhorn.  Psychiatre et historien d’art, Prinzhorn a constitué une importante collection d’art des “fous” : http://www.rzuser.uni-heidelberg.de/~gf7/index_eng.shtml

Adresse

La collection Prinszhorn, cachée et sauvegardée, a été redécouverte et exposée en 1963 par Harald Szeemann à la Kunsthalle de Berne. Il considère  alors qu’il s’agit d’art psycho-pathologique.

Ce n’est pas la démarche qu’adoptera Jean Dubuffet, qui a constitué sa propre collection et qui crée le concept d’art brut, regroupant sous ce vocable les productions de personnes exemptes de culture artistique . C’est ainsi que des œuvres de sa collection personnelle seront présentées et exposées pour la première fois au musée des Arts décoratifs de Paris en 1967 à l’initiative de François Mathey.