Archives par mot-clé : guerre froide

Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris

Les communications du Séminaire de la Fondation Hartung-Bergman, de juillet 2014 sont mises en ligne :

Amanda Herold-Marme, doctorante en histoire de l’art à Sciences Po, sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac, mène des recherches sur les artistes espagnols à Paris pendant le franquisme (1939-1975).  Ses publications sont consacrées à Roberta González (1909-1976) et la communauté artistique espagnole en exil à Paris : “Roberta González est une artiste franco-espagnole dont la vie et l’œuvre se sont construites au contact de la guerre.  Porteuse de souffrances et d’opportunités, la guerre marquera son parcours, contribuera à l’amener vers son chemin artistique personnel et lui offrira la possibilité de faire connaître son œuvre et celle de son père au niveau international”.Elle a vécu en France, et fut l’épouse de Hans Hartung.

Cette communication est disponible dans la Lettre du séminaire ARTS & SOCIÉTÉS :

http://www.artsetsocietes.org/f/f-herold.html

Elle rappelle notamment que, pour sceller son acceptation sur la scène internationale, le régime franquiste se servira progressivement de l’art moderne. En 1960, Luis González Robles, acteur important dans le renouveau de l’art espagnol moderne, convaincra Roberta González de participer à une suite d’expositions organisées en Espagne par les autorités de l’époque, dans le cadre de la normalisation des relations engagées dès 1955 entre l’Espagne franquiste, et la plupart des démocraties occidentales, l’Espagne étant alors considérée comme “un moindre danger que le communisme”, dans ce contexte de guerre froide.

73_HEROLD_4
Roberta González, Sens obligatoire n. 1, 1969, huile sur toile, 130 x 163 cm, IVAM, Institut Valencià d’Art Modern, Generalitat. Donation C.Martínez y V.Grimminger, Paris.

 

Une conférence de Fred Turner : guerre froide et contre-culture

TurnerTDSCover300dpiThe Democratic Surround. Les environnements multimédias et la politique de l’attention dans les États-Unis de la guerre froide

http://fredturner.stanford.edu/books/the-democratic-surround/

Par Fred Turner (Université de Stanford) dans le cadre du programme « Art contemporain et cinéma ».

Au début des années soixante, les spectacles psychédéliques combinant projections lumineuses et son amplifié se sont répandus aux États-Unis de San Francisco à New York. Ces rites tribaux ont généralement été perçus comme constituant une rupture avec le conservatisme de la période de la guerre froide. S’appuyant sur des sources méconnues, cette conférence situe à l’inverse la genèse des environnements multimédias des années soixante dans le contexte américain de la Seconde guerre mondiale et des années qui ont immédiatement suivi. Il s’agira en premier lieu de revenir sur la défiance qu’ont suscitée les technologies de communication de masse aux États-Unis face à la menace grandissante de la propagande totalitaire. En second lieu, Fred Turner montrera comment, au cours de la guerre, des chercheurs américains dans le domaine des sciences sociales se sont associés à des artistes du Bauhaus réfugiés aux États-Unis pour produire des environnements multimédias en vue de renforcer la conscience démocratique des citoyens américains et les mobiliser contre le fascisme. Ces travaux sont à la source tant de la propagande américaine de la période de la guerre froide que des environnements multimédias des années soixante. En retraçant cette histoire, il s’agit d’exhumer les liens oubliés entre l’Amérique de la guerre froide et la contre-culture ainsi que les racines occultées de notre monde médiatique contemporain.

http://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2014/decembre-2014/the-democratic-surround.html

From the Museum of Modern Art in New York to the New Bauhaus in Chicago and Black Mountain College in North Carolina, Turner shows how some of the most well-known artists and intellectuals of the forties developed new models of media, new theories of interpersonal and international collaboration, and new visions of an open, tolerant, and democratic self in direct contrast to the repression and conformity associated with the fascist and communist movements. He then shows how their work shaped some of the most significant media events of the Cold War, including Edward Steichen’s Family of Man exhibition, the multimedia performances of John Cage, and, ultimately, the psychedelic Be-Ins of the sixties. Turner demonstrates that by the end of the 1950s this vision of the democratic self and the media built to promote it would actually become part of the mainstream, even shaping American propaganda efforts in Europe.

La communication se déroulera en anglais. Conférence organisée avec le soutien de la Terra Foundation for American Art. Accéder au site de la Terra Foundation for American Art

Fred Turner est professeur dans les départements de la communication et de l’histoire de l’art à l’université de Stanford. Il est l’auteur de Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture.

Stewart Brand, un homme d’influence (C&Féditions, 2012) et de The Democratic Surround: Multimedia and American Liberalism from World War II to the Psychedelic Sixties (University of Chicago Press, 2013). Il a publié des études sur des sujets allant de l’émergence de la téléréalité au festival de Burning Man en passant par Google.

The Democratic Surround: Multimedia and the Politics of Attention in Cold War America
In the early 1960s, young bohemians swayed together under the swirling lights of psychedelic slide shows, surrounded by walls of amplified sound, in dance halls and art galleries from Greenwich Village to San Francisco. For a generation of historians, their tribal rites have long represented a sharp break with a vastly more conservative early cold war media culture. This talk makes a very different case. It first returns to World War II, to explore the widespread fear that mass media technologies might turn Americans into authoritarians. It then recounts how, as the fighting began, American social scientists and Bauhaus refugees collaborated to produce new multimedia environments with which to turn the senses of their fellow citizens in explicitly democratic directions and so bolster their will to fight fascism. This turn became the basis of both two decades of cold war American propaganda and the multimedia utopianism of the 1960s. As it traces this history, the presentation reconnects the immersive, multi-mediated environments of the 1960s to those of the decades that preceded them. Finally, it reveals the long-forgotten links between the counterculture and mainstream, cold war America – as well as the long-hidden roots of our contemporary, multiply mediated social world.

Biographie :
 Fred Turner is Associate Professor of Communication and by courtesy, of Art and Art History, at Stanford University. His books include the widely acclaimed From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and The Rise of Digital Utopianism; and most recently, The Democratic Surround: Multimedia and American Liberalism from World War II to the Psychedelic Sixties. His essays have tackled topics from the rise of reality TV to the role of the Burning Man festival at Google. They can be found online at http://fredturner.stanford.edu

16 décembre 2014 – 18h30
Galerie Colbert
Salle Giorgio Vasari
6 rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne
75002 Paris

Paru ! “Des musées dans la Guerre froide : de Besançon à Paris, 1956-1957”

Dans le cadre de la recherche menée par le Réseau des Correspondants départementaux de l’IHTP- CNRS sur  « La Guerre Froide vue d’en bas : 1947-1967 », placée sous la direction de :
– Olivier Büttner IR IHTP-CNRS ;
– Philippe Buton, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims,
– Michel Hastings, Professeur de Science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille ; vient d’être publié sous Hal SHS, dans le cadre du thème IV, “Actions collectives et ordre public”, l’article suivant : ” Des musées dans la Guerre froide :
de Besançon à Paris 1956-1957″,  par Olivier Büttner, animateur du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP et Brigitte Gilardet, docteure en Histoire de l’art contemporain, post doctorante à l’IHTP.
http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00952601

“En  1957 a lieu à Paris au musée des Arts décoratifs,  une exposition non programmée sur le plus ancien musée de province, Besançon. Cette exposition est le fruit des circonstances politiques internationales liées à la Guerre froide et qui ont marqué l’année 1956 (l’intervention des chars soviétiques à Budapest). Elle prend la place d’une exposition d’art tchèque reportée vue les circonstances. L’article a pour objet de déterminer dans quelle mesure la mise en caisses préalable des collections de Besançon  a correspondu à un exercice d’évacuation tel que les règlements émanant du Service de Protection des Œuvres d’Art (SPOA) dirigé par Rose Valland le recommandait, ou bien si le climat de crainte d’une troisième guerre mondiale a vraiment incité la conservatrice du Musée de Besançon à préparer dans le moindre détail l’évacuation des plus belles pièces du Musée  de Besançon. L’article se fonde sur les archives des Musées de Provinces conservées dans les locaux du Louvre, les Archives municipales de la ville de Besançon confrontés aux archives du SPOA établies par Rose Valland et accessibles à La Courneuve, au Centre des archives du Ministère des Affaires étrangères”.