Archives par mot-clé : Guernica

La révolution Miró : encore et toujours un autre.

Invitation à l’exposition Miro au Grand Palais en 1974.

Le Grand Palais n’avait pas consacré d’exposition rétrospective à Miró depuis 1974. Un documentaire espagnol le dépeint alors comme un peintre poétique, naïf, surréaliste, aux signes énigmatiques.

L’exposition de 1974 en images.

Depuis le 3 octobre 2018 l’exposition Miró au Grand Palais attire des milliers de visiteurs chaque jour. Entre toiles, dessins, sculptures et céramiques accompagnées de poésies, l’exposition propose 150 chefs-d’œuvre de l’artiste catalan né en 1893, décédé en 1983.

Affiche exposition Miró, 2018.

Chaque période d’exposition a sa vision du peintre :

Après Jean Leymarie en 1974, c’est Jean-Louis Prat, commissaire de l’exposition et ami du peintre, qui rend hommage à 70 ans de création.

Entre 1974 et 2018, le Centre Pompidou lui avait consacré une exposition en 1999 au Capc à Bordeaux et une exposition en 2004 à Paris (240 oeuvres – dont 120 peintures).

Au-delà de la «peinture-poésie» ou de la « peinture de rêve » par lesquelles l’œuvre de Miró a été longtemps exclusivement désignée, apparaît ainsi une peinture « primordiale », une peinture à l’aube de la peinture, se cherchant elle-même dans une liberté absolue, qui sera donnée à apprécier. (Commissaire :  Agnès de la Beaumelle), 2004.

Pour Jean-Louis Prat, en 2018 :« A travers la peinture, le dessin, la céramique et la sculpture, Miró a inventé un nouveau monde. Cette exposition permet de le suivre tout au long de sa vie marquée par une création ininterrompue, en constant renouvellement ».

« Pour moi, disait Miró, conquérir ma liberté, c’est conquérir la simplicité. Alors, à la limite, une ligne, une couleur suffisent à faire le tableau. » (Pierre Bourcier, « Miró au coeur de la joie », Les Nouvelles Littéraires, 1968).

Le carnaval d’Arlequin, 1924.
Portrait de paysan catalan, 1924.

Coups tirés, trous coupés, patchs collés : l’assassinat du support : De très réels petits trous, de la taille d’une tête d’épingle, visibles seulement à la loupe, constellaient déjà subrepticement la surface solaire de Tête de paysan catalan [1924) et entamaient l’intégrité de la toile .

Dès les années 1920, se traduit dans ses œuvres, le mot d’ordre par lequel Miró s’est rendu fameux, et qui avait des résonances profondes en lui : assassiner la peinture.

Photo : ceci est la couleur de mes rêves, 1925.

C’est cette fois le rebelle, engagé dans les combats de son temps et de son pays, qui est clairement mis en avant.

Projet d’affiche Aidez l’Espagne, 1937.

Si l’engagement de Miró aux côtés des républicains espagnols est connu, l’exposition souligne qu’il s’est également intéressé  aux mouvements politiques et culturels de son époque : il suit avec intérêt les évènements de mai 68 à Paris où il séjourne alors. Il se lie avec les mouvements étudiants et artistiques catalans qui manifestent contre le franquisme en mai 68.

Joan Miró. Mai 68. 1968–73.
© Succession Miró/ADAGP, Paris et DACS, Londres 2011.

Il ne participera à l’inauguration officielle de sa première exposition rétrospective voulue par les  autorités espagnoles à Barcelone en 1968, comme le rappelle le DVD qui accompagne l’ exposition,  Joan MIRÓ, le feu intérieur (extraits). Ce film documentaire relate l’histoire du peintre et de ses oeuvres, en donnant une grande place aux témoignages, notamment celui de son petit-fils en charge de la gestion de son œuvre, de Josep Royo avec qui il a créé des tapisseries, des héritiers de son galeriste Aimé Maeght, et de Josep Llorens Artigas avec qui il réalisa ses céramiques. 

Affiche de l’exposition Miró en 1968, sur les Ramblas, à Barcelone.
Vue de l’exposition Miró, Barcelone, 1968.

La dernière  phase de sa création, de 1969 à 1983, reflète les nouvelles recherches qu’il mène sur les matériaux, les supports, et ses préoccupations.


Miró, Oiseaux proie fonçant sur nos ombres.  1970. Huile sur peau (vache).

L’espoir du condamné à mort, 1974.
 a achevé ce tableau le jour de l’exécution par garrot du militant catalan Salvador Puig Antich.

Plusieurs de ses oeuvres ne peuvent toutefois plus être contemplées : la première a été perdue, la deuxième effacée par l’artiste, la troisième détruite lors des attentats du 11 septembre 2001.

-La première a été créée à Paris pour le pavillon de la république espagnole à l’exposition universelle de 1937  : en avril 1937, le gouvernement espagnol commande à Miró une décoration destinée au pavillon de la République espagnole conçu pour l’Exposition universelle qui se tient à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937. Il réalise un grand panneau mural de sept mètres de haut représentant un paysan espagnol en révolte, El Segador [Le Faucheur], qui fait face à la toile monumentale de Picasso, Guernica.

Déplacée à Valence après l’exposition, cette oeuvre ne sera jamais retrouvée, sans doute détruite par les franquistes, à la différence du Guernica de Picasso qui participait à une exposition temporaire aux USA en 1939 et qui a ainsi été mis à l’abri à New York.

Miró créant Le Faucheur, 1937.

Du Faucheur subsistent quelques photographies en noir et blanc qui ont servi  à reproduire l’œuvre originale évoquée par la Galeria Mayoral, à l’occasion de l’exposition intitulée « Artistes revolucionaris », en 2017 à Londres, commémorant le 80e anniversaire du Pavillon de la République  espagnole de 1937 à Paris.

Pavillon de la République espagnole de 1937 à Paris. Réalisation de la copie du Faucheur.
La photographie de l’oeuvre reconstituée, en noir et blanc.

-La deuxième œuvre, c’est Miró lui même qui l’a effacée à Barcelone en 1969 après  l’avoir créée sur une surface vitrée du rez-de-chaussée de l’École technique supérieure d’architecture de Barcelone, située en dessous d’une fresque de Picasso.

Miró  ne souhaitait pas réaliser une performance. Il s’agit d’une œuvre collective éphémère, produite par Miró en collaboration avec les jeunes architectes du Studio PER entre le 26 et le 28 avril 1969 et détruite le 30 juin de la même année.

Joan Miró a raconté à Georges Raillard cette période de création (Georges Raillard, Miró. Ceci est la couleur de mes rêves, Paris, 1977).

L’action découle de l’invitation du bureau d’architecture Studio PER à participer à l’exposition Miró otro, ( « l’autre Miró ») organisée par le COAC et conçue par lui. Miró otro, qui défend les aspects les plus transgressifs de son travail, finit par devenir une contre-exposition à la grande rétrospective très officielle consacrée à l’artiste qui avait été inaugurée à l’hôpital Antic de la Santa Creu à la fin de 1968.

Sur proposition de Miró, les architectes ont préparé les surfaces vitrées en peignant un fond avec les couleurs jaune, rouge, bleu et vert, accompagné de messages en catalan en faveur de la liberté de la Catalogne. Miró a ensuite terminé la peinture murale avec de la peinture noire : Ce qui m’intéressait, c’était le geste immédiat, sur un fond préparé à l’avance avec des messages en catalan en faveur de la liberté de la Catalogne.

La peinture murale faisait 44 mètres de long, la surface peinte environ 70 mètres carrés. Le 30 juin 1969, Miró a effacé la peinture murale à midi 30 juin 1969, à l’aide d’un balai et d’un solvant. Le cinéaste Pere Portabella et le photographe Colita ont documenté l’exécution et l’effacement de la peinture murale, suivis de près par la presse de l’époque.

Miró a ensuite fait don aux architectes du studio PER qui avaient participé à l’action, le croquis de la peinture murale dédicacé par l’artiste. A l’occasion du 40e anniversaire de la Fundació Joan Miró, ces architectes ont officialisé la donation de ce dessin à la fondation. Le croquis a été exposé à la Fondation Miró dans le cadre de l’exposition Joan Miró. 1956-1983. Sentiment, émotion, geste (2006-2007) et à l’exposition Joan Miró. L’échelle de l’évasion (2011-2012) À la Tate Modern de Londres.

Miró  disait : « Ma peinture ce n’est pas du tout un journal secret. C’est une force d’attaque qui s’extériorise ».  Georges Raillard.

Collège d’architecture de Catalogne, 1969, vue de la fresque de Picasso et de la peinture murale de Miró.
Miró achevant la peinture murale, 1969.
Miró effaçant sa peinture, 1969.

-La troisième œuvre  disparue est une tapisserie monumentale détruite le 11 septembre 2001 à New York : La « WTC Tapestry » (1974) de Joan Miró et Josep Royo, située dans le hall de la Tour Sud. C’était une tapisserie de six mètres sur dix, un mélange de laine et de chanvre.

WTC Tapestry (1974).

Célébré par l’Espagne d’après le franquisme, il restera en contact avec les jeunes artistes catalans :  Miró va peindre des costumes et des marionnettes, pour une pièce qui s’inspire d’Ubu roi d’Alfred Jarry, Mori el Mermaréalisée par la Compagnie catalane du Théâtre La Claca.

Mori el Merma a été créé en 1978 par Joan Baixas et Teresa Calafell au Teatre Principal de Palma, puis joué au Gran Teatre del Liceu de Barcelone.

Ce spectacle sera aussi présenté en 1978 au Festival d’Automne à Paris, en lien avec l’exposition que le Centre Pompidou  a consacré à ses dessins (21 septembre 1978 – 22 janvier 1979), (Commissaires du MNAM, Pierre Georgel, Isabelle Fontaine).

Vues du spectacle Mori el Merma, Archives du festival d’Automne, 1978.

Dans la dernière partie de sa vie, le peintre catalan suit de nouveaux chemins : le feu qui vient détruire ses Toiles brûlées, ses dessins d’immenses signes graphiques. Miró trempe ses doigts dans la couleur, peint avec ses poings, marche sur sa toile.

Pour Miró, il s’agit là d’un nouvel  assassinat de la peinture, à 80 ans.

Joan Miró, Toile brûlée, 1973, acrylique sur toile, déchirée et brûlée ensuite, 130× 195 cm, fondation Joan Miró, Barcelone.

-Sur la pratique de l’effacement par les artistes : Maurice Fréchuret, Effacer – Paradoxe d’un geste artistique, Les presses du réel, 2016.

-Sur Miró : Rémi Labrusse, Miró.Un feu dans les ruines, Nouvelle édition 2018.

L’exposition « Henri Cartier-Bresson » d’hier et d’aujourd’hui

L’exposition « Henri Cartier-Bresson »  écrit le Journal des arts, « a totalisé 424 535 visiteurs entre le 12 février et le 9 juin 2014, un record pour une exposition de photographies au Centre Pompidou ».

Soit en 101 jours d’ouverture, une moyenne quotidienne de 4 200 visiteurs. « Elle se classe comme l’exposition de photographies la plus fréquentée de l’histoire du Centre Pompidou ».

Remontons le temps à la recherche des expositions pionnières.

Les premières expositions rétrospectives d’Henri Cartier-Bresson à Paris ont eu lieu  au musée des Arts décoratifs en 1955 puis en 1966.

Octobre-novembre 1955 : Henri Cartier-Bresson. (Commissaires Robert Delpire, Henri Cartier-Bresson).

Voici grâce à la fondation Henri Cartier Bresson http://www.henricartierbresson.org/la petite revue de presse qui a pu être retrouvée, pour une exposition de quinze jours seulement, masquée par la grande rétrospective Picasso accueillant  dans les mêmes lieux, au Pavillon de Marsan le fameux tableau Guernica :

LATTES, Jean, « Henri Cartier-Bresson ou la volupté de l’œil », Journalistes reporters photographes, no 12, 1955.

MAUROIS, André, « Cartier-Bresson et Kant », Carrefour, 2 novembre 1955.

OURDIN, Georges, « Un grand artiste, M. Cartier-Bresson », Le Monde, 23 novembre 1955.

OSCHE, Madeleine, « Henri Cartier-Bresson, témoin et poète de notre temps », Le Leicaiste, no 27, novembre 1955, p. 5-7.

« The singularity of Cartier Bresson », article non signé, Industrial image, décembre 1955, p. 5- 6.

« Cartier-Bresson exhibition in the Louvre », article non signé, Leica fotografie, no 1, 1956, p. 13-14.

Deuxième rétrospective en 1966/1967 ; cette fois on dénombre les visiteurs, ils sont 23 448 du 30 novembre 1966 au 30 janvier 1967 : Le commissaire est François Mathey.

La revue de presse est plus fournie, l’intérêt (pour la photo et pour Cartier-Bresson) a grandi, la presse spécialisée est plus nombreuse, la presse généraliste plus intéressée et l’impact est international  :

–              « Musée des Arts décoratifs : Henri Cartier-Bresson », article non signé, Terre d’Images, no 33, novembre 1966.

CHARLES-ROUX, Edmonde, « Cartier-Bresson au musée des Arts décoratifs, une exposition sans bavardages », Les Lettres Françaises, 24 novembre 1966, p. 18.

WEISS, R. Margaret, « Encore at the Louvre : Henri Cartier-Bresson », Saturday Review, 26 novembre 1966, p. 23.

BOCCHI, Lorenzo, « Una sua mostra in una sala del Louvre. Bresson mago dell’obbietivo non vuol mai essere fografato », Corriere della sera, décembre 1966.

DENTAN, Yves, « Un portrait de Henri Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 3 décembre 1966.

DESCARGUES, Pierre, « Henri Cartier-Bresson : « La photographie, qu’est-ce que c’est ? », La Tribune de Lausanne, 4 décembre 1966.

MARCHAND, Sabine, « Au musée des Arts décoratifs, photographies d’Henri Cartier-Bresson », Le Figaro, 6 décembre 1966.

KEIM, Jean-A., « Au musée des Arts décoratifs, les 1 000 yeux de Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 8 décembre 1966.

CRESPELLE, Jean-Paul, « Cartier-Bresson (œil photographique) veut disparaître derrière ses photos », France Soir, 9 décembre 1966.

CUTLER, Carol, « Paris, Artists of Paint Camera », New York Herald Tribune, Washington Post, 13 décembre 1966.

CARTIER, Jean-Albert, « Au musée des Arts décoratifs, Henri Cartier-Bresson », Combat, 19 décembre 1966.

CHABAUD, Isabelle, « Le cœur du photographe », Ouest France, 21 décembre 1966.

FERMIGIER, André, « Un géomètre du vif », Le Nouvel Observateur, n° 109, 14-20 décembre 1966, p. 44-45.

GASSER, Manuel, « Henri Cartier-Bresson : Im Polizeirevier bei der Cartier Bresson – Ausstellung in Louvre (Paris) », Wettvoche Zurich, décembre 1966.

SCHWARTZ, Paul Waldo, « Paris sees the photos of an artist », New York Times, 20 décembre 1966.

« La photographie est un art », article non signé, Le Figaro, 29 décembre 1966.

HEYMANN, Danièle, « Cartier-Bresson ne croit plus à la photo », L’Express, 2-8 janvier 1967, p. 30-31.

PLECY, Albert, « Cartier-Bresson », Point de vue images du monde, 3 février 1967.

RUFFINI, Giovanna, « La mostra parigina del piu grande fotografo », Corriere di Napoli, 3 mars 1967.

Hélène Adant photographe française (1903-1985) est de tous les vernissages de cette époque au musée des arts décos et prend de cette exposition des instantanés savoureux  : http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/clientBookline/service/reference.asp?INSTANCE=INCIPIO&OUTPUT=PORTAL&DOCID=0843522&DOCBASE=CGPP

Les archives des vernissages des expositions du musée des arts décoratifs auxquels elle participe se trouvent au fonds Hélène Adant, à la Bibliothèque Kandinsky, au Centre Pompidou,  et la boucle est bouclée..

 

Otto Dix pendant la guerre à Lens

Capture2Dans ce court reportage, présentant l’exposition sur les  » Les Désastres de la guerre. 1800-2014 « , actuellement au Louvre- Lens, Laurence Bertrand Dorléac explique comment Otto Dix a créé plus de six cents dessins après sa participation à la guerre de 14-18 à Lens. Il reprendra ce thème de la guerre, vécue et traumatisante, en 1924.

https://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e709e80f325e11e5f000025/5388ab7094a6f6711d643ec5/b7602057cad44cfbaeaecee33ebc16a7?wmode=opaque

On peut également voir dans ce reportage d’autres tableaux et créations exposées comme cette tête de cheval de CapturePicasso pour Guernica.

Sur l’exposition, voir l’article de Philippe Dagen dans le journal Le Monde : http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/06/02/quand-les-artistes-regardent-la-guerre-en-face_4430062_3246.html

Retour au sentiment et à l’art social avec le brésilien Portinari

Autre exposition au Grand Palais, celle du retour au sentiment et à l’art social avec le brésilien Portinari et sa fresque Guerre et paix, installée dans le Hall d’entrée de l’Assemblée Générale du siège de l’ONU en 1957, offerte par le gouvernement brésilien : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/guerre-et-paix-de-portinari#sthash.hf3V5uu2.dpuf

aff-portinari-rmn2014_0_0be490bdd1a362863ca72cb23d3559af5Portinari n’a pas eu le visa souhaité pour assister à son installation à New York.

La scénographie de l’exposition est variée, étonnante et ces espaces du Grand Palais rarement visibles pour le grand public. Profitant dès 2007 des travaux de rénovation à l’ONU et de la restauration de la fresque qui s’est déroulée au Brésil, le fils de l’artiste a lancé une  imposante exposition itinérante dont la dernière étape est Paris. Ensuite ces fresques (constituées de 14 parties différentes) retourneront à leur place au siège de l’ONU.

Candido Torquato Portinari est né à Brodowski le 29 décembre 1903. Il décède à Rio de Janeiro le 6 février 1962 : sa maladie est liée aux produits toxiques contenues dans les encres qu’il utilisait. Il était à la fois, illustrateur d’ouvrages comme Graham Greene chez Gallimard : GREENE~2

GREENE~1

 

 

 

 

 

 

 

ou Dom Quixote de Cervantes , avec Carlos Drummond de Andradequixote-039789722028608

 

soit plus de 250 illustrations. Il est aussi muraliste, portraitiste, peintre d’art sacré. Il peint  son village et ses habitants, témoignage d’humanité  : fils d’immigrés italiens (du Nord de la Vénétie), il passe son enfance dans ce milieu rural, puis se forme aux beaux-arts à Rio puis à Paris dans les années vingt. Il étudie le dessin figuratif avec Lucílio de Albuquerque (1877-1939) et la peinture avec Rodolfo Amoedo (1857-1941), Baptista da Costa (1865-1926) et Rodolfo Chambelland (1879-1967). Ayant obtenu le prix du voyage d´études à l´étranger, il part en Europe, en 1929, et parcourt plusieurs pays pendant deux ans. En 1935, il reçoit le prix du Canegie Institute, de Pittsburgh, pour la toile Café [Café] : coffeeet devient ainsi le premier moderniste brésilien à obtenir un prix à l´étranger […] En 1941, il peint les panneaux muraux de la Bibliothèque du Congrès, à Washington D.C.,Réalisés en tempera, d´une grande luminosité, les panneaux présentent à nouveau les ouvriers :  http://www.itaucultural.org.br/aplicExternas/enciclopedia_ic/index.cfm?fuseaction=artistas_biografia_fra&cd_verbete=3745&cd_item=1&cd_idioma=28556

discovery

Proches des artistes et architectes  modernistes ( voir Portinari e Niemeyer no lvoradailLe partenariat entre Oscar Niemeyer et Candido Portinari a commencé avec la construction du siège du ministère de l’éducation et de la santé publique en 1936. Dans les années 40, Portinari collaboré à d’autres projets conçus par Niemeyer, parmi eux, l’Église Pampulha 6408002_b2be4934_640et

le Collège Cataguases, dans la région du Minas Gerais. En 1956, Niemeyer se consacre aux premiers projets de la nouvelle capitale, Brasilia: http://www.docomomo.org.br/seminario%208%20pdfs/164.pdf

Portinari s’engage politiquement, s’inspire de Picasso et de Guernica.

8677189433_98e44d1fed_z

Il expose en 1939, au pavillon brésilien, à la foire mondiale de New York ( au pavilhão brasileiro da Feira Mundial de Nova York ) : http://blogs.estadao.com.br/arquivo/2012/02/06/antes-da-onu-portinari-ja-havia-conquistado-eua/cenas_emNY_1940_ed

 

 

 

 

 

 

 Le projet Portinari par  Vincent Noce : Figure contradictoire, artiste polymorphe, Cândido Portinari n’est pas aisément définissable. A l’instar de Guerre et Paix, mis à l’honneur au Grand Palais, il est l’auteur de grandes compositions aux angles cassés et aux découpes chromatiques : http://next.liberation.fr/arts/2014/05/05/portinari-du-village-au-monde_1011095