Archives par mot-clé : Gouaches découpées

L’artiste et le musée du mois. Henri Matisse : Les grandes gouaches découpées, mars-mai 1961, au musée des arts décoratifs, Paris

Les papiers découpés de Matisse sont une nouvelle fois à l’honneur pour une exposition qui se tient cette fois-ci à Londres, à la Tate Modern : http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/henri-matisse-cut-outs

matissethesnail1953

Henri Matisse L’escargot, 1953 © Succession H. Matisse / DACS 2014

Le commissaire de l’exposition Nicholas Serota : http://www.tate.org.uk/context-comment/blogs/nicholas-serota-on-magic-matisse

Difficile de résister à la mise en valeur ici de la première exposition consacrée à Paris aux travaux du peintre en 1961, à l’initiative de François Mathey qui monte avec Mme Amic, la plus belle et la plus complète des expositions parisiennes sur ce thème, dixit Pierre Schneider, grand expert en ce domaine.

Le petit catalogue réalisé à cette époque (sur la demande de Marguerite Duthuit) par Fernand Mourlot n’en jette pas plein la vue mais garde trace de cet éblouissement : ” Mourlot sera fier, je crois, de ce petit album charmant, précis, sans sécheresse” écrit Mathey. Mourlot reproduit également pour l’affiche  Le danseur rouge. (Sur cette œuvre voir : http://www.christies.com/lotfinder/drawings-watercolors/henri-matisse-le-danseur-5157379-details.aspx )

d5157379lMatisse avait réussi à déplaire pourtant aux plus conservateurs et même à ses amis qui doutaient de la force de ces derniers travaux. Christian Zervos écrit dans Cahiers d’Art en 1949 :
« Est-il besoin de dire qu’on ne saurait faire aucun cas de ces papiers découpés qui constituent, avec les tentures décoratives, la grande affaire de l’exposition Matisse ? Pour mon compte, ils sont totalement négligeables et d’un mauvais voisinage à l’égard des tableaux. Ce qui rend de telles occupations inacceptables, c’est non seulement qu’elles ne touchent à aucune des initiatives esthétiques de Matisse, ne laissent d’en soupçonner de la tournure de son imagination ne mettent en lumière aucun de ses soucis des questions de fond, mais qu’elles nous laissent indifférents quand elles ne nous peinent de voir l’artiste trahi par son pouvoir de discrimination bien plus que par son talent. […] il était libre de se prendre d’affection pour eux. Mais, dès l’instant où il les propose à l’attention des visiteurs d’une exposition et les force, en quelque sorte, à prendre intérêt, on est en droit de trouver à redire. Je sais qu’il y a un moment où les plus vertes vieillesses ont peine à ne pas tourner à l’attendrissement pour tout ce qui sort de leurs mains ; il est néanmoins difficile de concéder à un artiste de la classe de Matisse de laisser aller son esprit sur n’importe quelle pente. Si entière que soit la confiance du créateur en ses moyens et quelque inépuisable que soit sa fertilité de ressources, il ne pourra jamais convertir en productions fortes des jeux qu’aucun coup de talent ne saurait élever au niveau de l’art ».

Le MNAM avait hésité à acheter puis avait négocié le prix le meilleur après que le musée d’Amsterdam (W. Sandberg) ou celui de Copenhague, aient exposé les gouaches et procédé aux acquisitions les plus belles qui s’imposaient. Enfin, en 1961, la critique est unanime et Michel Ragon écrit : « La plus jeune, la plus fraîche, la plus audacieuse et la plus parfaite exposition actuelle se trouve au Musée des Arts décoratifs, pour tout le printemps jusqu’au mois de mai ».

Elle se déroule du 22 mars au 15 mai 1961 et reçoit 10 708 visiteurs payants. Cela est bien sûr sans commune mesure avec l’exposition du centenaire de Matisse dont Pierre Schneider est le commissaire général, et qui reçoit (près de dix ans plus tard) 347 000 visiteurs au Grand Palais sur une période certes plus longue, d’avril à septembre 1970. En 1961, seul le public « averti » est venu. Michel Laclotte note le caractère exceptionnel de l’exposition (la présentation d’ensemble a été un éblouissement absolu). Pour Pierre Schneider, l’exposition fait date et inspire notamment les peintres américains résidant à Paris.

Un jeune témoin, prénommé Vincent, raconte : “Mercredi 22 mars 1961. Inauguration des gouaches découpées de Matisse. Le musée était à peu près vide quand nous sommes arrivés mais l’oeuvre en elle-même valait bien la petite heure que nous lui avons consacrée. Quand je dis qu’elle « valait bien » cela, j’ai l’air de faire une politesse, voire une concession ; c’est faux. Car c’est bien d’admiration qu’il s’agit, la joie du peintre survit dans l‘allégresse de la satisfaction que l’on a à faire danser ses yeux dans le rythme fort et admirable des taches de couleur”.

Sur l’exposition londonienne voir l’article d’Emma Crichton-Miller dans le numéro d’avril de la revue Apollo : http://www.apollo-magazine.com/matisse-april-apollo/