Archives par mot-clé : Gilles Aillaud

Préhistoire une énigme moderne : préparer sa visite

Pour préparer la visite de PRÉHISTOIRE, UNE ÉNIGME MODERNE, ses commissaires Cécile Debray, directrice du musée de l’Orangerie, Rémi Labrusse, professeur d’histoire de l’art, université Paris Nanterre,
Maria Stavrinaki, maîtresse de conférences en histoire de l’art, université Paris I Panthéon Sorbonne, ont participé à divers enregistrements :

– Jusqu’au 25 mai : la présentation par les commissaires sur Arte : Picasso, Brassaï, Nicolas de Staël, Penone ou Miquel Barceló : les artistes du XXe siècle ont été fascinés et inspirés par l’art pariétal de la préhistoire. De la caverne d’Altamira à la grotte Chauvet, ce documentaire propose une spectaculaire plongée au coeur des grottes ornées qui n’ont pas fini de révolutionner l’art.

-Le Podcast : Modèles préhistoriques au Centre Pompidou : Maria Stavrinaki, maître de conférences en histoire de l’art à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et co-commissaire de l’exposition : Remontant le fil des origines, celles de l’homme et celles de l’art moderne, l’exposition « Préhistoire. Une énigme moderne » est une plongée au cœur de la création qui explore les liens unissant l’art moderne et contemporain à la Préhistoire, des liens qui se construisent progressivement au cours du XIXe siècle.

A voir au Centre Pompidou jusqu’au 16 septembre 2019.

Les Ressources disponibles sur le site du Centre Pompidou.

Gilles Aillaud
L’Eléphant (mars 1971).

Grand trouble à la Halle Saint Pierre

A la Halle Saint- Pierre, une nouvelle exposition collective  rassemble des artistes connus et moins connus, sous un titre englobant, Grand trouble.

Au rez-de-chaussée de chaussée,  une vidéo ( Flir) de Jérôme Cognet et dans l’ombre des oeuvres sur papier, très diverses.

A l’étage, Gilles Aillaud..

…côtoie les images montages /collages de Tomi Ungerer :

On peut découvrir aussi les travaux d‘Al Martin, qualifié d’un peu obssessionnel  par Philippe Cyroulnik, l’ancien   directeur du 19, le CRAC, Centre régional d’art contemporain de Montbéliard.

Al Martin fait surgir en effet des formes en ponçant de multiples couches d’acryliques,  les «thuilages », tuiles de peinture à l’huile rigoureusement alignées à l’aide d’un fin couteau à peindre, les «morceaux ou semis », fines pellicules de peintures acryliques disposées en semis sur des fonds préparés, les « lignes accumulées »

Non loin l’oeuvre d’ Edith Dufaux, le petit théâtre :

On retrouve d‘autres artistes remarquables, souvent suisses, comme Emilienne Farny :

A noter les grands formats de Sylvie Fajfrowska :

 Ce sont donc 46 artistes  qui sont réunis sous ce titre englobant :  Rien de ce que les hommes font ne leur est indifférent. Un état d’esprit a surgi, un mouvement s’est esquissé.

A signaler au catalogue des textes de Michel Thévoz, Jacques Roman, Delfeil de Ton ou Jean-Paul Demoule.

A écouter : Frédéric Pajak. Exposition jusqu’au au 30 juillet 2017.