Archives par mot-clé : Germain Rœsz

L’oubli créateur : un commencement, sans débris, sans cendres, sans braises anciennes ?

Le numéro 13 thématique « Trauma et création » de la revue Appareil, a pour pivot l’œuvre de Germain Rœszqui, alors que rien dans son contexte familial, culturel ou professionnel ne l’y destinait, s’est mis à manier la couleur et les mots après un très long coma. Le cours de son histoire individuelle s’est vu brisé par un temps impossible à récupérer, car échappant à la mémoire. Pourtant, ce blanc n’est pas rien…”

La revue Appareil prend pour départ “l’hypothèse que le trauma constitue une expérience-limite par rapport à laquelle penser la création. Il peut sembler paradoxal qu’une « blessure » (τραῦμα) aux conséquences apparemment seulement négatives : fractures, lésions, dysfonctionnements, déficiences et privation de fonctions corporelles, perte de conscience puisse être d’une quelconque fécondité pour la production plastique, poétique et philosophique. Pourtant, de la chute de cheval de Montaigne aux accidents d’avion de Sam Francis ou de Joseph Beuys, ces coupures sont perçues comme une matrice productive. Que nous disent les traumas, et notamment leur forme majeure qu’est le coma, du faire créateur ? Les concepts de corps, de mémoire, de conscience, les notions de durée, d’inscription, de volonté s’en voient réinterrogés”

Quelles sont les caractéristiques d’une production artistique qui surgit après un coma ? Telle est la question que se pose Jean-Louis Déotte (philosophe, professeur à Paris VIII)  dans un article intitulé Entre le trauma et le coma : http://appareil.revues.org/2002

Il commente l’expérience et l’œuvre de Germain Rœsz, ancien apprenti boucher des abattoirs de Colmar en Alsace, qui, à l’issue d’une longue hospitalisation,  devient artiste peintre en 1970 : “La question traitée sera celle des rapports entre les arts, ici la peinture, et les effondrements psychiques, individuels ou collectifs. Elle partira du constat qu’il y a de telles discontinuités historico-politiques que l’hypothèse métaphysique d’une « raison dans l’histoire » est bien problématique, parce que l’humanité n’est pas un sujet collectif, lequel pourrait se ressaisir, se réfléchir au moins comme « esprit » dans sa totalité depuis un supposé commencement.  […] Nous nous intéresserons donc à des artistes dont l’horizon ne fut pas muséal. Mais hospitalier, dans un sens large… “.

Jean-Louis Déotte  conteste  ” la thèse de Warburg et Didi-Huberman, celle d’une survivance des formes esthétiques. Pour qu’il y ait mémoire (individuelle ou collective), il faut bien un support continu. Et pour les arts, cela suppose l’existence du musée, qui n’est qu’une invention du XVIII e siècle.”  Il a conclu dans ses travaux précédents, que paradoxalement, le musée est un appareil d’oubli. Il insiste sur le fait que dans “la vie des individus comme dans celle des sociétés, il y a des blancs”. L’humanité est à son sens, “globalement épileptique”.

” Rœsz, jeune adulte, est revenu au monde à partir d’un long coma provoqué par un accident de la route qui aurait dû être son tombeau. C’est la très longue hospitalisation qui fut fondatrice, parce qu’elle interrompit durablement toute activité :  “L’origine de ma peinture se situe dans un choc fondateur, un trauma comatique. Ne pas voir ni penser le monde. Savoir, au retour, parmi les vivants et la parole qu’une partie de soi-même, de sa conscience fut abolie, oubliée. […] Mais cette anecdote qui est la mienne comment peut-elle interroger celui qui regarde ? Comment et pourquoi serait-il concerné ? ” Germain Rœsz, Peintures, 1970-2011, Paris, L’Harmattan / Cour carrée, 2012.

Cette expérience traumatisante fait écho à bien d’autres parcours individuels ou collectifs liés notamment aux génocides du XXe siècle, expériences vécues ou emblématiques des héros de La Storia d’Elsa Morante.

Germain Rœsz “n’était pas destiné à devenir artiste (qui l’est d’ailleurs en dehors de ceux qu’une loi commande un jour de peindre, d’écrire, etc. ?). Il faut souvent l’interruption de la vie par la maladie (Matisse), l’accident (l’avion de Sam Francis s’écrasant dans le désert), l’incarcération (Stiegler), l’isolement (Descartes), la solitude (Woolf) pour venir briser l’élan vital. Car sans cela, la répétition de l’habitus social, de l’hexis corporel s’imposeraient à tous, toujours. Et il n’y aurait pas d’art”.

Pour Jean-Louis Déotte : ” il faut donc considérer que la Mère des Muses, ce n’est pas Mnémosyne, mais l’Oubli.[…] Héraclite (frag. 30) chante un kosmos éternel, incréé, impérissable : Ce monde-ci, le monde pour tous, nul des dieux ni des hommes ne l’a fait. Mais il était toujours, est et sera feu éternel, s’allumant en mesure et s’éteignant à mesure”.

Articles du même auteur :