Archives par mot-clé : Fromanger

L’évènement Fromanger

Cbg4RYMW4AA-Ut1

Le Centre Pompidou consacre une rétrospective à Gérard Fromanger du 17 février au 16 mai 2016.‎ Le Centre lui avait consacré une exposition en 1980 : “Gérard Fromanger Centre Georges Pompidou 80” de janvier à mars 1980.fromanger80

 

 

 

 

 

 

La rétrospective Gérard Fromanger qui a eu lieu en 2005 au musée des Beaux arts de Dôle : “Gérard Fromanger. Rétrospective 1962-2005”, est  reconnue. Anne Dary en a  été la commissaire. Gérard  Fromanger y a participé activement.

L’exposition a été organisée en coproduction avec la Villa Tamaris, à La Seyne-sur-Mer :

“On croyait bien connaître le peintre Gérard Fromanger, né en 1939 à Pontchartrain. Or l’exposition “Gérard Fromanger. Rétrospective 1962-2005”, qui a lieu à La Seyne-sur-Mer, révèle des facettes inédites d’un artiste trop souvent cantonné à la seule période de la figuration narrative des années 1960. Elle est pourtant initiée par deux spécialistes de ce mouvement : Anne Dary, conservatrice au Musée de Dole, et Robert Bonaccorsi, responsable de la Villa Tamaris, où a lieu la manifestation. Mais l’exposition itinérante de Gérard Fromanger est la plus grande rétrospective jamais organisée sur l’œuvre de ce peintre, qui fut l’ami de Deleuze, de Guattari ou de Michel Foucault et, plus tôt, de Jacques Prévert. Certains parmi eux ont écrit sur son œuvre. Avec tant de talent qu’ils l’ont oblitéré, parfois“. Harry Bellet, Le Monde, 18 août 2005.

fromanger
L’exposition, pionnière, a été itinérante de 2005 à 2007 :  un voyage au long cours qui  est passé par Séoul et Cuba : “Les quelque deux cents œuvres présentées à La Seyne-sur-Mer ne sont qu’à une étape d’un grand voyage. D’abord montrées aux Musées des beaux-arts de Dole et de Lons-le-Saunier (Jura) de mars à juin, elles quitteront la rade de Toulon le 18 septembre, pour le Musée national d’art contemporain de Séoul, en Corée, où elles seront exposées du 5 novembre au 5 janvier 2006. Elles regagneront ensuite l’Europe et le Musée national d’histoire et d’art du grand-duché du Luxembourg (du 20 janvier au 5 mars 2006), avant de repartir vers l’ouest, et le Museo nacional de Bellas Artes de La Havane (15 avril- 15 juin 2006). Après Cuba, elles reviendront en France, dans l’Eure, où elles seront montrées au Musée municipal de Louviers et à l’hôtel de département d’Evreux (15 septembre-28 novembre 2006). Du fait de la configuration de certains lieux, les expositions au centre d’art de La Seyne-sur-Mer , Villa Tamaris, et de Séoul sont les plus complètes”.

Le catalogue en français contient notamment des textes et notices de Bernard Ceyssson, Anne Dary, Robert Bonaccorsi, et Blandine Chavanne.

L’exposition a aussi été accueillie au Brésil : en 2009, à Brasilia, au Centro Cultural Banco do Brasil   

04/09/2009. Cr�dito: Iano Andrade/CB/D.A Press. Brasil. Bras�lia - DF. Artista Franc�s Gerard "Fromanger, mostra obras expostas no Centro Cultural Banco do Brasil - CCBB.
04/09/2009. Credito: Iano Andrade/CB/D.A Press. Brasil. Brasilia – DF. Artista Frances Gerard “Fromanger, mostra obras expostas no Centro Cultural Banco do Brasil – CCBB.

 

Le travail de Fromanger  a été également montré à Rio, accueilli par Luiz Camillo Osorio au MAM. Il a été rapproché de celui de Carlos Vergara, exposé au même moment, représentant de la Nova Figuração au Brésil dans la seconde moitié des années 1960 :

vergara

Gravura da série “5 problemas para 5 estampas” (1967): traço pop da Nova Figuração

Pour la rétrospective qui commence voir l’entretien entre Michel Gauthier Conservateur, musée national d’art moderne, commissaire de l’exposition et Gérard Fromanger, extraits :

GF –“L’arc-en-ciel est toujours venu à mon secours dans les périodes de doute comme dans les moments d’évidence. Les claires et les foncées, les primaires, les complémentaires et leurs intensités font socle, code et gamme permanents”.

MG – Quel rôle ont joué les événements de Mai 68 ainsi que vos rencontres avec quelques-uns des grands intellectuels de l’époque dans le développement de votre travail ?
GF – Comment traduire en bonheurs de peinture les bonheurs d’une grande fête collective comme Mai 68, sinon par un langage-couleur capable de donner à l’image une fraîcheur, une nouveauté, un enchantement ? Mai 68 confirme, enrichit et stimule la nécessité de mon code couleur. Quand Mai 68 clamait « l’énergie, c’est nous », j’y trouvais une force pour peindre l’énergie du monde. Quand les philosophes (Sartre, Deleuze, Foucault, Guattari ou Lyotard) ou les poètes (Jouffroy, Bulteau ou Bailly) me parlent de cette « énergie du monde », ils me donnent envie de leur parler en peinture, c’est ainsi à travers l’échange des langages que se crée l’amitié.

MG – Êtes-vous un peintre pop ?
GF – Si la question est « êtes-vous pop ? » comme on disait « êtes-vous cubiste, surréaliste ou dadaïste ? », ma réponse est négative. En France, seuls quelques artistes passés par Londres ou New York entre 1958 et 1965 peuvent revendiquer cette appartenance. Je n’en suis pas. En revanche, je me situe volontiers dans cette mouvance culturelle mondialisée qui se sentit en rupture avec le monde esthétique et idéologique d’avant les années 1960″.

 

 

A chacun sa Fiac 2015

Organisée du 22 au 25 octobre, la FIAC, à Paris,  a accueillie cette année 171 exposants. La Directrice du salon depuis douze ans est Jennifer Flay. Au Grand Palais, il y a eu peu de galeries d’art françaises et peu de peintures d’avant les années 1950 et 1960 représentées : donc pratiquement plus d’abstraction géométrique en vue.

20151022_134403

A la galerie Jaeger-Bucher :  on découvre dans la pénombre des petits formats de Klee et de Kandinsky.

20151022_134313

et un beau tableau de Gérard  Fromanger intitulé “Florence, rue d’Orchampt”, 1975. Il a figuré lors de l’exposition ” Mémoire d’un patriache” organisée à l’occasion du 90e Anniversaire de Jean-François Jaeger et de ses 66 années de galerie.

 

20151022_134204
Fromanger

A la galerie Applicat Prazan : une exposition exclusive dédiée à Maurice Estève très colorée,  incluant ses œuvres les plus récentes,

et à la Landau Fine art,  une galerie canadienne de Montréal  : entre autres, Magnelli , Fernand Léger, Jean Dubuffet et Le Corbusier.

Magnelli
Magnelli

20151022_133317

La galerie italienne Tornabuoni  a choisi de rester “en blanc“, en écho à l’une de ses expositions. Elle présentait également  une œuvre  d’ Alighiero e Boetti (1940-1994) :

 

:20151022_13460120151022_134525

Par le choix de la broderie, technique obsessionnelle souvent mise en oeuvre, Alighiero e Boetti est un artiste conceptuel sans équivalent connu dans le monde des artistes contemporains consacrés, la grande Louise Bourgeois l’utilisant de manière moins systématique pour ses auto-analyses arachnéennes.

Un nom coupé en deux, à moins que soudé : Au début des années 1970, Alighiero Boetti se rebaptise Alighiero e Boetti. Cet ajout, qui rompt autant qu’il lie son identité, mérite que l’on égrène quelques interprétations subjectives tant l’OEuvre de cet immense artiste est justement liée à la représentation de l’identité. Alighiero e Boetti comme un  dédoublement, une diférenciation entre le social et l’intime, un pied de nez à l’identité attribuée d’office, une dilution et un renforcement, un signe à la fois morcellement et réunifcation, une manière de disparaître, un point de suture….Alighiero e Boetti est principalement connu par ses grands planisphères et énigmatiques damiers aux carrés de couleur, dont chacun isole la lettre d’un mot, qu’il concevait puis faisait broder par des femmes en Afghanistan, pour un résultat esthétiquement somptueux et, comme il ne s’agit pas de décoration, une sorte de tour de passepasse éblouissant. Bien que cloisonnée par la couleur, la réalisation n’apparaît jamais fragmentée, l’oeil isole difficilement un morceau coloré, elle forme un tout dans les contradictions et le miroitement des couleurs, car la ligne-frontière n’existe pas”.

 

Dans un renfoncement du Grand Palais, on découvre les dernières acquisitions du FMAC (Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris) et la démarche artistique du colombien Marcos Avila Forero, ” basée sur la rencontre avec des personnes, un lieu, une histoire, et cherchant à renouer des fils perdus entre traditions ancestrales et pratiques contemporaines”.

Pour son projet Alapargatas de Zuratoque (2013), l’artiste a travaillé avec des familles déplacées par le conflit armé en Colombie. Il leur a proposé d’écrire leur histoire sur des sacs de toile de jute qui ont ensuite servi à fabriquer des chaussures tressées traditionnelles des paysans.20151022_13562820151022_135618

ALPAGATAS DE ZURATOQUE, COSTAL #2, FAMILLE RUSSO CANAS, 2013 – Installation 1 Paire de chaussures en toile de jute tissées à la main, Tirage photographique numérique couleur sur papier Classic RC, plastification matte, contrecollée sur plaque Dibond 2mm et châssis aluminium sur CC, 100 x 150 cm, Pièces uniques, Production Palais de Tokyo (Paris), Prix Découverte des Amis du Palais de Tokyo 2012. A découvrir ici.

fiac_01marteau

Gilles Drouault de la galerie de Multiples, face à l’entrée, (et à la sortie) proposait à la vente des marteaux : un “marteau au manche ondulé qui est censé représenter l’onde de choc produite quand on enfonce un clou quand on s’en sert”.

Ils rappellent un peu ceux que propose Carelman, dès les années 1970 :

 Catalogue d’Objets Introuvables (Catalogue d’Objets Impossibles) :Jacques Carelman, Français, Marseillais pour être plus précis, et un contemporain. Peintre, sculpteur, illustrateur, metteur en scène et, fondamentalement, autodidacte. Il utilise l’humour en créant. Il invente et imagine en fusionnant la logique et l’absurdité avec une grande subtilité. Il déforme la réalité que nous connaissons tous. Il amuse et s’amuse.
who_is_banner_1

Il est né en 1929 et dès 1956 il vit à Paris où il  a commencé par réaliser des décors pour théâtre et des illustrations de livres. Il est connu dans le monde entier principalement par son Catalogue d’Objets Introuvables (Catalogue d’Objets Impossibles), imaginé et publié en 1969 comme une parodie à un catalogue de vente par correspondance en imitant le style du fameux Manufrance. À partir de 1972 avec sa première exposition,[organisée au musée des Arts décoratifs à Paris avec François Mathey] et sans interruption, ses objets ont été présentés dans de nombreux musées, galeries d’art, de centres culturels, d’étrennes et salons d’Europe, du Canada, des États-Unis, de l’Amérique latine et du Japon. 

Au Grand Palais, à signaler cette année, l’activité soutenue des visites guidées  qui permettait au public de s’initier à l’ art contemporain : elles ont rencontré un grand succès. Le prix d’entrée (35 euros) reste toutefois très élevé car il s’agit bien d’une foire commerciale et non d’un musée.

L’ancien commissaire du 60 e salon de Montrouge, Stéphane Corréard dans le Quotidien de l’Art, a annoncé qu’il allait lancer une foire de galeries françaises à Paris :

L’idée était dans l’air depuis un moment. Ancien directeur du Salon de Montrouge, Stéphane Corréard compte lancer un nouveau salon baptisé « Galeristes » en décembre 2016, sans doute au Carreau du Temple, à Paris. « J’aimerais réunir quarante des meilleures galeries indépendantes françaises, des galeries qui sont des passeurs », nous a-t-il confié. Et d’ajouter : « J’ai beaucoup d’amis marchands déboussolés par les évolutions du marché de l’art »..