Archives par mot-clé : François Chaslin

Hommages à Ricardo Porro

L’architecte franco-cubain Ricardo Porro est décédé à l’âge de 89 ans, le jeudi 25 décembre à Paris.
http://www.lemoniteur.fr/159-culture/article/actualite/26905886-disparition-de-l-architecte-ricardo-porro
Un hommage lui est rendu par le Ministère de la culture :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Hommage-de-Fleur-Pellerin-a-Ricardo-Porro

PORR_000_01_44École d’Arts Visuels, La Havane, Cuba, 1960-1965.

Le FRAC Centre résume ainsi sa carrière : Architecte, mais aussi sculpteur et peintre, dessinateur de mobilier, homme de culture, Ricardo Porro est le maître d’œuvre d’une architecture vitaliste, qui plonge ses racines dans les projets de Gaudi, Mendelsohn, Asplund, Frank Lloyd Wright ou Rudolph Steiner, mais aussi dans toute forme vernaculaire d’architecture. Ricardo Porro a grandi à La Havane, au cœur des Caraïbes, où il fait ses études. En 1960, Fidel Castro et le gouvernement cubain lui offrent la possibilité de réaliser une première commande d’importance à travers un programme d’écoles, plus particulièrement l’École des arts plastiques et l’École de danse moderne de La Havane. On trouve déjà dans ses premières réalisations tous les éléments qui définiront l’architecture de Ricardo Porro : un sens fulgurant de l’ellipse spatiale, une exubérance sensuelle de la forme. Ici, l’architecture est image : image figurative à l’anthropomorphisme toujours présent, mais aussi image symbolique qui relève de l’ordre cosmique de l’univers. Le syncrétisme de son architecture, qui relie l’homme au monde, apparaît comme un immense corps dans lequel les éléments architectoniques sont équivalents à des fragments de corps humains. Images symboliques explicites, les œuvres de Ricardo Porro n’en sont pas moins l’expression de véritables programmes, attachant autant d’importance à la forme qu’au contenu, qui sont pour lui deux notions indissociables.
http://www.frac-centre.fr/collection/collection-art-architecture/index-des-auteurs/auteurs/porro-ricardo-58.html?authID=154
« R. Porro a développé une idée de son métier largement dérivée du romantisme allemand, proclamant qu’il fallait, par le biais de l’architecture, « romantiser la vie ». Mais c’est peut-être sa vision de la sexualité, de l’érotisme et des mythes de la fécondité en tant que ferments de son œuvre qui constitue la dimension la plus originale de son travail. Il la doit notamment à son ami le peintre surréaliste Wilfredo Lam, et à un désir de ressusciter à Cuba ce qu’il appelle la « tradition noire », celle du vaudou par exemple. Cette intention culminera dans son chef-d’œuvre, l’école des arts de la Havane, réalisée à la demande de Castro et Che Guevara au lendemain de la révolution castriste. » Présentation des émissions de France Culture, consacrées à cet architecte, réalisées par François Chaslin dans le cadre des « jeudis de l’architecture », diffusion des 9 juin et 8 octobre 2011.

François Mathey avait remarqué cet architecte et tenté de l’aider après son arrivée en France. Il écrivait en sa faveur à Pierre Moinot qui répondait à son intervention en ces termes le 28 octobre 1968 : « Le second point de votre correspondance concerne Riccardo Porro que vous estimez être l’architecte le plus important avec Niemeyer. Je donne votre lettre à Francis Raison en insistant sur le sérieux de l’affaire et de façon qu’un des futurs équipements puissent s’enorgueillir d’avoir été fait par un homme dont vous dîtes tant de bien ».