Archives par mot-clé : fondation Custodia

L’histoire par petites touches : pastels, dessins et gravures au Louvre

La première exposition, qui vient d’ouvrir en juin : “En Société”, au musée du Louvre, jusqu’au 10 septembre 2018 (Commissariat de Xavier Salmon, auteur du catalogue raisonné des pastels du Louvre) est organisée par le département des Arts graphiques du Louvre : il s’agit d’une exposition essentiellement de portraits, autour de la collection de référence du musée, soit plus de 120 pastels du 17 e et du 18 e siècles, restaurés et protégés grâce au mécénat des American Friends of the Louvre.

Ce type de création est d’une extrême fragilité, puisque les pastels sont créés « à partir de poussière colorée que l’on a souvent comparée à celle couvrant les ailes de papillon ».

Si Jean-Etienne Liotard, (1702-1789), Maurice Quentin Delatour (1704 – 1788), François Boucher  (1703-1770), Elisabeth-Louise Vigée Le Brun (1755-1842),  Jean-Baptiste Siméon Chardin  (1699-1779) ou encore Jean-Marc Nattier (1685 -1766) sont les plus connus, ils ne sont pas les seuls  à être exposés : parmi eux figurent d’autres d’artistes, souvent anciens élèves de Quentin Delatour.

( Jean-Etienne Liotard, (Ecole suisse) Portrait de Madame Jean Tronchin, née Anne de Molesnes).

Joseph Ducreux (1735-1802) élève de Quentin,  se focalise sur les traits de son modèle ( sa mère ) dans ce pastel sur papier beige. Tous illustrent la société de l’Ancien régime en offrant un beau parcours ponctué de multiples indications techniques (sur les supports et les matériaux), mais aussi historiques, grâce à  des cartels clairs qui documentent  des thèmes de société jusque-là peu évoqués de façon aussi explicite dans une exposition d’art ancien :

Ce portrait réalisé par Jean-Baptiste Perronneau (1715 -1783 ) est celui de Jean Couturier de Flotte,   qui, comme le précise le cartel, appartenait à la bonne société huguenote de la région bordelaise qui s’était enrichie dans le commerce triangulaire  en particulier avec Saint Domingue.

 

 

 

 

L’exposition comprend des artistes femmes, pastellistes  comme  Adélaïde Labille-Guiard  (1749-1803) qui précise le cartel, a dû multiplier les portraits d’académiciens (ici le sculpteur Augustin Pajou)- avant de pouvoir à son tour être reçue à l’Académie en 1783, en même temps qu’ Élisabeth Vigée-Lebrun.

 

 

 

 

Le théâtre de Voltaire avec Simon Bernard Lenoir ( 1729-1791) est évoqué  avec ce  portrait de l’acteur Henri-Louis Caïn, dit Lekain (1728/29-1778) dans le rôle d’Orosmane dans  Zaïre.

Le parcours, à plusieurs reprises, évoque l’erreur passée ou l’incertitude quant à l’attribution  d’une œuvre : les conservateurs des collections mentionnent explicitement avec davantage de simplicité,  les désaccords  pouvant exister entre spécialistes : ainsi pour ce Portrait de jeune homme entouré d’une bordure ovale, attribué à Gandolfi Ubaldo ( 1728-1781), ou à son neveu Mauro Gandolfi (1764- 1834).

La concurrence entre les pastellistes et les choix qu’ils ont finalement dû opérer pour y faire face sont aussi mis en avant : Jean-Baptiste Perronneau, concurrencé (férocement dit le cartel), par Quentin, se tourne vers la province et trouve de nombreux clients chez les négociants d’Orléans comme Augustin Prosper Tassin de La Renardière, qui fut un industriel et collectionneur d’art orléanais ayant fait  fortune dans le raffinage du sucre.

Les cadres d’origine de ces œuvres sont également remarquables. (Une exposition temporaire consacrée aux cadres est actuellement en préparation)

La dernière salle présente notamment des pastels anglais, comme ce portrait de 1790 réalisé par John Russel  :

Cette époque marque la fin du succès du pastel, qui déclinera ensuite au profit de l’art des miniatures.

Le catalogue

Base des collections du département des arts graphiques du musée du Louvre

L’exposition s’achève par la présentation  de pastels MNR : un grand panneau rappelle en trois langues, la situation de ces œuvres spoliées,  récupérées à l’issue de la deuxième guerre mondiale, et les différentes étapes de recherches et de restitutions menées depuis lors. Les cartels extrêmement détaillés  précisent ensuite pour chacune des œuvres présentées, leur histoire, telle qu’on a pu la reconstituer, après leur récupération en Allemagne à partir de 1945 et  pour qui on est  toujours à la recherche des propriétaires et de leurs descendants, comme ce pastel remis au Cabinet des Dessins par la Commission de récupération artistique le 23 décembre 1949 :

Pour l’ensemble des œuvres concernées, voir la Base MNR.

Voir également la recension de l exposition par des spécialistes du dessin de l’association Bella Maniera et celle effectuée par le GRHAM, Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne.

La seconde exposition temporaire de dessins présentée simultanément  au Louvre est consacrée au graveur topographe  Israël  Silvestre  :  “La France vue du Grand Siècle” et présente des dessins inédits. Une soixantaine de « vues » dessinées du célèbre graveur sont exposées au Musée du Louvre. Parmi celles-ci, les châteaux et jardins de Vaux, Versailles, Meudon  ou Montmorency ( château aujourd’hui disparu).

L’exposition débute avec le brevet de logement au Louvre accordé à  l’artiste,  par faveur royale,  en 1675, après le premier obtenu en 1668. Parmi les nombreux dessins et gravures présentés,  à signaler ceux qu’il réalise lors de son voyage à Rome :

Vue du Forum depuis le Colisée, vers 1643/44-1653. Paris. Fondation Custodia, collection Frits Lugt, 4996 © Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris.

Si l’exposition valorise le fonds du Louvre, elle bénéficie aussi des nombreux prêts accordés par la Fondation Custodia. Cette exposition est organisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France, de la Fondation Custodia, de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, du Mobilier national et de l’Institut national d’histoire de l’art (Voir la conférence organisée par les deux commissaires Bénédicte Gady, du musée des Arts décoratifs et Juliette Trey, du musée du Louvre). Silvestre réalise   de nombreux dessins et gravures  à une époque où il lui faut imaginer des vues aériennes pour dessiner les villes conquises aux portes du Royaume: Colbert l’envoya  en effet dessiner des vues de Toul, Metz, Charleville ou Verdun, récemment devenues françaises.

Ami de Charles Le Brun, Silvestre dessinera sa demeure à Montmorency (aujourd’hui disparue) mais aussi  à Meudon, le parc et le château du ministre du Roi,  le marquis de Louvois  :

Israël Silvestre, Château et parc de Meudon, vus du côté du village de Fleury, 1687. Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Inv 33039 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado. 

Cette exposition est notamment décrite dans le journal Le Monde.

Les expositions de dessins à Paris

Peut-être moins visibles que le musée d’Orsay, qui met en valeur actuellement dans une exposition les dessins  de Degas trois autres institutions, La Fondation Custodia, le  département des Arts graphiques du musée du Louvre,  et le cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA, accueillent plusieurs expositions de dessins qui permettent de souligner la richesse de ces fonds :

Trois expositions temporaires sont organisées simultanément par la Fondation Custodia qui accueille également une artiste contemporaine  :

L’Orage, huile sur toile, 48 × 63 cm
Strasbourg, musée des Beaux-Arts
inv. 937 / Photo : M. Bertola. DR

Le paysage sublime, Georges Michel, du 27 janvier au 29 avril 2018 : “L’occasion de venir découvrir Georges Michel (1763-1843), autour de la première exposition exclusivement consacrée à l’artiste. Admiré de Vincent van Gogh, Georges Michel est considéré comme le précurseur de la peinture en plein air. Influencé par les peintres du Siècle d’or hollandais et surnommé le « Ruisdael de Montmartre », il demeure encore aujourd’hui peu connu du grand public » .

Les Portraits en miniature, du 27 janvier au 29 avril 2018 présente pour la première fois la collection de portraits en miniature de la Fondation Custodia, soit près de 65 portraits qui permettent d’illustrer la richesse et la diversité de ce fonds : Initiée par Frits Lugt (1884-1970), la collection a été enrichie par les directeurs successifs de la Fondation Custodia. Ainsi, elle compte aujourd’hui plus de 100 portraits créés entre le XVIe siècle et les premières décennies du XIXe siècle, avant que la production ne soit peu à peu supplantée par la photographie. Reflet de l’histoire de son développement, les écoles anglaise, française, hollandaise et flamande prédominent dans la collection et a fortiori dans la sélection. A travers un parcours chronologique, l’exposition tend à faire découvrir au public la spécificité de ces précieux portraits en miniature, peints à la gouache ou à l’huile, sur ivoire, vélin ou sur cuivre. Les œuvres en émail participent également de cette typologie et sont illustrées par l’Autoportrait de Jean Petitot, qui parvint à perfectionner la technique de l’émail grâce à laquelle ses œuvres attinrent un grand raffinement.

Samuel Cooper (Londres 1607/08-1672 Londres)
Portrait de Margaret Lemon
Aquarelle sur vélin, 120 × 98 mm
inv. 395.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR
  • L’Œil de Pascale-Sophie Kaparis : Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, accueille régulièrement des artistes contemporains à l’occasion d’expositions au 121 rue de Lille à Paris. Il offre aujourd’hui un espace à Pascale-Sophie Kaparis. Artiste française née au Maroc, Pascale-Sophie Kaparis a eu carte blanche pour concevoir une œuvre en lien avec les portraits en miniature de la Fondation Custodia.Voir le site de Pascale-Sophie Kaparis.
Louis Jean Desprez, Promotion médicale, vers 1790.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR

La Fondation Custodia présente également ses acquisitions récentes:  Art sur papier, du 27 janvier au 29 avril 2018 : “Une collection est un édifice, chacune de ses pièces venant consolider l’ensemble. Telle était la philosophie de Frits Lugt (1884-1970), historien d’art émérite, marchand, collectionneur et fondateur de la Fondation Custodia. Frits Lugt aimait particulièrement les œuvres sur papier – dessins, estampes, autographes d’artistes – qui constituèrent bientôt le cœur de sa collection, ainsi que sa spécificité. L’attachement de la Fondation Custodia aux arts graphiques relève donc de son identité, comme le prouve l’étendue de son fonds, ainsi que les nombreuses expositions dédiées à l’art sur papier qu’elle organise. L’objectif ici est de faire découvrir une partie des collections de dessins, estampes et lettres de la Fondation Custodia à Paris, qui ne sont habituellement accessibles que sur rendez-vous. Les œuvres sur papier étant particulièrement fragiles, elles ne quittent souvent leurs boîtes de conservation que le temps d’une consultation. Cette exposition est aussi un moyen de valoriser une politique d’acquisition exigeante autant que soutenue, qui fait de la Fondation Custodia l’une des institutions muséales privées les plus dynamiques en France.”

Au musée du Louvre : vient de se terminer l’exposition Dessiner en plein air Variations du dessin sur nature dans la première moitié du 19e siècle.

  • La commissaire Marie-Pierre Salé en fait une présentation d’une heure, illustrée par les dessins de l’exposition,  lors de sa conférence du 8/11/2017, en ligne : ” La pratique du dessin en plein air, sur le motif, est bien attesté en France (comme en Europe) au 17e siècle et devient courant au 18e siècle. Au 19e siècle, jugée indispensable à la formation des jeunes artistes, elle ne cesse d’évoluer et prend une place capitale dans l’histoire du dessin. Les expressions « sur nature », « d’après nature », « sur le motif » ont cependant une signification très fluctuante, incertaine, désignant aussi bien le dessin d’observation ou d’étude scientifique que le croquis d’étude, l’exercice d’élève, le relevé d’architecte, le dessin militaire, le dessin de mémoire, les notes de voyage – ou le rendu à peine esquissé d’une impression fugitive… Le dessin sur nature se définit progressivement comme une œuvre en soi, une œuvre achevée ayant sa propre justification, sa propre finalité. L’espace de l’atelier et le plein air ne sont pas toujours des mondes distincts, et les artistes se situent souvent dans un va-et-vient entre les deux. Si le sujet est bien distinct de celui de la peinture de plein air, la question de la couleur, prise directement sur le motif ou retravaillée en atelier à partir de notes de plein air, s’impose aussi au dessinateur. L’exposition réunit plus d’une centaine de dessins et eaux-fortes, et permettra de voir une trentaine de carnets de croquis, instrument par excellence du dessin de plein air”.

 

En cours, au cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA : du 30 janvier au 13 avril 2018, Dessiner d’après les maîtres : Poussin, Fragonard, Géricault…

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles  ( Téléchargez le communiqué de presse).

Après avoir obtenu l’appellation « Musée de France » en juillet 2017, les Beaux-Arts de Paris projettent de déployer et faire connaître leurs riches collections dans le cadre d’un futur parcours muséal. D’ores et déjà, le cabinet Bonna permet au public de découvrir l’originalité de ses collections de dessins, dont la vocation pédagogique fut et demeure essentielle. Pour illustrer cette dimension, les Beaux-Arts de Paris ont choisi de montrer le regard des artistes face aux maîtres qui les ont inspirés tout au long de leur parcours. 33 dessins aux approches et aux techniques variées (sanguine, pierre noire, lavis…), rendent compte de la force de ce rapport d’admiration et d’inspiration entretenu entre les grands artistes de divers générations, qu’il s’agisse d’études et de copies d’après d’illustres modèles ou d’emprunts mutuels. […] Dès la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture, l’étude des grands maîtres fait partie intégrante de l’enseignement, par le biais des conférences prononcées par les académiciens qui prônent les exemples de Raphaël, Nicolas Poussin et de l’école bolonaise, et notamment les frères Carrache. Les dessins exécutés par Eustache Le Sueur, Sébastien Bourdon ou Paul Baudry illustrent leur attachement à ces maîtres qui deviendront des références bien ancrées dans la tradition française. Ainsi, l’École d’Athènes et les Stanze de Raphaël ou les Sacrements de Poussin servirent abondamment de sources d’inspiration aux artistes de toutes générations, peintres ou sculpteurs. Il faut attendre le XIXe siècle pour que la terribilità du Jugement Dernier et la majesté des tombeaux des Médicis de Michel-Ange, séduisent les artistes français, qui en donneront des interprétations d’une puissance étonnante, à l’image des études de Théodore Géricault ou de celles de Jean-Baptiste Carpeaux. L’école hollandaise n’est cependant pas oubliée, comme le montrent les interprétations d’après Rembrandt van Rijn, faites à l’occasion de la découverte de ses dessins ou de ses tableaux dans des collections particulières : l’étude d’homme nu de Charles-Nicolas Coypel ou L’enlèvement de Ganymède de Jean-Honoré Fragonard, d’une intensité graphique remarquable, en offrent des exemples saisissants.

Jean-Baptiste Carpeaux sut reconnaître chez certains de ses contemporains, tels que Théodore Géricault ou Eugène Delacroix, la fougue créatrice qu’il traduira dans son propre langage. La collection des Beaux-Arts de Paris doit sa richesse à la générosité de ses donateurs – aussi bien artistes qu’amateurs parmi lesquels il faut citer Horace His de la Salle, Édouard Gatteaux, Jean Masson et Mathias Polakovits – qui ont eu le souci d’offrir à cette école leurs dessins à des fins pédagogiques, pour que les jeunes élèves puissent se nourrir des grands maîtres. Que cette exposition leur soit dédiée.

A paraître le catalogue : Carnet d’études n°42. Dessiner d’après les maîtres, Poussin, Fragonard, Géricault…Textes d’Olivier Bonfait, professeur à l’université de Dijon et d’Emmanuelle Brugerolles, conservateur général du patrimoine.

Le sort du Musée Arménien de France toujours en suspens

arménieSarkis Pitzak, Roi Léon V, 1331, Musée Arménien de France – © Photo Eupator – 2005

Le musée arménien de France a fermé ses portes en 1994 pour des problèmes de mise aux normes de sécurité liés à l’accueil du public. Pour L’année de l’Arménie en 2007, il avait réouvert ses portes exceptionnellement pour deux mois :  “Deux salles d’un hôtel particulier du 16e arrondissement parisien abritaient ainsi une dizaine de vitrines et 500 pièces datant du premier millénaire avant J.-C. jusqu’aux arts plastiques du XXe siècle.”  Il a dû quitter en 2011 l’hôtel d’Ennery. Sa situation avait déjà été évoquée ici (http://musearti.hypotheses.org/?p=1450) car le musée disparu était devenu virtuel : http://www.le-maf.com/

femme arménienne

Issu de la Fondation Nourhan Fringhian (du nom de son initiateur), le Musée Arménien de France a ouvert ses portes à Paris en 1949, il a été inauguré  en 1953 et abrite des œuvres réunies par les descendants des victimes du génocide de 1915. Elles ont été léguées à l’Etat français en 1978 et reconnues d’utilité publique.

Le Musée (national) Guimet occupe actuellement des salles de l’Hôtel d’Ennery (http://www.guimet.fr/fr/musee-dennery/histoire-du-musee-dennery) initialement réservées au Musée Arménien. 04-Ennery-salle5-450x261 Le responsable du musée arménien cherche aujourd’hui à mobiliser des soutiens pour obtenir la réouverture. Il a lancé une pétition : http://www.change.org/p/françois-hollande-sauvez-le-musée-arménien-de-france-2?recruiter=151781425&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition adressée au Président de la République française et à la ministre de la Culture et de la Communication.zbbnnjcCqlcbpsd-556x313-noPad

La question est devenue judiciaire. D’après le Journal des arts (Nathalie Eggs), « Une première décision en référé était attendue pour le 14 mai 2014. Le juge des référés n’a pas statué sur le fond et l’affaire a été renvoyée une première fois devant le tribunal de grande instance de Paris, le 4 juin. Puis l’avocat du Musée Guimet a réclamé l’incompétence du tribunal de grande instance et a demandé que l’affaire soit portée devant le tribunal administratif. Le procureur de la République est intervenu en ce sens et le TGI a décidé de se déclarer incompétent. Le Musée Guimet ayant par ailleurs refusé une médiation, l’affaire est désormais renvoyée au tribunal administratif en référé ».

 

D’autres fermetures de lieux d’exposition ont été évoquées récemment comme celle de l’Institut néerlandais qui est effective depuis janvier 2014. La Fondation Custodia qui l’abritait a su utiliser ces espaces : Elle ” s’est interrogée sur le devenir de ce bâtiment et a conclu qu’il fallait conserver sa vocation culturelle.  Ainsi, la bibliothèque de la Fondation va pouvoir s’étendre au 4ème étage de cet hôtel, ce qui lui permettra de bénéficier d’une grande salle pour accueillir tous les lecteurs intéressés (…)  L’Institut Néerlandais a offert son fonds littéraire et littérature de jeunesse à la bibliothèque de l’Université Lille 3. En revanche, tout ce qui concerne l’histoire de l’art, mais aussi la littérature et les études sur la littérature néerlandaise jusqu’en 1800 reste à la Fondation, comme les fonds d’histoire, d’architecture, de topographie et de design néerlandais. (…)  Les salles d’exposition du premier étage et celles du sous-sol (qui servaient surtout à l’Institut Néerlandais pour l’art contemporain) seront désormais affectées entièrement aux expositions de la Fondation Custodia” : http://www.latribunedelart.com/la-fondation-custodia-s-etend-apres-la-fermeture-de-l-institut-neerlandais