Archives par mot-clé : Fluxus

LA PARTIE DE CAMPAGNE AU MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER

c39d6ec4bf45248aacf3b0683040802778ba7f1bPour fêter les 50 ans de la Fondation Maeght,http://www.fondation-maeght.com/  le musée Léger de Biot accueille un tableau de l’artiste appartenant à la fondation :http://www.musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/fleger/
LA PARTIE DE CAMPAGNE , ” chef-d’œuvre de Fernand Léger qu’il a réalisé en 1954. Pour cette présentation hors-les-murs, le tableau dialoguera avec les œuvres de la collection du musée, donnant à comprendre les étapes de travail de Léger qui “monte” sa composition afin de traduire son rêve d’un art pour tous au service d’une humanité fraternelle”.

Rappelons que c’est le musée des Arts décoratifs et François Mathey qui organisent la première rétrospective parisienne de l’œuvre de Léger, du 30 juin au 16 octobre 1956, après le décès de l’artiste, survenu le 17 août 1955, à Gif-sur-Yvette.

Le communiqué de presse du musée annonce la présentation de 100 œuvres couvrant la période de 1905 à 1955, figurent notamment Contrastes de formes  de 1913 ;  Adieu à New York, de 1946,  Hommage à David de 1948. Cette manifestation est organisée avec le concours des musées de Philadelphie, Bâle, le musée privé Kröller Muller, http://kmm.nl en Hollande, le Musée national d’art moderne de Paris, de grandes galeries privées et des collectionneurs, français et étrangers. L’exposition de 1956 va prendre en compte toutes les phases qui composent l’œuvre de cet artiste : outre la période cubiste, les années de guerre (1914-1918), la période mécanique et le retour à la figure (1918-1923), la préoccupation monumentale, la période puriste (1924-1927), les objets dans l’espace et leurs prolongements, à partir de 1928, puis la période américaine (1940-1945), ainsi que la dernière période française (1945-1955).

Cette exposition va voyager en Europe pendant plus d’un an, à Bruxelles, au Palais des Beaux-arts, dans un format plus réduit, d’octobre à novembre 1956 , puis à Amsterdam, au  Stedelijk Museum, du 11 décembre 1956 au 28 janvier 1957, puis à Munich, au Haus der Kunst de mars à mai 1957, au  Kunsthalle de Bâle, de mai à juin 1957, au Kunsthaus de Zurich, de juillet à août 1957, à Dortmund du 29 septembre au 27 octobre 1957, au Museum am Ostwall http://www.dortmund.de/en/index.html. François Mathey va consacrer beaucoup d’énergie à cette exposition itinérante : il l’organise à Munich puis l’accompagne à Bâle en mai 1957.

 

Autre invité cet été à Biot, John Armleder :

Actif depuis la fin des années 60, notamment au sein du groupe genevois Écart, l’artiste suisse John Armleder voit la reconnaissance de son œuvre à partir des années 80. Les « ameublements » ou « Furniture Sculpture », ainsi que l’artiste nomme ses agencements d’objets mobiliers « retouchés », le révèlent sur la scène internationale. Marquée par les propositions multimédias du mouvement Fluxus, l’œuvre d’Armleder questionne les notions d’authenticité et d’originalité et plus globalement l’art dans son rapport au réel. Les objets combinés à ses peintures, les formes élémentaires (rayures, pois) ou libres (coulures) comme l’ensemble des procédés mettant en scène son travail (échafaudages, plantes vertes, téléviseurs) interrogent la réception de ses œuvres, entre art et décoratif, objet et sujet et plus globalement entre art et vie. L’exposition que John Armleder a imaginée pour le musée national Fernand Léger poursuit cette interrogation qui, depuis l’émergence des avant-gardes artistiques au XXe siècle, constitue la réalité même de l’art.

 

Reprise de “Relâche” de Satie et Picabia à Nancy

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

A voir la reprise de Relâche, mythique ballet de Satie et Picabia, par le Ballet national de Lorraine (Nancy) : http://www.ballet-de-lorraine.eu/saison-2013-14/rel%C3%A2che.html

relache

Ce ballet a été créé en 1924 pour les ballets suédois par Picabia : il abandonne pour lui la relecture du manuscrit de Caravansérail ( http://musearti.hypotheses.org/?p=1853 ) que l’éditeur Gallimard refusera poliment de publier. Picabia est alors en pleine rupture avec les Surréalistes et surtout avec André Breton, son cadet.

Le ballet débute par Entracte, un film de René Clair:

Satie___Picabia__Clair___Biorlin__prologue_de_Relache_entracte (1) http://m.youtube.com/watch?v=mpr8mXcX80Q

Le rideau se lève: les spectateurs sont aveuglés par 370 phares dirigés vers la salle:

tumblr_md10vyV0871qmktfqPicabia__maquet_de_Relache__Les_Hommes_se_devetissent_

Lire le scénario de “Relâche”,  sur le blog de Carole Boulbès, spécialiste de Picabia : http://caroleboulbes.blogspot.fr/2014/01/scenario-de-relache-francis-picabia-1924.html?m=0

À la fin de ce ballet, Erik Satie et Francis Picabia entrent sur scène pour saluer le public au volant d’une voiture de Rolf de Maré. Tout est provocation dans ce ballet, il s’agit de faire crier, de se faire huer le public, car dit le Dadaïste Picabia : « J’aime mieux les entendre crier qu’applaudir ». “Relâche vous conseille d’être des viveurs, car la vie sera toujours plus longue à l’école du plaisir qu’à l’école de la morale, à l’école de l’art, à l’école religieuse, à l’école des conventions mondaines.”

John Cage et Merce Cunningham revendiquent leur filiation (et celle de Fluxus) avec Dada et avec Picabia : voir à ce propos l’intéressant article de Carole Boulbès dans le n°409 de mars 2014 d’artpress :”Relâche, le remake, à Nancy” : http://www.artpress.com/article/21/02/2014/sommaire-du-ndeg409—mars-2014/29346

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

Pour un hommage à Satie: satie_picabia http://lesmaitresfous.blogspot.fr/2011_08_01_archive.html?m=1

Picabia encore en conclusion : “Changer d’idées comme de chemises pour les garder propres”.

 

Tout a commencé un 17 janvier..

« Tout a commencé un 17 janvier, il y a un million d’années. Un homme s’empara d’une éponge et la plongea dans un seau d’eau. Le nom de cet homme n’est pas important. Il est mort, mais l’art est vivant. »
ROBERT FILLIOU (1926-1987), artiste du mouvement FLUXUS improvisa en 1963 « L’Histoire chuchotée de l’art » instaurant ainsi le 17 janvier comme date de festivité célébrant l’Art et son lien indissociable avec la Vie.
A l’occasion de cette journée, le Palais de Tokyo abritera en son sein une série de performances qui redonneront vie à ce texte :

http://palaisdetokyo.com/sites/default/files/styles/pdt_image_colorbox/public/Events/anniversaire.jpg?itok=tmVrZV-F

Ben à Blois : la Fondation du doute

“Vingt ans après l’inauguration du mur des mots, oeuvre monumentale de 300 plaques émaillées installée dans l’enceinte de l’école d’art à Blois, Ben réinvestit les lieux et propose sur deux niveaux de découvrir un ensemble considérable d’oeuvres surprenantes de ses amis artistes du mouvement Fluxus […] Pilotée par Ben, la Fondation du doute (http://www.fondationdudoute.fr/) est à la fois lieu d’expositions, de performances, de rencontres, de création contemporaine. Ce nouvel espace est libre d’interrogations ou chacun pourra argumenter, jouer de la musique, échanger des idées et des livres, créer et débattre” :

http://centre.france3.fr/2013/04/08/fondation-du-doute-blois-c-est-parti-230559.html

La Fondation du doute a reçu le prix de l’Etonnement touristique de l’année, décerné mardi 24 septembre à Paris, par l’Association des journalistes de tourisme. Avec cette nouvelle palme, pas banale, Ben continue d’abolir toute frontière entre l’art et la vie.