Archives du mot-clé exposition

L’histoire des trésors du ghetto de Venise

tresors-du-ghetto-de-Venise-MG_0265

Giovanni Fantini della Torah (orfèvre)
Couronne de Torah, keter Torah Venise1829, Argent et vermeil© Museo ebraico di Venezia.
à voir à partir du 13 mai :

« En septembre 1943, deux responsables des services religieux des synagogues espagnole et levantine du ghetto de Venise cachèrent une quarantaine d’objets précieux avant l’entrée des nazis dans la ville. Déportés, ces deux hommes ne revinrent jamais des camps d’extermination.
Institué le 29 mars 1516, le ghetto de Venise, dont on célèbrera bientôt le cinquième centenaire, fut le premier d’Europe. Conçu comme un espace de ségrégation fermé la nuit, il devint pourtant le berceau d’une communauté de juifs originaires d’Italie, mais aussi des pays germaniques, du Levant et d’Espagne. Son cosmopolitisme et la prospérité de ses habitants en ont fait un creuset culturel original » :

http://www.mahj.org/fr/3_expositions/expo_prochainement.php?niv=3&ssniv=0

1974-2014 : Ils collectionnent, un premier bilan

affiche

P1020668

 

 

 

Moment anniversaire au festival d’histoire de l’art 2014 : 40 ans plus tôt en 1974 François Mathey organisait une exposition emblématique intitulée «  ils collectionnent« . Mon intervention sur ce thème sera mise en ligne très prochainement.

Le festival de FontaP1020674inebleau en 2015 aura pour pays invité les Pays Bas et pour thème l'(Im)matériel !

Le reportage audio – Fontainebleau, Festival de l’histoire de l’art  de la Tribune de l’Art :

Interviews d’Antoinette Lenormand-Romain, de Pierre Rosenberg et de François-René Martin à l’occasion de la première journée du Festival de l’histoire de l’art.

f9ae2e89ad35988e0687e973980f153aLa question d’une publication papier ou d’un enregistrement des conférences est à l’étude.

Une intéressante émission de radio sur « Le cerveau du collectionneur » à réécouter sur France Inter dans « la tête au carré », l’émission du mercredi 28 mai 2014 :

« Cartes postales, timbres, pots de yaourts, sable du bout du monde…Les collections sont aussi insolites que multiples ! Le collectionneur intrigue et fascine à la fois les psychiatres et les neurobiologistes », http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-le-cerveau-du-collectionneur

avec Jean- Pierre Changeux  : http://www.youtube.com/watch?v=LycLyc_zVJU

Femmes résistantes

tetiere_phd (2)Femmes résistantes”, est un colloque organisé dans le cadre de la Journée nationale de la Résistance le 27 mai, au Sénat : http://www.senat.fr/evenement/colloque/femmes_resistantes.html

A signaler  l’intervention de Mme Claire ANDRIEU, professeure des universités à Sciences po : « la Résistance a-t-elle un genre ? »

Mme Catherine LACOUR-ASTOL, Docteure en histoire : « La Résistance féminine dans le Nord : exemplarité, singularité ».

Exposition :  « Charlotte Delbo, une mémoire à mille voix » Foyer Clemenceau

Charlotte Delbo © Eric SCHWAB

A l’occasion du colloque, une partie de l’exposition itinérante « Charlotte Delbo, une mémoire à mille voix » sera présentée dans le foyer Clemenceau, voisin de la salle où se déroulera le colloque.

Cette exposition a été conçue et réalisée à l’initiative de l’institut d’Histoire de la Résistance (ISREC) de Bergame sous la direction d’Elisabetta RUFFINI, http://www.isrecbg.it/web/?cat=127  en étroite collaboration avec le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) de Lyon http://www.chrd.lyon.fr/chrd/, en partenariat avec le Département des Arts et du Spectacle de la BnF et avec l’association Les Amis de Charlotte Delbo www.charlottedelbo.org. Sur les deux cent trente femmes de ce convoi, dit des « 31 000 », Charlotte DELBO ancienne secrétaire de Louis Jouvet, fait partie des quarante-neuf survivantes qui sont revenues. Avec elle : Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER, Germaine PICAN, qui siégea au Palais du Luxembourg de 1946 à 1948, et Marie-Elisa NORDMANN…

delbo_0Quelques mois après son retour des camps, Charlotte DELBO écrira, d’un trait Aucun de nous ne reviendra, le premier texte de la trilogie Auschwitz et après, édité aux Editions de Minuit :  Son œuvre littéraire, bouleversante, est profondément marquée par sa volonté de témoigner et de garder intacte sa vigilance sur les événements de son temps. De son retour des camps en 1945 jusqu’à sa mort, Charlotte DELBO ne cessera d’écrire. En 2005, à l’occasion du soixantième anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, le nouveau pavillon français du Musée Mémorial a été inauguré dans le bloc 20 du camp.« Déportés de France à Auschwitz,  27 mars 1942 – 27 janvier 1945 » : c’est sous ce titre qu’une exposition retrace l’itinéraire particulier de cinq déportés. Charlotte DELBO a été choisie pour y représenter la Résistance.

Lire Charlotte Delbo. Una memoria, una conversazione con Elisabetta Ruffini par Ludovica Holz : http://www.doppiozero.com/materiali/interviste/charlotte-delbo-una-memoria

Barcelone : VOYAGE VERS L’ARCHITECTURE DU XXe SIECLE

“Un atlas de paysages modernes” l’exposition de Le Corbusier, au CaixaForum de Barcelone. Des photographies, des esquisses et des maquettes de certains de ses projets à grande échelle aident à comprendre sa manière particulière d’imaginer son environnement : Les diverses (et nombreuses) facettes de Le Corbusier peuvent être appréciées dans cette exposition que le Caixaforum organise en l’honneur de cette grande personnalité de l’architecture du XXe siècle. À travers ses dessins, peintures, projets architecturaux et maquettes, nous pourrons découvrir ses grandes œuvres, mais également ses études pour l’amélioration des logements des basses classes sociales ou ses exemples d’architecture efficace d’un point de vue énergétique pour des villes très peuplées. Les pièces proviennent dans leur majorité de la Fondation Le Corbusier de Paris et du MoMA de New York et recouvrent toute sa trajectoire professionnelle dans divers lieux du monde tels que la Suisse, Istanbul, Barcelone, New York, Moscou ou l’Inde.

900x720_2049_2304Le Corbusier lors de la réunion du CIRPAC, Barcelone, 1932http://www.fondationlecorbusier.fr

Architectures en uniforme ; projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale : future exposition de J.L Cohen

Le 9 avril 2014 au séminaire  ARTS & SOCIÉTÉS une conférence de Jean-Louis Cohen
17h-19h à Sciences Po École doctorale, salle de réunion
199 boulevard Saint -Germain 75007 Paris

L’architecture a été mise à l’épreuve par la Seconde Guerre mondiale. Non seulement les architectes ont-ils été mobilisés en tant qu’experts pour concevoir les fortifications, les casernes et les camps de concentration, mais encore ont-ils été engagés dans la production illusoire du camouflage. Globale, la guerre a stimulé du Pacifique à l’Oural les recherches sur la préfabrication, tandis que la pénurie stimulait celles sur les matériaux et les économies d’énergie, créant un vaste laboratoire voué au développement durable avant la lettre. Du criminel de guerre que fut Albert Speer à Szymon Syrkus, prisonnier d’Auschwitz et engagé dans la conception du camp, les postures multiples des architectes doivent être interrogées, tant il est vrai que ce sont dans leurs expériences que se forgea le triomphe de la modernité après 1945. Laurence Bertrand Dorléac

Jean-Louis Cohen est architecte et historien. Ses recherches ont porté notamment sur l’architecture et l’urbanisme du XXe siècle en France, en Allemagne, en Italie, en Russie et aux États-Unis, les formes de l’internationalisation et les cultures nationales. Entre 1998 et 2003, il a élaboré et conduit le projet de Cité de l’architecture et du patrimoine dans le Palais de Chaillot de Paris. Depuis 1994, il occupe la chaire Sheldon H. Solow en histoire de l’architecture à New York University. Il a conçu de nombreuses expositions au Centre Pompidou, au Pavillon de l’Arsenal, au Centre canadien d’architecture, à l’Institut français d’architecture et au Museum of Modern Art, et publié plus de trente ouvrages. Son exposition Architectures en uniforme ; projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale ouvrira en avril 2014 à la Cité de l’architecture et du patrimoine.