Archives par mot-clé : Dürer

Dessins d’exception du musée Pouchkine

Le musée Pouchkine, à la Fondation Custodia, présente en 200 dessins, un condensé éblouissant de l’histoire de l’art et du dessin européens, du XVe au XXe siècle. L’ensemble des espaces d’expositions disponibles de la Fondation ont été mobilisés pour offrir une scénographie aérée, simple et bien éclairée.

Comme le précise Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia : « Les dessins du Musée Pouchkine sont mondialement connus mais n’ont, pour certains, jamais été montrés en Europe, et je suis heureux d’accueillir ces trésors ».

Albrecht Dürer (Nuremberg 1471 – 1528 Nuremberg), Putti danseurs et musiciens, avec un trophée antique, 1495
Plume et encre noire, 271 × 314 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Giuseppe Cesari, dit le Cavalier d’Arpin, les Collecteurs d’impôts (1591-1596).
Rembrandt Harmensz van Rijn (Leyde 1606 – 1669 Amsterdam), Étude d’une femme tenant un enfant dans les bras, vers 1650
Plume et encre brune, rehauts de blanc, 110 × 67 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Jean-Honoré Fragonard (Grasse 1732 – 1806 Paris), L’Attaque, fin des années 1770 Encre brune à la pointe du pinceau et lavis brun sur un tracé à la pierre noire, 343 × 460 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Nicolas Poussin (Les Andelys 1594 – 1655 Rome), Zénobie trouvée sur les bords de l’Araxe, vers 1640 Plume et encre brune, lavis brun, traces de pierre noire, 146 × 205 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Jacques-Louis David (Paris 1748 – 1825 Bruxelles), Étude pour la figure d’Hersilie, 1796.
Pierre noire, estompe, craie blanche sur papier beige, 488 × 395 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Caspar David Friedrich, Deux hommes au bord de la mer (1830-1835). Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Le panorama est exceptionnel : Dürer, Véronèse, Rubens, Fragonard, Tiepolo, Caspar David Friedrich, Renoir, Degas, Toulouse-Lautrec et Van Gogh,Signac, mais aussi Franz Marc, Grotz, Kandisky, puis Picasso des années 1900, Matisse, des esquisses de la Danse et des dessins des années 1940, Léger des années 1950…
Picasso, Etude pour la Composition à la tête de mort (1908). (c) Succession Picasso. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Vassili Kandinsky, Composition E (vers 1915). Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Portrait de Lydia Delektorskaya (1945). (c) Succession Matisse. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Musée Pouchkine. 500 ans de dessins de maîtres. Commissariat : Marina Lochak, directrice du Musée Pouchkine.

Figurent des oeuvres d’artistes russes moins connus, du XIXe siècle, comme Karl Brioullov :

Karl Brioullov (Saint-Pétersbourg 1799 – 1852 Manziana), Vallée d’Ithôme avant l’orage ; Chemin de Sinano après l’orage, 1835
Aquarelle sur un tracé au graphite. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

L’exposition permet également de découvrir les dessins de nombreux artistes de l’avant garde russe créés à partir des années 1900 et qui ont été conservés à Moscou : Chagall, Larionov, Gontcharova, Malevitch (alors figuratif), Tatline ..

mais aussi le peintre et illustrateur Alexandre Deineïka “qui a joué un rôle majeur dans le développement de l’art soviétique dans les années 1920”.

Vladimir Tatline (Moscou 1885 – 1953 Moscou), Un Szlachcic de Pologne, 1913 Aquarelle, lavis d’encre noire, graphite sur carton. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Kasimir Malevitch (Kiev 1878 – 1935 Léningrad), Enfants dans un pré, 1908.
Graphite et  gouache. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Conformément a la politique habituelle de médiation de la Fondation Custodia, une brochure gratuite destinée aux visiteurs, rassemble les notices détaillées de chaque dessin présenté.

Francesco Mazzola, dit Parmigianino (Parme 1503 – 1540 Casal Maggiore), Études de têtes, 1525-1527 Sanguine, 198 × 135 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Du 2 février au 12 mai 2019, tlj de 12 h à 18 h sf lundi. Fondation Custodia – 121, rue de Lille – 75007, Paris.

Site Fondation custodia : http://www.fondationcustodia.fr

Le catalogue : Vincent van Gogh (Groot Zundert 1853 – 1890 Auvers-sur-Oise), Portrait d’une jeune femme (La Mousmé), 1888 Plume métallique, plume de roseau et encre noire, sur un tracé au graphite. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Le  communiqué et le Dossier de presse

Visites guidées de l’exposition sur réservation les 1er, 16 et 30 mars, le 16 avril et le 8 mai à 12h30.

Matisse, La Danse, Composition 1, 1909, esquisse, plume et encre noire, aquarelle. (c)Succession Matisse. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition “Jardins” actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

“Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988).”

La scénographie “aérée” de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition ” Formes simples” au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.

L’exposition Pliure : le livre et « la somme infinie de ses possibles »

119_sil_copie2Francesca Woodman, Some disordered Interior Geometries, Courtoisie de George et Betty Woodman

L’exposition Pliure est un essai sur le livre et « la somme infinie de ses possibles » (Blanchot). Elle donne à voir ce que peut un livre, en relation permanente avec le geste artistique, et de quelle façon l’art se transforme à l’épreuve du livre et le livre se transforme à l’épreuve de l’art. Le livre devient ici un laboratoire d’expériences esthétiques tout en conduisant lui-même à ces expériences. Exposition ni rétrospective, ni anthologique, ni historique, Pliure ne prétend pas embrasser tout un thème ou prouver une théorie certaine mais essaie de montrer comment l’espace du livre a pu provoquer l’art et continue à le faire. 
Oeuvres de Helena Almeida, Christian Boltanski, Lewis Carroll, Lourdes Castro, Geoffrey Chaucer, Rui Chafes, Claude Closky, d’Alembert, Raffaella della Olga, Diderot, Dürer, Marcel Duchamp, Olafur Eliasson, Robert Filliou, Jean-Luc Godard, John Latham, Sol LeWitt, Richard Long, René de Lorraine, William Morris, Bruce Nauman, Alain Resnais, Ed Ruscha, Dayanita Singh, Michael Snow, François Truffaut, Maria Helena Vieira da Silva, Wolf Vostell Lawrence Weiner et Francesca Woodman.

Exposition à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France
du 30 janvier au 12 avril 2015 : http://www.gulbenkian-paris.org/expos_a_venir
Pliure est organisée en collaboration avec l’ENSBA qui recevra la deuxième partie de l’exposition, Pliure [Epilogue. La bibliothèque, l’univers] du 10 avril au 7 juin 2015.http://www.beauxartsparis.com/l-ecole/a-la-une