Archives du mot-clé dessins

Les expositions de dessins à Paris

Peut-être moins visibles que le musée d’Orsay, qui met en valeur actuellement dans une exposition les dessins  de Degas trois autres institutions, La Fondation Custodia, le  département des Arts graphiques du musée du Louvre,  et le cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA, accueillent plusieurs expositions de dessins qui permettent de souligner la richesse de ces fonds :

Trois expositions temporaires sont organisées simultanément par la Fondation Custodia qui accueille également une artiste contemporaine  :

L’Orage, huile sur toile, 48 × 63 cm
Strasbourg, musée des Beaux-Arts
inv. 937 / Photo : M. Bertola. DR

Le paysage sublime, Georges Michel, du 27 janvier au 29 avril 2018 : « L’occasion de venir découvrir Georges Michel (1763-1843), autour de la première exposition exclusivement consacrée à l’artiste. Admiré de Vincent van Gogh, Georges Michel est considéré comme le précurseur de la peinture en plein air. Influencé par les peintres du Siècle d’or hollandais et surnommé le « Ruisdael de Montmartre », il demeure encore aujourd’hui peu connu du grand public » .

Les Portraits en miniature, du 27 janvier au 29 avril 2018 présente pour la première fois la collection de portraits en miniature de la Fondation Custodia, soit près de 65 portraits qui permettent d’illustrer la richesse et la diversité de ce fonds : Initiée par Frits Lugt (1884-1970), la collection a été enrichie par les directeurs successifs de la Fondation Custodia. Ainsi, elle compte aujourd’hui plus de 100 portraits créés entre le XVIe siècle et les premières décennies du XIXe siècle, avant que la production ne soit peu à peu supplantée par la photographie. Reflet de l’histoire de son développement, les écoles anglaise, française, hollandaise et flamande prédominent dans la collection et a fortiori dans la sélection. A travers un parcours chronologique, l’exposition tend à faire découvrir au public la spécificité de ces précieux portraits en miniature, peints à la gouache ou à l’huile, sur ivoire, vélin ou sur cuivre. Les œuvres en émail participent également de cette typologie et sont illustrées par l’Autoportrait de Jean Petitot, qui parvint à perfectionner la technique de l’émail grâce à laquelle ses œuvres attinrent un grand raffinement.

Samuel Cooper (Londres 1607/08-1672 Londres)
Portrait de Margaret Lemon
Aquarelle sur vélin, 120 × 98 mm
inv. 395.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR
  • L’Œil de Pascale-Sophie Kaparis : Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, accueille régulièrement des artistes contemporains à l’occasion d’expositions au 121 rue de Lille à Paris. Il offre aujourd’hui un espace à Pascale-Sophie Kaparis. Artiste française née au Maroc, Pascale-Sophie Kaparis a eu carte blanche pour concevoir une œuvre en lien avec les portraits en miniature de la Fondation Custodia.Voir le site de Pascale-Sophie Kaparis.
Louis Jean Desprez, Promotion médicale, vers 1790.©Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris. DR

La Fondation Custodia présente également ses acquisitions récentes:  Art sur papier, du 27 janvier au 29 avril 2018 : « Une collection est un édifice, chacune de ses pièces venant consolider l’ensemble. Telle était la philosophie de Frits Lugt (1884-1970), historien d’art émérite, marchand, collectionneur et fondateur de la Fondation Custodia. Frits Lugt aimait particulièrement les œuvres sur papier – dessins, estampes, autographes d’artistes – qui constituèrent bientôt le cœur de sa collection, ainsi que sa spécificité. L’attachement de la Fondation Custodia aux arts graphiques relève donc de son identité, comme le prouve l’étendue de son fonds, ainsi que les nombreuses expositions dédiées à l’art sur papier qu’elle organise. L’objectif ici est de faire découvrir une partie des collections de dessins, estampes et lettres de la Fondation Custodia à Paris, qui ne sont habituellement accessibles que sur rendez-vous. Les œuvres sur papier étant particulièrement fragiles, elles ne quittent souvent leurs boîtes de conservation que le temps d’une consultation. Cette exposition est aussi un moyen de valoriser une politique d’acquisition exigeante autant que soutenue, qui fait de la Fondation Custodia l’une des institutions muséales privées les plus dynamiques en France. »

Au musée du Louvre : vient de se terminer l’exposition Dessiner en plein air Variations du dessin sur nature dans la première moitié du 19e siècle.

  • La commissaire Marie-Pierre Salé en fait une présentation d’une heure, illustrée par les dessins de l’exposition,  lors de sa conférence du 8/11/2017, en ligne :  » La pratique du dessin en plein air, sur le motif, est bien attesté en France (comme en Europe) au 17e siècle et devient courant au 18e siècle. Au 19e siècle, jugée indispensable à la formation des jeunes artistes, elle ne cesse d’évoluer et prend une place capitale dans l’histoire du dessin. Les expressions « sur nature », « d’après nature », « sur le motif » ont cependant une signification très fluctuante, incertaine, désignant aussi bien le dessin d’observation ou d’étude scientifique que le croquis d’étude, l’exercice d’élève, le relevé d’architecte, le dessin militaire, le dessin de mémoire, les notes de voyage – ou le rendu à peine esquissé d’une impression fugitive… Le dessin sur nature se définit progressivement comme une œuvre en soi, une œuvre achevée ayant sa propre justification, sa propre finalité. L’espace de l’atelier et le plein air ne sont pas toujours des mondes distincts, et les artistes se situent souvent dans un va-et-vient entre les deux. Si le sujet est bien distinct de celui de la peinture de plein air, la question de la couleur, prise directement sur le motif ou retravaillée en atelier à partir de notes de plein air, s’impose aussi au dessinateur. L’exposition réunit plus d’une centaine de dessins et eaux-fortes, et permettra de voir une trentaine de carnets de croquis, instrument par excellence du dessin de plein air ».

 

En cours, au cabinet Jean Bonna  à l’ENSBA : du 30 janvier au 13 avril 2018, Dessiner d’après les maîtres : Poussin, Fragonard, Géricault…

Commissariat : Emmanuelle Brugerolles  ( Téléchargez le communiqué de presse).

Après avoir obtenu l’appellation « Musée de France » en juillet 2017, les Beaux-Arts de Paris projettent de déployer et faire connaître leurs riches collections dans le cadre d’un futur parcours muséal. D’ores et déjà, le cabinet Bonna permet au public de découvrir l’originalité de ses collections de dessins, dont la vocation pédagogique fut et demeure essentielle. Pour illustrer cette dimension, les Beaux-Arts de Paris ont choisi de montrer le regard des artistes face aux maîtres qui les ont inspirés tout au long de leur parcours. 33 dessins aux approches et aux techniques variées (sanguine, pierre noire, lavis…), rendent compte de la force de ce rapport d’admiration et d’inspiration entretenu entre les grands artistes de divers générations, qu’il s’agisse d’études et de copies d’après d’illustres modèles ou d’emprunts mutuels. […] Dès la création de l’Académie royale de peinture et de sculpture, l’étude des grands maîtres fait partie intégrante de l’enseignement, par le biais des conférences prononcées par les académiciens qui prônent les exemples de Raphaël, Nicolas Poussin et de l’école bolonaise, et notamment les frères Carrache. Les dessins exécutés par Eustache Le Sueur, Sébastien Bourdon ou Paul Baudry illustrent leur attachement à ces maîtres qui deviendront des références bien ancrées dans la tradition française. Ainsi, l’École d’Athènes et les Stanze de Raphaël ou les Sacrements de Poussin servirent abondamment de sources d’inspiration aux artistes de toutes générations, peintres ou sculpteurs. Il faut attendre le XIXe siècle pour que la terribilità du Jugement Dernier et la majesté des tombeaux des Médicis de Michel-Ange, séduisent les artistes français, qui en donneront des interprétations d’une puissance étonnante, à l’image des études de Théodore Géricault ou de celles de Jean-Baptiste Carpeaux. L’école hollandaise n’est cependant pas oubliée, comme le montrent les interprétations d’après Rembrandt van Rijn, faites à l’occasion de la découverte de ses dessins ou de ses tableaux dans des collections particulières : l’étude d’homme nu de Charles-Nicolas Coypel ou L’enlèvement de Ganymède de Jean-Honoré Fragonard, d’une intensité graphique remarquable, en offrent des exemples saisissants.

Jean-Baptiste Carpeaux sut reconnaître chez certains de ses contemporains, tels que Théodore Géricault ou Eugène Delacroix, la fougue créatrice qu’il traduira dans son propre langage. La collection des Beaux-Arts de Paris doit sa richesse à la générosité de ses donateurs – aussi bien artistes qu’amateurs parmi lesquels il faut citer Horace His de la Salle, Édouard Gatteaux, Jean Masson et Mathias Polakovits – qui ont eu le souci d’offrir à cette école leurs dessins à des fins pédagogiques, pour que les jeunes élèves puissent se nourrir des grands maîtres. Que cette exposition leur soit dédiée.

A paraître le catalogue : Carnet d’études n°42. Dessiner d’après les maîtres, Poussin, Fragonard, Géricault…Textes d’Olivier Bonfait, professeur à l’université de Dijon et d’Emmanuelle Brugerolles, conservateur général du patrimoine.

« Face à Face » avec Henri Michaux

 

Henri Michaux n’aurait probablement pas réalisé de selfie. Face au Centre Pompidou, donnant sur la piazza, le Centre Wallonie-Bruxelles présente une exposition, jusqu’au  21 mai 2017, qui s’intitule « Face à Face » sur Henri Michaux.

L’ artiste « Cobra » Alechinsky ( l’un des prêteurs de cette exposition) découvre les oeuvres de Michaux en 1945 avec celles de Jean Dubuffet et des surréalistes. 

A la question : « quel est le premier peintre dont vous avez acheté une oeuvre  après la guerre ? » , Daniel Cordier répond : « Henri Michaux. Une toute petite gouache qui était présentée chez une libraire qui vendait des livres de la collection La Pléiade, (introuvables à ce moment-là) : elle était située à proximité du café de Flore, boulevard St-Germain. Elle avait eu une très bonne idée : on lui apportait des petits dessins, de petites sculptures et elle les vendait « .

Daniel Cordier, devenu galeriste, exposera Michaux à de nombreuses reprises. Parmi les  très nombreuses expositions temporaires d’Henri Michaux, signalons les premières expositions organisées dans les années 1960, dans des musées : les oeuvres  d’Henri Michaux ont été exposées en 1965 au musée national d’art moderne, à Paris, après avoir été présentées  au Stedelijk Museum, en 1964 à Amsterdam. L’exposition de 2017 inclut  des dessins, des peintures,  des livres  d’artistes, des lettres et des photographies, ainsi que la projection d’un film consacré au poète et dessinateur qui aimait Klee, Zao Wou Ki ou Magritte, artistes dont quelques oeuvres figurent dans l’exposition.

Anne-Elizabeth Alpern, spécialiste de son oeuvre, donnera au Centre une conférence le 7 mars prochain. 

 ☆Sur le site du Centre Wallonie Bruxelles, l’annonce d’une autre conférence en mai et d’un spectacle consacré à Henri Michaux :

Centre Wallonie Bruxelles

henri michaux

Il a choisi de se retirer et refusé qu’on fixe son image, il s’agit de montrer paradoxalement tous les visages qu’il fait surgir sous nos yeux, par le texte et les images. C’est cette confrontation à laquelle fait référence le titre de l’exposition « Face à face ».

☆D’autres documents en ligne dressent son portrait ou récitent ses textes :

☆ Lecture : Dans les appartements de la Reine.

☆ Vues d’une exposition en 2013  au musée des beaux-arts de Winterthour,  le Kunstmuseum Winterthur, en Suisse.

☆  L’exposition Henri Michaux à la galerie Antoine Laurentin en 2015.

Les dessins de Besançon invités à Sceaux : de Vouet à Watteau

14124486_1360175890677153_804889597547403873_o2969945768

 » Chaque année, le musée du Département des Hauts-de-Seine à  Sceaux invite de grands musées à présenter leurs plus belles pièces d’arts graphiques.

Après les richesses du musée d Angers c’est au tour de celles du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, actuellement fermé pour de longs travaux, d’y être présentées du 16 septembre au 31 décembre 2016.

L’exposition est intitulée « De Vouet à Watteau. Un siècle de dessin français. Chefs d’œuvre du  musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon ». A travers un choix d’œuvres graphiques de peintres français majeurs du XVIIe siècle -Vouet, Poussin, Claude Gelée dit Le Lorrain, Le Brun, Watteau…-, elle montre aux visiteurs du musée du Domaine départemental de Sceaux une petite facette de la richesse de l’exceptionnel cabinet de dessins bisontin.

watteau

14124486_1360175890677153_804889597547403873_o-1-1-1

L’exposition est organisée grâce à Hélène Gasnault,  responsable de ces collections et de leur choix, et Dominique Brême, responsable du musée de Sceaux mais aussi de la scénographie de l’exposition. Le catalogue scientifique va paraître très prochainement. Il permettra de souligner de nouvelles découvertes, de publier de nouveaux dessins.

Signalons à destination du grand public, une rencontre autour du dessin ancien : le samedi 8 octobre de 9h45 à 18h, à l’Orangerie :

Téléchargez le programme complet des animations autour de l’exposition

Un musée au parcours clair et fluide : deux expositions temporaires et une installation au musée Guimet

 

20150630_14012020160903_114227

Guimet est un musée au parcours clair, fluide, sans ces barrières brutales, qui se dressent en général entre les espaces consacrés aux expositions temporaires et le domaine réservé aux collections permanentes : ici, les expositions vous conduisent tout naturellement à visiter l’ensemble des collections présentées.

Des œuvres contemporaines sont en outre mêlées aux présentations des collections anciennes, juste signalées par un caraco bleu, de ce bleu caractéristique du logo du musée.

20160903_11350920150630_14010020160903_113815

La répartition des œuvres suit un découpage par zone géographique. Dans ce domaine des arts asiatiques, tous les modes d’expression sont confondus, exposés ensemble : sculptures, tapisseries, textiles, dessins, estampes, céramiques et  maquettes d’architectures.

20160903_11433220160903_114231

Clair, aéré, calme, c’est véritablement une scénographie agréable aux lumières douces, que ce musée propose.

20160903_11321720160903_11295720160903_113100

Guimet lui même est présent, dans la rotonde bibliothèque consacrée aux expositions d’arts graphiques, où quelques statues voisinent avec les livres anciens.

S’achève bientôt l’exposition de photographies d’Araki Figure incontournable de la photographie contemporaine japonaise, Nobuyoshi Araki est connu mondialement : « Un choix très important sera extrait des milliers de photographies que l’artiste a réalisées de 1965 à 2016, depuis l’une de ses séries les plus anciennes intitulée Théâtre de l’amour en 1965 jusqu’à des oeuvres inédites, dont sa dernière création de 2015 réalisée spécifiquement pour le musée sous le titre Tokyo-Tombeau. Après une première découverte de la presque totalité des livres conçus par Araki suivie d’une introduction aux grandes thématiques de son oeuvre – les fleurs, la photographie comme récit autobiographique, sa relation avec son épouse Yoko, l’érotisme, le désir, mais aussi l’évocation de la mort -, l’exposition évoquera son studio, laboratoire d’idées. […] À mi-parcours de l’exposition, le visiteur s’introduit dans l’atelier d’Araki et découvre la démesure de sa production photographique, mise en regard d’oeuvres issues des collections du MNAAG : estampes, photographies et livres anciens, illustrant les liens que l’artiste a entretenus avec la permanence d’une inspiration japonaise ».

miroiressai2_affiche

Les pêcheuses d’abalones, Kitagawa Utamaro (1753-1806), vers 1797-1798, Ancienne collection Louis Gonse, MA 1582 (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier.

 

20160903_11252720160903_112459

Dans la rotonde, l‘installation en bambou de Shouchiku Tanabe ( Carte Blanche jusqu’au 19 septembre), s’accompagne d’une vidéo le montrant au travail.

20160903_11244420160903_11255320160903_112619

A venir, une exposition de miniatures indiennes qui regroupera près de 70 oeuvres choisies parmi les plus belles pages du musée national des arts asiatiques – Guimet.

logo entete-ascetes-sultans-maharadjahs

 

Les expositions virtuelles ont un grand avenir

NIT_Online_Exhibit_Promo_480x381L’Enssib propose un guide l’organisation d’une exposition virtuelle pour les bibliothèques qui sont souvent en possession de documents fragiles qu’il est délicat d’exposer : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/62643-creer-une-exposition-virtuelle.pdf et en introduction, une définition :

« Une exposition virtuelle est une exposition numérique, créée et diffusée sur internet. En France, la plus ancienne date de 1994. Si les musées ont été précurseurs en ce domaine, les bibliothèques (la BnF et la BM de Lyon en 1997) s’approprient rapidement ce champ d’action. Une exposition virtuelle contribue grandement à la valorisation des collections de la bibliothèque ; elle permet d’affirmer sa place et son dynamisme sur internet.

On peut distinguer trois modèles d’expositions virtuelles :

• Comme exacte reproduction en ligne d’une exposition physique ayant eu lieu dans une institution : cela permet au visiteur de préparer sa visite ou au contraire de revenir sur ce qu’il a pu découvrir.

• Comme complément d’une exposition en cours : tout en respectant le thème principal de celle-ci, l’exposition virtuelle apporte d’autres informations, dévoile d’autres documents.

• Une exposition virtuelle peut être conçue uniquement pour une diffusion sur internet.

Les expositions virtuelles ont un grand avenir : elles se multiplient et ouvrent de nouvelles perspectives aux visiteurs qui peuvent ainsi sans effort découvrir ou redécouvrir des pans entiers de l’histoire de l’art, de la mode et du cinéma, sans limites de temps ou de contraintes liées aux lieux, à l’espace. Elles permettent de prolonger une exposition passée ou de remplacer une exposition « physique » qui n’a pas pu avoir lieu, faute de financements. Livres anciens et précieux, dessins, pastels et textiles sont fragiles, l’exposition virtuelle  est donc aussi appelée à se développer tout particulièrement dans ces différents domaines. En voici quelques exemples :