Archives par mot-clé : dessin

L’art brut japonais (2)

La mise en lumière internationale de l’art brut japonais remonte à l’exposition « Art Incognito » présentée en 1997 à la Collection de l’Art Brut à Lausanne. Le même espace a présenté en 2008 une exposition intitulée « Japon », qui se consacrait entièrement à la création japonaise. En 2010, la Halle Saint-Pierre a présenté la première exposition française sur l’art brut japonais — environ 1.000 œuvres créées par 63 auteurs. 2018 sonne le retour de l’art brut japonais à la Halle Saint Pierre avec « Art Brut Japonais II ». 

Cette nouvelle exposition  qui rassemble une cinquantaine d’auteurs : elle va permettre d’identifier certains créateurs. Au Japon, l’art brut a connu un vaste essor dans la province de Shiga à la fin du XXe siècle. Cette province, située au centre de l’île de Honshü, la plus importante de l’archipel, est pionnière dans la prise en compte et l’accompagnement des artistes handicapés. Les institutions spécialisées souhaitent y laisser libre cours à l’imagination et à la créativité de leurs patients.

Ces artistes sont soit issus d’ateliers pratiquant l’art-thérapie, soit ils sont autonomes. Ils utilisent des techniques et des matériaux divers comme la céramique, l’origami, le dessin, le textile, la sculpture ou bien l’assemblage d’objets comme Reiichi Hayashida :

Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.
Reiichi HAYASHIDA,Publicité pour un dîner chinois, 2016, Technique mixte, 45 x 60 x 9,5 cm Collection de l’artiste.
Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.

Parmi la cinquantaine de créateurs présentés, voici quelques artistes remarquables dont certains ont été  déjà exposés  à  Nantes en décembre 2017. Chacun de ces artistes est un monde à part dépourvu de toute influence artistique extérieure. Pour autant, ils ne sont pas hors du temps et de la société, dans lesquels ils vivent.

Takeru AOKI, Aki Yashiro, 1997-2004. ©Satoshi Takaishi.
Vues de l’exposition.
Ichiro YOSHIDA
Né en 1960. Vit dans la préfecture de Tokushima. Grand personnage Pocket-Pocket. 2010. Technique mixte.
Takayuki AYAMA. Tortue bleue dans la mer. 2017.
Takayuki AYAMA. Léopard, guépard et bébé léopard – Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 2016 © Takayuki Ayama.

Sinichi Sawada est déjà reconnu et a intégré les collections lausannoise ; il est devenu une figure emblématique de l’art brut japonais grâce à ses céramiques, présentées lors de la Biennale de Venise 2013 :

Vue de l’exposition à la Halle Saint Pierre
(visite de Lucienne Peiry).
Création de Sinichi Sawada 
Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014,
Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN

Les autres œuvres présentées dans l’exposition sont souvent le fruit de nouvelles créations. Marie Suzuki (née en 1979) peint de vastes paravents :

Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste.

 Les origamis en feuille d’arbre de Yoshihiro Watanabe, qui sont d’une grande délicatesse, représentent des animaux :

Kasu Suzuki tisse et réalise un tissage inversé pour des formes volumineuses qu’ il suspend sous forme des cordes polychromes de 4,40 m :

Textiles et abstraction avec Misuzu Seko (née en 1981) qui emploie des fils de coton et de laine colorés qu’elle brode. Elle est présente dans la collection de Bruno Decharme :

Satoshi Morita (né en 1978) conserve des restes de fils dans des boîtes en carton : il les brode sur un tissu irrégulier. Il figure également dans la collection Decharme :

De nombreux dessins sont présents  dans l’exposition, comme la série des véhicules de Takumi MATSUHASHI :

Takumi Matsuhashi, Camion de papier, 2014.

ou bien les panoramas réalisés au stylo par Norimitsu Kokubo, artiste qui réside dans la Préfecture de Shiga;

ou les dessins et écrits de l’artiste Hiroyuki Komatsu résidant dans la même région :

Makoto Toya (né en 1944) a peint 61 rouleaux gigantesques de papier japon à l’acrylique :

Les motos jouets d’Akira YAMANE :

Akira YAMANE Metal Ranger V, 20152018, Technique mixte, 10 x 27 x 16 cm, Collection de l’artiste.

Une salle à part présente les travaux de deux survivants de la bombe atomique d’Hiroshima, deux artistes hibakusha, Masaki HIRONAKA et Yukio KARAKI,  qui, comme beaucoup d’hibakusha, témoins de la bombe d’Hiroshima, n’ont pu témoigner de ces visions qu’à un âge avancé.

Yokio Karaki avait quinze ans ; il vivait à seulement trois kilomètres du bombardement atomique : à partir de 1984 et pendant huit ans, il a réalisé onze peintures à l’huile et a fait don de ses œuvres au musée de Kyoto. 

Masaki HIRONAKA avait alors cinq ans et dix mois.

Alors qu’il cesse, bien des années plus tard de travailler, en 2000, il décide de rassembler ses souvenirs sous forme de carnets dessinés :

 

Masaki HIRONAKA, La bombe atomique d’Hiroshima, 2002, Stylos sur papier (copie d’originaux), 21 x 29,7 cm Collection de l’artiste.

A voir jusqu’en mars 2019.

Quelques ouvrages et biographies en français :

Quelques liens :

Diamants bruts du Japon.

Diamants bruts du Japon
durée 145’, japonais et sous-titres français, Collection de l’Art Brut/Lokomotiv films, Lausanne/Le Tourne, 2007.

artbrut.ch
hallesaintpierre.org
abcd-artbrut.net
musee-lam.fr
outsiderartassociation.eu
rawvision.com
josefhofer.at
prinzhorn.ukl-hd.de
gugging.at
folkartmuseum.org
outsider-environments.blogspot.org

https://abcd-artbrut.net/collection/

Nouveau site pour la Lettre « Arts et Sociétés »

La lettre du séminaire Arts et Sociétés a adopté une nouvelle présentation à découvrir. Pour son numéro 100 ( Les choses au musée) David Guillet mène une réflexion sur les arts graphiques et plus précisément sur le dessin.

Arts & Sociétés

Deux salons du dessin à Paris cette semaine

Cette semaine,  deux salons du dessin à Paris :

– le plus ancien à la Bourse, voir la chronique d’Apollon magasinehttp://www.apollo-magazine.com/salon-du-dessin-march-apollo/

– le plus récent Drawing Now – Salon du dessin contemporain au Carreau du Temple  : http://www.timeout.fr/paris/art/drawing-now-salon-du-dessin-contemporain

A la une : Vue de Drawing Now 2014 (Killoffer, galerie Anne Barrault) / Photo : © TB / Time Out

Les carnets de l’Inventaire : Étienne Martellange, insignem architectum et pictorem

Le service de l’Inventaire général étudie le patrimoine culturel régional « de la petite cuillère à la cathédrale » et le valorise à travers ses études thématiques et topographiques. Les carnets de l’Inventaire vous offrent un aperçu de ses travaux et de son actualité : hhtp://inventaire-rra.hypotheses.org

A signaler les travaux d’Adriana Sénard, sur  » Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621) » :

« L’église du collège de Roanne, actuelle chapelle Saint-Michel, est l’un des plus importants chantiers de l’architecte jésuite, Étienne Martellange. Né à Lyon le 22 décembre 1569, dans une famille d’artistes peintres, il intègre la Compagnie de Jésus à Avignon en 1590 et prononce ses vœux de frère coadjuteur temporel en mars 1603 à Chambéry. Formé à l’art de bâtir au cours de ses années de noviciat, sa carrière d’architecte itinérant débuta en juin 1603, à la suite du rétablissement des Jésuites. Autorisés par Henri IV et l’édit de Rouen à rouvrir leurs collèges et à édifier de nouveaux ensembles, les Jésuites entreprirent une intense phase de construction à laquelle contribua le frère Étienne. Nommé architecte et visiteur des chantiers des provinces de Lyon, Champagne et France, il sillonna le royaume et participa jusqu’à sa mort, le 3 octobre 1641, à ces travaux. […] Cette étude illustre la complexité de l’activité de l’architecte, mais mériterait un prolongement. En effet, le frère Étienne a aussi été un dessinateur prolixe, qui portraiture les villes et les monuments élevés depuis l’antiquité. Durant ses séjours à Roanne, il a réalisé dix-sept vues de la ville et de sa région qui offrent un visage aujourd’hui méconnu du Roannais au XVIIe siècle et de certains de ses édifices profondément altérés par le temps, telle l’abbaye de La Bénissons-Dieu »

Pour en savoir plus : SÉNARD, A. « Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 12 décembre 2013.

URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/2225

Effectivement «  le frère Étienne a aussi été un dessinateur prolixe » : il a été en effet  salué par les passionnés de dessin  et d’architecture qui lui rendent un hommage appuyé :
Le Père Martellange ne s’est pas seulement consacré aux Monuments religieux (notamment l’église Saint-Paul-Saint-Louis à Paris) mais aussi aux bâtiments civils, dans toutes les provinces de France. Henri IV le qualifie de « peintre et architecte remarquable », « insignem architectum et pictorem » et le sollicite pour la construction  du lycée de La Flèche. Pour un résumé de l’activité du Père Martellange, voir Henri Bouchot, Notice sur la vie et les travaux d’Étienne Martellange, Paris, 1886.

François Mathey , ancien inspecteur général des Monuments historiques, écrit une préface pour l’ouvrage de Jean Garneret, consacré aux Petites villes de Franche-Comté paru en 1991. Pour rendre hommage à son ami Garneret, il évoque le Père Martellange :

« Il est un précédent analogue. Je pense au travail du Père Martellange qui au début du XVIIe siècle […]. Les dessins d’architectes passent pour des croquis hâtifs comme s’il fallait se prouver à soi-même que malgré le tire-ligne et la gomme on a gardé l’habileté de la main. Ceux du Père Martellange sont autant spontanés, mais ils refusent l’improvisation, la complaisance. Ils vont au bout. Ainsi ceux de l’abbé et pour les mêmes raisons, car l’un et l’autre se veulent témoins et ils nous doivent la vérité ».

A la une : les étapes de ce chantier de Roanne sont illustrées et la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve quatre plans du collège de la main de l’architecte et cinq dessins du chantier : Première vue de l’église du collège de Roanne, 16 décembre 1617 (BnF, Est., Ub 9, f. 102) © Bibliothèque nationale de France.

 

Dessiner pour résister : analyse de graphes de combat

Séminaire de recherche  “Dessin et Temps présent : Pour une génétique de l’en cours et de l’inachevé”. Débat du 11 décembre 2013. (14h –16h)
« Dessiner pour résister : analyse de graphes de combat » avec Agnès Callu, Christophe Cognet, documentariste, réalisateur du film « Parce que j’étais peintre… », Dominique Durand, président de l’Association française de Buchenwald-Dora et Claire Malrieux :
le mercredi 11 décembre à l’ENSCI 48 rue Saint-Sabin 75011 Paris en Salle Bleue/4è étage.
Voir le carnet de recherche : http://dessins.hypotheses.org/

La vidéo d’un documentaire précédent intitulé  : Buchenwald Art … « Quand nos yeux sont fermés » : http://touch.dailymotion.com/video/xnu12j

Le nouveau documentaire de Christophe Cognet sort en salle le 26 février prochain : « Ce film mène une enquête inédite sur les œuvres réalisées clandestinement dans les camps nazis.
Il dialogue avec les rares artistes déportés encore vivants et avec les conservateurs de leurs œuvres : des émotions qu’elles suscitent, de leur marginalisation, leur signature ou leur anonymat, de leur style, ainsi que de la représentation de l’horreur et de l’extermination. Surtout peut être, il contemple longuement les dessins, lavis, peintures, conservés dans les fonds en France, en Allemagne, en Israël, en Pologne, en Tchéquie, en Belgique, en Suisse…Dans ce voyage parmi ces fragments d’images clandestines et les ruines des anciens camps, il propose ainsi une quête sensible entre visages, corps et paysages, pour questionner la notion d’œuvre et interroger frontalement l’idée de beauté  » : http://www.unifrance.org/film/34851/parce-que-j-etais-peintre

parce-que-j-etais-peintre

 

Boris Taslitzky, Détail d’une aquarelle du « petit camp », Buchenwald – février 1945. © Jour2Fête