Archives du mot-clé démocratisation culturelle

« Réactiver la collection » et faire participer le public

En 2014, ce carnet a fait référence à de nouvelles pistes pour la démocratisation culturelle à travers une politique d’accrochage inédite des musées d’art et d’histoire.

Annick Notter, conservatrice des Musées d’Art et d’Histoire de La Rochelle http://www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-la-charente-maritime-25, avait trouvé une approche audacieuse et unique pour lever les blocages socio-culturels et valoriser l’ensemble de ses collections permanentes « Depuis 2008, le Musée des Beaux-arts de La Rochelle http://www.ville-larochelle.fr/ a mis en place une politique d’accrochage inédite de ses collections. Chaque année, c’est un groupe de citoyens rochelais qui choisit, parmi les collections du musée, les œuvres qu’il aimerait voir exposées pendant un an. Les collections sont constituées « d’environ 800 à 850 tableaux, pour une surface d’exposition de 400m2. L’espace disponible « permet d’exposer qu’environ 70 à 80 œuvres, ce qui représente seulement 10 % de la collection ».

Il s’agit « pour ces groupes de choisir des œuvres qu’ils aiment, qui leur font plaisir et qu’ils aimeraient voir accrochées dans le musée. La première étape consiste à convaincre un groupe de personnes de le faire et ce n’est pas toujours facile ! Le travail de préparation commence une année en amont. Un groupe de travail est constitué, il se réunit lors de plusieurs séances. Au programme : consultation des catalogues photographiques des œuvres, sélection individuelle d’images dans un premier temps puis mise en commun ensuite ».

L’exposition dure un an : ont été par exemple invités les gardiens du musée,  les élèves de la classe de terminale en histoire des arts d’un lycée, la société des amis des arts, un collectif d’artistes locaux, les agents du centre technique municipal, un groupe de femmes d’un quartier, et pour  la 8ème édition les rugbymen du Stade Rochelais. Cette expérience s’est installée dans la durée puisqu’elle en est à sa onzième édition : ce sont les élèves du lycée hôtelier qui ont choisi les œuvres  présentées lors de leur exposition : Le palais des sens.

« Après avoir cherché à explorer la notion de plaisir, les lycéens ont réorienté leur travail autour des cinq sens.  Ils ont porté leur regard sur les 900 oeuvres des collections du musée et ont retenu 70 peintures et dessins de grands maîtres et de peintres régionaux, du XVIe siècle à nos jours.  Les jeunes muséographes ont organisé l’exposition en six espaces thématiques distincts : les coups de coeur, la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût.  Pour ce dernier, ils ont dressé une table du XVIIIe siècle évoquant la cérémonie du thé et le repas contemporain ».  L’exposition dure de septembre 2017 à septembre 2018.

A découvrir ici, la richesse de la programmation des musées de la Rochelle.

 

Démocratisation culturelle : une nouvelle initiative dans le Béarn

jeanne-albret

Jeanne d’Albret par Clouet.

Situé dans le Béarn à Orthez, le musée Jeanne d’Albret sur l’histoire du protestantisme

( http://www.museejeannedalbret.com/ ), présente le nouveau concept de ticket suspendu : « A la caisse, chaque visiteur se voit proposer la possibilité d’acheter un ticket supplémentaire à tarif réduit (1,50 euros au lieu de 4,50 euros) qu’il suspend pour l’offrir à un curieux qui n’aurait pas les moyens de s’offrir l’entrée » :
http://www.sudouest.fr/2014/08/05/orthez-des-visiteurs-du-musee-jeanne-d-albret-offrent-l-entree-a-des-inconnus-desargentes-1634040-4329.php

Une politique d’accrochage inédite et des musées d’art et d’histoire : de nouvelles pistes pour la démocratisation culturelle

Dans le rapport Gaillard paru le 4 juin dernier, aujourd’hui en ligne (Les musées nationaux : quelles ressources pour quelles missions ?), un chapitre est consacré à la La démocratisation culturelle et la diversification du public : Si une démocratisation des pratiques s’est produite dans les trente dernières années, elle se limite néanmoins aux classes moyennes et ne connaît pas de développement récent notable, malgré l’augmentation générale (mais pas uniformément répartie) de la fréquentation ». D’après les statistiques disponibles, un tiers des Français n’est jamais allé dans un musée et 50 % ne sont jamais entrés ans un musée des beaux-arts.

chamaC’est loin des musées nationaux que de nouvelles pistes se dessinent :

Annick Notter, conservatrice des Musées d’Art et d’Histoire de La Rochelle http://www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-la-charente-maritime-25, a trouvé une approche audacieuse et unique pour lever les blocages socio-culturels et valoriser l’ensemble de ses collections permanentes :  « Depuis 2008, le Musée des Beaux-arts de La Rochelle http://www.ville-larochelle.fr/ a mis en place une politique d’accrochage inédite de ses collections. Chaque année, c’est un groupe de citoyens rochelais qui choisit, parmi les collections du musée, les œuvres qu’il aimerait voir exposées pendant un an. Pour cette 8e édition, qui sera inaugurée à la rentrée, ce sont les rugbymen du Stade Rochelais qui sont aux commandes !  » Les collections sont constituées « d’environ 800 à 850 tableaux, pour une surface d’exposition de 400m2. L’espace disponible « permet d’exposer qu’environ 70 à 80 œuvres, ce qui représente seulement 10 % de la collection ».

Les gardiens du musée ont été les premiers conviés à choisir «  les œuvres qu’ils avaient envie de voir exposées pendant un an« . Les élèves de la classe de terminale en histoire des arts d’un lycée ont suivi, puis la société des amis des arts, un collectif d’artistes locaux, les agents du centre technique municipal et un groupe de femmes d’un quartier. L’accrochage dure toujours un an de septembre à août. La conservatrice souhaite : « Toucher des catégories de personnes très différentes (âge, milieu social, centres d’intérêt) et pas nécessairement, mais de préférence, éloignées des problèmes culturels. Il n’y a aucunement besoin de posséder des connaissances préalables en histoire de l’art pour participer, bien au contraire. Il s’agit pour ces groupes de choisir des œuvres qu’ils aiment, qui leur font plaisir et qu’ils aimeraient voir accrochées dans le musée. La première étape consiste à convaincre un groupe de personnes de le faire et ce n’est pas toujours facile ! Le travail de préparation commence une année en amont. Un groupe de travail est constitué, il se réunit lors de plusieurs séances. Au programme : consultation des catalogues photographiques des œuvres, sélection individuelle d’images dans un premier temps puis mise en commun ensuite. »

2014-06-15Les gardiens du musée ont été les premiers à vivre cette expérience,  ils ont été suivis par des élèves d’une classe de terminale en histoire des arts d’un lycée, puis par la société des amis des arts,  un collectif d’artistes locaux, des agents du centre technique municipal et  en 2013-2014 par un groupe de femmes d’un quartier de la ville. L’accrochage dure toujours un an de septembre à août. Les accrochages du Musée des Beaux-Arts de La Rochelle : http://www.arttes.org/les-accrochages-du-musee-beaux-arts-decouverte-dune-belle-initiative/

Un  projet de réunification du Musée des Beaux Arts et du Nouveau Monde (actuellement réunis sous l’appellation Musées d’Art et d’Histoire) est en cours pour raconter l’histoire de la ville de La Rochelle à travers ses collections artistiques.  « Or parler de La Rochelle, c’est aussi évoquer l’histoire de la traite négrière, de la relation de la ville au Canada et du commerce transatlantique. Il s’agirait ainsi d’intégrer le Musée du Nouveau Monde dans cette fresque historique. Pour cela, nous souhaiterions joindre physiquement les deux établissements ».

Sur ce concept de musée d’art et d’histoire et sur le lien organique qui doit unir l’art et l’histoire en un même lieu, voir le constat et la réflexion menée par le musée d’art et d’histoire de Genève http://institutions.ville-geneve.ch/fr/mah/lieux-dexposition/musee-dart-et-dhistoire/: » Pour mieux répondre à l’attente du public de demain, la construction et l’application d’un concept original de musée d’art et d’histoire est indispensable »:  http://blog.mahgeneve.ch/quest-ce-quun-musee-dhistoire-aujourdhui/#sthash.O9z5XgI6.dpuf

L’action originale de François Mathey en faveur de la démocratisation culturelle (1953-1985) raine

Depuis 1993, le comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication suscite des recherches, des études, des travaux bibliographiques, des guides des sources sur les politiques publiques de la culture, les institutions et les pratiques culturelles.


Since 1993, the history committee of the Ministry of Culture and Communication raises research, studies, bibliographical works, guides sources on public cultural policies, institutions and cultural practices

Le Carnet de recherches du Comité d’histoire du Ministère de la culture et de la communication sur les politiques, les institutions et les pratiques culturelles, a mis en ligne les communications de son séminaire “La démocratisation culturelle au fil de l’histoire contemporaine”.

Ci-après  ma communication tenue le 11 février 2013  intitulée L’action originale de François Mathey en faveur de la démocratisation culturelle (1953-1985) : http://chmcc.hypotheses.org/154

autoportrait

« Action culturelle / Education populaire »

Le séminaire du comité d’histoire du ministère de la culture poursuit ses travaux sur la démocratisation culturelle :

Séance du 20 janvier 2014 :
« Action culturelle / Education populaire »
Présidence et animation : Guy SAEZ, directeur de recherches au CNRS
De l’enchantement des fondations à la Libération à l’étatisation des débuts de la Ve République (1944-1969) :
Marianne LASSUS, agrégée et docteur en histoire, vice-présidente du Comité d’histoire du ministère de la Jeunesse et des Sports
Jeunesse et Sports et éducation populaire (1944-1959) : un mariage de (dé)raison ?
Laurent BESSE, maître de conférence en histoire contemporaine, IUT de Tours : La création des MJC et leur rôle dans l’action culturelle au début de la Ve République
Grand témoin : Jean HURSTEL, comédien et ancien animateur de théâtre à Montbéliard.

La suite du programme 2014 :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ministere/L-histoire-du-ministere/Comite-d-histoire/Actualites-du-Comite-d-histoire/Programme-en-cours-La-democratisation-culturelle-au-fil-de-l-histoire-contemporaine