Archives par mot-clé : dada

Sur un carnet d’hypothèses (Dissidences) : présentation du livre de Peter Burger, “Théorie de l’avant-garde”

Intéressante rubrique “Histoire de l’art” http://dissidences.hypotheses.org/category/lectures-readings/histoire-de-lart

dans le carnet d’hypothèses intitulé Dissidences qui veut “contribuer à l’élaboration d’une approche dépassionnée et scientifique des mouvements révolutionnaires d’extrême gauche, sociaux et ouvriers, ainsi que des avant-gardes artistiques et politiques, en mettant à contribution le plus grand nombre de disciplines, histoire, histoire de l’art, sociologie, sciences politiques, etc.” http://dissidences.hypotheses.org/dissidences-presentation/vous-avez-dit-dissidences

Voir notamment la critique du livre de Peter Burger, “Théorie de l’avant-garde” par Frédéric Thomas :

Le livre s’appuie de manière critique sur les analyses de Benjamin, Adorno, Brecht… et propose une lecture stimulante de l’histoire des avant-gardes. Il est dommage cependant que l’échec de leur tentative, tel que diagnostiqué par l’auteur, ne soit pas plus discuté ni mis en relief. Par ailleurs, il est étonnant que l’Internationale situationniste n’y soit pas discutée (faute d’information à l’époque ?). Cet essai offre néanmoins une lecture renouvelée autrement plus complexe de l’histoire de Dada et du surréalisme, et qui ne peut être que bienvenue dans la discussion sur ces mouvements” : http://dissidences.hypotheses.org/4484

 

Peter Buger a enseigné la philosophie et la théorie de la littérature générale et comparée à l’université de Brême. Il est l’auteur de livres traduits dans plusieurs langues, parmi lesquels : Der französische Surrealismus (1971), Zur Kritik der idealistischen Ästhetik (1983), et La Prose de la modernité (1988), traduit chez Klincksieck en 1995 par Marc Jimenez, le seul qui était accessible au lecteur français jusqu’à présent. http://www.questions-theoriques.com/auteur/24/Peter%20Burger

Reprise de “Relâche” de Satie et Picabia à Nancy

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

A voir la reprise de Relâche, mythique ballet de Satie et Picabia, par le Ballet national de Lorraine (Nancy) : http://www.ballet-de-lorraine.eu/saison-2013-14/rel%C3%A2che.html

relache

Ce ballet a été créé en 1924 pour les ballets suédois par Picabia : il abandonne pour lui la relecture du manuscrit de Caravansérail ( http://musearti.hypotheses.org/?p=1853 ) que l’éditeur Gallimard refusera poliment de publier. Picabia est alors en pleine rupture avec les Surréalistes et surtout avec André Breton, son cadet.

Le ballet débute par Entracte, un film de René Clair:

Satie___Picabia__Clair___Biorlin__prologue_de_Relache_entracte (1) http://m.youtube.com/watch?v=mpr8mXcX80Q

Le rideau se lève: les spectateurs sont aveuglés par 370 phares dirigés vers la salle:

tumblr_md10vyV0871qmktfqPicabia__maquet_de_Relache__Les_Hommes_se_devetissent_

Lire le scénario de “Relâche”,  sur le blog de Carole Boulbès, spécialiste de Picabia : http://caroleboulbes.blogspot.fr/2014/01/scenario-de-relache-francis-picabia-1924.html?m=0

À la fin de ce ballet, Erik Satie et Francis Picabia entrent sur scène pour saluer le public au volant d’une voiture de Rolf de Maré. Tout est provocation dans ce ballet, il s’agit de faire crier, de se faire huer le public, car dit le Dadaïste Picabia : « J’aime mieux les entendre crier qu’applaudir ». “Relâche vous conseille d’être des viveurs, car la vie sera toujours plus longue à l’école du plaisir qu’à l’école de la morale, à l’école de l’art, à l’école religieuse, à l’école des conventions mondaines.”

John Cage et Merce Cunningham revendiquent leur filiation (et celle de Fluxus) avec Dada et avec Picabia : voir à ce propos l’intéressant article de Carole Boulbès dans le n°409 de mars 2014 d’artpress :”Relâche, le remake, à Nancy” : http://www.artpress.com/article/21/02/2014/sommaire-du-ndeg409—mars-2014/29346

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

Pour un hommage à Satie: satie_picabia http://lesmaitresfous.blogspot.fr/2011_08_01_archive.html?m=1

Picabia encore en conclusion : “Changer d’idées comme de chemises pour les garder propres”.

 

Picabia, historien des années 1920

A l’occasion des 60 ans de sa mort, rééditition de l’unique roman de Francis Picabia : Caravansérail.

“Texte de référence épuisé depuis des années, Caravansérail est un roman autobiographique, mais aussi un document majeur où l’artiste règle ses comptes avec les principaux acteurs de dada, du surréalisme et du monde de l’art en général.  Publié à titre posthume en 1974, il était épuisé depuis les années 1980. Ce projet artistique, intellectuel et patrimonial apporte sur les années 1920 un éclairage historique jubilatoire et unique.  Unique roman de Francis Picabia, Caravansérail : tel est le sésame et l’ultime réponse de ce roman où il exprime l’essentiel de ses idées.  Texte autobiographique à clés et à tiroirs, Caravansérail se présente comme une série de tableaux évoquant avec causticité l’esprit d’une époque”.

Picabia en rupture avec les Surréalistes et Breton, crée ici un roman à son image : sa relecture finale n’aura pas lieu car Picabia ne trouve pas d’éditeur. Il abandonne ce texte et se lance en 1924 dans la création du Ballet “Relâche” révolutionnaire, une rupture créatrice dont les membres de Fluxus peuvent se réclamer.

Lire des extraits :
http://widget.editis.com/belfond/9782714456595/#page/1/mode/1up

A redécouvrir à cette occasion :

Christian Derouet, Francis Picabia ; lettres à Léonce Rosenberg 1929-1940, Cahiers du Mnam, 2000.


© Francis Picabia – la révolution Espagnole 1937 (huile sur toile)