Archives du mot-clé critique d’art

Histoires, musées, expositions : parutions récentes pour la nouvelle année

Voici pour la nouvelle année, quelques parutions et manifestations récentes, susceptibles d’apporter d’autres éclairages sur des sujets en rapport avec l’histoire et son exposition :

– Sur l’art contemporain dans la revue Critique d’art,  dont le sommaire du numéro 49 est en ligne, voir notamment  Elitza DulguerovaPenser avec les grandes manifestations périodiques : l’espace, l’histoire, l’art .

-Sur « La cérémonie publique dans la France contemporaine » : l’introduction du séminaire parue sur le site du comité d’histoire du ministère de la culture – Politiques de la culture, par Patrick Garcia, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheur à AGORA Cergy-Pontoise et chercheur associé permanent à l’Institut d’histoire du temps présent.

-Sur l’histoire de l’art brut, à l’occasion des 40 ans du musée de Lausanne : les actes du colloque organisé en novembre 2016, sont parus :  Vincent Capt, Sarah Lombardi et Jérôme Meizoz (dir.), L’ART BRUT. Actualités et enjeux critiques, Ed. Antipodes, Lausanne, 2017.

De plus en plus de chercheur·e·s de toutes disciplines se penchent sur ces objets issus de lieux non répertoriés, tirés d’on ne sait où par des personnes sans légitimité artistique aucune. Un peu d’effet de mode, ainsi qu’un long travail de défense de l’Art Brut par des collectionneurs et par des amateurs, font de cet art hors catégorie un Sujet d’étude. Car cet objet, l’Art Brut, se révèle rapidement comme Sujet, actif, qui chahute des disciplines universitaires encore bien cloisonnées, qui les force à sortir de leur zone de confort et même à collaborer. En témoignent dans ce livre des textes d’historiens, de linguistes, de poéticiens, de sociologues, de critiques d’art et de théoriciens de l’esthétique.

-Un ouvrage du regretté Laurent Danchin sur Mai 68 : Laurent Danchin, Mai 68 : Entre Pierre Grappin et Benny Lévy.  MYCELIUM,   Les Bonbons aux  éditions LELIVREDART :

Pour ma part, de toutes ces années de lutte violente, d’agressivité et de contestation sans indulgence, j’ai gardé la conviction que l’on était à un tournant fondamental de l’histoire, dans une mutation de culture et de civilisation de très grande ampleur, dépassant de loin le cadre d’une seule vie humaine. Une époque critique où il fallait tout reconstruire à partir de nouvelles fondations.

As for me, from all these years of violent struggle, verbal agressiveness and protest without indulgence, remains the conviction we were at a fundamental turn of history, in a large-scale mutation of culture and civilisation exceeding by far the scale of a single human life. These were critical times when everything had to be rebuilt from new foundations.

Pour les autres publications de Laurent Danchin, voir notamment les Archives du site Mycelium.

– Enfin, sur une autre période historique, plus longue (1880-1930), à signaler la série de manifestations et d’expositions  actuellement  présentées à Strasbourg  :

LABORATOIRE D’EUROPE. STRASBOURG, 1880-1930
Du 23 septembre 2017 au 25 février 2018, Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930,  cette vaste manifestation pluridisciplinaire organisée par les Musées de la Ville de Strasbourg en collaboration avec l’Université de Strasbourg, offre un ensemble d’expositions et de manifestations culturelles à travers la ville. La période chronologique retenue indique la volonté de déplacer le regard d’une histoire événementielle vers une approche d’un temps plus long, celui des productions et des échanges culturels qui  fondent aujourd’hui encore  la singularité strasbourgeoise. Le Commissariat général est assuré par Roland Recht et Joëlle Pijaudier-Cabot.

Voir l’application téléchargeable, accompagnant la visite.

« Critique d’art » n° 44 est paru

couverture_44_gb-small250

Est paru et partiellement en ligne le n° 44 | Printemps/Eté 2015 de
CRITIQUE D’ART, dédié à l’actualité internationale de la littérature critique sur l’art contemporain: The International Review of Contemporary Art Criticism :

Voici le sommaire dans son intégralité : http://critiquedart.revues.org/16829

Editorial : Jean-Marc Poinsot : Frontières et tours de passe-passe [Texte intégral disponible en juin 2016] Boundaries and Magic Tricks [Texte intégral disponible en juin 2016]

A la Cité de l’architecture et du patrimoine : Michel Ragon, critique d’art et d’architecture

michel ragon critiquePlusieurs actualités en ce moment à propos de Michel Ragon :

A la Cité de l’architecture et du patrimoine : Michel Ragon, critique d’art et d’architecture
jeudi 25 septembre 2014 [18h30 – 20h30] dans le salon d’accueil de la bibliothèque.
Hall de tête – 1er étage 1, place du Trocadéro – Paris 16

Michel Ragon est principalement connu comme le fondateur, critique attitré et infatigable défenseur du GIAP – Groupe international d’architecture prospective.  L’enjeu de l’ouvrage « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture » (Presses universitaires de Rennes, 2013) est à l’inverse de dévoiler des aspects moins connus de sa critique de l’architecture et de l’urbanisme contemporains durant la seconde moitié du XXe siècle. Ce livre s’inscrit également dans les préoccupations actuelles de renouvellement de l’historiographie de cette période, tant en histoire de l’art qu’en histoire de l’architecture. En présence des auteurs : Hélène Jannière, professeur d’histoire de l’architecture contemporaine à l’université Rennes 2. Richard Leeman, professeur d’histoire de l’art à l’université de Bordeaux. Le modérateur est Jean-Louis Violeau, sociologue, professeur à l’ENSA Paris-Malaquais et chargé de cours au master d’urbanisme de Sciences Po.

et pour mémoire, actuellement en ligne ou en librairie : http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/librairies/

dans la revue Critique d’art :  Brigitte Gilardet « L’action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art », Critique d’art, n°42, avril 2014. http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/numeros/show/71

 » François Mathey (1917-1993), conservateur au musée des Arts décoratifs (1953-1985) a réalisé plus de 350 expositions. Les fonds déposés aux archives de la critique d’art et ceux figurant à la bibliothèque des Arts décos, retracent le dialogue que ce conservateur a entretenu avec les critiques. Mathey partage avec Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot la même envie de promouvoir l’art vivant. Les trois critiques le soutiennent et il les appuie lorsqu’ils défendent le Nouveau réalisme, la Figuration Narrative ou l’architecture utopique. Pierre Restany en 1960 salue Mathey et Julien Alvard, pour l’exposition « Antagonisme I la peinture ». Michel Ragon la même année encense l’exposition rétrospective consacrée à Jean Dubuffet. Pierre Restany en 1961 estime que F. Mathey se taille « la part du lion, dans l’histoire de notre muséologie contemporaine ». En 1962, « Antagonismes II, l’Objet » déclenche l’enthousiasme des critiques. En 1964, Jean Cassou croit que P. Restany est à l’origine d’un complot visant à le faire remplacer par Mathey. Ce dernier apporte son soutien à Gassiot-Talabot pour organiser avec Mme Dane l’exposition « Mythologies quotidiennes » en 1964. F. Mathey reçoit le critique dans son propre musée en 1967 pour l’exposition « BD et Figuration Narrative », une première dans un musée. C’est la fameuse exposition de 1972 qui mettra un coup d’arrêt à ce soutien mutuel.. ».

Plusieurs expositions temporaires notables sont présentées ce mois-ci à la Cité de l’architecture et du patrimoine :                       

– jusqu’au  lundi 08 septembre 2014, l’exposition « Architecture en uniforme » (voirhttp://musearti.hypotheses.org/?p=3944 et http://musearti.hypotheses.org/?p=2622 ).

–  et celle réservée à Bernard Zehrfuss :Bernard Zehrfuss (1911-1996) La poétique de la structure, jeudi 19 juin 2014 – lundi 13 octobre 2014 : http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25535-bernard_zehrfuss_1911-1996.html

le mardi 16 septembre 2014 [19h00 – 21h00] une table ronde est consacrée à son œuvre :

Centre national des industries et des techniques, La Défense, 1952-1958, vue de la voûte en cours de chantier, cliché Jean Biaugeaud, Paris © Fds Zehrfuss. Académie d'architecture/CAPA

Avec Jean-Paul Viguier, architecte ; François Loyer, historien de l’architecture et de la ville ; Benoît Pouvreau, historien, Service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis ; Ann Hindry, historienne de l’art et conservateur de la collection Renault réunis autour des commissaires de l’exposition, Christine Desmoulins et Corinne Bélier.

un_politique_en_architecture_eugène_claudius-petit_1907-198920100424Benoît Pouvreau est notamment l’auteur d’une thèse et d’un ouvrage sur l’action d’Eugène Claudius-Petit (« Un politique en architecture »), qui fut  ministre en charge de la reconstruction, maire de Firminy, président de l’UCAD (Union Centrale des Arts décoratifs) et ami des architectes et de Le Corbusier:

PH1985_0559Portraits d’architectes : http://www.citechaillot.fr/ressources/expositions_virtuelles/portraits_architectes/ZEHRFUSS%2003.swf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sujets d’actualité : droits d’auteur et dématérialisation de l’art, reconnaissance d’un droit d’exposition pour les artistes

Le droit d’auteur et la dématérialisation de l’art, son harmonisation au sein de l’UE et la reconnaissance d’un droit d’exposition pour les artistes, sont  des sujets traités récemment dans l’actualité :
La consultation européenne sur l’harmonisation du droit d’auteur : La Commission européenne a lancé une consultation à l’échelle communautaire http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-1213_fr.htm , pour mener à terme ses travaux de révision et de modernisation du cadre législatif européen sur le droit d’auteur ( la directive de 2001 sur le droit d’auteur et droits voisins). La consultation est close. Soit 9 599 réponses au document de consultation, plus de 11 000 messages, questions et commentaires inclus, envoyés à l’adresse email dédiée, émanant « d’un large éventail de parties concernées comprenant les utilisateurs, les consommateurs, les détenteurs de droits, l’industrie, les sociétés de gestion collective et les autorités publiques » : http://ec.europa.eu/internal_market/consultations/2013/copyright-rules/index_fr.htm

Pour les autorités françaises, « une harmonisation complète du droit d’auteur en Europe n’est un objectif ni réaliste ni souhaitable. D’autre part, le besoin d’une harmonisation accrue n’est en aucune façon établi » : il n’y a pas lieu d’amender la directive de 2001 sur le droit d’auteur et les droits voisins dans la société de l’information : http://m.actualitte.com/n/48733

La question de la reconnaissance du droit d’exposition : Dans un article récent du Journal des arts, Alexis Fournol (Avocat à la cour) écrit : « Outre-Manche, […] une étude soulignait que 70 % des artistes contemporains n’avaient reçu aucune compensation pécuniaire à l’occasion de l’exposition de leurs œuvres au cours des trois années passées et plus de la moitié d’entre eux n’avaient pas pu recouvrir les frais de production engendrés. L’enjeu est ainsi d’imposer la reconnaissance d’un droit d’exposition, droit ignoré par la loi anglaise de 1988. Celui-ci s’avère en revanche reconnu en France, malgré l’absence de référence textuelle explicite, depuis deux arrêts de la Cour de cassation de 2002 au titre de la présentation publique. En dépit de cette reconnaissance, la mise en œuvre d’une telle prérogative au profit de l’artiste demeure délicate. Seul un véritable droit à rémunération fait aujourd’hui consensus ».

Voir à ce propos le tour d’horizon et l’opinion de Ryane Meralli, avocate à la Cour :http://www.artoption.org/htm/framedroit.htm

Elle est l’auteure d’un Guide pratique des droits et du statut des artistes plasticiens (avec  la participation de Guillaume Le Roux) : http://www.leseditionsdunet.com/droit/2281-guide-pratique-des-droits-et-du-statut-des-artistes-plasticiens-ryane-meralli-et-avec-la-participation-de-guillaume-le-roux-9782312021324.html

Enfin la nécessité d’adapter le droit d’auteur aux formes dématérialisées que revêt parfois de l’art contemporain: Comment le droit peut-il s’adapter à la dématérialisation de l’art actuel ? En s’attachant à la démarche de l’artiste. « Le postulat selon lequel l’œuvre épouse nécessairement les contours d’un support physique, forme close et toujours identique à elle-même, ne résisterait plus aux pratiques artistiques contemporaines. Ainsi, certains artistes adopteraient un processus de « déconstruction qui ébranle la notion d’œuvre d’art depuis les avant-gardes artistiques jusqu’à la période contemporaine ». Dès lors, ces nouvelles modalités de production obligent à « quitter une logique de réception pour adopter une logique de production ». Et c’est ici que se niche l’enjeu du propos de l’auteur : le droit doit s’attacher non plus au seul résultat, mais à la démarche même de l’artiste, afin de consacrer et de protéger le processus de création ».

sans-titreL’ouvrage de Judith Ickowicz est le fruit d’une thèse en droit soutenue en 2009. http://www.lespressesdureel.com/DOSSIER_PRESSE/1905_jda.pdf

Le droit après la dématérialisation de l’œuvre d’art, Judith Ickowicz, Les Presses du réel, mars 2013. http://www.lespressesdureel.com/sommaire.php?id=1905&menu=

Voir également Nathalie Delbard, « Judith Ickowicz, Le Droit après la dématérialisation de l’oeuvre d’art », Critique
d’art [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2015: http://www.lespressesdureel.com/DOSSIER_PRESSE/1905_critiquedart.pdf

 

L’histoire de l’art et l’art contemporain en question

Les anglo-saxons s’interrogent beaucoup en ce moment et à juste titre :

A lire dans Apollo magazine : Not just for the posh: rebranding History of Art, de Lara Prendergast (This article first appeared on Culture House Daily) : “There’s a campaign running at the moment to rebrand History of Art and clear up some of the myths surrounding the subject. It’s seen as a posh subject, studied by posh girls, and with good reason too: A-level History of Art is offered at only 17 state secondary schools out of more than 3,000, plus a further 15 sixth–form colleges. By contrast, over 90 fee-paying schools offer the subject ».

Pas seulement pour le chic : « relancer » la « marque »  Histoire de l’art
de Lara Prendergast (Cet article est apparu sur Culture House Daily):
« Il y a une campagne en cours en ce moment visant à modifier l’image de marque de l’histoire de l’art et dissiper certains mythes qui l’entourent. Ce domaine d’études est considéré comme snob, étudié par les jeunes femmes chics appartenant à l’élite  et ce n’est pas sans raison : seules 17 écoles secondaires publiques sur plus de 3000 offrent un cursus en histoire de l’art ainsi que 15 autres collèges. En revanche, plus de 90 écoles privées payantes offrent un enseignement sur ce sujet ». La suite: http://www.apollo-magazine.com/just-posh-rebranding-art-history/

Relancer l’histoire de l’art oui mais pour étudier quel art ? Dans le domaine propre à l’art contemporain, les critiques d’art s’interrogent également : voir à ce propos l’article en ligne sur Slate.fr :

L’art ne pose-t-il plus problème ? « Entre 1986 et 2012, le critique d’art new yorkais Joshua Decter rédige des articles portant sur l’art contemporain (en général aux États-Unis, mais aussi en Allemagne et en Grande-Bretagne). Ils sont rassemblés en 2013 et publiés aux États-Unis, puis repris tels quels dans cette édition française. Le titre n’est donc pas modifié d’une édition à l’autre. Il correspond d’ailleurs pleinement à l’idée déployée dans ces pages: l’art n’est pas une solution (à nos maux), il est un problème. Plus exactement, il est devenu un problème. Pourquoi ? Parce que, institutionnalisé, il ne se pose plus de questions et ne pose plus de problèmes à personne. Même l’art le plus critique relativement aux institutions est devenu atone. Et ce n’est pas tenir un discours cynique de le faire remarquer, ou d’en faire la critique –qui devient par là même une critique critique. Le philosophe américain Arthur Danto lui-même est appelé en renfort de la critique, puisqu’on lui doit l’idée selon laquelle l’art ne devient art qu’à partir du discours tenu par la communauté des spécialistes. Or les musées appartiennent à cette communauté. Donc l’art qu’ils acceptent de cautionner rentre bien dans leur cadre, puisqu’ils produisent eux-mêmes le discours qui légitime les pratiques contestatrices ».

La suite par Christian Ruby,le 12 juin 2014 : http://m.slate.fr/story/88421/art-probleme