Archives par mot-clé : commissaires d’expositions

La révolution Miró : encore et toujours un autre.

Invitation à l’exposition Miro au Grand Palais en 1974.

Le Grand Palais n’avait pas consacré d’exposition rétrospective à Miró depuis 1974. Un documentaire espagnol le dépeint alors comme un peintre poétique, naïf, surréaliste, aux signes énigmatiques.

L’exposition de 1974 en images.

Depuis le 3 octobre 2018 l’exposition Miró au Grand Palais attire des milliers de visiteurs chaque jour. Entre toiles, dessins, sculptures et céramiques accompagnées de poésies, l’exposition propose 150 chefs-d’œuvre de l’artiste catalan né en 1893, décédé en 1983.

Affiche exposition Miró, 2018.

Chaque période d’exposition a sa vision du peintre :

Après Jean Leymarie en 1974, c’est Jean-Louis Prat, commissaire de l’exposition et ami du peintre, qui rend hommage à 70 ans de création.

Entre 1974 et 2018, le Centre Pompidou lui avait consacré une exposition en 1999 au Capc à Bordeaux et une exposition en 2004 à Paris (240 oeuvres – dont 120 peintures).

Au-delà de la «peinture-poésie» ou de la « peinture de rêve » par lesquelles l’œuvre de Miró a été longtemps exclusivement désignée, apparaît ainsi une peinture « primordiale », une peinture à l’aube de la peinture, se cherchant elle-même dans une liberté absolue, qui sera donnée à apprécier. (Commissaire :  Agnès de la Beaumelle), 2004.

Pour Jean-Louis Prat, en 2018 :« A travers la peinture, le dessin, la céramique et la sculpture, Miró a inventé un nouveau monde. Cette exposition permet de le suivre tout au long de sa vie marquée par une création ininterrompue, en constant renouvellement ».

« Pour moi, disait Miró, conquérir ma liberté, c’est conquérir la simplicité. Alors, à la limite, une ligne, une couleur suffisent à faire le tableau. » (Pierre Bourcier, « Miró au coeur de la joie », Les Nouvelles Littéraires, 1968).

Le carnaval d’Arlequin, 1924.
Portrait de paysan catalan, 1924.

Coups tirés, trous coupés, patchs collés : l’assassinat du support : De très réels petits trous, de la taille d’une tête d’épingle, visibles seulement à la loupe, constellaient déjà subrepticement la surface solaire de Tête de paysan catalan [1924) et entamaient l’intégrité de la toile .

Dès les années 1920, se traduit dans ses œuvres, le mot d’ordre par lequel Miró s’est rendu fameux, et qui avait des résonances profondes en lui : assassiner la peinture.

Photo : ceci est la couleur de mes rêves, 1925.

C’est cette fois le rebelle, engagé dans les combats de son temps et de son pays, qui est clairement mis en avant.

Projet d’affiche Aidez l’Espagne, 1937.

Si l’engagement de Miró aux côtés des républicains espagnols est connu, l’exposition souligne qu’il s’est également intéressé  aux mouvements politiques et culturels de son époque : il suit avec intérêt les évènements de mai 68 à Paris où il séjourne alors. Il se lie avec les mouvements étudiants et artistiques catalans qui manifestent contre le franquisme en mai 68.

Joan Miró. Mai 68. 1968–73.
© Succession Miró/ADAGP, Paris et DACS, Londres 2011.

Il ne participera à l’inauguration officielle de sa première exposition rétrospective voulue par les  autorités espagnoles à Barcelone en 1968, comme le rappelle le DVD qui accompagne l’ exposition,  Joan MIRÓ, le feu intérieur (extraits). Ce film documentaire relate l’histoire du peintre et de ses oeuvres, en donnant une grande place aux témoignages, notamment celui de son petit-fils en charge de la gestion de son œuvre, de Josep Royo avec qui il a créé des tapisseries, des héritiers de son galeriste Aimé Maeght, et de Josep Llorens Artigas avec qui il réalisa ses céramiques. 

Affiche de l’exposition Miró en 1968, sur les Ramblas, à Barcelone.
Vue de l’exposition Miró, Barcelone, 1968.

La dernière  phase de sa création, de 1969 à 1983, reflète les nouvelles recherches qu’il mène sur les matériaux, les supports, et ses préoccupations.


Miró, Oiseaux proie fonçant sur nos ombres.  1970. Huile sur peau (vache).

L’espoir du condamné à mort, 1974.
 Miró a achevé l’oeuvre le jour de l’exécution par garrot du militant catalan Salvador Puig Antich.

Plusieurs de ses oeuvres ne peuvent toutefois plus être contemplées : la première a été perdue, la deuxième effacée par l’artiste, la troisième détruite lors des attentats du 11 septembre 2001.

-La première a été créée à Paris pour le pavillon de la république espagnole à l’exposition universelle de 1937  : en avril 1937, le gouvernement espagnol commande à Miró une décoration destinée au pavillon de la République espagnole conçu pour l’Exposition universelle qui se tient à Paris du 25 mai au 25 novembre 1937. Il réalise un grand panneau mural de sept mètres de haut représentant un paysan espagnol en révolte, El Segador [Le Faucheur], qui fait face à la toile monumentale de Picasso, Guernica.

Déplacée à Valence après l’exposition, cette oeuvre ne sera jamais retrouvée, sans doute détruite par les franquistes, à la différence du Guernica de Picasso qui participait à une exposition temporaire aux USA en 1939 et qui a ainsi été mis à l’abri à New York.

Miró créant Le Faucheur, 1937.

Du Faucheur subsistent quelques photographies en noir et blanc qui ont servi  à reproduire l’œuvre originale évoquée par la Galeria Mayoral, à l’occasion de l’exposition intitulée « Artistes revolucionaris », en 2017 à Londres, commémorant le 80e anniversaire du Pavillon de la République  espagnole de 1937 à Paris.

Pavillon de la République espagnole de 1937 à Paris. Réalisation de la copie du Faucheur.
La photographie de l’oeuvre reconstituée, en noir et blanc.

-La deuxième œuvre, c’est Miró lui même qui l’a effacée à Barcelone en 1969 après  l’avoir créée sur une surface vitrée du rez-de-chaussée de l’École technique supérieure d’architecture de Barcelone, située en dessous d’une fresque de Picasso.

Miró  ne souhaitait pas réaliser une performance. Il s’agit d’une œuvre collective éphémère, produite par Miró en collaboration avec les jeunes architectes du Studio PER entre le 26 et le 28 avril 1969 et détruite le 30 juin de la même année.

Joan Miró a raconté à Georges Raillard cette période de création (Georges Raillard, Miró. Ceci est la couleur de mes rêves, Paris, 1977).

L’action découle de l’invitation du bureau d’architecture Studio PER à participer à l’exposition Miró otro, ( « l’autre Miró ») organisée par le COAC et conçue par lui. Miró otro, qui défend les aspects les plus transgressifs de son travail, finit par devenir une contre-exposition à la grande rétrospective très officielle consacrée à l’artiste qui avait été inaugurée à l’hôpital Antic de la Santa Creu à la fin de 1968.

Sur proposition de Miró, les architectes ont préparé les surfaces vitrées en peignant un fond avec les couleurs jaune, rouge, bleu et vert, accompagné de messages en catalan en faveur de la liberté de la Catalogne. Miró a ensuite terminé la peinture murale avec de la peinture noire : Ce qui m’intéressait, c’était le geste immédiat, sur un fond préparé à l’avance avec des messages en catalan en faveur de la liberté de la Catalogne.

La peinture murale faisait 44 mètres de long, la surface peinte environ 70 mètres carrés. Le 30 juin 1969, Miró a effacé la peinture murale à midi 30 juin 1969, à l’aide d’un balai et d’un solvant. Le cinéaste Pere Portabella et le photographe Colita ont documenté l’exécution et l’effacement de la peinture murale, suivis de près par la presse de l’époque.

Miró a ensuite fait don aux architectes du studio PER qui avaient participé à l’action, du croquis de la peinture murale, dédicacé par l’artiste. A l’occasion du 40e anniversaire de la Fundació Joan Miró, ces architectes ont officialisé la donation de ce dessin à la fondation. Le croquis a été exposé à la Fondation Miró dans le cadre de l’exposition Joan Miró. 1956-1983. Sentiment, émotion, geste (2006-2007) et à l’exposition Joan Miró. L’échelle de l’évasion (2011-2012) À la Tate Modern de Londres.

Miró  disait : « Ma peinture ce n’est pas du tout un journal secret. C’est une force d’attaque qui s’extériorise ».  Georges Raillard.

Collège d’architecture de Catalogne, 1969, vue de la fresque de Picasso et de la peinture murale de Miró.
Miró achevant la peinture murale, 1969.
Miró effaçant sa peinture, 1969.

-La troisième œuvre  disparue est une tapisserie monumentale détruite le 11 septembre 2001 à New York : La « WTC Tapestry » (1974) de Joan Miró et Josep Royo, située dans le hall de la Tour Sud. C’était une tapisserie de six mètres sur dix, un mélange de laine et de chanvre.

WTC Tapestry (1974).

Célébré par l’Espagne d’après le franquisme, il restera en contact avec les jeunes artistes catalans :  Miró va peindre des costumes et des marionnettes, pour une pièce qui s’inspire d’Ubu roi d’Alfred Jarry, Mori el Mermaréalisée par la Compagnie catalane du Théâtre La Claca.

Mori el Merma a été créé en 1978 par Joan Baixas et Teresa Calafell au Teatre Principal de Palma, puis joué au Gran Teatre del Liceu de Barcelone.

Ce spectacle sera aussi présenté en 1978 au Festival d’Automne à Paris, en lien avec l’exposition que le Centre Pompidou  a consacré à ses dessins (21 septembre 1978 – 22 janvier 1979), (Commissaires du MNAM, Pierre Georgel, Isabelle Fontaine).

Vues du spectacle Mori el Merma, Archives du festival d’Automne, 1978.

Dans la dernière partie de sa vie, le peintre catalan suit de nouveaux chemins : le feu qui vient détruire ses Toiles brûlées, ses dessins d’immenses signes graphiques. Miró trempe ses doigts dans la couleur, peint avec ses poings, marche sur sa toile.

Pour Miró, il s’agit là d’un nouvel  assassinat de la peinture, à 80 ans.

Joan Miró, Toile brûlée, 1973, acrylique sur toile, déchirée et brûlée ensuite, 130× 195 cm, fondation Joan Miró, Barcelone.

-Sur la pratique de l’effacement par les artistes : Maurice Fréchuret, Effacer – Paradoxe d’un geste artistique, Les presses du réel, 2016.

-Sur Miró : Rémi Labrusse, Miró.Un feu dans les ruines, Nouvelle édition 2018.

Concurrence et spotlights dans le monde des musées : comment sortir du lot ?

Dans un contexte de mise en concurrence internationale et de ressources financières contraintes, il faut attirer un public nombreux et international : chaque musée doit avoir une icône le représentant. Le musée du Louvre a sa Joconde, elle contribue grandement à sa renommée mondiale. Il n’y a pas d’icône similaire au musée d’Orsay ou au Centre Pompidou. La directrice du musée des Beaux-arts de MontréalNathalie Bondil,  voulait que son musée puisse être identifié grâce à ces images de référence. Le dernier numéro de Conserveries Mémorielles sous la direction d’Yves Bergeron, fait le tour du Canada et présente pour chaque musée l’objet emblématique  en question, autant d’occasions pour découvrir la richesse et la diversité de ces musées :

cape_spear_main_ashx-small200#19 | 2016/ Objets, phares des musées canadiens /Entre pratiques muséales et enjeux identitaires/Sous la direction de Yves Bergeron, Marie-Eve Goulet et Catia Rodrigues :

« Dans les musées nord-américains comme ailleurs dans le monde certaines œuvres et objets se démarquent. On les désigne parfois comme des œuvres de référence ou des objets icône. Les visiteurs fréquentent les musées pour les voir ou les revoir. Objets de culte et objets fascinants, ils marquent profondément l’expérience de visite. Ce chantier de recherche mené à l’Université du Québec à Montréal s’inspire des travaux de Jacques Hainard sur les objets. Rappelons le constat que le conservateur du musée d’ethnographie de Neuchâtel formulait dans « Le musée cette obsession » : l’objet n’est la vérité de rien de tout. Les objets muséaux ne sont souvent que des prétextes à raconter des histoires. En ce sens, bien des musées manipulent dans les expositions les objets en les détournant de leur sens ou tout simplement en les utilisant pour soutenir un discours qui n’a pas toujours à voir avec leur véritable signification. Il y a une dizaine d’années, je me suis penché sur un cas emblématique de la muséologie canadienne. L’étude de l’astrolabe de Champlain (1) a permis de comprendre que l’objet le plus important des collections canadiennes était probablement un faux. Pourtant, cet objet, perdu au XVIIe siècle et retrouvé l’année de la Confédération canadienne en 1867 et racheté par le gouvernement canadien en 1989 pour l’ouverture du nouveau Musée canadien des civilisations (Musée canadien de l’histoire depuis 2012), a permis de mettre en lumière comment un simple objet pouvait devenir fondamental dans la construction d’une identité nationale.

À la suite de travaux exploratoires, j’ai proposé à un groupe d’étudiants de muséologie de poursuivre cette piste et d’identifier dans les musées québécois et canadiens les objets qui synthétisent en quelque sorte la mission du Musée et auxquels on accorde un statut particulier. C’est dans ce contexte qu’a pris forme ce corpus d’œuvres et d’objets phares. L’intérêt de ces articles réside dans le constat qui s’en dégage : les musées ne sont pas comme on le répète souvent « des lieux de conservation du patrimoine national », les musées sont aussi des lieux de production du patrimoine. Ces objets phares deviennent des prétextes à diffuser des discours. En réalité, nous avons constaté que l’authenticité des objets avait finalement peu d’importance, car le véritable enjeu se situe plutôt autour de la construction d’un discours centré sur la construction d’identités collectives. Ces objets phares prennent habituellement place dans les expositions permanentes et servent de repères dans le discours des musées sur l’identité des communautés qu’elle soit nationale, régionale ou locale.Ce groupe de jeunes chercheurs en muséologie propose une analyse originale de ce corpus documentaire en apportant un éclairage neuf sur le statut des objets muséaux. Yves Bergeron« . (1) Yves Bergeron. Astrolabe de Champlain : parcours d’un objet mythique du patrimoine canadien.

Les musées veulent susciter l’intérêt du public et sollicitent de nouveaux mécènes :

2_-juan-de-zurbaranLe musée des Beaux-Arts de Besançon, actuellement fermé pour travaux, crée des évènements autour d’une œuvre-phare,  par exemple, Zurbaran. Il multiplie les expositions temporaires hors les murs :  Un siècle de dessin français – Chefs-d’oeuvre du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon

WATTEAU

jeune-homme-545-ans-mecenat-crowdfunding-histoireYohan Rimaud, Conservateur au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, fermé au public pour rénovation. Confronté à la problématique d’animer le musée sans pouvoir inviter le public à le visiter, il a fait preuve d’originalité et d’audace pour faire parler du musée en lançant sa campagne de crowdfunding pour restaurer un « Portrait de Jeune homme à la roque rouge » malicieusement intitulée « Jeune homme de 545 ans cherche mécènes » : http://www.mbaa.besancon.fr/jeune-homme-de-545-ans-remercie-ses-mecenes/

sk-c-1174-1600x450Enfin, les curateurs, les commissaires d’expositions sont désormais sous les spotlights : ils peuvent, eux-aussi, être des relais efficaces de mise en valeur de certaines collections muséales solidaires, car relatives à une période  historique donnée ou à une région spécifique qui sont identifiées dans l’histoire de l’art. Voici quelques portraits: « Curator in the spotlight: Blaise Ducos, Musee du Louvre » sur le site CODART : Dutch and Flemish art in museums worldwide.

concurrenceA signaler, la parution de l’ouvrage Faire la concurrence. Retour sur un phénomène social et économique, Paris, collection Sciences sociales, Presses des Mines, 2016. qui évoque aussi le secteur patrimonial et artistique :

La concurrence est omniprésente dans nos sociétés et semble s’imposer aux acteurs qui en subissent les effets. Et s’il en était autrement ? Les auteurs de cet ouvrage invitent à changer le regard habituellement porté sur ce phénomène, pour s’interroger sur ses possibilités. Mettre en concurrence des individus, des produits, des services ou des organisations, ne va pas de soi. Cela suppose d’opérer des comparaisons et de les instrumenter, de préciser sous quel aspect les entités sont semblables ou dissemblables. Les acteurs ne restent pas passifs dans ces situations et doivent négocier, résister et s’interroger sur les bonnes conventions de mesure à adopter. Par-delà leur pertinence, c’est la  légitimité des modalités de la compétition qui peut être discutée. La perspective adoptée par l’ouvrage permet de parcourir une grande variété de terrains d’enquêtes (hôpital, industrie télévisuelle, marché du bio, musées, écoles de commerce, industrie high-tech, recherche, enseignement supérieur, secteur associatif), qui sont tous traversés par des luttes concurrentielles. Au fil des chapitres, la concurrence se révèle comme un processus collectif, aux mains de nombreux acteurs et dispositifs qui participent à la modeler, à l’organiser et à la faire évoluer sans parvenir nécessairement à la contenir. CASTEL P., HENAUT L., MARCHAL E.