Archives par mot-clé : collectionneurs

Une nouvelle extension du musée de l’Ermitage : un hommage aux frères Morozov et à Sergueï Chtchoukine

Le musée de l’Ermitage est encyclopédique. Il s’ouvre à l’art contemporain et depuis 1997, il a acquis de nouvelles œuvres d’art du XXe siècle,  comme celles de Soulages (Peinture 220 x 324cm, 19 janvier 1995 (cat. n° 1135) acquise en 2002) ou de Louise Bourgeois. qui a bénéficié d’une exposition temporaire au musée en 2001.

Le bizot groupe a salué en ces termes le 250e anniversaire de ce musée : “On 26 November 2014, Directors of the world’s largest museums, the Bizot Group members, congratulated Mikhail Piotrovsky and all the employees of the State Hermitage Museum on the 250-year anniversary of the museum. The greeting says: “The State Hermitage Museum is a unique cultural institution and the world’s leading museum. Russian history and culture are represented here as nowhere else, yet the museum is also an outstanding scientific centre. Over these 250 years the Hermitage has remained a centre of international museum cooperation”.

A l’occasion de cet anniversaire, le musée de l’Ermitage a ouvert progressivement depuis décembre 2014, de nouvelles salles  consacrées à un musée de l’art européen des XIX-XX siècles, installé dans les salles de l’Etat-Major général de la garde impériale, situées de l’autre côté de la place du Palais, et qui n’avaient jamais été utilisées jusque-là à des fins muséales. Ces salles accueillent désormais des expositions temporaires nombreuses.

800px-Petersburg-square

« Petersburg-square ». Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons –

Ce changement considérable de la structure et de la disposition des collections se présente au quatrième étage par un hommage à la mémoire des célèbres collectionneurs russes, les frères Morozov et  Sergueï Chtchoukine, évoqués en 2014 au festival de l’histoire de l’art de Fontainebleau,  par Tatiana Mojenok-Ninin ” Deux conceptions de la maison-musée, une même influence fondamentale sur l’avant-garde russe : De 1900 à 1917, Chtchoukine et Morozov rassemblèrent à Moscou des dizaines de Monet, Gauguin, Cézanne, Matisse, Picasso. L’un ne suivait que son intuition et ouvrait largement ses portes aux jeunes peintres. L’autre avait besoin de conseils, et sa collection n’était connue qu’au travers de revues. Mais tous deux inspirèrent une génération entière”.

Chtchoukine-Salon-Matisse-332x195

Grâce à eux, l’Ermitage peut réunir une brillante collection de peinture française, de l’impressionnisme aux mouvements du XXe siècle. Ce nouveau parcours de la peinture française débute avec la salle Claude Monet qui réunit quatorze tableaux du maître, puis une autre salle consacrée aux natures mortes d’Henri Fantin-Latour, la salle des paysages de Camille Pissarro et d’Alfred Sisley, le parcours se poursuit avec la salle d’Edgard Degas, et sa “Place de la Concorde”. Dans les deux salles suivantes sont installées les travaux d’Auguste Renoir. Ensuite figurent les œuvres de Paul Cézanne, Vincent Van Gogh, Paul Gauguin, les peintres du groupe “Nabi” :  Pierre Bonnard, Edward Vuillard, Maurice Denis. les salles consacrées à Matisse, Picasso et leurs contemporains, ferment la marche et viennent d’ouvrir en juin de cette année.

Le musée de L’Ermitage souhaite que ce nouvel accrochage, cette nouvelle exposition permanente de ses collections, qu’il a réalisée à titre expérimental, “devienne l’objet d’une discussion publique” : “Il  est important pour nous de recueillir les opinions des visiteurs du musée sur ses aspects positifs comme sur ses lacunes. Nous vous proposons de laisser une inscription sur le livre d’or spécial situé dans le bâtiment  de l’Etat-Major général de la garde impériale. Vous pouvez écrire aussi un commentaire sur le blog du musée, sur le site de l’Ermitage ou adresser un  message à cette adresse redactor@hermitage.ru”.

Pour le directeur du musée, le meilleur moyen de célébrer les 250 ans de l’Ermitage,  est d’organiser “un nombre encore plus grand d’expositions et de s’ouvrir encore plus au public”.

Visuels-hermisalles

Sur le musée de l’Ermitage voir également le documentaire de 83 minutes de  Margy Kinmonth : L’ermitage dévoilé, 250 ans d’histoire, sorti en salle, en France en septembre 2014.

 

Une fondation dédiée aux collectionneurs

La fondation « Collectiana » a été créée  à Bruxelles le 2 mars 2011, à l’initiative d’Axel Gryspeerdt. Le 24 mars 2011, elle a été reconnue en tant que fondation d’utilité publique. En sont membres fondateurs et administrateurs :

  • Président, administrateur délégué :  Axel Gryspeerdt, Professeur émérite en sciences de la communication
  • Trésorier : Didier Demeter, Licencié en Sciences Economiques
  • Jean-Claude Jouret, Professeur de marketing
  • Philippe Marion, Professeur à l’U.C.L.
  • Jacques Polet, Professeur émérite en droit et cinéma

Qu’il s’agisse d’œuvres d’art ou d’objets de toute nature, les collections privées constituent un élément essentiel du patrimoine artistique et culturel de nos sociétés.
  Le phénomène du collectionnisme touchant à toutes les facettes de la vie sociale et humaine, le rôle des collectionneurs est dès lors fondamental en matière de développement socioculturel.   En tant que fondation d’utilité publique, Collectiana souhaite favoriser la recherche scientifique dans l’ensemble des disciplines des sciences humaines, afin de mieux connaître le rôle exact joué par les collections dans le monde contemporain, ainsi que le phénomène du collectionnisme dans toutes ses dimensions, sociales, économiques, anthropologiques, psychologiques, historiques, etc.

choisir-voutchChoisir (Voutch)

La fondation souhaite ainsi éclairer par le biais d’études, de colloques, de soutien à des activités  et de tout autre moyen, la connaissance dans le domaine des collections et du collectionnisme culturel.http://www.collectiana.org/index.htmlLogo Collectiana

La fondation permet de découvrir des collections peu banales comme celle  de Philippe Decelle, conservateur et artiste, le  Plasticarium, à Bruxelles : http://www.collectiana.org/le-plasticarium-une-superbe-et-etonnante-collection-dans-un-lieu-merveilleux.html

http://www.collectiana.org/plasticarium.html

plasticarium-collection-02

Le papier découpé, un art populaire “transcendant”

Appelés canivets s’ils sont créés au canif, les papiers découpés relèvent d’une tradition millénaire en Chine et ont traversé les siècles en Europe, les couches sociales et même les genres. Ils ont tantôt été créés par des détenus, des nonnes, des paysans et des bourgeois aussi. Leur parcours a de quoi surprendre car l’art est difficile et minutieux, il demande de la patience, il est de l’ordre de l’intime, de la création modeste, humble, il s’offre. Il naît en maintes occasions, se manifestent lors de célébrations et aborde de nombreux thèmes : la religion et plus particulièrement le Christ, mais aussi les mariages, les fêtes ou les anniversaires.
L’ouvrage qui vient de paraitre est richement illustré et rappelle l’histoire de cet art populaire qui a pu transcender les genres, les classes sociales et les frontières.  Son auteure Felicitas Oehler, préside l’association suisse du découpage. Le parcours chronologique de son livre est centré sur l’Europe, plus particulièrement l’Allemagne et la Suisse, mais cette tradition existe aussi dans les régions de Lyon et de Besançon.

Parmi les premières créations mises en valeur, les images à décor de dentelles et les premiers canivets ( du XVIIe et de la fin du XIXe siècles). Cet art a ses collectionneurs, passionnés, ses galeries, ses expositions et ses rares musées. François Mathey, lui même collectionneur, les accueille dans son musée lors de deux expositions qui font date : “Ils collectionnent” en 1974 et “Artiste, Artisan ?” en 1977. A titre d’exemple, l’association ” trésors de ferveur” a sa propre collection de plus de 240 objets réunis depuis sa création, et gère une collection privée de plus de 4000 objets et 1500  “images de missel” comprenant, entre autres des reliquaires domestiques, des souvenirs de couvents, de pèlerinage et des canivets.

Felicitas Oehler décrit longuement dans son ouvrage les silhouettistes allemands et l’art de Johann Jacob Hauswirth (décédé en 1964), précurseur du découpage sur papier à sujet alpestre. Parmi les artistes présentés, Jean Huber, officier et juriste, peintre, graveur sur cuivre, et découpeur de papier, qui fut l’ami de Voltaire. Enfin,  notons la présence de nombreuses femmes au sein de la toute dernière génération de créateurs.