Archives du mot-clé Chomo

Portrait de Cérès Franco/Duc

La collection Cérès Franco et Pierre Bettencourt à Montolieu

 

La collection Cérès Franco à Montolieu, dans l’Aude, non loin de Toulouse et à deux pas de Carcassonne, accueille une exposition temporaire intitulée « L’internationale des visionnaires ». La Coopérative – Collection Cérès Franco, donne en effet depuis trois ans, carte blanche à un commissaire  invité. Cette année et jusquˋau 5 novembre,  il s’agit de Jean-Hubert Martin, qui a choisi au sein de la collection près de 280 oeuvres,  complétées par plusieurs pièces provenant de la collection Daniel Cordier.

Le titre de l’exposition est une référence à l’époque à laquelle Cérès Franco, collectionneuse brésilienne, ouvre sa galerie L’OEil de Boeuf à Paris en 1972 : des réfugiés de tous pays, fuyant les dictatures, affluent alors dans la capitale. Sur son site internet, la coopérative évoque cette histoire et l’approche adoptée par l’exposition temporaire :

 « La galerie de L’OEil de Boeuf était une ruche où se mêlaient des artistes du monde entier. Cérès Franco en était la reine,écrit Jean-Hubert Martin. Des peintres d’origines les plus diverses se retrouvaient là autour de cette infatigable animatrice d’un havre de liberté créative. Là s’élaboraient les idées neuves et audacieuses sur une peinture qui s’attachait à représenter l’homme, ses plaisirs, ses tourments et ses violences. »

Jean-Hubert Martin privilégie « Le regard avant toute chose » :

« Cette exposition privilégie une approche vagabonde, invitant le visiteur à mettre son sens de l’observation en éveil et à se poser la question suivante : « Que voit-on ? ». Avec une méthode qui s’apparente à celle d’un jeu de dominos ou à la structure d’une comptine, l’accrochage se présente comme une longue suite où chaque oeuvre dépend de la précédente et annonce la suivante, par un jeu d’affinités thématiques ou formelles. De petits ensembles monographiques (Chaïbia, Roman Cieslewicz, Manuel Mendive Hoyo…) viendront ponctuer l’exposition. Eloignée d’un ordonnancement muséal classique, cette logique associative et décloisonnante, où les sujets s’enchaînent sans obéir à des critères historiques, se rapprocherait plutôt de celle d’une collection privée, où époques et genres se mêlent bien volontiers, reflet d’un goût pluriel et évolutif. Ici, nul besoin de connaissances en histoire de l’art ; cette exposition, où se côtoient sans hiérarchie, artistes célèbres et parfaits inconnus, se veut ouverte à tous et repose avant tout sur les oeuvres et le regard actif de qui veut bien se prêter au jeu des différences et des ressemblances ».

Vue du premier étage.

Des oeuvres et des objets de curiosité provenant de la donation Daniel Cordier, galeriste et collectionneur, en dépôt depuis 1999 aux Abattoirs de Toulouse, complètent l’accrochage : Dado, Combas, Chaissac, Schröder Sonnenstern, ou encore des poupées de Nedjar entreront ainsi en résonance avec les oeuvres de la collection de Cérès Franco. Ce prêt permet aussi d’établir des rapprochements intéressants entre ces deux collections désormais implantées sur le territoire régional de l’Occitanie.

A découvrir, sur le site de la coopérative, la richesse et la diversité de la collection Cérès, où figurent des œuvres d’horizons très divers, comme cette photographie de Roman Cieslewicz (ci-dessus: Portrait de Cérès Franco/Duc) ou des créations de Chomo, Adzak, César ou Bengt Lindström :

Laurent Danchin..

aurent Danchin par Danchin par Jean-Luc Giraud
Laurent Danchin par Jean-Luc Giraud.

Laurent Danchin n’est plus. Correspondant en France de Raw Vision et proche de la revue Artension, sa disparition suscite hommages et  témoignages  émus et nombreux. 

Commissaire de plusieurs expositions temporaires, à la Halle Saint-Pierre, à l’abbaye d’Auberives, Laurent Danchin est avant tout un écrivain qui se passionnait pour la création brute singulière, hors normes ou apparentée et toutes ses manifestations qui résultent d’un besoin, d’une pulsion,  bien loin d’un métier ou d’une profession. Il a souhaité défendre ces créateurs et en parler lors de très nombreux entretiens et tout récemment encore. Il insistait tout particulièrement sur le mysticisme qui caractérise de nombreux auteurs d’art brut.

Laurent Danchin qui a écrit sur Artaud,  et Dubuffet, a aussi laissé  des « bonbons », ces petits ouvrages de l’association Mycelium,  dont le nom renvoie à ce tissu créatif, ce réseau organique de connections fécondes, comme il le définissait.

 20091012085659exposchom_0

Un de ces petits ouvrages, paru en septembre 2016,  est un condensé sur Chomo, un artiste auquel il a porté un très grand intérêt et à qui il avait consacré une exposition temporaire particulièrement réussie à la Halle Saint- Pierre.

Laurent Danchin était aussi  à la tête d’une association ayant pour but de sauvegarder l’oeuvre de Chomo dans la forêt d’Achères. Il était fier d’avoir pris cette responsabilité.

20170111_224447-1