Archives par mot-clé : Charles Gleyre

Charles Gleyre : l’académisme et ses fantasmes. Rencontre avec Michel Thévoz

A l’occasion, de l’exposition temporaire “Charles Gleyre, le romantique repenti”  qui se termine le 11 septembre 2016 au musée d’Orsay, Michel Thévoz a participé à une conférence qui peut être réécoutée  ici.

Une conférence inaugurale a été donnée par les deux commissaires de l’exposition, Côme Fabre et Paul Perrin, à réécouter à partir de ce lien.

Charles Gleyre. Autoportrait© Nora Rupp, Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne.

“Dans l’épopée qu’est l’histoire de la peinture française au XIXe siècle, le rôle de Charles Gleyre est trop souvent oublié.
Certes, ce Parisien d’adoption ne s’est guère préoccupé de sa postérité française. Né en 1806 dans le canton de Vaud, Gleyre est resté toute sa vie un citoyen de la Confédération helvétique et un farouche républicain.
Après le coup d’Etat exécré de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, il reçoit peu, n’expose plus et dédaigne les commandes publiques ; la maladie et la guerre de 1870 le contraignent à cesser son enseignement. Taiseux et solitaire, humble et cynique, Gleyre est déjà menacé d’oubli quand il meurt, en mai 1874. C’est en vain que son ami Charles Clément s’empresse de recueillir les derniers témoignages et de recenser maints chefs-d’oeuvre déjà dispersés à l’étranger : bientôt, seules les Illusions perdues, toile mélancolique du musée du Louvre, restent dans les mémoires. On se souvient qu’il fut le premier maître de Sisley, Bazille, Renoir”.

Michel Thévoz a aussi été conservateur au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Il est l’auteur en 1980 de l’ouvrage intitulé “Académisme et ses fantasmes : Le réalisme imaginaire de Charles Gleyre” qui vient d’être réédité.

livre_moyen_9782707303189

Il évoque, à travers plusieurs tableaux, cet  artiste vaudois qui trouve sa place à Paris (et qui est pourtant souvent obligé d’adapter son travail aux commandes qui lui sont faites), dans une société dont il partage apparemment les goûts mais dont il est aussi le symptôme, une société en voie de pétrification, qui voudrait arrêter l’histoire. Le goût prononcé du peintre pour les scènes violentes et obscènes (comme dans le tableau “Néron tuant sa mère”), s’accompagne d’audaces picturales, dignes de ses élèves impressionnistes, qui contribueront pourtant à son oubli.

Est-il “académique” ? Ce vaudois n’a pas de prix de Rome, ne sera pas membre de l’Académie, et si sa peinture semble classique, sa catégorisation ne va pas de soi.

Michel Thévoz propose d’adopter une nouvelle approche et un nouveau vocabulaire, pour analyser les rapports effectifs, les tensions, entre les tendances “modernes”, avant-gardistes et les tendances classiques, “néoclassiques”, comme le propose par exemple Nathalie Heinich dans son ouvrage Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique.

En effet, les peintres du XIXe siècle qui ont depuis été identifiés sous les étiquettes “d’impressionnistes” ou “d’académiques” voire de “pompiers”  se fréquentaient, interagissaient. Il faut, d’après Michel Thévoz, revisiter  régulièrement l’histoire de l’Art : ce passé est “imprévisible”, il doit faire l’objet d’une relecture périodique.

C’est le constat que dressait aussi Jean Clair en 2011 lorsqu’il a évoqué à ma demande les expositions pionnières de François Mathey aux Arts Décos :

“Je me souviens très bien de l’exposition « Equivoques », en 1973, qui portait sur la peinture du XIX ème siècle à laquelle je m’intéresse tout particulièrement. Cela montrait que les exclusions et les jugements péremptoires des critiques d’art n’étaient pas fondés, qu’il n’y avait jamais eu cette dichotomie violente entre la peinture académique et la peinture novatrice : des passerelles existaient, même si elles restaient au premier coup d’œil, invisibles. Il y avait aussi dans cette exposition (outre l’ironie, la provocation, l’audace) un intérêt pour l’iconologie : pour le portrait, les physionomies, qui m’intéressait beaucoup”.

EQUIVOQUESequivoques

Equivoques. peintures françaises du XIXe siècle. catalogue  et affiche de l’exposition qui a eu lieu au musée des Arts décoratifs du 9 mars au 14 mai 1973 (commissariat : Olivier Lépine et François Mathey).

 

 

Tumulte Gaulois, réalités et représentations à Clermont-Ferrand

Une exposition consacrée aux Gaulois, tels qu’ils furent et tels qu’on les représente, Tumulte Gaulois, réalités & représentations, est programmée  du 20 juin au 23 novembre 2014 et présentée simultanément au musée Bargoin ( archéologie, tapis et arts textiles: http://www.clermont-ferrand.fr/-Musee-Bargoin-.html ) et au musée d’art Roger Quilliot de Clermont-Ferrand ( http://www.clermont-ferrand.fr/-Musee-d-art-Roger-Quilliot-MARQ-40-) : http://www.latribunedelart.com/exposition-tumulte-gaulois-a-clermont-ferrand  et http://www.calameo.com/read/000000209eafa4627e2d9

A la une : Affiche publicitaire Pneumatiques Le Gaulois
 Ets Bergougnan , vers 1880
 Lithographie sur papier
 Clermont-Ferrand, musée d’art Roger Quilliot
Photo : collection MARQpneumatiques_le_gaulois-5ae3a

Plusieurs prêts d’objets sont prévus : 

1) de la part du  British Museum, Londres : le Battersea Shield (bouclier de Battersea), entre 350 et 50 av. J.-C., bronze, verre. Trouvé à Londres dans la Tamise, probablement près du pont de Battersea,

http://www.britishmuseum.org/explore/online_tours/britain/war__art_in_iron_age_britain/battersea_shield.aspx

ps260149_l
le Waterloo Helmet (casque de Waterloo), entre 150 et 50 av. J.-C., bronze, alliage cuivreux, verre. Trouvé à Londres dans la Tamise, probablement près du pont de Waterloo ;Britishmuseumwaterloohelmet

2) de la part du  Museum Archäologischer Park, Wiesbaden (Allemagne) : une réplique de la statue coiffée du prince celtique du Glauberg ou The Keltenfürst, Ve siècle av. J.-C., réplique en résine ; des Coiffes du Glauberg, répliques  ;europe-glaubergprince

 

 

 

 

 

3) appartenant au musée des beaux-arts, Lausanne (Suisse) :  Vercingétorix rendant ses armes à César, 1858-1859, dessin au fusain sur papier ocre, de Charles Gleyre ( peintre français, d’origine suisse, né à Chevilly, dans le canton de Vaud : Voir le dossier pédagogique consacré à ce peintre d’histoire : http://www.bcu-lausanne.ch/wp-content/uploads/2013/05/dp-09.pdf) ;thumbnail

 

 

 

 

 

 

 

4) appartenant au Musée national suisse, Zürich (Suisse) : un Casque provenant de la tombe 119, âge du fer, bronze, nécropole de Giubiasco ; un Casque provenant de la tombe 32, âge du fer, La Tène D, fer, nécropole de Giubiasco ; une Fibule type Ornavasso (fibule arbalète), provenant de la tombe 80, âge du fer argent, nécropole de Giubiasco.
La nécropole de Giubiasco compte parmi les ensembles archéologiques les plus riches du sud des  Alpes. Elle a été fouillée – en partie sans contrôle scientifique – au début du XXe siècle ; le  Musée national suisse conserve les découvertes et la documentation faites à cette occasion. Cette  nouvelle publication de la nécropole propose, pour la première fois, une analyse complète et  synthétique de la documentation, des structures et du mobilier du cimetière :

978-3-0340-0758-0

http://www.nationalmuseum.ch/ci/sammlung/publikationen/archaeologie/giubiasco_2.pdf

http://www.chronos-verlag.ch/php/book_latest-new.php?book=978-3-0340-0758-0&type=Kurztext