Archives par mot-clé : Chagall

Femmes artistes européennes et inspirées

La chaîne européenne Arte diffuse une série documentaire sur les femmes artistes – leur demandant de réaliser une exposition virtuelle mettant en avant leurs inspiratrices.

A la Villa Médicis, Tatiana Trouvé en a choisi plusieurs : voici ses coups de coeur (En ligne jusqu’au 31/05/2019) :

Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Plasticienne d’origine italienne travaillant en France, Tatiana Trouvé s’est imposée en quelques décennies comme une voix originale de l’art contemporain. Exposée à la Biennale de Venise et à travers le monde, elle explore dans ses installations et ses dessins le rapport entre espace, temps et mémoire. Dans l’exposition virtuelle dont elle est la commissaire, la plasticienne convoque les travaux des femmes artistes qui l’ont inspirée : la Suissesse Heidi Bucher, la Canadienne Liz Magor, la New-Yorkaise Martha Rosler, l’Afro-Américaine Beverly Buchanan, la Brésilienne Maria Martins ou sa compatriote, Lina Bo Bardi.

Liz Magor : depuis presque trente ans elle explore la trivialité quotidienne, le statut des objets :

Liz Magor.

Maria Martins — sculptrice :

A New York de 1939 à 1948, Jacques Lipchitz lui fait connaitre le travail du bronze, lequel devient son matériau de prédilection. elle fond d’étroites lianes d’airain. Cette longue saison américaine constitue sa période la plus féconde. A New York elle rencontre Marc Chagall et Piet Mondrian, et, à partir de 1942-1943, rejoint le groupe des surréalistes en exil (André Breton, Max Ernst, André Masson et Marcel Duchamp), devient « Maria » et rallie les thématiques surréalistes.(Archives of Women Artists, Research and Exhibitions). Ses sujets, en revanche, restent brésiliens et puisent abondamment aux sources des légendes amazoniennes.

Sculptures de Maria Martins.

Heidi Bucher Official website of Heidi Bucher:

Lina Bo Bardi — architecte installée au Brésil :

Beverly Buchanan, artiste qui a créé des oeuvres rappelant les petites habitations précaires (en cours de disparition), construites par les descendants des esclaves afro-américains dans le Sud du pays.

Beverly Buchanan (1940-2015) a exploré la relation entre la mémoire – personnelle, historique et géographique – et le lieu. S’engageant avec les mouvements les plus avant-gardistes de son époque, dont le Land Art, le post-minimalisme et le féminisme, elle a lié la conscience politique et sociale à l’esthétique formelle de l’abstraction. (Brooklyn Museum).

Brooklyn Museum: Beverly Buchanan—Ruins and Rituals.

Beverly Buchanan.

L’américaine Martha Rosler :

Martha Rosler, “Empty Boys”,
de la série : “House Beautiful: Bringing the War Home”, 1967-1972.
Photomontage.

Cette série documentaire sur les femmes artistes se poursuit avec d’autres expositions virtuelles proposées par :

-Monica Bonvicini (En ligne jusqu’au 07/06/2019), qui orchestre une exposition virtuelle d’artistes engagées, parmi lesquelles Andrea Bowers :

Radical Hospitality, détail. Andrea Bowers. 2015.

Sharon Lockhart, Mona Hatoum :

et Simone Forti :

Née en 1965 à Venise, Monica Bonvicini vit et travaille à Berlin, où elle enseigne la sculpture. Décorée de nombreux prix, dont un Lion d’or à la Biennale de Venise 1999, l’artiste est célèbre pour ses installations parfois monumentales dans lesquelles elle interroge et critique les structures de pouvoir, les valeurs traditionnelles ou les codes de l’architecture.

-Ursula von Rydingsvard (En ligne jusqu’au 14/06/2019), qui rend hommage aux plasticiennes contemporaines qui ont accompagné ses années de création : Kiki Smith, Judy Pfaff :

Judy Pfaff. Vues d’expositions.

Arlene Shechet mais aussi Sarah Sze, l’une de ses anciennes élèves.

Sarah Sze.

Née en 1942 d’une famille polonaise dans l’Allemagne en guerre, Ursula von Rydingsvard a passé les premières années de sa vie ballotée d’un camp de réfugiés à l’autre. Elle avait 8 ans quand sa famille s’est installée aux États-Unis. 

-Berlinde de Bruyckere, en ligne jusqu’au 21/06/2019. Elle rend hommage aux femmes artistes qui l’ont inspirée : Cristina Iglesias, Artemisia Gentileschi, Patti Smith Edith Dekyndt, Kara Walker :

Edith Dekyndt.
Kara Walker.


Berlinde de Bruyckere est connue pour ses sculptures et installations hyperréalistes, à la fois poétiques et profondément dérangeantes, la plasticienne belge se joue des frontières entre l’humain, l’animal et le végétal, le vivant et le mort :

Cette série documentaire est réalisée par Claudia Müller.

Dessins d’exception du musée Pouchkine

Le musée Pouchkine, à la Fondation Custodia, présente en 200 dessins, un condensé éblouissant de l’histoire de l’art et du dessin européens, du XVe au XXe siècle. L’ensemble des espaces d’expositions disponibles de la Fondation ont été mobilisés pour offrir une scénographie aérée, simple et bien éclairée.

Comme le précise Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia : « Les dessins du Musée Pouchkine sont mondialement connus mais n’ont, pour certains, jamais été montrés en Europe, et je suis heureux d’accueillir ces trésors ».

Albrecht Dürer (Nuremberg 1471 – 1528 Nuremberg), Putti danseurs et musiciens, avec un trophée antique, 1495
Plume et encre noire, 271 × 314 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Giuseppe Cesari, dit le Cavalier d’Arpin, les Collecteurs d’impôts (1591-1596).
Rembrandt Harmensz van Rijn (Leyde 1606 – 1669 Amsterdam), Étude d’une femme tenant un enfant dans les bras, vers 1650
Plume et encre brune, rehauts de blanc, 110 × 67 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Jean-Honoré Fragonard (Grasse 1732 – 1806 Paris), L’Attaque, fin des années 1770 Encre brune à la pointe du pinceau et lavis brun sur un tracé à la pierre noire, 343 × 460 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Nicolas Poussin (Les Andelys 1594 – 1655 Rome), Zénobie trouvée sur les bords de l’Araxe, vers 1640 Plume et encre brune, lavis brun, traces de pierre noire, 146 × 205 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Jacques-Louis David (Paris 1748 – 1825 Bruxelles), Étude pour la figure d’Hersilie, 1796.
Pierre noire, estompe, craie blanche sur papier beige, 488 × 395 mm
Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Caspar David Friedrich, Deux hommes au bord de la mer (1830-1835). Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Le panorama est exceptionnel : Dürer, Véronèse, Rubens, Fragonard, Tiepolo, Caspar David Friedrich, Renoir, Degas, Toulouse-Lautrec et Van Gogh,Signac, mais aussi Franz Marc, Grotz, Kandisky, puis Picasso des années 1900, Matisse, des esquisses de la Danse et des dessins des années 1940, Léger des années 1950…
Picasso, Etude pour la Composition à la tête de mort (1908). (c) Succession Picasso. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Vassili Kandinsky, Composition E (vers 1915). Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Portrait de Lydia Delektorskaya (1945). (c) Succession Matisse. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Musée Pouchkine. 500 ans de dessins de maîtres. Commissariat : Marina Lochak, directrice du Musée Pouchkine.

Figurent des oeuvres d’artistes russes moins connus, du XIXe siècle, comme Karl Brioullov :

Karl Brioullov (Saint-Pétersbourg 1799 – 1852 Manziana), Vallée d’Ithôme avant l’orage ; Chemin de Sinano après l’orage, 1835
Aquarelle sur un tracé au graphite. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

L’exposition permet également de découvrir les dessins de nombreux artistes de l’avant garde russe créés à partir des années 1900 et qui ont été conservés à Moscou : Chagall, Larionov, Gontcharova, Malevitch (alors figuratif), Tatline ..

mais aussi le peintre et illustrateur Alexandre Deineïka “qui a joué un rôle majeur dans le développement de l’art soviétique dans les années 1920”.

Vladimir Tatline (Moscou 1885 – 1953 Moscou), Un Szlachcic de Pologne, 1913 Aquarelle, lavis d’encre noire, graphite sur carton. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.
Kasimir Malevitch (Kiev 1878 – 1935 Léningrad), Enfants dans un pré, 1908.
Graphite et  gouache. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Conformément a la politique habituelle de médiation de la Fondation Custodia, une brochure gratuite destinée aux visiteurs, rassemble les notices détaillées de chaque dessin présenté.

Francesco Mazzola, dit Parmigianino (Parme 1503 – 1540 Casal Maggiore), Études de têtes, 1525-1527 Sanguine, 198 × 135 mm Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Du 2 février au 12 mai 2019, tlj de 12 h à 18 h sf lundi. Fondation Custodia – 121, rue de Lille – 75007, Paris.

Site Fondation custodia : http://www.fondationcustodia.fr

Le catalogue : Vincent van Gogh (Groot Zundert 1853 – 1890 Auvers-sur-Oise), Portrait d’une jeune femme (La Mousmé), 1888 Plume métallique, plume de roseau et encre noire, sur un tracé au graphite. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

Le  communiqué et le Dossier de presse

Visites guidées de l’exposition sur réservation les 1er, 16 et 30 mars, le 16 avril et le 8 mai à 12h30.

Matisse, La Danse, Composition 1, 1909, esquisse, plume et encre noire, aquarelle. (c)Succession Matisse. Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou.

L’ exposition des artistes vivants au musée avant 1965

Michel Ragon dans son dernier livre, cite Harry Bellet, « qui a rappelé très justement dans Le Monde que jusqu’au milieu des années 1960 il était interdit à un musée français de montrer une exposition monographique d’un artiste vivant, pour ne pas influer sa cote. Résultat de cette mesure, le déclin de Paris au profit de New York, qui n’obéissait pas à cette vertu. »
http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/10/03/l-oeil-de-la-critique_3489022_3208.html

En fait, cette pseudo règle a souffert d’exceptions notables et nombreuses :
Au MNAM, il est vrai qu’Atlan est exposé trois ans après son décès en 1963 et Soulages ( toujours actif ) en 1967 seulement, mais d’autres musées exposent de grands artistes de leur vivant, par exemple le musée d’art moderne de la Ville de Paris (Marie-Claude Dane) accueille en 1962 une exposition Mark Rothko et une exposition Mathieu en 1963.
C’est surtout au musée des Arts décoratifs à Paris que l’on peut voir des artistes vivants grâce à François Mathey :
1955 : rétrospective Picasso, oeuvres de 1900 à 1955.
1959 : rétrospective Chagall.
1960 : rétrospective Jean Dubuffet.
1961 : rétrospective Mark Tobey.