Archives par mot-clé : céramique

L’art brut japonais (2)

La mise en lumière internationale de l’art brut japonais remonte à l’exposition « Art Incognito » présentée en 1997 à la Collection de l’Art Brut à Lausanne. Le même espace a présenté en 2008 une exposition intitulée « Japon », qui se consacrait entièrement à la création japonaise. En 2010, la Halle Saint-Pierre a présenté la première exposition française sur l’art brut japonais — environ 1.000 œuvres créées par 63 auteurs. 2018 sonne le retour de l’art brut japonais à la Halle Saint Pierre avec « Art Brut Japonais II ». 

Cette nouvelle exposition  qui rassemble une cinquantaine d’auteurs : elle va permettre d’identifier certains créateurs. Au Japon, l’art brut a connu un vaste essor dans la province de Shiga à la fin du XXe siècle. Cette province, située au centre de l’île de Honshü, la plus importante de l’archipel, est pionnière dans la prise en compte et l’accompagnement des artistes handicapés. Les institutions spécialisées souhaitent y laisser libre cours à l’imagination et à la créativité de leurs patients.

Ces artistes sont soit issus d’ateliers pratiquant l’art-thérapie, soit ils sont autonomes. Ils utilisent des techniques et des matériaux divers comme la céramique, l’origami, le dessin, le textile, la sculpture ou bien l’assemblage d’objets comme Reiichi Hayashida :

Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.
Reiichi HAYASHIDA,Publicité pour un dîner chinois, 2016, Technique mixte, 45 x 60 x 9,5 cm Collection de l’artiste.
Reiichi HAYASHIDA,  Technique mixte.

Parmi la cinquantaine de créateurs présentés, voici quelques artistes remarquables dont certains ont été  déjà exposés  à  Nantes en décembre 2017. Chacun de ces artistes est un monde à part dépourvu de toute influence artistique extérieure. Pour autant, ils ne sont pas hors du temps et de la société, dans lesquels ils vivent.

Takeru AOKI, Aki Yashiro, 1997-2004. ©Satoshi Takaishi.
Vues de l’exposition.
Ichiro YOSHIDA
Né en 1960. Vit dans la préfecture de Tokushima. Grand personnage Pocket-Pocket. 2010. Technique mixte.
Takayuki AYAMA. Tortue bleue dans la mer. 2017.
Takayuki AYAMA. Léopard, guépard et bébé léopard – Bois de Zelkova, stylo graveur électrique, crayon de couleur, 2016 © Takayuki Ayama.

Sinichi Sawada est déjà reconnu et a intégré les collections lausannoise ; il est devenu une figure emblématique de l’art brut japonais grâce à ses céramiques, présentées lors de la Biennale de Venise 2013 :

Vue de l’exposition à la Halle Saint Pierre
(visite de Lucienne Peiry).
Création de Sinichi Sawada 
Naoya MATSUMOTO, Shachihoko, 2014,
Argile, 32 x 38 x 48 cm, OMIGAKUEN

Les autres œuvres présentées dans l’exposition sont souvent le fruit de nouvelles créations. Marie Suzuki (née en 1979) peint de vastes paravents :

Marie SUZUKI, Bara Bara So Waka, 2014, Paravent, stylo, 172 x 357 x 1,5 cm, Collection de l’artiste.

 Les origamis en feuille d’arbre de Yoshihiro Watanabe, qui sont d’une grande délicatesse, représentent des animaux :

Kasu Suzuki tisse et réalise un tissage inversé pour des formes volumineuses qu’ il suspend sous forme des cordes polychromes de 4,40 m :

Textiles et abstraction avec Misuzu Seko (née en 1981) qui emploie des fils de coton et de laine colorés qu’elle brode. Elle est présente dans la collection de Bruno Decharme :

Satoshi Morita (né en 1978) conserve des restes de fils dans des boîtes en carton : il les brode sur un tissu irrégulier. Il figure également dans la collection Decharme :

De nombreux dessins sont présents  dans l’exposition, comme la série des véhicules de Takumi MATSUHASHI :

Takumi Matsuhashi, Camion de papier, 2014.

ou bien les panoramas réalisés au stylo par Norimitsu Kokubo, artiste qui réside dans la Préfecture de Shiga;

ou les dessins et écrits de l’artiste Hiroyuki Komatsu résidant dans la même région :

Makoto Toya (né en 1944) a peint 61 rouleaux gigantesques de papier japon à l’acrylique :

Les motos jouets d’Akira YAMANE :

Akira YAMANE Metal Ranger V, 20152018, Technique mixte, 10 x 27 x 16 cm, Collection de l’artiste.

Une salle à part présente les travaux de deux survivants de la bombe atomique d’Hiroshima, deux artistes hibakusha, Masaki HIRONAKA et Yukio KARAKI,  qui, comme beaucoup d’hibakusha, témoins de la bombe d’Hiroshima, n’ont pu témoigner de ces visions qu’à un âge avancé.

Yokio Karaki avait quinze ans ; il vivait à seulement trois kilomètres du bombardement atomique : à partir de 1984 et pendant huit ans, il a réalisé onze peintures à l’huile et a fait don de ses œuvres au musée de Kyoto. 

Masaki HIRONAKA avait alors cinq ans et dix mois.

Alors qu’il cesse, bien des années plus tard de travailler, en 2000, il décide de rassembler ses souvenirs sous forme de carnets dessinés :

 

Masaki HIRONAKA, La bombe atomique d’Hiroshima, 2002, Stylos sur papier (copie d’originaux), 21 x 29,7 cm Collection de l’artiste.

A voir jusqu’en mars 2019.

Quelques ouvrages et biographies en français :

Quelques liens :

Diamants bruts du Japon.

Diamants bruts du Japon
durée 145’, japonais et sous-titres français, Collection de l’Art Brut/Lokomotiv films, Lausanne/Le Tourne, 2007.

artbrut.ch
hallesaintpierre.org
abcd-artbrut.net
musee-lam.fr
outsiderartassociation.eu
rawvision.com
josefhofer.at
prinzhorn.ukl-hd.de
gugging.at
folkartmuseum.org
outsider-environments.blogspot.org

https://abcd-artbrut.net/collection/

Ecomusées, musées de société : quelques expositions d’été

Grâce à la carte interactive établie par la FEMS – Fédération des écomusées et des musées de société, il est possible de faire un tour des expositions de l’été dans ces musées  de toutes sortes qui ne sont ni Beaux-arts, ni consacrés aux sciences. Il sont destinés à valoriser le patrimoine matériel (outils, habitat…) et immatériel (savoir-faire, métier…) d’un territoire et d’une population. Leurs expositions temporaires racontent  une histoire locale, nationale et internationale,  à travers la photographie, le cinéma, les métiers et leurs outils,  la céramique ou les papiers peints panoramiques. En voici  quelques exemples :

–  Dans le Nord, à Lewarde, le Centre Historique Minier créé en 1982 et qui reçoit 150 000 visiteurs par an en moyenne, propose une exposition des photographies de Thierry Girard, qui a photographié l’environnement des mines dans les années 80, au moment de leur fermeture. Cette exposition présente un « avant – après », conçu comme un carnet de voyage, mêlant des photos des années 70-80 et d’aujourd’hui. Carnets du Nord :

Au sein de l’exposition, un espace de consultation permet de découvrir les travaux d’autres photographes qui ont travaillé sur le thème du paysage : Naoya Hatakeyama, Charles Delcourt, Sophie Deballe à travers leurs catalogues d’expositions. Par ailleurs, les visiteurs sont invités à réaliser leurs propres photographies.

-Sur la façade Atlantique, en Bretagne « L’Empreinte de Rome » – au Port musée de Douarnenez  :

« Parfois perçue comme une région peu romanisée, la péninsule armoricaine dévoile aujourd’hui aux scientifiques un tout autre visage : cette pointe avancée de la province lyonnaise a connu une intégration complète à l’Empire romain.

Le  nom du Douarneniste le plus ancien connu, Caius Varenius Varus, figure sur une dédicace à Neptune. A la faveur de cette exposition, le Port-musée questionne l’héritage latin insoupçonné d’une région revendiquant sa celticité ».

 

 

A l’occasion du 30e anniversaire du musée des Phares et Balises d’Ouessant, Le Port-musée s’associe à cette démarche en programmant 2 films :

Le Chant de la mer. Film irlandais d’animation pour enfants  de Tom Moore, et Un Feu d’enfer. Documentaire 2018 .

Dans les Landes, le plus ancien des écomusées, celui de Marquèze,  évoque un photographe,  Émile Vignes, le “Nadar du pignadar”. Du 3 juillet au 31 août : Les photographies constituant cette exposition ont été puisées parmi les photographies les plus célèbres et représentatives de l’œuvre d’Emile Vignes, photographe landais (1896-1983) qui a immortalisé les scènes de vie quotidienne des Landes de 1916 aux années 1950.

Emile Vignes, « Après la tempête. Le Ellen échoué ». Capbreton, hiver 1928. Photo éditée dans le Pictorial Photography in America  et primée.

A Mane, dans les Alpes-de-Haute-Provence, au Prieuré de Salagon,  le céramiste et peintre chinois Bai Ming est accueilli du 29 juin au 28 octobre : Ming / La Lumière : Artiste largement reconnu en Chine, Bai Ming expose depuis plusieurs années en Europe : après le musée Cernuschi à Paris et Lisbonne, il a souhaité présenter ses œuvres – céramiques et peintures – dans l’église du prieuré de Salagon, sous les vitraux d’Aurélie Nemours.

salagon-museeprogramme-2018

Au musée Dauphinois à Grenoble,  ce sont les jeux Olympiques de 1968 qui font l’exposition : l’héritage culturel des Jeux  comprend notamment la fresque de l’artiste Pierre Vasarely qui avait orné les tribunes de l’Anneau de vitesse dans le parc Paul-Mistral).

Jean Dewasne avait aussi contribué  au décor en créant  des panneaux pour la pour le Stade de Glace de la ville :

Jean Dewasne (1921 – 1999) /Projet pour la décoration du stade de glace de Grenoble : 4ème élément/1967 – 1968/Gouache sur papier bristol/20 x 44,9 cm/Donation M. Daniel Cordier, 1989. Centre Pompidou.

-L’écomusée du Creusot évoque Mai 68 en photographies :

MAI 68, 50 ANS APRÈS En 1968, au Creusot, Paul Dalliance, photographe amateur, immortalise les acteurs et les événements. 50 ans après, il décide de faire don à l’Écomusée de la centaine de clichés préservés par le temps. Près de 80 ont été sélectionnés pour constituer la colonne vertébrale de l’exposition. Ils sont complétés par un fonds d’archives privé, prêté à l’Écomusée pour l’occasion. L’exposition s’appuie également sur la presse de l’époque, les archives des syndicats, les rapports et les télégrammes échangés entre les différents services de l’État et donne la parole aux principaux témoins ou acteurs pour proposer une radiographie locale des événements.

-En Haute-Saône au Musée départemental des arts et traditions populaires Albert et Félicie Demard à Champlitte :

L’exposition Murs & Merveilles. La papier peint s’expose au salon  : le musée s’est associé avec  le Musée du papier peint à Rixheim, le Centre de documentation Joseph Dufour à Tramayes, le Château de Saulx-de-Vesoul. Le musée de Champlitte présente des papiers panoramiques, prêtés ou issus de ses collections permanentes. Le panoramique Les Sauvages de la mer Pacifique de Dufour, (1804), dernière installation des marquis de Toulongeon au château de Champlitte, en est le point de départ. Œuvre réalisée pour agrémenter un salon d’hiver, ce décor fantasmé et exotique projette toutes les envies des propriétaires de l’époque. Installé au début du siècle, il témoigne de l’engouement de ce type de sujet auprès de différents collectionneurs.

-En Haute Vienne :

 

 

 

 

A Saint-Léonard-de-Noblat au Moulin du Got, une dizaine d’artistes présentent leurs créations originales en papier sur le thème des contes des cinq continents. Des sculptures, tableaux, découpages, peintures, pop up … illustrent les récits d’un patrimoine universel, plongent petits et grands dans un univers familier et les fait voyager vers d’autres cultures.

D’autres écomusés, en Alsace, dans les Vosges et ailleurs, ont rejoint la FEMS qui inclut également des musées des pays voisins.

 

Numériser les archives contemporaines : la TGIR Huma-Num.

Signalons un nouveau carnet d’hypothèses.org : http://humanum.hypotheses.org

Ce carnet du CNRS a pour ambition d’ouvrir un espace de convergence d’informations relatives aux activités de la TGIR (Très grand instrument de recherche) et de ses consortiums.

Archives des mondes contemporains (arcmc) est un consortium qui a pour objet «  la création d’un instrument de recherche collectif qui permette de répondre aux problèmes qui découlent de la nature même des archives de la période contemporaine (XIXe-XXe siècle) qui sont caractérisées tout à la fois par leur masse, l’hétérogénéité des supports (du papier au microsillon en passant par la photographie ou les disquettes informatiques, CD-rom et les supports vidéo anciens et récents), leur fragilité, la diversité de leur statut juridique (public ou privé), et la dispersion des lieux où elles sont conservées ».

 Un exemple : le fonds des archives industrielles des Établissements Vairet-Baudot : « La briqueterie Vairet-Baudot est une ancienne usine de production céramique installée au cœur de ce qu’on appelait au début du XXe siècle la « Vallée de la céramique ». Les premiers bâtiments sont édifiés en 1893, les plus récents en 1920. L’entreprise, créée par Jean-Baptiste Baudot, puis dirigée à partir de 1896 par son gendre Ernest Vairet, s’est spécialisée dans la fabrication de briques de pavage et de produits anti-acides destinés à l’industrie chimique. L’usine connaît son apogée durant la Première Guerre mondiale, employant alors une centaine d’ouvriers, et ferme ses portes en 1967, date à partir de laquelle l’usine est abandonnée au vandalisme, à la rouille et à la végétation ” [Source : http://www.ecomusee-creusot-montceau.fr/spip.php?rubrique63] En 1995, l‘Écomusée du Creusot-Montceau devient propriétaire de ce qui est devenue une épaisse friche industrielle. Il lance ensuite un chantier de restauration ». 

Un fonds d’archives industrielles classé et en partie numérisé :http://arcmc.hypotheses.org/840