Archives du mot-clé Centre Pompidou

Roman Cieslewicz : les coupes sombres d’un chirurgien de l’image

« Un simple assortiment de rêve sans les associations d’idées du rêveur,  sans connaître les circonstances dans lesquelles ils survinrent, ne m’intéressent guère, et j’imagine difficilement  qu’ils puissent intéresser qui que ce soit » écrivit un jour Freud à André Breton. Pour John Barnicoat citant Freud : « Le rêve ainsi détaché de son contexte est peut-être en effet dénué de sens pour un diagnostic,  mais utilisé  en tant que méthode et principe d’art visuel,  il a apporté à toute l’histoire de l’art et à celle de l’affiche en particulier, quelques idées d une grande richesse. » (John Barnicoat, Histoire concise de l’affiche, Hachette, 1972, p. 181).

Roman Cieslewicz a été l’un de ces brillants illustrateurs, un artiste/artisan, un affichiste qui a oscillé entre expressionnisme et surréalisme. Sa grande efficacité visuelle, ses découpages et collages ont fait son succès. Mais si son inspiration vient des grands mouvements artistiques d’avant-garde, elle est aussi liée directement aux manifestations de l’histoire politique de son temps.

 Cette exposition rétrospective, si réussie (et dont la commissaire est Amélie Gastaut), s’achève le 23 septembre prochain.  C’est grâce à la donation effectuée en 2013 par la veuve de Cieslewicz au musée des Arts Décoratifs (MAD) et aux nombreux prêts effectués par l’IMEC, et par le musée de Grenoble, que l’exposition est en mesure de retracer le parcours de ce graphiste de talent. Les créations de  Roman Cieslewicz  sont ici en pays connu. Il a  en effet (avec Jean Widmer)  réalisé les plus belles affiches des expositions et les couvertures de catalogues du  musée des Arts décoratifs, du CCI, puis du Centre Pompidou, mais aussi les couvertures de la revue Opus international dès 1967 ou bien l’affiche de la première exposition d’art contemporain, organisée par la RMN,  au Grand Palais en 1972.

Il est fêté en 1972  (18 février /17 avril 1972) par le Centre de Création Industrielle (CCI) au Musée des Arts décoratifs, l’exposition est alors vue par 3000 personnes.

Roman Cieslewicz a fait l’objet d’un livre et d’une exposition (1993), réalisés par Margo Rouard au Centre Pompidou :  il a d’ailleurs activement apporté son concours à cette première rétrospective.

 La presse évoque aujourd’hui « La grande rétrospective autour de celui qui se définissait comme « chirurgien de l’image » ou « aiguilleur de rétine », Roman Cieslewicz, […] exposition où se télescope l’incroyable travail de l’artiste avec l’histoire du XXe siècle, l’histoire de l’art, graphique et visuelle, l’histoire de la presse, du cinéma ou encore de l’édition… ». Et  surtout l’histoire politique de l’Europe, celle de la guerre, de l’après-guerre et sa  guerre froide, des tentatives de libération des pays d’Europe centrale, des années 68 et 70. Les cartels rappellent la biographie d’un créateur  au cœur de toutes les propagandes, où l’art  est éminemment politique.

Roman Cieslewicz est d’origine polonaise, né en 1930 à Lvov, Lemberg, là où ont eu lieu des pogroms, puis des exterminations de masse exécutées par les Einsatzgruppen. Ce lieu de naissance n’est pas anecdotique pour cet enfant de la guerre qui évoquera beaucoup ensuite la période nazie dans son travail.

Il entame à l’âge de douze ans dans cette ville, de 1943 à 1946, sa formation à l’École de l’Industrie Artistique de Lwów (1943-1946). La ville polonaise devient ukrainienne à la suite des accords de Yalta et intègre l’URSS. La famille de Roman Cieslewicz se déplace alors à Opole. En 1947, il va étudier à Cracovie. Diplômé en 1955 de l’école des beaux-arts, il part s’installer ensuite à Varsovie où il est engagé comme graphiste dans l’agence d’Etat WAG, qui éditait des affiches de propagande à thématique sociale, culturelle, politique.

La Pologne connaît alors une période d’ouverture qui ne dure que huit ans, et le retour au réalisme socialiste l’incitera au départ.

En 1961, il reçoit un prix du ministère de la Culture et de l’Art de son pays, pour l’ensemble de son travail. Avant de quitter la Pologne pour la France en 1963, Roman Cieslewicz a en effet réalisé une cinquantaine d’affiches, essentiellement pour des spectacles de théâtre qui sont dûment  représentées dans l’ exposition.

Son processus de création part d’images hachées menues, les critiques soulignent cette caractéristique :

Plus qu’il ne les crée, Roman Cieslewicz fabrique de toutes pièces les images. Grâce à une paire de ciseaux, de la colle, une photocopieuse, et surtout un œil acéré, il devient une figure majeure de l’art visuel en France, où il s’installe dès 1963.
Le graphiste (décédé en 1996) aura une brillante carrière de directeur artistique pour le magazine Elle, grâce à Peter Knapp, puis pour l’agence de pub Mafia dans les années 1970. Il crée l’identité visuelle des éditions 10/18 et des Guides bleus. Il s’engage au sein du groupe Panique aux côtés de Topor et d’Arrabal et de Jodorowsky et crée en 1976, la revue Kamikaze (revue d’information du groupe Panique).

La boîte rouge.

« Inlassablement, il découpe, classe, archive méthodiquement dans des boîtes thématisées : les yeux, la bouche, les mains, le cercle, la guerre, Auschwitz, États-Unis, etc., qui pourront lui servir de matériaux de création ».

L’exposition comprend 700 documents, son processus créatif et ses références sont souvent puisées dans l’iconographie de l’histoire. 

« Là, le corps féminin est disséqué et passé à sa propre moulinette, dans un esprit parfois surréaliste. On s’aperçoit que les couleurs rouge, blanche et noir, l’offset ou la trame du papier le fascinent. Il décortique absolument tout. »

Affiche polonaise de Roman Cieslewicz pour le film d’Hitchcock « Sueurs froides » (1958).

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

Quand David Hockney exposait à Paris en 1974 au musée des Arts Décos et rendait hommage au Louvre

Dès 1974, grâce au British Council et au financement de l ‘AFAA ( Association française d’action artistique), David Hockney a présenté ses oeuvres à Paris au musée  des Arts décoratifs de Paris, alors dirigé par Francois Mathey, coorganisateur de l’événement.

Le catalogue, bilingue, comprend notamment un entretien de l’artiste avec  le critique Pierre Restany.

La rétrospective actuelle ne comprendra peut-être pas  ces deux illustrations -hommage au Louvre et à Paris, ville où  l’artiste  a vécu de 1973 à 1975 : la première de couverture  s’intitule « contrejour on the french style- against the day dans le style français ». 1974.

Cette oeuvre est aujourd’hui  au Ludwig Museum, à Budapest.

La dernière de couverture  du catalogue « two vases in the Louvre » 1974,  sera aussi sur l’affiche de cette exposition.

 « Hockey lors de son séjour à Paris occupe l’atelier qui fut autrefois celui de Balthus. Au Louvre, il photographie, dessine cette fenêtre qui lui inspirera son Contre-jour… »

David Hockney fait partie de ces nombreux artistes inspirés par le Louvre et que Pierre Schneider évoquait à l’occasion de l’exposition « Copier-créer  » organisée par Jean-Pierre Cuzin en 1993 pour célébrer le bicentenaire de ce musée : Les pille-art du Louvre, publié le 27/05/1993 :

« Dès la création du musée, les plus grands peintres s’y sont nourris des oeuvres de leurs prédécesseurs. Pour les interroger, les dévorer, et, finalement, les oublier. La preuve en 330 peintures et dessins ».

A signaler également la parution récente des articles de presse de Pierre Schneider parus sous le titre « Chroniques de l’Express (1960-1992) Le droit à la beauté ».

 

La très attendue exposition « Cy Twombly »

Au Centre Pompidou : du 30 novembre 2016 au 24 avril 2017, est programmée la première rétrospective de l’œuvre de Cy Twombly, organisée en Europe depuis le décès de l’artiste survenu en 2011. Elle est donc très  attendue.

Elle bénéficiera  de la collaboration de la Cy Twombly Foundation et de son président Nicola del Roscio, de la Fondazione Nicola Del Roscio, à Gaeta et du soutien d’Alessandro Twombly, le fils de l’artiste.

« Elle reviendra sur la carrière de ce grand artiste américain. Construite autour de trois grands cycles: Nine Discourses on Commodus (1963), Fifty Days at Iliam (1978) et Coronation of Sesostris (2000), cette rétrospective propose un parcours chronologique de 140 peintures, sculptures, dessins et photographies entre l’héritage de l’expressionnisme abstrait américain et les origines de la culture méditerranéenne.

Si ses premiers travaux des années 1950 sont marquées par le primitivisme de l’époque, l’artiste achèvera sa carrière avec une oeuvre particulière, un plafond « bleu Giotto » rectangulaire réunissant une quarantaine de cercles d’autres couleurs figurant des boucliers antiques et sept cartouches portant le nom de sept sculpteurs célèbres de l’Antiquité grecque, commande du Musée du Louvre.

image_80

Rétrospective complète de l’oeuvre de Cy Twombly, elle souhaite souligner l’importance que celui-ci accorde aux cycles et aux séries dans lesquels il réinvente la grande peinture d’histoire. »

Toujours d’actualité pour découvrir l’oeuvre  de cet artiste, cette monographie intitulée  » Cy Twombly. Peindre, dessiner, écrire « (Paris, Éditions du Regard, 2004).

2016-08-15-21-28-48--2142378052

Et un site dédié à l’artiste retrace sa carrière artistique

Cy-Twombly-Fontainebleau-5-thumb-900x544-42564 pic01

 

 


Cy Twombly : Blooming, 2001 – 2008 Courtesy Archives Fondazione Nicola Del Roscio Photo : Studio Silvano, Gaeta © Cy Twombly Foundation
En savoir plus sur http://www.evous.fr/Exposition-Cy-Twombly-1190381.html#quGHmXqGKQwxXSih.99

 

 

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.