Archives par mot-clé : Caravansérail

Villa Art Déco : la maison musée Van Buuren

Une autre maison musée privée à Bruxelles dont les jardins sont également exemplaires : la maison musée Van Buuren: la collection de peintures parcourt cinq siècles d’histoire de l’Art; Maîtres flamands et italiens du 15ème au 19ème s., dont plusieurs huiles des deux fils de P.Bruegel, une École de Rembrandt, Guardi, Fantin-Latour, Ensor ou Van Gogh. Au 20ème s., Signac,Van Dongen, Foujita, M.Ernst et l’école belge de C. Permeke, R.Wouters, G. Desmet et autres : http://www.museumvanbuuren.be/oeuvres.php

Les objets Art déco sont nombreux : certaines pièces ont notamment été acquises lors de l’Exposition universelle de 1925 comme ce lustre :  ima_5044ee38e547c

ima_5044edc59afd5

David van Buuren fut seul mécène de G. van de Woestyne, précurseur du surréalisme. La maison abrite 32 de ses tableaux.

ima_5044ea3c3ac41

Cette œuvre de Van Dongen ne figure plus dans la collection, elle a été volée.ima_5044e9a348936

C’est dans la maison même où vécurent les Van Buuren qu’est établi un musée à leur nom. David (1886-1955), d’origine hollandaise, s’installe à Bruxelles en 1909. Sa carrière financière s’inscrit parmi les grands événements sociaux, politiques et économiques mondiaux du XXème siècle. 

Les jardins accueillent actuellement une exposition originale : http://www.museumvanbuuren.be/home.php

expo-jardins-fr

Reprise de “Relâche” de Satie et Picabia à Nancy

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

A voir la reprise de Relâche, mythique ballet de Satie et Picabia, par le Ballet national de Lorraine (Nancy) : http://www.ballet-de-lorraine.eu/saison-2013-14/rel%C3%A2che.html

relache

Ce ballet a été créé en 1924 pour les ballets suédois par Picabia : il abandonne pour lui la relecture du manuscrit de Caravansérail ( http://musearti.hypotheses.org/?p=1853 ) que l’éditeur Gallimard refusera poliment de publier. Picabia est alors en pleine rupture avec les Surréalistes et surtout avec André Breton, son cadet.

Le ballet débute par Entracte, un film de René Clair:

Satie___Picabia__Clair___Biorlin__prologue_de_Relache_entracte (1) http://m.youtube.com/watch?v=mpr8mXcX80Q

Le rideau se lève: les spectateurs sont aveuglés par 370 phares dirigés vers la salle:

tumblr_md10vyV0871qmktfqPicabia__maquet_de_Relache__Les_Hommes_se_devetissent_

Lire le scénario de “Relâche”,  sur le blog de Carole Boulbès, spécialiste de Picabia : http://caroleboulbes.blogspot.fr/2014/01/scenario-de-relache-francis-picabia-1924.html?m=0

À la fin de ce ballet, Erik Satie et Francis Picabia entrent sur scène pour saluer le public au volant d’une voiture de Rolf de Maré. Tout est provocation dans ce ballet, il s’agit de faire crier, de se faire huer le public, car dit le Dadaïste Picabia : « J’aime mieux les entendre crier qu’applaudir ». “Relâche vous conseille d’être des viveurs, car la vie sera toujours plus longue à l’école du plaisir qu’à l’école de la morale, à l’école de l’art, à l’école religieuse, à l’école des conventions mondaines.”

John Cage et Merce Cunningham revendiquent leur filiation (et celle de Fluxus) avec Dada et avec Picabia : voir à ce propos l’intéressant article de Carole Boulbès dans le n°409 de mars 2014 d’artpress :”Relâche, le remake, à Nancy” : http://www.artpress.com/article/21/02/2014/sommaire-du-ndeg409—mars-2014/29346

Sur l’histoire des ballets et des performances : http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/3-danse-et-performance/

Pour un hommage à Satie: satie_picabia http://lesmaitresfous.blogspot.fr/2011_08_01_archive.html?m=1

Picabia encore en conclusion : “Changer d’idées comme de chemises pour les garder propres”.