Archives du mot-clé Carambolages

VIVRE !! Une exposition de la collection d’art contemporain d’Agnès b.

Cette photographie "Le nageur" de Ryan McGinley, de 2004,
lart-contemporain-version-agnes_0_730_385 ouvre l'exposition en cours à la Cité de l'immigration. Elle regroupe 70 œuvres qui appartiennent à la styliste de mode Agnès b. Cela représente une petite partie d'une collection qui s'est constituée progressivement depuis près de 40 ans.claude-leveque-sans-titre-ensei-gnes-tubes-multicolores-1995-740x370Claude Leveque-sans titre-enseignes tubes multicolores-1995.
C’ est au gré d’affinités, de rencontres avec des cultures et des réseaux très divers, en fonction « d’histoires naturelles », qu’elle a réuni un ensemble unique.  De nombreuses expositions préalables ont permis de dessiner le portrait d’une grande collectionneuse, discrète.
 Agnès b. avait déjà exposé sa collection aux Abattoirs de Toulouse en 2004.
A Villeneuve d’Ascq, c’est une autre facette de cette collection qui a été présentée plus récemment au Lam en 2015.
Depuis longtemps,  Agnes b. mène une action de mécénat et effectue des prêts  d’oeuvres pour des expositions temporaires très diverses.
Elle a par exemple été partenaire de l’ exposition « Seydou Keïta » et de l’exposition « Carambolages », au Grand Palais en 2016.alighiero-boetti-mappa-del-mondo-tapisserie-sur-toile-1984-600x402
Alighiero Boetti-Mappa del Mondo, tapisserie sur toile-1984.
 jean-michel-basquiat-autoportrai-1983-courtesy-collection-agnes-b-498x700
JEAN-MICHEL BASQUIAT-autoportrait-1983-collection-Agnes-b
Agnès b. a ouvert dès 1984 sa galerie, la galerie du jour, qui poursuit sa programmation.
Mais elle cherche depuis quelque temps un lieu à la périphérie parisienne pour installer sa fondation :
Elle aimerait trouver dans un quartier défavorisé du Grand Paris un lieu qui serait « fonctionnel et sans luxe ». Il comporterait des salles d’exposition, une salle de spectacle et de projection, des résidences d’artistes :
A l’heure où les grands musées du centre de Paris fêtent leur 30 ou 40 ans et où les fondations privées  se focalisent sur leur installation  dans la capitale,  Agnès b. est à la recherche d’un lieu « ouvert vers des visiteurs qui ne sont pas habitués aux musées traditionnels ».

Des notices de catalogue en ligne, pour promouvoir l’exposition « Carambolages »

Dans le cadre de leur promotion et de l’aide à la visite, les expositions RMN-Grand Palais bénéficient depuis assez longtemps d’application téléchargeables. C’est le cas aussi de l’exposition  » Carambolages » qui bénéficie d’une application officielle gratuite, optimisée pour tablettes. La RMN -Grand Palais a choisi aussi de faire la promotion de ses expositions en mettant en ligne certaines notices de catalogue. Son magasine a ainsi mis en ligne depuis le début mars, les notices suivantes :

Un œil qui regarde  

oeil

(École française, Un oeil qui regarde, XVIII siècle, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques).

« Dès 1785, Lady Eleanor Butler écrit qu’un ami lui a montré « « Un oeil fait à Paris, serti dans une bague, une vraie idée française ».Mais c’est l’histoire du prince de Galles, futur George IV, qui lança la mode des yeux peints. À l’âge de 21 ans, en 1784, il tombe amoureux de Maria Fitzherbert, mais ne peut l’épouser, car son père George III n’y consentirait pas. En effet, la dame est catholique et la règlementation royale exige l’accord du père pour un mariage avant l’âge de 25 ans. Il simule alors un suicide qui ébranle la convoitée. Après avoir accédé à sa demande, elle s’enfuit pour plus d’un an sur le continent. Mais la passion du prince ne tarit pas et il lui envoie une lettre accompagnée de son oeil peint par le miniaturiste Richard Cosway « …………

 Listen to your eyes

  • Maurizio Nannucci, Listen to Your Eyes, 2010, installation à Villeneuve-d’Ascq, Paris, Centre national des arts plastiques
  • « L’installation de Maurizio Nannucci, qui se compose de cette courte injonction à destination de l’oreille de son spectateur, émet un paradoxe particulier. Il place l’individu qui le regarde dans une position inconfortable: le premier mot, qui invite l’auditeur à tendre l’oreille, le met vis-à-vis d’un phénomène oculaire, qui a priori, par définition, ne s’écoute pas. Cela intervient à trois niveaux de la pensée »….

  • Anne et Patrick Poirier : Mnémosyne, 1991-1992, bois peint à la tempera, collection Anne et Patrick Poirier, Paris, galerie Jean-Gabriel Mitterrand.
  • « L’œuvre d’Anne et Patrick Poirier déploie un complexe architectural, construit sur la base d’un plan elliptique, forme géométrisée du cerveau. Mnémosyne, la déesse de la Mémoire dans la mythologie grecque, lui a donné son titre » ……

Joachim-Raphaël Boronali, dit « l’Âne Lolo», Et le soleil s’endormit sur l’Adriatique, 1910, Milly-la-Forêt, espace culturel Paul-Bédu.

Ce paysage n’est pas l’œuvre d’un artiste mais un canular exposé au 26e Salon des indépendants en mars 1910. Ce Salon, créé en 1884 à Paris …accueillait toutes les tendances d’avant-garde que refusaient en général d’exposer la Société des artistes français ou la Société nationale des Beaux-Arts. Son auteur n’est pas « Joachim-Raphaël Boronali », peintre né à Gênes, mais l’âne Lolo du tenancier du « Lapin agile » à Montmartre, qui «peint» lorsqu’on lui présente des carottes………….
Selon Guillaume Apollinaire, ce tableau farce ne mystifia personne. Les organisateurs du Salon ne pouvaient le refuser sans bafouer leurs statuts. Ils l’accrochèrent donc dans la salle 22 réservée aux « artistes humoristes », sous le titre Et le soleil s’endormit. …….
 On a voulu mettre les rieurs du côté de l’art traditionnel, contre les peintres qui incarnent une recherche picturale inédite, les disqualifier, en leur déniant toute victoire possible sur les champs de bataille de l’art. Ce fut peine perdue. …………..
Car l’âne donna naissance à une véritable lignée : le 30 juin 2012, l’exploit est réitéré en public par Ben Vautier qui amena un âne à la villa Arson à Nice : « Lolo II » qui peignit la toile Et le soleil s’endormit sur Nice. Pour l’ouverture de la Fondation du doute (Blois, 6 avril 2013), Alain Biet fabriqua un âne-jupon, « Lolo III », qui réalisa à son tour une peinture performance, Et le soleil s’endormit sur la Loire.

Carambolages : interactivité et personnalisation de la visite.


n-CARAMBOLAGES-large570

De nombreux articles paraissent sur l’exposition Carambolages. Certains  trouvent l’exposition futée. Mais, l’absence de cartels inquiète, ou surprend  : « Cette nouvelle exposition entend totalement modifier notre approche traditionnelle de l’art , avec un pêle-mêle, oeuvres de tous genres. Un pari audacieux, autant que les cartels explicatifs sont absents » (Jérôme Stern).

Une exposition pour les enfants ou que les enfants comprendraient mieux que les parents ? Les œuvres peuvent-elles en pâtir ? Interactivité et personnalisation de la visite, si courants dans les musées scientifiques, prennent ici le pas.

L’exposition, qualifiée de « ludique » et « Internet », permet de débuter ou de poursuivre la visite et la découverte des œuvres sur les applications de la Rmn à télécharger. Voici une nouvelle rubrique, le choix des visiteurs..

 Cartels ou pas cartels ? Pour mémoire,  l’exposition Équivoques; peintures françaises du XIXe siècle au Musée des arts décoratifs, (9 mars – 14 mai 1973), F. Mathey et Olivier Lépine avaient omis les cartels. Ce qui n’avait pas manqué d’étonner et d’émouvoir.

EQUIVOQUESequivoques

Carambolages : revue de presse

A découvrir sur Rfi, et lu sur le blog de Thierry Hay :
 « Carambolages au Grand Palais : l’exposition qui ouvre les yeux et réveille les neurones
 Le Grand Palais propose jusqu’au 4 juillet 2016 l’exposition « Carambolages ». Le principe de cette présentation est inédit en France :  juxtaposer 184 objets et oeuvres d’art de toutes époques et de toutes provenances. Cette exposition originale est un cheminement dans l’art universel, un grand travelling artistique, où chacun se fait son propre film. La fin de l’histoire de l’art conventionnel ? « 20160229_183348
« A une époque où tout le monde se referme sur lui-même et où le communautarisme semble gagner du terrain chaque jour, faire valser les frontières et jongler avec les siècles ne fait pas de mal. Pouvoir accéder à l’art sans passer par la connaissance : le nouveau pari risqué du Grand Palais. D’une certaine façon, c’est une exposition complètement Internet puisque je suis passé sans cesse d’un lien à un autre… Est-ce que l’Histoire de l’Art se goûte ou est-ce qu’elle s’explique : telle est la question… »
20160229_184257