Archives du mot-clé Bruxelles

L’artiste et le musée du mois : Paul Delvaux au musée des Arts décoratifs, 1969

Il fallait avoir un certain sens de l’audace pour exposer un peintre surréaliste belge un an après mai 68. C’est ce qu’a fait François Mathey en 1969 en consacrant à Paul Delvaux une rétrospective du 22 mai  au 28 juillet 1969. Les critiques de l’époque  ne s’y  trompent pas :

« Paul Delvaux aux Arts Décoratifs, un frisson nouveau », Les Nouvelles Littéraires, 29 mai 1969.
Robert Goffin, « Paul Delvaux », Jardin des Arts, no 174, mai 1969, p. 68-79.
Jérôme Peignot, « Visite à Delvaux », Connaissance des arts, no 207, mai 1969, p. 78-85.
Françoise Choay, « Rétrospective Paul Delvaux », La Quinzaine Littéraire, no 74, le 1er juin 1969.
André Fermigier, « Les femmes nues de Paul Delvaux », Le Nouvel Observateur, 3 juin 1969, p. 50-51.

L’année 1969 a été particulièrement nourrie en matière d’expositions temporaires au Pavillon de Marsan, qu’on en juge :
Dubuffet édifices, 11 décembre 1968/ 17 février 1969
Yves Klein, 25 janvier/10 mars 1969 (première rétrospective dans un musée parisien)
Architectes méconnus, inconnus, 15 février/24 février 1969
Evard Munch, gravures, 6 mars/7 avril 1969
Niko Pirosmanachvili, 6 mars/7 avril 1969
Arman accumulations, 21 mai / 28 juillet 1969
César Daum, 2 octobre 1969 / 30 avril 1970
Ceroli, Kounellis,  Marotta, Pascali, quatre artistes italiens plus que nature, octobre 1969.

L’exposition de l’art contemporain à Paris, avant le Centre Pompidou, existait ailleurs que dans les galeries, il avait bien lieu au musée des Arts décoratifs. En témoigne le riche fonds de la photographe Hélène Adant conservé à la Bibliothèque Kandinsky.

Le peintre Delvaux, âgé de 72 ans en 1969, a réalisé 200 tableaux. 77 toiles sont exposées. Delvaux a le  trac face au public parisien et se confie à François Mathey qui lui a rendu visite dans son atelier à Bruxelles :
« 12 mai 1969. J’ai reçu ce matin votre gentille lettre avec beaucoup de plaisir. Et vous me donnez du courage pour affronter le public parisien, car il y a déjà plus de vingt ans que je n’ai plus exposé à Paris. Comme vous, j’espère que cela sera une réussite. J’ai beaucoup travaillé ces derniers temps au grand tableau que vous avez vu à Bruxelles et il est presque terminé. » L’exposition fut un succès.

Paul Delvaux a contribué à décorer le métro de Bruxelles, en réalisant en 1978, à la station de métro  » Bourse » une fresque intitulée  » Nos vieux trams bruxellois« :

2014-04-26 13.15.25

80 œuvres d’art contemporain sont en effet exposées sur ce réseau de transport : www.stib-mivb.be/irj/go/km/…/12-1348-ArtDansLeMetro_FR_LR.pdf‎

Les maisons musées Art nouveau à Bruxelles

Pour découvrir les décorations d’Art nouveau à Bruxelles, rien de mieux qu’une maison musée. La maison musée peut être privée ou publique, elle a un tarif d’entrée  en tout état de cause plus élevé que le musée et sa visite est limitée à 20 ou 25 visiteurs. Il s’agit d’une mise en valeur inimitable supérieure aux period rooms des musées, sans même évoquer les présentations hors contexte des musées traditionnels.

En voici quelques exemples : la maison Cauchie : ne se visite qu’un week-end par mois, mais sa façade est visible pour tous : http://www.cauchie.be/maison-cauchie/restauration/galerie-photos

147dd95b46344e8a8e7bb0d487530b51

 

 

 

 

 

 

 

La maison de l’architecte Hortahttp://www.hortamuseum.be/fr/la-maison/galerie

C’est un fleuron de  l’Art nouveau mais  l’ensemble riche du patrimoine Art Nouveau à Bruxelles peut être apprécié grâce à ce site : http://www.bruxelles-art-nouveau.be/regards/index.htm

Au musée du Cinquantenaire, une period room est hélas fermée (Le Pavillon Horta-Lambeaux) mais on trouve une salle figurant le Magasin Wolfers :

Dans cette collection, qui se limite pour le moment à une salle, le ‘Magasin Wolfers’, une partie de la production artistique de l’Art Nouveau à l’Art Déco est mise en lumière. Au moyen de scluptures, de verres, de céramiques et d’argenterie de table, un aperçu vous est donné des principales tendances stylistiques dans les arts décoratifs de 1890 à 1940. Les chandeliers de Henry van de Velde en sont les pièces maîtresses. Le mobilier et principalement les vitrines dans lesquelles sont exposées les œuvres d’art constituent une part importante de la collection et de la salle. Dessiné par Victor Horta, cet ensemble a été entièrement conçu à la demande de la firme Wolfers Frères pour la salle d’exposition de cette célèbre joaillerie bruxelloise.
 Il est incontestable que ce sont les nombreuses sculptures chryséléphantines qui attirent le plus l’attention dans le Magasin Wolfers. La plupart d’entre elles ont été créées spécialement pour l’Exposition coloniale de Tervueren en 1897. Notamment ‘Le Sphinx Mystérieux’  de Charles Van der Stappen, ‘La Caresse du Cygne’ de Philippe Wolfers et ‘Vers l’infini’ de Pieter-Jan Braecke, pour ne citer que celles-là, se classent indéniablement parmi les chefs-d’œuvre de la sculpture décorative des environs de 1900.

08ra102425_sc.73.tif-medium Sphinx mystérieux de Charles Van der Stappen.

Citons enfin le nouveau « Musée Fin-de-Siècle Museum » – Musées Royaux des Beaux Arts de Belgique n’a pas les richesses du musée d’Orsay, mais il est très aéré et met en valeur peu d’œuvres dans lieu  manifestement dédié à la pédagogie et d’ailleurs fréquenté par les écoles locales. Des artistes belges mais aussi des artistes français et britanniques sont ainsi bien représentés : http://www.fine-arts-museum.be/fr/les-musees/musee-fin-de-siecle-museum

 

Une fondation dédiée aux collectionneurs

La fondation « Collectiana » a été créée  à Bruxelles le 2 mars 2011, à l’initiative d’Axel Gryspeerdt. Le 24 mars 2011, elle a été reconnue en tant que fondation d’utilité publique. En sont membres fondateurs et administrateurs :

  • Président, administrateur délégué :  Axel Gryspeerdt, Professeur émérite en sciences de la communication
  • Trésorier : Didier Demeter, Licencié en Sciences Economiques
  • Jean-Claude Jouret, Professeur de marketing
  • Philippe Marion, Professeur à l’U.C.L.
  • Jacques Polet, Professeur émérite en droit et cinéma

Qu’il s’agisse d’œuvres d’art ou d’objets de toute nature, les collections privées constituent un élément essentiel du patrimoine artistique et culturel de nos sociétés.
  Le phénomène du collectionnisme touchant à toutes les facettes de la vie sociale et humaine, le rôle des collectionneurs est dès lors fondamental en matière de développement socioculturel.   En tant que fondation d’utilité publique, Collectiana souhaite favoriser la recherche scientifique dans l’ensemble des disciplines des sciences humaines, afin de mieux connaître le rôle exact joué par les collections dans le monde contemporain, ainsi que le phénomène du collectionnisme dans toutes ses dimensions, sociales, économiques, anthropologiques, psychologiques, historiques, etc.

choisir-voutchChoisir (Voutch)

La fondation souhaite ainsi éclairer par le biais d’études, de colloques, de soutien à des activités  et de tout autre moyen, la connaissance dans le domaine des collections et du collectionnisme culturel.http://www.collectiana.org/index.htmlLogo Collectiana

La fondation permet de découvrir des collections peu banales comme celle  de Philippe Decelle, conservateur et artiste, le  Plasticarium, à Bruxelles : http://www.collectiana.org/le-plasticarium-une-superbe-et-etonnante-collection-dans-un-lieu-merveilleux.html

http://www.collectiana.org/plasticarium.html

plasticarium-collection-02

Sources et veille : s’informer sur les expositions, les musées, en France et ailleurs

Deux sources qui permettent de s’informer sur l’actualité des musées et des expositions et qui peuvent ainsi participer à la veille sur ces sujets de recherche :

La lettre de Raphaël Pic : http://www.artaujourdhui.info/index.php

« L’Art Aujourd’hui est une société d’édition multimédia, créée à Paris en 2001 par des professionnels de la presse, de la communication et du marketing, à l’origine de nombreuses publications innovantes qui font toujours autorité dans leur domaine, tels Stratégies pour le monde de la communication, ou le Journal des Arts pour celui de l’art. »

Rédacteur en Chef, Rafael Pic : Expositions, musées, galeries, salons, enchères, livres, multimédia, l’Art en Europe et dans le monde. La lettre évoque de nouveaux musées en Europe :
– à Bruxelles, le musée  « fin de siècle » qui a ouvert le 6 décembre 2013 :
« Ces œuvres témoigneront de la multitude des disciplines artistiques entre 1868, date de la fondation de la Société libre des Beaux-Arts et 1914. Des peintres et des sculpteurs aussi renommés que Constantin Meunier, James Ensor, Henri Evenepoel, Fernand Khnopff, Léon Spilliaert ou encore Georges Minne témoignent de l’effervescence de cette période, qui s’est aussi manifestée dans tous les autres domaines de la création : littérature, opéra, musique, architecture, photographie ou poésie (Maurice Maeterlinck, Emile Verhaeren, Octave Maus, Victor Horta, Henri Van de Velde, Maurice Kufferath, Guillaume Lekeu, …). L’architecture Art Nouveau sera également évoquée, grâce à un outil de projection en 3D. Situé en plein cœur de Bruxelles, là où entre 1884 et 1914 les expositions des cercles Les XX et La Libre Esthétique ont fait de la ville l’une des capitales artistiques de la fin du XIXe siècle, ce musée se distinguera par son caractère pluridisciplinaire, grâce à un partenariat avec la Bibliothèque royale, le Théâtre royal de la Monnaie, les Musées royaux d’Art et d’Histoire, la Cinematek, la Bibliotheca Wittockiana et la Fondation Roi Baudouin, ainsi que la Région Bruxelles-Capitale dont le dépôt de la collection Gillion Crowet constituera l’un des points forts du parcours. »

musée fin-de-siècle museum – Every end is a new beginning.

Musée Fin-de-Siècle Museum
rue de la Régence, 3
1000 Bruxelles Site web http://www.fin-de-siecle-museum.be

– La fondation Arnaud qui ouvre un musée le 22 décembre 2013,  consacré à la la peinture du XIXe à Lens (Suisse) : http://fondationpa.ch/fr/100/homepage
La Tate Britain qui adopte une nouvelle présentation : http://www.tate.org.uk/
– La réouverture du Musée de Valence à compter du 14 décembre 2013.
http://www.museedevalence.fr/
La réouverture du Musée des  Beaux-Arts de Bordeaux le 19 décembre 2013.

http://www.musba-bordeaux.fr/

Plus pointu, pensé et critique, le blog bien connu des spécialistes, d’Élisabeth Lebovici, « Le beau vice » : http://le-beau-vice.blogspot.fr/?view=mosaic

Cette ancienne journaliste du quotidien Libération, titulaire d’une thèse de doctorat sur L’Argent dans le discours des artistes américains, 1980-81 à l’Université Paris X, est l’auteure de nombreuses monographies d’artistes et coorganise depuis 2006 le séminaire « Something You Should Know: artistes et producteurs » à l’EHESS, Paris.

Elle se fait l’écho notamment des rapports parfois malaisés entre recherche et musées, « au temps présent ». E. Lebovici note par exemple que le MoMA prend en compte les travaux de recherche les plus récents et modifient dans le cadre d’une prochaine exposition, ses cartels : le musée reconnaît ainsi l’apport des chercheurs, ce n’est pas toujours le cas ailleurs :

« Pour tenir compte de la recherche, qui  s’efforce de repenser l’histoire des représentations modernes au tamis des questions de genre et de sexualités, le musée a décidé de changer ses cartels pour une exposition à l’automne prochain et le fait savoir à celle qui a fait bouger les lignes. »

http://le-beau-vice.blogspot.fr/?view=mosaic#!/2013/12/qui-peur-des-etudes-de-genre-et-de.html