Archives par mot-clé : Breton

Paul Duchein : allégories martiales et reliques apprivoisées

Une nouvelle exposition de Paul Duchein, Paul Duchein : Reliques apprivoisées : Press kit ) est actuellement visible à la Galerie Robert Vallois – Sculpture moderne – Paris VIe,  du 3 avril 2014 au 3 mai 2014. Les lundis et samedis de 14h à  19h, du mardi au vendredi de 10h à 19h.

Sur le site de la galerie : http://www.vallois.com/page.php?P=fo/public/menu/sculpture_contemp/index

Figure de Montauban, Paul Duchein est aussi écrivain et  notamment l’auteur de deux ouvrages : Les épis de faîtage en France Méridionale et la France des Arts populaires :

 

 

 

 

imageregards eblpuis


 imagesfetages

.

896249073_duchein

Né en 1930 à Rabastens. Fait ses études de pharmacie à Toulouse. Vit et travaille à Montauban.

Commence à peindre à l’âge de 14 ans et travaille avec le céramiste Giovanni Leonardi pendant ses études secondaires.  Parallèlement à son métier, il fréquente les artistes et s’intéresse à la création artistique sous toutes ses formes,  organise des expositions, écrit de nombreux articles et préfaces, se passionne pour l’art brut, l’art populaire  et les arts premiers. Découverte du surréalisme et de Breton, rencontres déterminantes avec François Mathey, conservateur non conventionnel du Musée des Arts Décoratifs,  le peintre surréaliste Jacques Hérold, Alphonse Chave, galeriste hors normes, passionné d’art brut, Vieira da Silva.  Dès 1966, il réalise « clandestinement » des assemblages ;  il a composé à ce jour près de 2000 boîtes et plusieurs centaines de collages et assemblages par cycles thématiques.

Première exposition en 1986 à la galerie Chave à Vence préfacée par François Mathey.

catalogue_rituels de memoire

Durant vingt ans (1974-1994) Paul Duchein est directeur de la rédaction de la revue nationale des pharmaciens pour laquelle il rédige des chroniques régulières et compose des photomontages pour les couvertures. Paul Duchein préside et anime depuis 1972 les « Rencontres d’Art » au musée Ingres de Montauban. Paul Duchein vient d’écrire un autre ouvrage paru en 2014 aux éditions ADABS.

Le site de Paul Duchein : http://paul-duchein.com/

Paul Duchein sur le site de la galerie Chave : http://galeriechave.com/artiste-paul-duchein.html

artiste duchein chez chave

 

 

 

 

 

 

Le CNDP lui consacre un dossier en 2010 : http://www.cndp.fr/crdp-toulouse/spip.php?page=dossier&num_dossier=2737

« Lorsque le rideau se lève sur l’univers insolite de Paul Duchein, un vent de fraîcheur et de fantaisie s’élève, qui déride les visages, chasse le poids du sérieux, donne droit de cité au plaisir et à la gaité.
« Petites histoires entre nous » : tout un programme délicieusement narratif, radicalement créatif, sans complexe ni prétention. Un tourbillon ludique, enjoué, d’inventions cocasses, de rencontres inopinées, d’assemblages improbables. Ingres, Galilée, Mozart, Chopin, Clémence Isaure… revisités par un esprit facétieux sans doute, tendre à l’occasion, drôle toujours… »
Brigitte Quilhot-Gesseaume,  Extrait du texte du catalogue de l’exposition,  (septembre 2010).

Paul Duchein à Montauban : Les Coups de cœur de Paul Duchein, article de La Dépêche  le 18/04/2013 : http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/18/1608750-montauban-les-coups-de-coeur-de-paul-duchein.html

 Site du musée Ingres à Montauban : http://www.museeingres.montauban.com/

 

 

Picabia, historien des années 1920

A l’occasion des 60 ans de sa mort, rééditition de l’unique roman de Francis Picabia : Caravansérail.

“Texte de référence épuisé depuis des années, Caravansérail est un roman autobiographique, mais aussi un document majeur où l’artiste règle ses comptes avec les principaux acteurs de dada, du surréalisme et du monde de l’art en général.  Publié à titre posthume en 1974, il était épuisé depuis les années 1980. Ce projet artistique, intellectuel et patrimonial apporte sur les années 1920 un éclairage historique jubilatoire et unique.  Unique roman de Francis Picabia, Caravansérail : tel est le sésame et l’ultime réponse de ce roman où il exprime l’essentiel de ses idées.  Texte autobiographique à clés et à tiroirs, Caravansérail se présente comme une série de tableaux évoquant avec causticité l’esprit d’une époque”.

Picabia en rupture avec les Surréalistes et Breton, crée ici un roman à son image : sa relecture finale n’aura pas lieu car Picabia ne trouve pas d’éditeur. Il abandonne ce texte et se lance en 1924 dans la création du Ballet “Relâche” révolutionnaire, une rupture créatrice dont les membres de Fluxus peuvent se réclamer.

Lire des extraits :
http://widget.editis.com/belfond/9782714456595/#page/1/mode/1up

A redécouvrir à cette occasion :

Christian Derouet, Francis Picabia ; lettres à Léonce Rosenberg 1929-1940, Cahiers du Mnam, 2000.


© Francis Picabia – la révolution Espagnole 1937 (huile sur toile)