Archives par mot-clé : Berlin

Mantegna et Bellini : Venise, Londres, Berlin

Les oeuvres d’Andrea Mantegna (né près de Padoue) et celles de son jeune beau-frère Giovanni Bellini (né à Venise) sont réunies dans une suite d’expositions temporaires exceptionnelles, à Venise, à Londres puis à Berlin. Si quelques unes de ces oeuvres ne seront pas de toutes les étapes du voyage, chaque lieu mettra en valeur les caractéristiques des deux artistes.

La présentation de Jésus au temple. Andrea Mantegna. Vue de l ‘exposition à la National Gallery. Londres.
Présentation de l’exposition temporaire qui ouvre à Londres en octobre.
Giovanni Villa raconte : Bellini et Mantegna à la Fondation Querini Stampalia à Venise. Les deux "présentations au temple" de Bellini et de Mantegna ont été exposées ensemble, du 21 mars 2018 au 1er juillet 2018 à la Fondazione Querini Stampalia à Venise.

A Londres et à Berlin, ce sont près de cent d’œuvres qui seront réunies.  L’ivresse de Noé (1515) de Giovanni Bellini est une œuvre identifiée par Roberto Longhi en son temps et notamment exposée par Michel Laclotte pour  clore l’exposition De Giotto à Bellini en 1956 puis ouvrir en 1993 Le Siècle de Titien au Grand Palais. Elle vient d’être restaurée : figurant à Londres, elle rejoindra son propriétaire, le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon, pour sa réouverture prochaine, le 16 novembre 2018.

L’ivresse de Noé. Giovanni Bellini après restauration. Septembre 2018.
Visite de l’exposition.
La présentation de Jésus au temple. Giovanni Bellini.
©Fondazione Querini Stampalia. Venise.
La présentation de Jésus  au temple. Andrea Mantegna.
© Staatliche Museen zu Berlin, Gemäldegalerie.

Après Londres (Commissariat : Caroline Campbell), l’exposition sera présentée à Berlin ( Commissariat: Neville Rowley) du 01.03.2019 au 30.06.2019 :

For the first time, the Staatliche Museen zu Berlin and the National Gallery, London are presenting the intricately related work of the artists Andrea Mantegna (ca. 1431-1506) and Giovanni Bellini (ca. 1435-1516). With around 100 works, this will be the first full-scale exhibition to present the work of these two masters of the Italian Renaissance side by side.

In 1453 the ambitious, dynamic painter and printmaker Andrea Mantegna, who was active in Padua, married into the Bellini family, who were among the leading painters in nearby Venice. Mantegna’s brilliant compositional innovations and his deep interest in classical antiquity made a major impact on his youngest brother-in-law, Giovanni Bellini. During this time, Bellini’s distinctive painterly style also made a deep impression on Mantegna’s work. After just 10 years of close collaboration, their paths parted. In 1460 Andrea moved to Mantua, where he remained Court Painter to the princely Gonzaga family until his death. Giovanni, on the other hand, spent his entire artistic career in Venice. They were active in very different environments, and their artistic styles developed in very different directions. Yet through all phases of their creative lives, their work provides evidence of their continuing artistic dialogue, something that can be sensed even today.

The collections of the National Gallery and the Gemäldegalerie boast an extraordinary range of high-quality works by Mantegna and Bellini. The collections include masterpieces from all creative phases of these two extraordinary artists. Additionally, the Kupferstichkabinett and the British Museum house rich collections of works on paper by Mantegna and Bellini, by their family members, and by their protégés. Around this nucleus, the exhibition gathers together a number of outstanding loans. This allows the differences and similarities in the work of these two major artists of the Renaissance to be teased out in an exemplary fashion. These unexpected connections and breathtaking juxtapositions make up the unique attraction of this exhibition.

Les travaux sur papier des deux artistes ne sont pas oubliés. Mantegna fut aussi graveur. Ces dessins et gravures proviennent notamment  de Berlin et de Londres (Kupferstichkabinett :  commissariat Dagmar Korbacher ; British Museum : commissariat Sarah Vowles).

Andrea Mantegna. Flagellation de Jésus Christ
© Staatliche Museen zu Berlin, Kupferstichkabinett / Jörg P. Anders.
Andrea Mantegna, Jésus Christ dans les limbes 
© Staatliche Museen zu Berlin, Kupferstichkabinett / Jörg P. Anders.
G. Bellini, Saint Marcus heals the hand of the cobbler Anianus 
© Staatliche Museen zu Berlin, Kupferstichkabinett / Jörg P. Anders.
Muse dansant. Andrea Mantegna.
© Staatliche Museen zu Berlin, Gemaldegalerie/ Jörg P. Anders.
Résurrection du Christ. Giovanni Bellini.
© Staatliche Museen zu Berlin, Gemäldegalerie / Jörg P. Anders.

L’exposition à Berlin s’accompagne d’une autre exposition consacrée à la restauration d’œuvres : Bellini plus Research and restoration (14.10.2018 – 21.07.2019) : il s’agit là d’un groupe d’œuvres peintes par Jacopo Bellini et son atelier : elles n’ont pas été montrées depuis la seconde guerre mondiale.

Andrea Mantegna, The Agony in the Garden, vers 1455-6.
©National Gallery
Caroline Campbell, Head of Curatorial, discusses ‘The Agony in the Garden’, by Giovanni Bellini, an incredible painting by one of the most influential and celebrated Venetian artists. The talk also looks at Bellini’s pioneering portrayal of natural light, and compares his depiction of this biblical story to a painting
Giovanni Bellini, The Agony in the Garden, about 1458-60. ©National Gallery

Art urbain : entre abstraction géométrique et trompe-l’oeil en 3D

L’art urbain,  les graffitis,  ont la cote et  leur reconnaissance s’accroît depuis quelques années déjà, comme l’indiquent les blogs et les revues qui recensent les  nombreux artistes qui sont rassemblés sous cette étiquette.

Une tendance de l’art urbain, de l’Art de rue, parmi d’autres, remet au premier plan l’abstraction géométrique. En 2016, des  abstractions en 3D remarquables, avaient été réalisées par un collectif, dans une ancienne école à Saint-Jean-de-Luz :

L’artiste LX. One, qui partipait à cette création, avait réalisé  deux ans auparavant dans une villa à Biarritz,  un environnement  similaire :© Photos Damien Dohmen de  Gardères & Dohmen Photography. 

Le projet s’intitulait : « 40 jours » le projet artistique de Lx.One : website / Instagram (lx1one) / Vimeo.

Il s’agit dans les deux cas de graffitis, d ‘un travail éphémère de quelques semaines à quelques mois, où  domine l’abstraction géométrique en 3 D, et qui intervient avant la rénovation ou la reconstruction d’un site. 

La démarche rappelle certaines créations observées en Allemagne, où l’art urbain est souvent lié à la culture industrielle .

Parfois, c’est le retour du trompe -l’oeil , qui surprend dans l’art de rue, en recréant des  motifs figuratifs des plus saisissants,  comme cette oeuvre d’Edgard Mueller,

« Lava Burst »,  réalisée pour fêter le trentième anniversaire du festival international de l’art urbain à Geldern en Allemagne.

Musée départemental de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte (Lorraine)

27-28 et 29 mars 2014 : colloque international, D’une guerre à l’autre : que reste-t-il de 1870-1871 en 1914 ?

Cette première manifestation scientifique – au sein d’un tout nouveau musée

a pour objectif de mettre en relation la guerre de 1870 et la Première Guerre mondiale,

en tenant compte des recherches les plus récentes.

Histoire du musée : http://www.cg57.fr/vivrelamoselle/Pages/Tourisme/museesdepartementaux/MuseeGravelotte.aspx

Le programme : http://chsp.sciences-po.fr/sites/default/files/Gravelotte_colloque_DP-1.pdf

A signaler : VENDREDI 28 MARS 2014 : MÉMOIRE LOCALE, MÉMOIRE NATIONALE
SAMEDI 29 MARS 2014 : REPRÉSENTATION ARTISTIQUE ET ENSEIGNEMENTS DES OBJETS :
Présidente de séance : Ursula E. Koch
“La guerre de 1870 en peinture, du témoignage au refoulement”, François Robichon, Université Lille 3
“Armée, société et culture matérielle, de la guerre de 1870 à la Première Guerre mondiale”, Élise Dubreuil, Musée de l’Armée,

Paris : http://www.musee-armee.fr/accueil.html

“Der Kampf um die Fahne. Feldzeichen in der
Erinnerungskultur des Deutsch-Französischen Kriegs”, Thomas Weißbrich,
Deutsches Historisches Museum, Berlin : http://www.dhm.de

 

Guerres, désastres et ravages : les prochaines expositions

Plusieurs expositions sont consacrées au thème de la guerre en Europe et évoquent ses ravages,  ses désastres :

Au Louvre-Lens : Les désastres de la guerre 1800-2014
http://www.louvrelens.fr/desastres/-/asset_publisher/VsusbMfi3xaU/content/les-desastres-de-la-guerre?p_r_p_564233524_assetsIds=72214

A la une : “L’Oublié”, huile sur toile, 1872, d’ Émile Betsellère. “Jeune soldat mortellement blessé, étendu à plat ventre sur le sol couvert de neige après la bataille (1870). Il se soulève sur ses bras ; beau profil. Intéressante impression de vent glacé soufflant sur la scène. (Salon de 1872)”. Le tableau est au musée de Bayonne : http://notesdemusees.blogspot.fr/2008/06/bayonne.html

du 28 mai au 6 octobre 2014 : L’exposition bénéficie du label national “Centenaire” et s’inscrit dans l’opération “Guerres et Paix” des musées du Nord – Pas de Calais.
C’est la plus complète :

« L’exposition s’intéresse à une vingtaine de conflits comme à autant de tournants, qui génèrent des problèmes nouveaux en matière de technique et de politique de représentation. Près de 170 artistes sont représentés, à travers tous les supports (peinture, sculpture, arts graphiques, photographie, cinéma, vidéo, installations, bande dessinée, image d’Epinal, dessin de presse, etc.) : Beckmann, Betsellère, Capa, Daumier, David, Delacroix, Delaroche, Detaille, Dix, Doré, Erro, Fautrier, Fenton, Gance, Géricault, Goya, Grosz, Hartung, Heartfield, Kudo, Lebel, Léger, Lejeune, Lupertz, Masereel, Masson, Meissonier, Méliès, Miller, Ming, Moore, Music, Nash, Neuville, Picasso, Ristelhueber, Schlichter, Steib, Steinlen, Van Dongen, Villeglé,..»

A voir également :
Art et culture en période de conflit : Le M Museum de Louvain ( Belgique) fait le décompte des malheurs subis par l’art en temps de conflit, du 20 mars au 1er septembre 2014 : http://www.mleuven.be/fr/art-contemporain/a-venir/ravage/

Vienne-Berlin : dans les premières décennies du XXe siècle, couvrant la guerre et les Années folles : du 14 février au 15 juin 2014, à Vienne au Belvédère puis à Berlin : http://www.belvedere.at/en/ausstellungen/ausstellungsvorschau/vienna—berlin-e124952

La seconde guerre mondiale en 100 objets,  du 5 février au 5 mai 2014 au  Kunsthal de Rotterdam : 25 musées des Pays-Bas participent à l’exposition : http://www.kunsthal.nl/en-22-734-The-Second-World-War-in-100-objects.html