Archives par mot-clé : Auguste Rodin

Le site public « L’Histoire par l’image ” rénové, Paul Klee à Paris

 Le nouveau site de  «  l’histoire  par l’image” vient d’être rénové  : https://www.histoire-image.org/

Dans  un souci de modernisation et d’ergonomie, le site est totalement refondu et réactualisé afin de correspondre aux nouveaux usages numériques.

La lisibilité des études se voit donc améliorée, les outils de navigation optimisés, la richesse du contenu, toujours grandissant, est plus largement mis en avant en renforçant l’offre cross-média. Le site s’en trouve plus simple d’accès et plus intuitif et est désormais adapté aux interfaces mobiles (responsive design).

Ce site est un service public entièrement gratuit, il s’adresse à tous, famille, amateur d’art et d’histoire, enseignant, élèves, étudiants… pourvu que l’on désire accroître ses connaissances historiques et artistiques, en découvrant les collections des musées et des fonds d’archives.

Mis en ligne en novembre 2001 en coproduction avec le ministère de la Culture et de la Communication et avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale, le site propose à ce jour 1 335 études, 2 466 œuvres, 119 animations audiovisuelles, 3,2 millions de visites par an. Depuis 15 ans, le site a pour ambition d’enrichir la connaissance du passé à travers les œuvres d’art. Le site explore des événements de l’histoire de France et les évolutions majeures de la période 1643-1945.

Bien des œuvres, quelle que soit leur nature (peinture, sculpture, photographie, dessin, gravure …), restent trop souvent utilisées comme de simples illustrations et méritent d’être analysées au-delà de la brève légende.  (Voir le communiqué de la RMN-Grand Palais).

En matière  d’histoire  sur les expositions le site permet de trouver des illustrations et des commentaires brefs sur des expositions jalons du XIXe et XXe siècles. Par exemple, une recherche libre ou par mot clé  renvoyant à  l’histoire des “expositions coloniales”, permet de trouver de nombreuses images pour l’exposition   de 1931 : Le site permet d’aboutir à une page consacrée aux pavillons éphémères de cette exposition, comme cette évocation  du site d’Angkor. La notice est rédigée par Claire Maingon.

 

mai09_angkor_001f

Le temple d’Angkor et le bassin de la Guadeloupe. © Photo RMN-Grand Palais – J.-G. Berizzi

Autre recherche sur  cette fois une exposition de sculpture : l’ exposition Rodin de 1900 au pavillon de l’Alma : la brève notice est rédigée par Frédérique Lesueur.

rod1_affiche_001f

Pour des textes plus fournis et des études  approfondies, il convient d’avoir recours à d’autres ressources en ligne, plus détaillées comme l’encyclopédie universalis. Par exemple, cet article de Claude Frontisi sur Klee et son œuvre :

KLEE PAUL (1879-1940) 650klee2-40d68

Les Sans-Espoirs, 1914. Cette aquarelle de Klee reprend les formes d’une figure proto-cubiste de Picasso : la Dryade de 1908, mais Klee transgresse la composition picassienne, s’affranchissant du statisme du cubisme et créant une scène imaginaire, à la fois fantastique et théâtrale. En savoir plus.

L’œuvre de Klee est actuellement visible au Centre Pompidou  et fait l’objet  de nombreux articles, qui notent que Paris n’avait pas mis Paul Klee à l’honneur depuis l’exposition de 1969 au musée national d’art moderne. L’exposition Klee est visible jusqu’ au 6 août 2016.

Gagnez-votre-place-pour-l-expo-Paul-Klee-l-ironie-a-l-oeuvre

©Paul Klee « Vorführung des Wunders – Présentation du miracle », 1916 © Adagp, Paris 2016.

 

Richesses de la cathédrale de Sens, de son musée et de la donation Marrey

sensLa cathédrale Saint-Étienne de Sens, première cathédrale gothique,  fête ses 850 ans : c’est l’occasion de découvrir ou de redécouvrir les richesses de cet ensemble architectural, de ses vitraux et de son Trésor : http://ville-sens.fr/download/Une/2014/dp_expos-ete_mail.pdf
vue gnelale sensLes musées de Sens sont regroupés dans l’ancien Palais des Archevêques dont les bâtiments des différentes époques forment un rectangle accolé au flanc sud de la cathédrale saint Étienne. Ainsi rassemblées les collections appartenant à l’ État, à la ville et à la société archéologique offrent la possibilité de suivre l’histoire du pays sénonais jalonné d’objets et d’œuvres d’art.
Le musée offre une rapide et exemplaire traversée des siècles, d’un grand éclectisme  : http://www.musees-bourgogne.org/les_musees/musee_bourgogne_resultat.php?id=43&theme=ethnologie
Les tapisseries : ci-contre Tapiss1OK-e9249Les anges musiciens, un détail de la tapisserie du Couronnement de la Vierge. (Cliché E. Berry. Musées de Sens),
des sculptures ( Bartholdi):
bartholdi
une Adoration des mages, de Pierre Brueghel le Jeune (1564-1638), grâce à un dépôt L.et F. Marrey, 2002.
“L’importante donation Lucien et Fernande Marrey a définitivement enrichi en 2008 les Musées de Sens. Les œuvres qui la composent, sont présentées dans une nouvelle salle et dans l’ancienne galerie d’apparat des archevêques. Cette collection comprend des meubles conçus par le ferronnier d’art Raymond Subes (1891-1970), des céramiques de J. Mayodon (1893-1967), des peintures flamandes et hollandaises dont P. Brueghel (vers 1564-1638), A. Grimer (vers 1570-1618), des sculptures médiévales, deux bronzes de Rodin. Une grande toile de Louis Watteau dit de Lille “La Visite à la ferme” (1782) est entourée de peintures du XIXe et XXe : E. Boudin (1824-1898), A. Lebourg (1849-1928), A. Marquet (1875-1947)”: http://ville-sens.fr/index.php/Les%20mus%C3%A9es?idpage=162&idmetacontenu=187
La donation a été précédée d’un dépôt salué en 2002 : La collection Lucien et Fernande Marrey. 23 p. Édition : 2002 [Sens] [Musées de Sens] Auteur du texte : Baptiste-Marrey, Bernard Marrey
Vue de la table de Raymond Subes  ferronnier d’art  (1891-1970),  auprès d’une sculpture en bronze d’Auguste Rodin (1840-1917) : L’Homme d’Airain. Pour davantage d’illustrations: https://www.flickr.com/photos /tourismesens/6460474381/
Les enfants des époux Marrey,  Bernard et Jean-Claude Marrey, dit BaptisteMarrey ont déroulé une carrière dans le monde des arts et de la culture : Ils ont été ensemble les premiers directeurs de la maison de la culture d’Amiens inaugurée par André Malraux le 19 mars 1966.
Bernard Marrey  a  aussi travaillé auparavant pour le centre national de diffusion culturelle (CNDC), présidé alors par Eugène Claudius-Petit et imaginé par Émile Biasini.
Ce fut pour lui l’occasion de participer à l’organisation d’une exposition itinérante qui a figuré au musée des Arts décoratifs à Paris, l’art roman au soleil. (Octobre-décembre 1962), à découvrir dans les albums Maciet de la bibliothèque des Arts décos ( Maciet 309bis/30).
Écrivain, il a créé en 1993 une  maison d’édition consacrée principalement au monde de l’architecture,  Les éditions du linteau : http://www.aisnenouvelle.fr/article/autre-actu/bernard-marrey-revisite-la-cite-modele
Baptiste Marrey est lui aussi devenu écrivain et a notamment rédigé un portrait d’Albert Camus publié en 2013 : “J’ai eu l’incroyable chance de travailler avec plusieurs hommes admirables. Parmi eux, le plus connu, le plus exemplaire, et sans doute celui que j’ai le plus aimé fut Albert Camus.”
Il a aussi rassemblé les écrits du peintre Roger Bissière en 1994 (Écrits sur la peinture : 1945-1964,  T’en fais pas la Marie, Roger Bissière, Éditeur : Le temps qu’il fait). L’ouvrage comprend un texte de François Mathey, décédé en 1993.
Il a soutenu les créations du fils de celui-ci, Louttre B. notamment son œuvre gravée. Il a écrit notamment une monographie sur l’artiste : Louttre B : Portrait en douze esquisses. 41--TO8CXeL__SY300_Il a réalisé le catalogue de l’exposition de son œuvre gravée au musée de Sens en 2003.
200620121111
Louttre B.  Traces éparses, 2001, sable et acrylique sur toile, 201×250 reproduit dans le catalogue des Musées de Sens-Palais Synodal, 2003