Archives par mot-clé : Artemisia Gentileschi :

Femmes artistes européennes et inspirées

La chaîne européenne Arte diffuse une série documentaire sur les femmes artistes – leur demandant de réaliser une exposition virtuelle mettant en avant leurs inspiratrices.

A la Villa Médicis, Tatiana Trouvé en a choisi plusieurs : voici ses coups de coeur (En ligne jusqu’au 31/05/2019) :

Découvrez l'offre VOD-DVD de la boutique ARTE

Plasticienne d’origine italienne travaillant en France, Tatiana Trouvé s’est imposée en quelques décennies comme une voix originale de l’art contemporain. Exposée à la Biennale de Venise et à travers le monde, elle explore dans ses installations et ses dessins le rapport entre espace, temps et mémoire. Dans l’exposition virtuelle dont elle est la commissaire, la plasticienne convoque les travaux des femmes artistes qui l’ont inspirée : la Suissesse Heidi Bucher, la Canadienne Liz Magor, la New-Yorkaise Martha Rosler, l’Afro-Américaine Beverly Buchanan, la Brésilienne Maria Martins ou sa compatriote, Lina Bo Bardi.

Liz Magor : depuis presque trente ans elle explore la trivialité quotidienne, le statut des objets :

Liz Magor.

Maria Martins — sculptrice :

A New York de 1939 à 1948, Jacques Lipchitz lui fait connaitre le travail du bronze, lequel devient son matériau de prédilection. elle fond d’étroites lianes d’airain. Cette longue saison américaine constitue sa période la plus féconde. A New York elle rencontre Marc Chagall et Piet Mondrian, et, à partir de 1942-1943, rejoint le groupe des surréalistes en exil (André Breton, Max Ernst, André Masson et Marcel Duchamp), devient « Maria » et rallie les thématiques surréalistes.(Archives of Women Artists, Research and Exhibitions). Ses sujets, en revanche, restent brésiliens et puisent abondamment aux sources des légendes amazoniennes.

Sculptures de Maria Martins.

Heidi Bucher Official website of Heidi Bucher:

Lina Bo Bardi — architecte installée au Brésil :

Beverly Buchanan, artiste qui a créé des oeuvres rappelant les petites habitations précaires (en cours de disparition), construites par les descendants des esclaves afro-américains dans le Sud du pays.

Beverly Buchanan (1940-2015) a exploré la relation entre la mémoire – personnelle, historique et géographique – et le lieu. S’engageant avec les mouvements les plus avant-gardistes de son époque, dont le Land Art, le post-minimalisme et le féminisme, elle a lié la conscience politique et sociale à l’esthétique formelle de l’abstraction. (Brooklyn Museum).

Brooklyn Museum: Beverly Buchanan—Ruins and Rituals.

Beverly Buchanan.

L’américaine Martha Rosler :

Martha Rosler, “Empty Boys”,
de la série : “House Beautiful: Bringing the War Home”, 1967-1972.
Photomontage.

Cette série documentaire sur les femmes artistes se poursuit avec d’autres expositions virtuelles proposées par :

-Monica Bonvicini (En ligne jusqu’au 07/06/2019), qui orchestre une exposition virtuelle d’artistes engagées, parmi lesquelles Andrea Bowers :

Radical Hospitality, détail. Andrea Bowers. 2015.

Sharon Lockhart, Mona Hatoum :

et Simone Forti :

Née en 1965 à Venise, Monica Bonvicini vit et travaille à Berlin, où elle enseigne la sculpture. Décorée de nombreux prix, dont un Lion d’or à la Biennale de Venise 1999, l’artiste est célèbre pour ses installations parfois monumentales dans lesquelles elle interroge et critique les structures de pouvoir, les valeurs traditionnelles ou les codes de l’architecture.

-Ursula von Rydingsvard (En ligne jusqu’au 14/06/2019), qui rend hommage aux plasticiennes contemporaines qui ont accompagné ses années de création : Kiki Smith, Judy Pfaff :

Judy Pfaff. Vues d’expositions.

Arlene Shechet mais aussi Sarah Sze, l’une de ses anciennes élèves.

Sarah Sze.

Née en 1942 d’une famille polonaise dans l’Allemagne en guerre, Ursula von Rydingsvard a passé les premières années de sa vie ballotée d’un camp de réfugiés à l’autre. Elle avait 8 ans quand sa famille s’est installée aux États-Unis. 

-Berlinde de Bruyckere, en ligne jusqu’au 21/06/2019. Elle rend hommage aux femmes artistes qui l’ont inspirée : Cristina Iglesias, Artemisia Gentileschi, Patti Smith Edith Dekyndt, Kara Walker :

Edith Dekyndt.
Kara Walker.


Berlinde de Bruyckere est connue pour ses sculptures et installations hyperréalistes, à la fois poétiques et profondément dérangeantes, la plasticienne belge se joue des frontières entre l’humain, l’animal et le végétal, le vivant et le mort :

Cette série documentaire est réalisée par Claudia Müller.

Revue de cartels : “il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir”

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition  ” Equivoques” en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  “Les désordres du plaisir” . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée “Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes”. Texte de Daniel Cordier pour l’exposition “Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes”

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire ” Jardins “: toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

“L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur”.

in Alice Chatzimanassis,  “Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art”, MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?